En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 5 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 8 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 9 heures 2 min
light > Insolite
Too bad!
Un artiste vend une banane scotchée au mur 12.000 dollars : un autre la décroche, la pèle et la mange
il y a 11 heures 18 min
pépite vidéo > Insolite
Goût de luxe
Un hôtel espagnol décore son hall d'entrée avec un sapin à 14 millions d'euros
il y a 11 heures 56 min
rendez-vous > Economie
Zone Franche
Retraites et consensus scientifique : peut-on vraiment prendre les retraito-sceptiques au sérieux ?
il y a 13 heures 8 min
décryptage > Europe
Surprises

Surprises à la carte : ce que la géographie de l’euroscepticisme nous apprend des racines du trouble politique qui ébranle l’Union

il y a 13 heures 35 min
décryptage > Terrorisme
Incompréhension

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

il y a 16 heures 56 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

il y a 17 heures 18 min
pépites > Religion
Solidarité et soutien
Attaque contre la mosquée de Bayonne : SOS Racisme lance un appel de soutien pour une marche solidaire ce dimanche 15 décembre
il y a 1 jour 28 min
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 7 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 9 heures 19 min
décryptage > Santé
Petites vérités

Petites vérités utiles à rétablir sur l’espérance de vie en France

il y a 11 heures 48 min
décryptage > Europe
La juste mesure

Royaume-Uni : la lutte anticorruption cherche la juste mesure

il y a 13 heures 7 min
décryptage > Politique
Petites vérités

Humanisme, rémunérations et régimes spéciaux : le cas Delevoye

il y a 13 heures 16 min
décryptage > Science
Découverte

Quand le simulateur énergétique du MIT montre qu’il demeure possible de limiter à la hausse des températures à 1,1°C sans décroissance tout en se passant des énergies fossiles

il y a 14 heures 16 min
décryptage > Economie
Génération 1975

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

il y a 17 heures 4 min
décryptage > Politique
To Reforme or not To Reform

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

il y a 17 heures 23 min
pépites > Politique
Sondages
Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani
il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

"Tu laisses ton cerveau au vestiaire et tu pries pour que le temps passe vite" : comment fonctionne "le peuple des abattoirs"

Publié le 06 mai 2017
En France, 50 000 ouvriers travaillent dans les abattoirs. Ils tuent et découpent, chaque jour, trois millions d’animaux et les transforment en steaks, côtelettes ou saucisses. Pendant trois ans, je suis partie à la rencontre de ces mal-aimés qui nourrissent les Français. Extrait du livre "Le peuple des abattoirs" d'Olivia Mokiejewski, aux Editions Grasset (1/2).
Olivia Mokiejewski est documentariste. Végétarienne, très impliquée dans les combats scientifiques sur l’alimentation, l’environnement et la souffrance animale, sa ténacité lui a valu le surnom de « L’emmerdeuse »
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivia Mokiejewski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivia Mokiejewski est documentariste. Végétarienne, très impliquée dans les combats scientifiques sur l’alimentation, l’environnement et la souffrance animale, sa ténacité lui a valu le surnom de « L’emmerdeuse »
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En France, 50 000 ouvriers travaillent dans les abattoirs. Ils tuent et découpent, chaque jour, trois millions d’animaux et les transforment en steaks, côtelettes ou saucisses. Pendant trois ans, je suis partie à la rencontre de ces mal-aimés qui nourrissent les Français. Extrait du livre "Le peuple des abattoirs" d'Olivia Mokiejewski, aux Editions Grasset (1/2).

Après ma pause, je rejoins mon poste. Pendant ma courte absence, mon binôme, Sébastien, a eu le temps de couper une petite dizaine de pattes et d’accrocher autant de bovins. C’est l’un des meilleurs ouvriers de l’abattoir pourtant je le vois, lui aussi, s’épuiser. Je reprends ma place.

Je réalise à quel point il va être difficile de faire ce livre. Impossible de prendre des notes avec une cisaille dans la main, et interdiction de faire des photos. « Certains intérimaires ont posté des trucs sur Internet, la direction était furieuse », me dit-il. Je grave autant que possible dans ma mémoire les images et nos échanges, à chaque pause je retranscris ce que je peux sur mon téléphone portable.

Cette fois-ci, j’ai mis des gants mais je sens encore la chaleur des pattes. Je n’y prête plus attention.

« Tu fais comme tout le monde, tu laisses ton cerveau au vestiaire et tu pries pour que le temps passe vite. » J’applique les recommandations de Sébastien. Le travail devient mécanique. Il faut le faire bien et le plus rapidement possible. En moins d’une matinée, je me suis habituée, en tout cas je le crois, à cette boucherie. Quand on est dans le processus de fabrication, la chaîne finit par devenir une chaîne de production comme les autres et l’animal un simple produit industriel. Une végétarienne dans un abattoir, qui coupe des pattes presque comme si de rien n’était : je souris intérieurement. La capacité d’adaptation de l’être humain est fascinante, voire effrayante. Je comprends maintenant pourquoi les ouvriers d’abattoirs, quand on les interroge, disent toujours que l’environnement de travail ne les dérange pas. Tout simplement parce que, à force, on n’y prête plus attention. La routine prend le dessus.

En 1949, la caméra de Georges Franju filme dans Le Sang des bêtes les abattoirs parisiens de la Villette et de Vaugirard. Le documentaire montre de façon directe et crue le métier. On y voit des hommes, la clope au bec, tuer et découper les animaux un à un, de manière artisanale, sans machine.

Certains fredonnent « La Mer » de Charles Trenet pendant qu’ils éviscèrent, tranchent et accrochent la viande. « Sans colère et sans haine et avec la simple bonne humeur des tueurs qui sifflent ou chantent en égorgeant parce qu’il faut bien manger chaque jour et faire manger les autres au prix d’un pénible et souvent dangereux métier », conclut la voix off du film.

En observant mes collègues suer sur les carcasses, dans cette usine défraîchie, je réalise que près de soixante-dix ans plus tard, le métier n’a en réalité pas beaucoup évolué. Malgré la présence de quelques machines, ce boulot semble appartenir à une autre époque.

Extrait du livre" Le peuple des abattoirs" d'Olivia Mokiejewski, aux Editions Grasset

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires