En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

02.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

05.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

06.

Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions

07.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

05.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

05.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

06.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

ça vient d'être publié
pépites > International
Drame
Beyrouth : 158 morts et toujours 21 personnes portées disparues, selon un nouveau bilan
il y a 49 min 35 sec
light > Culture
C'est dans les vieux pots...
"Dirty Dancing" va avoir une suite, avec Jennifer Grey reprenant son rôle de "Bébé"
il y a 1 heure 45 min
pépite vidéo > Société
Minute choupi
Journée internationale du chat : dix choses que vous ne savez peut-être pas sur votre compagnon à quatre pattes
il y a 2 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Lectures d'été" : "Surface" d'Olivier Norek, quand la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 4 heures 10 min
décryptage > France
Ensauvagement

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

il y a 6 heures 23 min
décryptage > Santé
Sevrage

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

il y a 7 heures 15 min
décryptage > Europe
Business

Ces femmes qui, dans l’Histoire, ont changé le monde. Aujourd’hui, Margaret Thatcher

il y a 7 heures 33 min
décryptage > Environnement
Un mal pour un bien ?

Le gouvernement veut réintroduire les néonicotinoïdes pour sauver les betteraves et voilà pourquoi il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour les abeilles

il y a 7 heures 47 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI

il y a 7 heures 52 min
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 21 heures 20 min
pépites > International
Deuil
Covid-19 : l'Amérique latine est désormais la région avec le plus de morts dans le monde
il y a 1 heure 8 min
pépite vidéo > Media
Grand retour
Koh-Lanta : découvrez les portraits des 24 candidats de la nouvelle saison
il y a 2 heures 13 min
pépite vidéo > Environnement
Alerte rouge
Canicule : un immense morceau d'un glacier des Alpes menace de s’effondrer
il y a 3 heures 42 min
pépites > International
Drame
Inde : au moins 17 morts après la sortie de piste d'un avion qui s'est cassé en deux
il y a 4 heures 48 min
décryptage > Sport
Football

Juventus/Lyon : malgré sa défaite, l'Olympique Lyonnais arrache sa qualification et affrontera Manchester City en quarts de finale de la Ligue des Champions.

il y a 7 heures 8 min
décryptage > International
Ingérence ?

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

il y a 7 heures 21 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.
il y a 7 heures 39 min
décryptage > Société
Danger classé X

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

il y a 7 heures 51 min
décryptage > International
Détresse psychologique

Voulez-vous savoir pourquoi Michelle Obama fait une dépression ? C’est à cause de Trump

il y a 7 heures 52 min
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 21 heures 58 min
© AFP
© AFP
Post débat

Malgré la défaite : la droite saura-t-elle exploiter ce capital politique inattendu qu'elle est en train de retrouver sur le papier ?

Publié le 05 mai 2017
La contre-performance de Marine le Pen au débat d'entre-deux tours face à Emmanuel Macron mercredi soir pourrait créer un appel d'air pour que la droite puisse reprendre des forces. Les Républicains pourraient élargir leur base pour retrouver les électeurs perdus lors de la présidentielle.
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La contre-performance de Marine le Pen au débat d'entre-deux tours face à Emmanuel Macron mercredi soir pourrait créer un appel d'air pour que la droite puisse reprendre des forces. Les Républicains pourraient élargir leur base pour retrouver les électeurs perdus lors de la présidentielle.

Atlantico : Suite au grand débat d'entre deux tours ayant opposé Emmanuel Macron et Marine Le Pen, les Français semblent afficher leur défiance à l'égard des deux candidats, 69% ayant jugé non convaincante, contre 55% pour Emmanuel Macron. En quoi un tel débat, ayant avant tout dévoilé la faiblesse de Marine Le Pen, pourrait il constituer une opportunité pour les Républicains, reposant sur une probable incapacité de la candidate du Front national d'incarner une opposition crédible à Emmanuel Macron?

Bruno Cautrès : Il faut tout d’abord remarquer que le sondage Harris interactive montre une très importante différence entre la perception de la performance d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen lors de leur débat du 3 mai. Si une majorité de ceux qui ont au moins entendu parler du débat  ne semble convaincue ni par Marine Le Pen, ni par Emmanuel Macron, dans le cas de la présidente du Front national ce sont 55% qui déclarent de pas avoir été du tout convaincus tandis que ce n’est le cas que de 36% dans le cas du leader de « En Marche ! ». Les deux candidats ne sont donc pas renvoyés dos à dos par l’électorat et c’est principalement Marine Le Pen qui est jugée peu convaincante. La situation crée par la tonalité du débat, l’image d’agressivité et de dossiers économiques mal maitrisés que Marine Le Pen a donné donne sans doute une bouffée d’oxygène pour la droite et les Républicains, très marqués par la non-qualification au second tour de François Fillon.

Marine Le Pen a voulu incarner l’opposition la plus frontale à Emmanuel Macron pour prolonger ses arguments anti-système et s’installer dans la position de « leader de l’opposition ». Sa posture d’agressivité verbale face à Emmanuel Macron a sans doute compromis sa capacité à incarner ce rôle. Mais la droite verra son sort fixé au moment des élections législatives et rien n’indique pour le moment qu’elle dispose dans l’électorat des ressorts de son rebond dans l’immédiat. La bataille pour le leadership de l’opposition, en cas de victoire d’Emmanuel Macron, commencera très vite

De la même façon, et même en prenant en compte qu'Emmanuel Macron a remporté le débat aux yeux des téléspectateurs, en quoi le faible niveau de conviction, et d'adhésion, au mouvement En Marche, pourrait également profiter au parti des Républicains ? 

Là encore, la situation est plus complexe dans l’opinion. Dans les enquêtes d’opinion réalisées avant le débat du second tour, la dimension d’adhésion était moins forte pour Emmanuel Macron que pour Marine Le Pen, un phénomène qui s’explique par le fait que l’électorat du FN existe depuis plus longtemps, qu’il est très soudé autour de sa candidate. Le débat a changé un peu les choses car l’image d’Emmanuel Macron en est sortie renforcée. Pour les Républicains, transformer la situation inédite dans laquelle nous sommes en situation plus positive qu’après l’élimination de François Fillon est à la fois un vrai enjeu et une vraie difficulté.

LR ne pourra pas simplement expliquer aux électeurs que c’est une défaite personnelle de François Fillon même si sa part de responsabilité semble écrasante dans son élimination. Mais la « success story » d’Emmanuel Macron, s’il était élu dimanche, ne peut être réduite à un phénomène d’opinion fragile. Il faudra sans doute que LR revienne sur son agenda de réformes et explique aux français si le programme « radical » de François Fillon est toujours ou pas le programme du parti.

Malgré un contexte politique qui pourrait s'avérer favorable, quelles sont les limites internes au parti, entre une ligne politique non définie, et une absence de "chef incontesté", qui pourraient être autant d’embûches à un tel scénario ? 

Je ne suis pas sûr que l’on puisse qualifier le contexte actuel favorable pour LR bien que la situation soit sans doute encore plus compliquée et difficile au sein du PS. Mais LR est également soumis à de fortes pressions internes. Comme vous le dîtes, il n’y a pas de chef naturel ou incontesté au sein de ce parti, pour le moment, mais aussi pas de ligne claire sur l’économie ou les questions de société aussi. Bien entendu, le parti dispose toujours de solides bases idéologiques qui constituent le cœur de doctrine d’un parti de droite, globalement libéral et pro-européen.

Mais les obstacles sont nombreux sur la route de la reconstruction après le traumatisme de la non-qualification de François Fillon : canaliser et organiser les ambitions de la génération des « quadras/quinquas » qui aspire sans soute à prendre toute sa place à la tête du parti, solder ou pas l’agenda politique du programme de « radical » de François Fillon, se positionner et comment par rapport à Emmanuel Macron, entre autres.

Quelles seraient les problématiques à traiter pour que les Républicains puissent se saisir de cette opportunité ? En partant de la sociologie du vote François Fillon, quelles seraient les lignes de force à privilégier pour permettre un renforcement du parti ?

L’essentiel pour LR va être de montrer un autre visage que celui qu’a voulu incarner François Fillon. Cela ne sera pas simple car le parti est assez divisé sur la ligne politique et toujours mis sous pression du Front national. L’erreur serait sans doute de donner le sentiment aux français de ne pas laisser sa chance à Emmanuel Macron et de vouloir tout de suite embrayer sur une posture d’opposition frontale, sans chercheur à comprendre ce qui s’est passé dans la société français et qui explique le phénomène Macron. 
 
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 05/05/2017 - 21:37
Les naïfs
a supposer que le sirop Macron reçoive, effet de la campagne de pub intensive qui a matraqué sa promotion, l'assentiment d'une majorité de consommateurs (je n'ai pas osé dire "électeurs"), certains naïfs ici croient que les socialistes, dont le Sirop est l'emblême, vont élire des LR même si ceux-ci jouent aux carpettes pour se faire bien voir ? et que Fillon sera le premier ministre du président virtuel qu'il a rallié ?
Il y aura un gouvernement socialiste avec tous les has been de l'époque Hollande.
2bout
- 05/05/2017 - 16:01
Macron phénoménal ?
On en reparlera sans doute si dimanche il n'est élu qu'avec les suffrages de seulement 35 ou 40% des électeurs inscrits. Je ressens déjà comment « l'effet de blast » ne va pas jouer à fond pour les législatives. Les magiciens ont déjà perdu leur pari en imaginant qu'une fracture idéologique entravant toutes les réformes pouvait être avantageusement remplacée par une fracture économique, c'est-à-dire une fracture géographique qui traverse beaucoup plus difficilement les familles.
clint
- 05/05/2017 - 15:40
La campagne m'a révélé la force de(s) Sens Commun !
Je ferai maintenant très attention sur les soutiens "moraux" du/de la candidat(e) me concernant pour prendre ma décision. Une NKM oui, un Wauquiez, non ! Et puis il y aura aussi les candidats d' En Marche ! De la droite libérale en économie oui, de la droite conservatrice non !