En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Nourriture du futur
Viande in vitro : entre faux espoirs et vraies solutions, comment gérer les pénuries alimentaires ?
Publié le 08 mars 2012
Jamais à court d'idées, les chercheurs tentent d'imposer la culture de la viande in-vitro. Objectif : pouvoir gérer les pénuries alimentaires. Une promesse alléchante, certes, mais qui rencontre des barrages éthiques, bioéthiques et psychologiques.
Jean-François Hocquette, Dominique Bauchart, Brigitte Picard et Isabelle Cassar-Malek sont chercheurs à l'INRA, spécialistes de qualité, physiologie, et nutrition de la viande bovine. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Hocquette, Dominique Bauchart, Brigitte Picard et Isabelle Cassar-Malek
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Hocquette, Dominique Bauchart, Brigitte Picard et Isabelle Cassar-Malek sont chercheurs à l'INRA, spécialistes de qualité, physiologie, et nutrition de la viande bovine. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jamais à court d'idées, les chercheurs tentent d'imposer la culture de la viande in-vitro. Objectif : pouvoir gérer les pénuries alimentaires. Une promesse alléchante, certes, mais qui rencontre des barrages éthiques, bioéthiques et psychologiques.

Une conférence de presse par des chercheurs hollandais à Vancouver le 20/02/2012 intitulée « Le premier hamburger fait avec des cellules souches bientôt une réalité » repose la question de la production artificielle des viandes.

Les experts s’accordent aujourd’hui autour de défis importants : d'abord, un accroissement démographique sans précédent, qui implique d’accroitre la production agricole pour satisfaire les besoins alimentaires (notamment en protéines) sans cesse croissants de la population humaine ; puis un changement des conditions climatiques préjudiciable à nos conditions de vie et en partie imputable aux activités humaines souvent polluantes; et enfin, une demande croissante des citoyens-consommateurs pour une alimentation plus saine et équilibrée, dont la production serait plus respectueuse du bien-être animal et des conditions environnementales. Face à des défis aussi importants et complexes, des innovations technologiques sont attendues. Un rapport de l’assemblée nationale (n°286 du 24/01/2012) insiste sur l’importance de ce processus d’innovation, « conséquence de la recherche », « conséquence des besoins de la population » et « facteur de dynamisme économique et social ». Dans ce contexte, des chercheurs hollandais proposent une innovation de rupture : la production de viande in vitro.

En effet, les chercheurs savent mettre en culture des cellules souches ou des cellules musculaires et les faire se multiplier dans des boîtes de Pétri ou des tubes sous atmosphère gazeuse contrôlée et dans un milieu contenant entre autres des nutriments (acides aminés, sources d’énergie, minéraux..), des facteurs hormonaux de croissance, et des antibiotiques. Ainsi, il est possible d’obtenir en laboratoire, mais avec un très faible rendement, une couche fine de fibres musculaires qui tapisse le fond des boîtes de culture.

En recherche, ce modèle est utilisé pour étudier le développement du muscle et comprendre l’origine de maladies comme les myopathies. Toutefois, pour une utilisation en production de viande, la culture in vitro ne permet pas de générer un tissu complexe, le muscle, qui contient des fibres musculaires mais aussi du collagène et des lipides. Ainsi est-il possible aujourd’hui de produire en faible quantité un agglomérat de cellules musculaires qui ne ressemble ni tout à fait à du muscle ni à un steak.

Pour passer au stade de la production industrielle, il serait nécessaire d’accroître les rendements des cultures de cellules grâce à l’utilisation d’incubateurs géants et d’améliorer la technologie pour aboutir à de la viande avec ses différentes composantes et qualités (nutritionnelle et sensorielle). Au delà des aspects technologiques, les coûts envisagés sont encore exorbitants (200 à 250 000 euros pour un hamburger) et les impacts environnementaux non négligeables (notamment en termes de consommation d’énergie) bien que très difficiles à évaluer. 

Comme toute innovation, la production de viande artificielle doit être évaluée à la fois en termes technologiques, économiques et sociétaux. Ce principe figure dans le fondement de la recherche publique dont les objectifs et les programmes sont co-construits de façon transparente en partenariat entre les chercheurs et les acteurs de la société.

Concernant l’acceptation par les consommateurs-citoyens, nombreux sont ceux qui souhaitent des produits aussi naturels que possible. La production de viande en incubateur nécessiterait des quantités importantes d’antibiotiques et d’hormones artificielles, au détriment de l’image naturelle du produit et l’on connait le refus d’une grande part des consommateurs pour le bœuf aux hormones, d'ailleurs interdit en Europe. D'autre part, au nom du principe de précaution, on peut aussi s’interroger sur les éventuelles modifications épigénétiques qui pourraient survenir lors de la culture des cellules in vitro.

Enfin, les consommateurs apprécient la diversité des caractéristiques des viandes (blanches, rouges, à cuisson lente ou rapide) et la diversité de leur saveur en fonction des morceaux ou des conditions de production des animaux.

La viande artificielle comme l’avait imaginée René Barjavel (Ravages) n’est pas encore pour demain et l’élevage a encore de beaux jours en perspective. Face aux impacts reconnus de l’élevage sur l’environnement (notamment la production de méthane par les herbivores), des leviers d’action existent pour en minimiser les effets. De plus, l’élevage a aussi des impacts positifs sur l’environnement, notamment dans l'entretien des paysages, le maintien de la biodiversité végétale et sur le tissu économique et social qui a besoin d'un maintien d’un tissu rural dans les zones difficiles où seul le pâturage est possible.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
03.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
04.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
05.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
06.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
07.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
04.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
05.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires