En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

03.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

06.

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

07.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 5 heures 16 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 6 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 7 heures 40 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 9 heures 28 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 11 heures 28 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 12 heures 15 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 12 heures 36 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 12 heures 50 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 13 heures 20 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 13 heures 33 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 6 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 7 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 7 heures 45 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 10 heures 18 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 11 heures 56 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 12 heures 21 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 12 heures 41 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 13 heures 7 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 13 heures 27 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 3 heures
© AFP
© AFP
Post débat

Malgré la défaite : la droite saura-t-elle exploiter ce capital politique inattendu qu'elle est en train de retrouver sur le papier ?

Publié le 05 mai 2017
La contre-performance de Marine le Pen au débat d'entre-deux tours face à Emmanuel Macron mercredi soir pourrait créer un appel d'air pour que la droite puisse reprendre des forces. Les Républicains pourraient élargir leur base pour retrouver les électeurs perdus lors de la présidentielle.
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La contre-performance de Marine le Pen au débat d'entre-deux tours face à Emmanuel Macron mercredi soir pourrait créer un appel d'air pour que la droite puisse reprendre des forces. Les Républicains pourraient élargir leur base pour retrouver les électeurs perdus lors de la présidentielle.

Atlantico : Suite au grand débat d'entre deux tours ayant opposé Emmanuel Macron et Marine Le Pen, les Français semblent afficher leur défiance à l'égard des deux candidats, 69% ayant jugé non convaincante, contre 55% pour Emmanuel Macron. En quoi un tel débat, ayant avant tout dévoilé la faiblesse de Marine Le Pen, pourrait il constituer une opportunité pour les Républicains, reposant sur une probable incapacité de la candidate du Front national d'incarner une opposition crédible à Emmanuel Macron?

Bruno Cautrès : Il faut tout d’abord remarquer que le sondage Harris interactive montre une très importante différence entre la perception de la performance d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen lors de leur débat du 3 mai. Si une majorité de ceux qui ont au moins entendu parler du débat  ne semble convaincue ni par Marine Le Pen, ni par Emmanuel Macron, dans le cas de la présidente du Front national ce sont 55% qui déclarent de pas avoir été du tout convaincus tandis que ce n’est le cas que de 36% dans le cas du leader de « En Marche ! ». Les deux candidats ne sont donc pas renvoyés dos à dos par l’électorat et c’est principalement Marine Le Pen qui est jugée peu convaincante. La situation crée par la tonalité du débat, l’image d’agressivité et de dossiers économiques mal maitrisés que Marine Le Pen a donné donne sans doute une bouffée d’oxygène pour la droite et les Républicains, très marqués par la non-qualification au second tour de François Fillon.

Marine Le Pen a voulu incarner l’opposition la plus frontale à Emmanuel Macron pour prolonger ses arguments anti-système et s’installer dans la position de « leader de l’opposition ». Sa posture d’agressivité verbale face à Emmanuel Macron a sans doute compromis sa capacité à incarner ce rôle. Mais la droite verra son sort fixé au moment des élections législatives et rien n’indique pour le moment qu’elle dispose dans l’électorat des ressorts de son rebond dans l’immédiat. La bataille pour le leadership de l’opposition, en cas de victoire d’Emmanuel Macron, commencera très vite

De la même façon, et même en prenant en compte qu'Emmanuel Macron a remporté le débat aux yeux des téléspectateurs, en quoi le faible niveau de conviction, et d'adhésion, au mouvement En Marche, pourrait également profiter au parti des Républicains ? 

Là encore, la situation est plus complexe dans l’opinion. Dans les enquêtes d’opinion réalisées avant le débat du second tour, la dimension d’adhésion était moins forte pour Emmanuel Macron que pour Marine Le Pen, un phénomène qui s’explique par le fait que l’électorat du FN existe depuis plus longtemps, qu’il est très soudé autour de sa candidate. Le débat a changé un peu les choses car l’image d’Emmanuel Macron en est sortie renforcée. Pour les Républicains, transformer la situation inédite dans laquelle nous sommes en situation plus positive qu’après l’élimination de François Fillon est à la fois un vrai enjeu et une vraie difficulté.

LR ne pourra pas simplement expliquer aux électeurs que c’est une défaite personnelle de François Fillon même si sa part de responsabilité semble écrasante dans son élimination. Mais la « success story » d’Emmanuel Macron, s’il était élu dimanche, ne peut être réduite à un phénomène d’opinion fragile. Il faudra sans doute que LR revienne sur son agenda de réformes et explique aux français si le programme « radical » de François Fillon est toujours ou pas le programme du parti.

Malgré un contexte politique qui pourrait s'avérer favorable, quelles sont les limites internes au parti, entre une ligne politique non définie, et une absence de "chef incontesté", qui pourraient être autant d’embûches à un tel scénario ? 

Je ne suis pas sûr que l’on puisse qualifier le contexte actuel favorable pour LR bien que la situation soit sans doute encore plus compliquée et difficile au sein du PS. Mais LR est également soumis à de fortes pressions internes. Comme vous le dîtes, il n’y a pas de chef naturel ou incontesté au sein de ce parti, pour le moment, mais aussi pas de ligne claire sur l’économie ou les questions de société aussi. Bien entendu, le parti dispose toujours de solides bases idéologiques qui constituent le cœur de doctrine d’un parti de droite, globalement libéral et pro-européen.

Mais les obstacles sont nombreux sur la route de la reconstruction après le traumatisme de la non-qualification de François Fillon : canaliser et organiser les ambitions de la génération des « quadras/quinquas » qui aspire sans soute à prendre toute sa place à la tête du parti, solder ou pas l’agenda politique du programme de « radical » de François Fillon, se positionner et comment par rapport à Emmanuel Macron, entre autres.

Quelles seraient les problématiques à traiter pour que les Républicains puissent se saisir de cette opportunité ? En partant de la sociologie du vote François Fillon, quelles seraient les lignes de force à privilégier pour permettre un renforcement du parti ?

L’essentiel pour LR va être de montrer un autre visage que celui qu’a voulu incarner François Fillon. Cela ne sera pas simple car le parti est assez divisé sur la ligne politique et toujours mis sous pression du Front national. L’erreur serait sans doute de donner le sentiment aux français de ne pas laisser sa chance à Emmanuel Macron et de vouloir tout de suite embrayer sur une posture d’opposition frontale, sans chercheur à comprendre ce qui s’est passé dans la société français et qui explique le phénomène Macron. 
 
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

03.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

06.

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

07.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 05/05/2017 - 21:37
Les naïfs
a supposer que le sirop Macron reçoive, effet de la campagne de pub intensive qui a matraqué sa promotion, l'assentiment d'une majorité de consommateurs (je n'ai pas osé dire "électeurs"), certains naïfs ici croient que les socialistes, dont le Sirop est l'emblême, vont élire des LR même si ceux-ci jouent aux carpettes pour se faire bien voir ? et que Fillon sera le premier ministre du président virtuel qu'il a rallié ?
Il y aura un gouvernement socialiste avec tous les has been de l'époque Hollande.
2bout
- 05/05/2017 - 16:01
Macron phénoménal ?
On en reparlera sans doute si dimanche il n'est élu qu'avec les suffrages de seulement 35 ou 40% des électeurs inscrits. Je ressens déjà comment « l'effet de blast » ne va pas jouer à fond pour les législatives. Les magiciens ont déjà perdu leur pari en imaginant qu'une fracture idéologique entravant toutes les réformes pouvait être avantageusement remplacée par une fracture économique, c'est-à-dire une fracture géographique qui traverse beaucoup plus difficilement les familles.
clint
- 05/05/2017 - 15:40
La campagne m'a révélé la force de(s) Sens Commun !
Je ferai maintenant très attention sur les soutiens "moraux" du/de la candidat(e) me concernant pour prendre ma décision. Une NKM oui, un Wauquiez, non ! Et puis il y aura aussi les candidats d' En Marche ! De la droite libérale en économie oui, de la droite conservatrice non !