En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

07.

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

06.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

ça vient d'être publié
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 15 min 18 sec
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 1 heure 57 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 4 heures 17 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 5 heures 7 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 5 heures 33 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 6 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 22 heures 56 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 23 heures 44 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 1 jour 28 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 1 jour 50 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 39 min 22 sec
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage aux personnel soignant
il y a 2 heures 34 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 4 heures 47 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 5 heures 19 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 5 heures 45 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 22 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 23 heures 10 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 23 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 1 jour 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 1 jour 1 heure
© ERIC FEFERBERG / AFP
© ERIC FEFERBERG / AFP
Défis

Macron président a deux obligations : une obligation de moyens (politiques) et une obligation de résultats (économiques)

Publié le 09 mai 2017
Emmanuel Macron a moins de cent jours pour réussir son quinquennat. Sa priorité va être de réveiller la France, mais pour cela, il lui faut une majorité qu’il n’a pas.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron a moins de cent jours pour réussir son quinquennat. Sa priorité va être de réveiller la France, mais pour cela, il lui faut une majorité qu’il n’a pas.

Emmanuel Macron n’est vraiment pas un président comme les autres. Son talent et son habileté à saisir les opportunités qui peuvent le servir sont indiscutables. Son expertise, sa jeunesse et son pouvoir de séduction lui apportent les atouts indispensables à la conquête du pouvoir et sans doute à l exercice de ce pouvoir. Cette image de dynamisme et de renouveau va profiter a l image de la France toute entière. Le diagnostic qu’il a fait de la société française est juste puisque toutes les structures politiques ont craqué devant la possibilité d’un management alternatif. 

Ceci étant, tous les analystes savent qu’il a été élu beaucoup plus par défaut que par passion. Il y avait assez peu d’euphorie ou même d’affection , dans la foule qui se pressait au Louvre pour l’accueillir le soir du premier tour au pied de la pyramide. 

Dans ces conditions, il a forcement une obligation de résultats économiques puisque pour lui, la mère de "toutes les colères" se cache dans l'état désastreux de l’économie française. L’endettement chronique, le chômage de masse, la fuite des cerveaux et de ses capitaux a clivé le pays non pas en fonction des idées politiques mais en fonction du rapport a la mondialisation ou a la modernité. La campagne présidentielle qui n‘a pas été aussi nulle que beaucoup l’affirment a servi de révélateur à cette fracture nouvelle. 

D’un côté la France des villes et des métropoles qui a su profiter des ouvertures de la mondialisation, de l ‘union européenne et du progrès technologique, une France plutôt mieux formée que la moyenne. 

Et de l’autre coté, une France des campagnes et des villes moyennes un peu désemparée, déclassée, par les fermetures industrielles et les risques de la concurrence difficile à assumer. 

Emmanuel Macron a donc l’obligation de redresser cette situation, ça passe par une meilleure gestion des finances publiques (moins de dépenses, pour moins d‘impôts et de charges).  Ça passe par une meilleure gestion de la solidarité européenne. Ça passe par une meilleure compétitivité des entreprises (baisse de charges). Ça passe aussi et surtout par un nouveau droit du travail, plus de flexibilité, plus de dialogue sociale et plus de formation. 

Cette obligation économique et sociale est au cœur du réacteur qui permettra au pays de se redresser. Cet objectif n’est évidemment ni de droite, ni de gauche, il relève du pur pragmatisme. Problème, il dérange beaucoup de situations acquises. 

Cette obligation doit donc faire l'objet d’une décision législative très rapidement. Emmanuel Macron ne peut pas se contenter d’annoncer « que la république doit se mettre en marche », il doit aussi trouver une majorité politique pour voter ce type de loi. 

Or tout le monde sait qu’il se retrouve confronté à une partie de la population qui refuse de changement, non pas, par idéologie, mais par intérêt ou inquiétude. Une partie de la population a une demande forte de sécurité. Une partie de la population a voté pour lui parce que c’était aussi la seule façon de barrer la route à l'extrême droite. Mais ça n ‘est pas pour cela que cette partie des votants est prête à accepter que la République change et se mette en marche, parce qu’elle ne sait pas où cette marche peut la conduire. 

Si Emmanuel macron a une obligation d’obtenir des résultats économiques assez rapidement (plus de croissance et plus d’emploi), il a donc , pour ce faire une obligation de réunir des moyens politiques, et là on sent bien que ça n’est pas gagné. 

Les enfants de la gauche ne sont pas prêts à abandonner des pans entiers de la fonction publique, les enfants de la droite sont parfois très souverainistes, parfois très étatistes. Les libéraux, convaincus des opportunités de la mondialisation sont beaucoup plus rare. Les européens sont européens mais sceptiques.  

Alors, il peut réussir ce tour de force de réunir une majorité absolue sur son seul nom, sa seule marque, mais ne rêvons pas. Circonscription par circonscription, il existe des hommes politiques dont la marque locale est plus forte. 

La bagarre va être terrible et même si les députés de droite ou de gauche sont élus en ajoutant à leur ADN d’origine, l'estampille Macron, ils conserveront leur ADN d’origine, leurs électeurs aussi. 

Emmanuel Macron peut difficilement croire qu'il pourrait exister en France, un grand parti progressiste et un grand parti, plus conservateurs un peu comme en Grande Bretagne ou aux Etats Unis. La réalité française est que le poids des extrêmes est aussi lourd que l’ensemble des deux grandes familles. La réalité est que la France politique est partagée en 4 courants. Deux courant modérés, à droite et à gauche, et deux courants extrémistes qui refusent le système. 

Emmanuel Macron rêve de réunifier les deux courants modérés. Il peut toujours essayer. 

La solution la plus probable ressemblera davantage à ce qui existe en Allemagne, des coalitions fondées sur un programme de gouvernement. Encore faut-il une équipe pour coaguler et faire cohabiter plusieurs familles différentes. 

Emmanuel macron a donné beaucoup d’informations sur son obligation de résultats économiques et la pertinence de son diagnostic explique en partie son élection. Mais il a donné peu d’éléments pour imaginer une majorité. Or cette majorité est au cœur de son obligation de moyens. 

Sans résultats rapides, il sera très vite décrédibilisé, encore plus vite que François Hollande. Mais sans moyens politiques, pas de résultats. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 10/05/2017 - 21:20
En effet
Je ne veux pas être trop loin !
Ganesha
- 09/05/2017 - 16:31
Cloette
A Coxyde ou La Panne, vous n'êtes qu'à quelques km de la frontière. Et si vous leur faites comprendre que vous êtes de nationalité française, les flamands se montrent très accueillants !
cloette
- 09/05/2017 - 15:55
S'exiler oui
Mais sûrement pas au Portugal ! La Suisse me tenterait , ou la Belgique côté mer . Partir pour cinq ans parce que je suis pessimiste !