En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

03.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

06.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

07.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
pépites > International
Argent sale
« FinCEN Files » : l'argent sale et les grandes banques mondiales
il y a 8 min 1 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Détour" de Luce D'Eramo : survivre et revenir de l’enfer, un témoignage poignant, un livre rare

il y a 18 min 18 sec
pépites > Social
Paradoxe
La Métropole du Grand Paris est marquée par de fortes inégalités sociales qui ont augmenté
il y a 55 min 47 sec
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 2 heures 27 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 4 heures 7 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 4 heures 42 min
décryptage > Religion
Quand faut y aller, il y va très fort

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

il y a 5 heures 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Le Sénat veut empêcher les sociétés d’autoroutes d’augmenter les tarifs pour compenser l’effondrement des recettes liées au Covid-19

il y a 5 heures 27 min
pépites > Politique
Laïcité
Loi sur le séparatisme : pour Jean-Luc Mélenchon, "ce qui est visé, c'est l'islam"
il y a 19 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le métier de mourir" de Jean-René Van Der Plaetsen : spécial rentrée littéraire, un avant-poste confiné en territoire hostile. Le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 9 min 22 sec
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La Chine plus forte que le Covid. La France et les autres, au garde-à-vous

il y a 36 min 2 sec
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 1 heure 59 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 2 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 3 heures 37 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 4 heures 12 min
décryptage > Justice
Horizons et moyens limités

Insécurité : pourquoi les ministères régaliens sont condamnés à l’esbroufe

il y a 4 heures 48 min
décryptage > Santé
Avec parcimonie

Pourquoi reprendre le sport trop vite n’est pas une bonne idée quand on a eu la Covid-19

il y a 5 heures 21 min
pépites > Politique
Tension
Pierre Person délégué général adjoint de La République en marche démissionne et invite Guerini à l'imiter
il y a 5 heures 53 min
pépite vidéo > Insolite
La tour infernale
Rennes : les habitants d'un immeuble dont le bardage émet un bruit de scie circulaire vivent un enfer
il y a 22 heures 8 min
© Reuters
© Reuters
Bulletin de notes

Génération quinquas : le match des stratégies des prétendants au leadership d'une droite decapitée

Publié le 28 avril 2017
Le parti Les Républicains doit se trouver un nouveau chef après la défaite de François Fillon à l'élection présidentielle. En coulisse, les ténors affutent leurs armes pour prendre position. Si François Baroin et très offensif, Christian Estrosi est plus dans l'entente avec Emmanuel Macron. L'échéance importante est l'élection législative de juin.
Tristan Quinault-Maupoil
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tristan Quinault-Maupoil est journaliste politique au Figaro.fr. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le parti Les Républicains doit se trouver un nouveau chef après la défaite de François Fillon à l'élection présidentielle. En coulisse, les ténors affutent leurs armes pour prendre position. Si François Baroin et très offensif, Christian Estrosi est plus dans l'entente avec Emmanuel Macron. L'échéance importante est l'élection législative de juin.

Atlantico : Qui parmi les ténors de la droite est le plus à même de prendre la tête des Républicains dans la campagne des législatives ? Quelles sont les stratégies mises en place par François Baroin, Laurent Wauquiez, Xavier Bertrand ou Christian Estrosi  à cet effet, et notamment dans leur positionnement vis à vis d'Emmanuel Macron ? 

Tristan Quinault-Maupoil : Laurent Wauquiez est en position de prendre la direction du parti Les Républicains et pour la direction de la campagne des législatives, c'est François Baroin qui est en tête. Les sarkozystes se sont mis d'accord. Ils se sont organisés pour imposer ces deux noms là mardi matin à l'occasion d'un petit déjeuner où ils ont pu discuter de ces sujets-là. Brice Hortefeux qui est vu comme la voix de Nicolas Sarkozy avait déjà évoqué ces deux noms-là le lundi à la radio pour assurer le fonctionnement du parti pour l'après présidentielle. C'est grâce à cette organisation que les sarkozystes ont pu s'imposer. A l'inverse, les juppéistes ont contesté ces deux choix-là mais n'ont pas eu de leader à proposer en lieu et place de François Baroin et Laurent Wauquiez. Ils se sont moins bien organisés pour s'imposer dans cette course. Les fillonistes sont quant à eux mal placés pour imposer quoi que ce soit. Ils ont perdu la présidentielle dès le premier tour. Le premier cercle a soutenu François Fillon dès le début contre vents et marée. Les sarkozystes se sont positionnés de fait pour prendre la direction du parti. 

En ce qui concerne Laurent Wauquiez et François Baroin, ils ont tous les deux opté pour la stratégie du coup de force, ce que certains appellent un putsch. Ils s'imposent en l'absence d'alternative. C'est un état de fait qui devient une évidence. 

Pour Christian Estrosi, c'est un peu plus compliqué parce qu'il a évoqué la possibilité de tendre la main à Emmanuel Macron. Il laisse même entendre qu'il pourrait former une coalition avec le candidat d'En Marche!. Il sort du cadre des Républicains. Cela va être compliqué pour lui de trouver une place dans le nouvel organigramme du parti. 

En ce qui concerne Xavier Bertrand, il a réuni ses proches lundi. Lui aussi veut s'organiser. Il était l'invité du journal de 20 heures sur France 2 hier soir. Il n'a pas fait d'annonce mais a tenu à rappeler de l'importance de voter pour Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle et de faire barrage au Front National. Est-ce que c'est la conséquence de sa réunion de lundi ? C'est un peu tôt pour le dire. Ce qui est sûr, c'est qu'il souhaite peser dans la nouvelle organisation des Républicains mais on ne sait pas encore comment il compte le faire. Xavier Bertrand est dans une situation un peu similaire à celle de Christian Estrosi dans la mesure où il a été élu président d'une région, les Hauts de France, après les élections régionales de décembre 2015. Il s'était imposé grâce à un front républicain avec les voix de la gauche. Il a proposé de tendre la main à Emmanuel Macron. Ce n'est pas le ténor qui a les mots les plus durs. Il élargit sa prise de parole au-delà du cadre du parti. On peut rajouter Bruno Le Maire qui évoquait la possibilité d'une coalition.

En réalité, il y a au sein de la droite ceux qui sont persuadés que même en ayant perdu les présidentielles, la droite peut arriver au pouvoir grâce aux élections législatives. Ce sont qui pensent que la droite a perdu l'élection présidentielle uniquement à cause de François Fillon et que les idées de droite sont majoritaires en France. Ils sont convaincus que la droite l'emportera en juin prochain. Ces ténors-là sont sur une ligne intransigeante par rapport à Emmanuel Macron. Enfin, il y a une autre ligne qui ne croît que moyennement à cette victoire en juin et qui pense que la seule manière d'exercer le pouvoir, c'est de dialoguer avec le candidat d'En Marche! et participer au renouvellement de la classe politique. Bruno le Maire est l'une des personnalité qui s'était présentée à la primaire comme le candidat du renouveau. Xavier Bertrand fait partie de ces quadras qui souhaite encore avoir une action au sein du parti et Christian Estrosi qui est plus âgé mais qui est de la même génération que François Fillon et Nicolas Sarkozy et veut encore exercer le pouvoir. 

Quels sont les atouts dont devront disposer ces personnalités pour espérer prendre le "lead" sur le parti ? Comment se positionnent-ils à l'heure actuelle dans cette course ? 

Pour prendre le commandement du parti, les prétendants doivent avoir le cœur des militants. Ce qui est une chose assez difficile à réaliser parce que pour avoir le cœur des militants, il faut tenir un discours intransigeant, un peu dur, ce qui peut être en contradiction avec le pouvoir ou il faut élargir son influence à tous les Français. Pour convaincre l'ensemble des Français, il faut être capable d'avoir un discours un peu plus modéré. C'est ce que Laurent Wauquiez fait. Il a le cœur des militants parce qu'il joue la carte des militants tout comme Jean-François Copé ou Nicolas Sarkozy avaient pu le faire à leur époque. 

On peut compter deux catégories de ténors chez Les Républicains. D'une part, ceux qui pensent pouvoir accéder au pouvoir via le parti, que le parti représente une première étape, une rampe de lancement pour le pouvoir. C'est le cas de Laurent Wauquiez. Et il y a ceux qui pensent au contraire que le parti est quelque chose de démodé, qui veulent se passer du parti et regardent l'exemple d'Emmanuel Macron avec attention. C'est notamment le cas de Bruno le Maire.  

L'union du parti, bien que fragile, a pour le moment résisté aux différentes affaires Fillon pendant la campagne, celle-ci est-elle à risque en vue des prochaines législatives ? Une tension politique interne pourrait-elle achever les tensions existantes, ou la résilience du parti est-elle encore suffisante pour y résister ?

L'unité au sein des Républicain est d'abord fragilisée par une question de ligne politique plus que par l'affaire Fillon. Les ténors cherchent à savoir quel ton adopter face à Emmanuel Macron. Est-ce qu'il faut adopter une ligne plus à droite ou plus centriste ? Voilà les enjeux qui divisent la droite actuellement. L'affaire Fillon est cantonnée à l'ancien candidat sur lequel la faute est rejetée. Le soir de la défaite, Éric Woerth avait tout de suite déclaré que ce n'était pas une défaite de la droite mais une défaite personnelle de François Fillon. L'idée selon laquelle la défaite à la présidentielle est une défaite personnelle du candidat fait consensus. On peut tout de même trouver à droite quelques voix qui expliquent qu'il faut trouver des idées moins radicales que celles de François Fillon. Mais une fois encore, c'est un débat de ligne politique et pas sur l'affaire en tant que telle. 

L'unité du parti des Républicains a assez bien tenu jusqu’à présent. Désormais, il n'y a qu'une seule échéance, les élections législatives. Soit la droite les remporte et elle se trouvera face à l'exercice du pouvoir. La question de l'unité sera mise sous le tapis. Ou bien, elle les perd, et ce sera la deuxième défaite en très peu de temps et là, ça peut ouvrir une crise très importante chez les Républicains. Les prochaines législatives seront décisives. 

 
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 28/04/2017 - 16:46
@Leucate
La plupart des gros rats sont des rats des villes! Les musaraignes nationales occupent le terrain.
Leucate
- 28/04/2017 - 13:43
@Anouman - les gros rats cherchent refuge
Les gros rats du PS ont déjà embarqué sur le rafiot de Macron, un pédalo retapé. Les gros rats de LR cherchent à y grimper mais les rats PS ne leur feront pas de place où quelques strapontins.
De LR ne restera que les sympathisants et militants qui sont la plupart furieux et écoeurés du comportement de leurs anciens chefs et qui se trouveront d'autres leaders.
Leucate
- 28/04/2017 - 13:38
Que restera-t'il de LR ?
Les crabes ont choisi Macron et se battent pour en prendre la direction de LR. Mais que restera-t'il de ses militants et électeurs dont beaucoup se sont sentis trahis par leurs dirigeants qui se révèlent être à gauche alors qu'une grande partie de la troupe se sent de droite et va voter MLP ?
Il y aura donc scission de LR et constitution d'un nouveau parti, les centristes rejoignant le néo-PS Macron, les droitistes se rassemblant dans une nouvelle structure.
Cela se fera certainement au moment des législatives.