En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

06.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

ça vient d'être publié
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 3 heures 48 min
décryptage > Politique
La voix de son maître

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

il y a 5 heures 22 min
light > Culture
Industrie à l'arrêt
Disney repousse une douzaine de films Marvel à cause de l'épidémie
il y a 6 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire populaire du football" : Populaire et subversif : vive le foot !

il y a 8 heures 7 min
pépites > France
Drame
Drôme : deux morts et sept blessés dans une attaque au couteau perpétrée par un demandeur d'asile soudanais
il y a 8 heures 30 min
pépite vidéo > Media
Racisme
"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus
il y a 9 heures 52 min
décryptage > Religion
Besoin de sens

Sauver Pâques : les catholiques se mobilisent pour communier malgré le confinement

il y a 10 heures 30 min
décryptage > Environnement
Rions vert

C comme con, con comme Cochet : il confond le CO2 et le coronavirus !

il y a 10 heures 46 min
décryptage > High-tech
Applis stars du confinement

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

il y a 11 heures 3 min
décryptage > Politique
Dérapages à répétition

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

il y a 11 heures 22 min
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 4 heures 43 min
light > Media
Solidarité
Le groupe Canal+ va reverser ses recettes publicitaires de 20h à la Fondation de France
il y a 6 heures 6 min
pépite vidéo > International
Le monde d'avant
Coronavirus : en Suède, sans confinement, la vie continue comme si de rien n'était
il y a 6 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Maus", Tomes 1 et 2 : Un roman graphique hors norme

il y a 8 heures 11 min
pépites > Défense
Touchés
Coronavirus : 600 militaires français atteints
il y a 8 heures 46 min
décryptage > International
Vital

Pour éviter les famines, ne pas interrompre le commerce mondial de céréales

il y a 10 heures 22 min
décryptage > Santé
Aller de l'avant

Covid-19: Il faut accélérer, ce n’est jamais trop tard

il y a 10 heures 37 min
décryptage > Education
Imaginaire

Si le coronavirus fait irruption dans les jeux de vos enfants, ne vous faites pas de soucis

il y a 10 heures 53 min
décryptage > Société
Pas de retour à la normale rapide

Déconfinement graduel : attention danger dans l’opinion

il y a 11 heures 10 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Jeanne d'Arc, une dissidente au temps du Moyen Age

il y a 11 heures 32 min
© ERIC FEFERBERG / AFP
© ERIC FEFERBERG / AFP
Nouveau clivage

France qui souffre ou France qui gagne : les bonnes et les mauvaises raisons de voter Macron

Publié le 26 avril 2017
Le deuxième tour de la présidentielle entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen oppose une France qui gagne à une France qui souffre. Le clivage est sans doute simpliste, mais il est plus réaliste que le clivage traditionnel entre la France de droite et la France de gauche.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le deuxième tour de la présidentielle entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen oppose une France qui gagne à une France qui souffre. Le clivage est sans doute simpliste, mais il est plus réaliste que le clivage traditionnel entre la France de droite et la France de gauche.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les appareils de la gauche et le PS en particulier, ont explosé et que la droite républicaine elle-même s’est fracturée.  Le Parti socialiste comme les Républicains ne représentaient plus la réalité sociologique, idéologique et culturelle du pays. 

Si Emmanuel Macron veut devenir Président de la république, il va falloir qu’il parle à la France entière. La France qui gagne (celle qu‘il connaît) mais aussi à la France qui souffre. Son challenge va donc être d’offrir à cette France en difficulté des moyens d’en sortir qui ne soient pas les vieilles recettes d autrefois. Parce que cette France des campagnes ou des villes moyennes a besoins de protections sociales certes, mais elle a surtout besoin d‘outils pour sortir des zones de risques dans lesquelles elle s’asphyxie. 

On ne pourra pas nier que Marine Le Pen à l’extrême droite et Jean-Luc Mélenchon à l’extrême gauche ont su percevoir le mal de vivre d’une partie de la population française. Cette France de la campagne, des villes moyennes abimées par les délocalisations industrielles ou de la banlieue minée par les cohabitations ethniques difficiles. Cette France touchée par le chômage de masse, sans projet ni moyen. Cette France angoissée par l‘avenir, frustrée de ne pas profiter des dividendes du progrès. Cette France-là a trouvé deux oreilles pour les entendre. Cela dit, on ne peut pas dire que l’oreille droite a permis à Marine Le Pen d’apporter des réponses réalistes. Le programme du Front national livre à la vindicte populaire une liste de boucs émissaires : l’Europe, la mondialisation, l’euro, la BCE, etc. mais Marine le Pen n’offre aucune perspective de réforme applicable. 

L’oreille gauche a permis à Jean-Luc Mélenchon de faire une formidable campagne avec en gros la même musique, et des paroles efficaces, mais son  numéro de chef des indignés n’a offert, lui non plus, aucune alternative plausible. 

Les deux mouvements extrémistes n'apportent aucune solution, hormis la perspective de catastrophes économiques qui se seraient retournées contre ceux des électeurs qu’ils voulaient aider. Ou alors auraient semé des ferments de désordres très graves.  

L’arrivée d’Emmanuel Macron en tête de gondole au premier tour a écarté le risque politique que beaucoup craignaient avec Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. C’est d’ailleurs ce seul évènement qu’a salué l’ensemble des marchés financiers du monde entier. Et les marchés financiers ce sont les investisseurs et les épargnants c’est à dire tous ceux qui fabriquent l’avenir. C’est bien la preuve que pour le monde des affaires du monde entier, l’arrivée de Marine Le Pen ou de Jean-Luc Mélenchon était synonyme de catastrophe systémique. C’est bien la preuve que la France est totalement imbriquée dans le système mondial et qu'elle y pèse d’un poids très important. Que la Grande-Bretagne sorte de l’Union européenne ne gênera que les anglais, que les grecs sortent de l’euro ne gênerait que les grecs (et c’est bien pourquoi ils ne le font pas) ... Mais que la France sorte du système, ça perturberait le monde entier. 

Maintenant, au deuxième tour de la présidentielle, une majorité de français va sans doute confirmer Emmanuel Macron. Les problèmes ne vont pas être réglés pour autant. Emmanuel Macron bénéficiera du soutien de la France qui a profité de la modernité et de ceux qui sont allergiques à l’extrémisme de droite et au populisme représenté par Marine Le Pen... Très bien, mais à partir de là, tout reste à faire avec ou sans majorité. 

Pourquoi ? Parce Macron doit maintenant convaincre au delà du périmètre de ceux qui lui ont permis de gagner au premier tour. Il lui faut aller chercher à droite comme à gauche des français qui ne votaient pas pour lui. 

1° Alors il y a des Français qui ont des mauvaises raisons sont d’une banalité affligeante de voter Macron. Comme dans toutes les élections, beaucoup voteront Macron pour protéger leurs petits intérêts corporatistes, économiques, financiers...Beaucoup voteront parce qu’ils ont peur du changement brutal, du désordre, peur aussi de perdre quelques petits privilèges, peur de perdre une rente ou un job. Ces raisons ne sont pas très nobles mais elles sont légitimes. Chacun vote en toute liberté et après tout, personne n’est obligé de justifier son vote. 

2° Mais il y a aussi beaucoup de bonnes raisons de voter Macron. La France qui va voter Macron est sans doute celle qui croit en l’Europe fédérale, qui a confiance dans l’euro, et qui considèrent que les échanges commerciaux et l ouverture sur le monde sont des facteurs clefs du progrès.

Tous ceux l’espèrent seulement que Macron pourra apporter une pédagogie des outils libéraux qui permettront à ces outils là d’être enfin appliqué en France. Parce que jusqu'a maintenant, les gouvernants précédents se sont plantés. Ils ont même finis par exploser en vol.

Parce que jusque alors, les gouvernements ont eu des discours intentionnels pour reformer la société française sans le faire. Les gouvernements successifs ont cédé aux lobbies, et aux intérêts corporatistes. Et ça n’a pas pas marché. La pédagogie n’est pas passée. Les résultats n’ont pas été délivrés. 

Bref ceux qui vont voter Macron croient que le système d’économie de marché qui s’est imposé partout dans le monde est incontournable pour créer des richesses. Ceux là pensent aussi qu’il est le mieux placé pour permettre à ceux qui ont le sentiment d’avoir été abandonnés par la modernité de revenir dans le jeu. Au candidat d en apporter la preuve. 

Sans tomber dans le cynisme, la France, qui a les moyens de profiter de la modernité, a aussi intérêt à ce que l’ensemble du pays monte dans le train et profite du mouvement de progrès.  

Alors, le cœur des programmes extrémistes est de promettre de la protection à ceux qui sont en risque, sachant que ce sera toujours insuffisant et décevant. On le voit bien chez Trump. Le président américain est incapable de respecter ses promesses et de délivrer des résultats.

 

e cœur du projet incarné par Emmanuel Macron est de mettre en place des moyens d’incitations, pour aider tous ceux qui se sentent déclassés à sortir de la zone de risque. C’est beaucoup plus difficile à mettre en œuvre mais nécessaire. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

06.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
BOCE64
- 27/04/2017 - 07:14
Deneziere
Ok avec ton post !

En 2022 on va rire !.. jaune ?
Semper Fi
- 27/04/2017 - 02:51
@Sylvestre... qui ne répond jamais
Il y a aussi une 3e catégorie que vous oubliez toujours. Ceux qui bénéficient sans aucun doute de la mondialisation (j'ai la chance d'en faire partie), mais qui refusent tout simplement la disparition des Etats-nations au sein d'un ensemble fédéral voué à l'échec puisqu'il n'existe pas de nation européenne (au sens donné par Ernest Renan). Oui à un grand marché commun, pourquoi pas une monnaie unique (on est dedans et le prix à payer pour en sortir serait certainement très élevé, donc on fera avec), mais hors de question que la France ne devienne qu'une simple province d'une supra-nation européenne. Bien sûr, les autres nations de l'UE sont nos alliés/amis mais en aucun cas leurs ressortissants ne sont nos concitoyens. C'est aussi simple que cela. J'ajouterai que votre parti pris d'opposer mondialisation et conservation d'une souveraineté pleine et entière est malhonnête intellectuellement puisque 80% des états dans le monde (et non des moindres) sont à la fois pleinement souverains tout en bénéficiant des bienfaits de la mondialisation. Alors OUI, je suis économiquement complètement mondialisé mais NON, je ne voterai pas MACRON le 07 mai. PS : @denezieres 100% d'accord
Deudeuche
- 26/04/2017 - 21:10
Denezieres
Mes respects!