En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

02.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours

05.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

06.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

07.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

01.

Le War President

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masqué

il y a 4 min 2 sec
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 34 min 13 sec
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombre les débats publics français

il y a 46 min 45 sec
light > Insolite
Surprise !
Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours
il y a 15 heures 28 min
light > Santé
En pleine forme
Le nouveau doyen des Français a 110 ans
il y a 16 heures 46 min
pépites > Europe
At last!
Brexit : Paris dit espérer un accord dès "ce soir"
il y a 17 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint : l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 19 heures 3 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 14 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 21 heures 35 min
décryptage > Société
Inutile

Scolarité obligatoire à trois ans : une réforme inutile et coûteuse

il y a 22 heures 4 min
décryptage > International
Game over

Kurdes : et comme dans Le Train sifflera trois fois, le shérif fatigué jeta son étoile...

il y a 22 heures 22 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 21 min 6 sec
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 40 min 55 sec
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 14 heures 52 min
pépites > International
Changement de discours
Opération militaire turque en Syrie : la Chine appelle Ankara à mettre un terme à son intervention contre les kurdes syriens
il y a 16 heures 6 min
pépites > Economie
Taxes
Bruno Le Maire se dit favorable à l’instauration d'une taxe européenne sur les carburants des avions et bateaux
il y a 17 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Rouge" de John Logan, mise en scène par Jérémie Lippmann : Ceci n’est pas un texte

il y a 18 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le mystère Abd el-Kader" de Thierry Zacone : Un livre savant pour les spécialistes de l’Islam et de la Franc-maçonnerie

il y a 19 heures 10 min
décryptage > Terrorisme
Dysfonctionnement

Attaque à la Préfecture de police : critiquer les dérives de l'islam est une question de responsabilité pour les musulmans de France

il y a 21 heures 57 min
décryptage > Culture
Asia Now

La scène artistique asiatique en plein boom s’expose à Paris

il y a 22 heures 10 min
décryptage > Economie
Étouffement

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

il y a 22 heures 23 min
Santé / Gesundheit

Dépenses de santé publique : la France s'épuise, l'Allemagne économise

Publié le 06 mars 2012
L’institut Thomas More a sorti ce lundi une étude comparative des dépenses de santé en France et en Allemagne. Les sept points d'analyse principaux qui montrent en quoi le système français est épuisé.
Jakob Hoeber est chercheur associé en économie, compétitivité et modèles sociaux européens à l'Institut Thomas More.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jakob Höber
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jakob Hoeber est chercheur associé en économie, compétitivité et modèles sociaux européens à l'Institut Thomas More.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’institut Thomas More a sorti ce lundi une étude comparative des dépenses de santé en France et en Allemagne. Les sept points d'analyse principaux qui montrent en quoi le système français est épuisé.

Si la France ramenait sa dépense publique de santé par habitant au niveau allemand, cela représenterait une économie de 7,2 milliards d’euros par an.

Avec 20% de sa population âgée de 65 ans et plus, contre 16,5% pour la France, l’Allemagne devrait dépenser plus par habitant. Or, les dépenses publique pour chaque Français sont de 112 euros de plus que son voisin d’outre-Rhin en 2009 (2 721 euros contre 2 609), soit au total 7,2 milliards d’euros. On notera par ailleurs que la dépense publique allemande s'est accrue de 1,5% en moyenne par an entre 2000 et 2009,contre 2% en France. Les Allemands semblent avoir été capables de mieux maîtriser leurs dépenses de santé. Avec 8,2 consultations par personne et par an, les Allemands sont pourtant de plus gros consommateurs de visites chez le médecin que les Français (6,9). En Allemagne : plus de consultations, moins de dépenses ; en France, c’est l’inverse. Comment comprendre ? C’est une nouvelle fois la rationalité et l’efficacité du système qu’il faut questionner.

Avec des revenus inférieurs de 38,5% à l'Allemagne en moyenne, ce n'est pas la rémunération des médecins français qui coûte cher.

Ce n’est pas dans les revenus des médecins qu’il faut chercher le surplus de dépenses. On constate en effet un écart de revenus important entre les professionnels français et leurs homologues allemands : un généraliste libéral gagne en moyen 46 824 euros par an en France, contre 74 703 euros en Allemagne (soit 37% de moins) et un spécialiste 71 350 euros en France, contre 100 950 euros en Allemagne (soit 29% demoins) – ce qui en moyenne pondérée donne donc des revenus inférieurs de 38,5%. S’il y a donc sans doute des efforts à demander aux médecins afin qu’ils prennent leur part dans l’objectif de réduction des dépenses (en matière de surconsommation de médicaments par exemple), il n’y a pas lieu d’en faire les boucs émissaires de la dégradation alarmante et chronique des dépenses publiques de santé. Bien au contraire, on assiste à une paupérisation préoccupante des personnels de santé en France.

Dépenses hospitalières : une économie potentielle de 26,4 milliards d’euros.

Un facteur autrement important est à chercher, malgré de nombreuses réformes (2) du côté d’un système hospitalier trop coûteux. Chaque Français dépense pour l’hôpital 409 euros de plus que son voisin d’outre-Rhin (1 229 euros contre 819), soit au total un surcroît de dépenses de 26,4 milliards d’euros. Cela n'est pas le fait du hasard, mais le fruit de plus de lucidité et de courage outre-Rhin, où l'on a mis en œuvre des réformes visant à l’alignement des tarifs de remboursement des actes effectués dans les hôpitaux publics sur ceux effectués dans les hôpitaux privés. Cette réforme a été achevée en 2009. Elle n'est toujours pas faite en France. Le résultat aujourd'hui est qu'il y a beaucoup plus d’établissements hospitaliers en France (2 751 contre2 084 en 2009) : soit 42,7 établissements pour un million d’habitants contre 25,4 en Allemagne (soit 68% de plus). Mécaniquement, les établissements sont aussi plus petits : 154 lits par hôpital en France en moyenne pour 323 en Allemagne (soit 52% de moins).

Du côté du personnel, le constat est le même : on compte1 608 personnels hospitaliers pour 100 000 habitants en France, contre 1 338 en Allemagne. Cela permet alors d'avoir un tiers de personnel en moins par lit d'hôpital : 2,44 personnes en France contre 1,63 en Allemagne.Cette débauche de moyens en France ne permet pas pour autant une meilleur offre : on compte en effet 6,6 lits pour 100 000 habitants en France, contre 8,2 en Allemagne (soit 20% de moins). Et la durée de séjour des patients à l’hôpital est plus élevée outre-Rhin qu’en France : 9,7 jours contre 5,6 en France (3). A ceux qui critiquent la réforme du système de santé allemand engagé dès 1992 (réformes Horst Seehofer) en affirmant qu’elle a durci l’accès aux soins, c'est en fait le contraire qu'on observe : la rationalisation de la gestion a permis un meilleur service à moindre coût. Seulement 0,3% des Allemands eux-mêmes considèrent que cet accès est impossible du fait de la distance du plus proche établissement hospitalier (4).

Coûts administratifs : 4 milliards d’économies possibles

Les coûts administratifs de la santé et de l’Assurance maladie en France sont parmi les plus chers au monde : 7% de la dépense totale de santé contre 5,4% en Allemagne. Rapportée à la population dans son ensemble, l’alignement de ces coûts sur les standards allemands permettrait de dégager une économie de 3,9 milliards d’euros.

Dépenses de médicaments : chaque année, 1,1 milliards d’économie à faire

Une analyse des dépenses de médicaments montre que la France ne dépense pas seulement trop mais aussi mal. Chacun connaît les tristes records détenu par les Français : champions du monde de la consommation d’antidépresseurs et champions d’Europe de la consommation d’antibiotiques. On sait aussi la trop modeste pénétration des génériques dans notre pays, avec 20% des médicaments consommés – contre 60% en Allemagne (5). Comparés à leurs voisins allemands, les Français dépensent 17 euros de plus chaque année – soit une économie envisageable de 1,1 milliards d’euros.

L'Assurance maladie pourrait économiser 14,3 milliards d'euros par an si elle alignait le montant de ses remboursements sur celui de l'Allemagne

L’assurance maladie en France est gravement et structurellement déficitaire. En 2009, année de référence de notre étude, la Caisse Nationale d’Assurance Maladie perdait 10,6 milliards d’euros quand l’assurance maladie allemande était bénéficiaire de 1,4 milliard (6). Sur 10 ans, de 1999 à 2009, le déficit cumulé de notre système s’élève à 66,6 milliards d’euros (7). L’assurance maladie en France est ainsi devenue un des grands contributeurs à l'augmentation de notre dette publique... Et qu'on ne cherche pas la cause des meilleurs résultats allemands dans des cotisations supérieures ! Nos déficits tiennent – comme toujours – à nos excès de dépenses : 2 551 euros remboursés en moyenne par Français par l'Assurance maladie, contre 2 289 euros en Allemagne, soit un écart de 262 euros par habitant. Ecart qui n'est que partiellement compensé par des cotisations au régime général supérieures en France de 39 euros : soit, en net, 223 euros de plus à charge de l'Assurance maladie en France ou 14,3 milliards. Donc, non seulement nous dépensons plus que nos voisins mais le régime général nous rembourse une quote-part plus grande de ces dépenses.

 

Pour un système de santé moins coûteux, plus confiant et plus libre

Au regard de cette comparaison avec l’Allemagne, le système de santé français produit des surcoûts considérables – qui ne sont pas justifiables par une meilleure performance. L'enjeu principal de la réforme du système de santé qui s'impose sera de maintenir un accès équitable aux soins tout en réduisant drastiquement les coûts. La comparaison synthétique qu’on vient de présenter ici offre plusieurs points à retenir : réduction du nombre des établissements de soins et mise en concurrence des établissements publics et privés  à travers l’alignement des tarifs de remboursement des actes ; meilleure répartition des libéraux – imposée au travers d'un système de quota ou bien en installation libre ; baisse des coûts administratifs ; baisse de la consommation de médicaments ; libéralisation de l’offre d’assurance santé ; réforme de la médecine de ville qui permettrait de soulager la fréquentation des milieux hospitaliers.

Toutes ces idées n'aboutiront pas si on retombe dans les errements du « tout public » et de la gestion seulement comptable. La revalorisation du rôle des médecins (libéraux notamment) vus comme la colonne vertébrale du système de santé (8), la confiance dans le marché, en permettant la concurrence entre le système d’assurance publique et les assurances privées, et la liberté de choix donnée aux citoyens pourraient être les principes directeurs d’une réformes enfin innovante et indispensable pour permettre la survie de notre système de santé dans un contexte où l’austérité et la raréfaction des moyens s'imposent à tous et pour longtemps.

 

(2) Dont la dernière, la loi « Hôpital, patients, santé et territoires » de 2009, est en cours de mise en œuvre...

(3)  OCDE, Panorama de la Santé 2011.

(4) Ibid. Ce chiffre est de 0% pour la France

(5) OCDE, Panorama de la Santé 2011, op. cit

(6) Sources pour la France, Assurance maladie, Chiffres et repères 2008 et pour l’Allemagne, Bundesministerium für Gesundheit 2009.

(7) Direction de la Sécurité sociale, Les chiffres clés de la Sécurité sociale 2010, édition 2011.

(8) Une belle réflexion sur l’avenir et le rôle du médecin est proposée par Guy Vallancien, « Le médecin du XXIe siècle : sa place et son rôle », Le débat,N°167, novembre-décembre 2011, pp. 80-99.


Retrouver l'article complet sur le site de l'institut Thomas More : 

Santé : analyse de la dépense publique en France et en Allemagne

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

02.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours

05.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

06.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

07.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

01.

Le War President

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
SuperCopter
- 06/03/2012 - 18:27
A Mad 3
Le seul point que révèle les chiffres, c'est l'usage excessif de médicaments et le déficit chronique des établissements publics de santé. Autrement dit, les usagers consomment trop et mal les prescriptions des médecins : Donc faut de l'éducation, de la prévention et du contrôle. Plus que des tarifs en hausse.
Quant au déficit chronique, c'est que les moyens amassés ne suffisent pas pour offrir le service tel qu'il est offert actuellement.
Vous dîtes que le déficit est dû au surplus de bureaucrates. C'est possible, il faut enquêter.
Mais n'avalez pas débilement ce qui est dit parce que vous vous sentez floué par le système sanitaire actuel.
Il y a des changements opérés, incontestablement, vu le déficit financier mais de là à en dire que le système médical français est inefficace, archaique... Il n'y a qu'un pas vers la fosse dans laquelle se jettent les crédules et les énervés.
Prenez le temps de voir de vous-même, de lire à droite à gauche (jeu de mots pour dire de lire de tout et de tout le monde ! Et de lire des journaux de droite et de gauche sur la question !^^). Plus vous en savez, mieux c'est !
L'argent ne résume pas la santé. Si certains y croient, ils ont un problème..
SuperCopter
- 06/03/2012 - 18:19
A Mad 2
Vous vous référez à un auteur dont les faits présentés sont uniquement monétaires et dont les interprétations les dépassent. C'est- à-dire qu'ils utilisent les données sur les coûts d'exploitation pour avancer des commentaires de qualité des soins ou d'efficacité de l'activité médicale à propos de santé public.
"Cela n'est pas le fait du hasard, mais le fruit de plus de lucidité et de courage outre-Rhin, où l'on a mis en œuvre des réformes visant à l’alignement des tarifs de remboursement des actes effectués dans les hôpitaux publics sur ceux effectués dans les hôpitaux privés"
Tarifs privés = lucidité = efficacité ? Juste en disant qu'il y a moins de personnel et des tarifs plus élevés ? Fortiche l'analyse...
"L'Assurance maladie pourrait économiser 14,3 milliards d'euros par an si elle alignait le montant de ses remboursements sur celui de l'Allemagne"
Là, c'est une question d'ajustement budgétaire que je rejoins. On doit fournir une prestation publique avec les moyens dont on dispose. Pas plus.
"Toutes ces idées n'aboutiront pas si on retombe dans les errements du « tout public » et de la gestion seulement comptable." Un analyste comptable qui fait cette remarque c'est le comble
LECANDIDE
- 06/03/2012 - 17:12
Approximations et erreurs en tout genre
Comparer deux systèmes de santé en omettant de parler de l'espérance de vie (en bonne santé) comparée des deux pays est un peu léger.
Un graphique: (référence: Wiki)

Espérance de vie en bonne santé (2008)1
Pays Homme Femme
Allemagne 55,8 57,4
France 62,4 64,2

Et quand je lis dans l'article: "Seulement 0,3% des Allemands eux-mêmes considèrent que cet accès est impossible du fait de la distance du plus proche établissement hospitalier", je constate que 0,3% c'est seulement... 243 000 Allemands qui ont un accès désastreux à la santé.
Seulement 243 000!