En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

06.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

07.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 20 min 29 sec
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 2 heures 32 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 2 heures 42 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 3 heures 44 sec
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 3 heures 35 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 4 heures 39 min
light > Santé
Santé
Covid-19 Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 5 heures 15 min
décryptage > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

il y a 5 heures 29 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

5G, vaccins, alimentation... Pourquoi une partie de la France ne croit plus ni au progrès, ni à l’intelligence du bon sens ?

il y a 5 heures 45 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 2 heures 15 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 2 heures 38 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 2 heures 49 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 3 heures 23 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 4 heures 8 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 4 heures 17 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 4 heures 47 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

il y a 5 heures 17 min
pépites > Media
Unis
Appel d'une centaine de médias, pour la liberté d'expression
il y a 5 heures 45 min
décryptage > France
Société française

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

il y a 6 heures 1 min
© Reuters
© Reuters
Nouveau programme

Retour à la case Sarkozy chez LR : une victoire à la Pyrrhus pour le sarkozysme ?

Publié le 12 mai 2017
La défaite de Fillon a profité aux sarkozystes plus qu'aux juppéistes aux LR. Ces derniers menacent de fracturer le parti en s'alliant à Macron, et il semble difficile de colmater une brêche ouverte pendant 6 mois de campagne sans pouvoir au moins s'appuyer sur un chef charismatique.
Tristan Quinault-Maupoil
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tristan Quinault-Maupoil est journaliste politique au Figaro.fr. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La défaite de Fillon a profité aux sarkozystes plus qu'aux juppéistes aux LR. Ces derniers menacent de fracturer le parti en s'alliant à Macron, et il semble difficile de colmater une brêche ouverte pendant 6 mois de campagne sans pouvoir au moins s'appuyer sur un chef charismatique.

Atlantico : L'accession à la tête des Républicains de François Baroin, ex-chiraquien passé à Sarkozy lors de la primaire de la droite est le signe d'une certaine victoire de la droite sarkozyste "traditionnelle". Mais cette victoire qui éloigne des postes à responsabilité les anciens chiraquiens (juppéistes tel Édouard Philippe qui est pressenti à Matignon) ne risque pas surtout d'affaiblir la droite, qui n'est plus composée dès lors que de 20% de ses effectifs ?

Tristan Quinault-Maupoil : Si les sarkozystes sont aujourd'hui à la tête des Républicains, c'est avant tout parce qu'ils sont les plus organisés. Ils se sont mis d'accord rapidement pour désigner François Baroin et Laurent Wauquiez pour prendre la tête du parti. Ils sont structurés ce qui leur a permis de prendre le contrôle de l'appareil sans difficulté. Juppé, de part son âge et ses déclarations est trop en marge de la vie politique. Et ses soutiens sont peut-être un peu « jeunes ». Il n'a pas de baron qui s'impose réellement dans ce camp. Et les fillonistes sont forcément un peu sonné par la défaite et donc écartés du parti. 

Est-ce que cette situation affaiblit la droite ? Évidemment. A partir de dimanche soir, on devrait apprendre le nom du Premier ministre. Pour peu que ce soit un Premier ministre de droite, certains seront tentés de travailler avec Macron et d'autres pas. Cela va créer une fracture au sein du parti, ce qui est inenvisageable quand on prépare une campagne électorale. Les Républicains ont une faiblesse : reste donc à savoir si cette faiblesse sera colmatée dans les jours à venir avec un Premier ministre marqué à gauche ou du moins pas marqué à droite. En revanche, si c'est un ministre de droite ou de centre droit, la faiblesse aura été exploitée, et donc affaiblira considérablement la droite.

Ce que soutiennent les sarkozystes ressemble cependant beaucoup ce que soutiennent les fillonnistes. On l'a vu dans les rangs des militants. Ceux qui étaient au Trocadéro pour soutenir Fillon en 2017 ressemblent à ceux qui soutiennent les barons sarkozystes aujourd'hui et qui étaient déjà en 2012 au même Trocadéro. La fracture est entre les juppéistes et les autres, avec une proportion autour de 1/3 juppéistes 2/3 pour les autres. Et ce clivage est entre les militants portés vers une droite assumée. Et de l'autre côté les sympathisants de droite qui sont plus modérés et plus tentés par la fibre juppéiste. Tout le clivage qui existe à droite est de savoir si l'on veut consolider le noyau dur ou élargir. C'est tout l'enjeu des discussions autour de Bruno Le Maire aujourd'hui. 

La droite n'a-t-elle pas intérêt à viser aujourd'hui une "coexistence" avec En Marche !, selon les termes choisis par Eric Woerth, afin d'apaiser son aile droite qui sort excédée de la campagne de François Fillon ? 

L'avantage pour la droite de travailler avec Emmanuel Macron serait de le tirer sur son terrain et de ne pas le laisser aux mains des socialistes, et donc de ne pas laisser Emmanuel Macron qui se présente sur une ligne de crête centriste. Il faut pour la droite que Macron soit un président de centre-droit, pas de centre-gauche. L'inconvénient, c'est que si la politique de Macron échoue dans ce cas, la droite ne pourra pas revendiquer l'alternance, et risque d'abandonner l'opposition aux extrêmes. C'est un choix risqué avec avantages et inconvénients.

Le danger de la droite n'est-elle pas celle d'une cours de barons sans monarque pour régler ? Le sarkozysme sans Sarkozy peut-il exister aux Républicains ?

Oui, c'est un risque. C'est un risque qui concerne tous les partis qui ont choisi la primaire d'ailleurs. La primaire est un mode de désignation qui fait moderne, qui écoute la voix des citoyens, qui joue sur la tendance au « participatif »... mais cela désincarne l'essence-même de l'homme politique providentiel capable de mobiliser les foules, et qui a donc une capacité à s'imposer de lui-même. Tout ceux qui ont choisi un chef par ce mode de scrutin se retrouvent avec une direction bancale. Il est trop difficile pour eux d'endosser le charisme naturel des leaders précédents, tel Sarkozy chez les Républicains. 

Eric Woerth présente le programme des Républicains en essayant de reprendre les recettes qui ont marché à droite sous Sarkozy, surtout pour capter l'électorat populaire. Mais effectivement,  c'est insuffisant, il faut une personnalité qui puisse incarner ce projet, qui l'accompagne physiquement. Aujourd'hui il n'y a pas de leaders aux Républicains. François Baroin est pour l'instant un leader d'appareil, là pour prendre une place laissée vacante. La droite doit se retrouver un leader, mais c'est certainement encore un peu tôt. Au lendemain d'une défaite, il faut laisser un peu de temps pour que les choses se reconstruisent. L'élection approche, et il fallait quelqu'un pour mener la campagne. C'est un premier temps  et il y aura un deuxième temps de reconstruction auxquels toute la droite pourra bientôt se consacrer pour trouver l'homme à même d'incarner à nouveau la droite. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Tinos
- 12/05/2017 - 16:48
Macrollande
Ils sont arrivés à avoir la peau de Fillon.ils ont voulu avoir la peau de la droite....Qui se cache donc derrière la tête d'ange de Macrollande????
clint
- 11/05/2017 - 19:27
Il n'y a pas de leader chez LR : la défaite annoncée !
Il n'y a que des quinquats petit(e)s roitelets qui n'ont en tête que de se bouffer les uns les autres ! Qui aurait (eu) l'audace à droite de faire comme Macron un nouveau parti ? Personne !
Anouman
- 11/05/2017 - 18:00
Danger
D'abord danger est un mot masculin. Ensuite si les Juppéistes et les Hollandistes rejoignent Macron (les centristes de l'UDI suivront) il risque bien d'avoir la majorité pour nous appliquer son forfait tout compris. C'est ça le danger.