En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

05.

Retraites : les bénéfices économique de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

03.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Ville de demain

Bâtiment, immobilier, transports : ces vraies initiatives pour une ville plus durable

il y a 48 min 18 sec
décryptage > Economie
Nouvelle ère ?

Première réunion de l’ère Lagarde : la BCE peut-elle se saisir des problèmes structurels qui minent la zone euro ?

il y a 1 heure 41 min
décryptage > Politique
1979 all over again

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

il y a 3 heures 27 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?
il y a 5 heures 21 min
décryptage > Sport
Formule magique

PSG/ Galatasaray : Neymar, M’Bappé et les millions : les Parisiens trouvent leur formule magique

il y a 6 heures 46 min
décryptage > Politique
Erreurs de stratégie

Quand LR se transforme en machine à fabriquer des orphelins politiques

il y a 7 heures 4 min
décryptage > Economie
Impact au long cours

Retraites : les bénéfices économique de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

il y a 7 heures 6 min
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 20 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 22 heures 11 min
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 22 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
Cohue
Grève : couloirs bondés et scènes improbables dans les transports parisiens
il y a 53 min 22 sec
décryptage > Politique
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 11 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 42 min
décryptage > Santé
(Art)thérapie

Comment la danse peut aider à lutter contre la dépression, Parkinson et autres troubles neurologiques

il y a 3 heures 32 min
décryptage > Faits divers
Accroche : Ça s'est passé chez nous…

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

il y a 6 heures 41 min
décryptage > Politique
Techno-suicide

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

il y a 6 heures 53 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

il y a 7 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 19 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 22 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 22 heures 16 min
light > Insolite
Too bad!
Un artiste vend une banane scotchée au mur 12.000 dollars : un autre la décroche, la pèle et la mange
il y a 1 jour 32 min
Atlantico Business

Pourquoi le duel Macron / Le Pen n’évite en rien les risques de blocage du système

Publié le 25 avril 2017
Jamais la différence entre deux offres politiques n’aura été aussi antagoniste. Entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, le risque est un blocage total du système.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jamais la différence entre deux offres politiques n’aura été aussi antagoniste. Entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, le risque est un blocage total du système.

Ouf, quel soulagement! Les marchés financiers européens ont salué dans l’euphorie, les résultats du premier tour de la présidentielle parce qu‘ils craignaient une finale entre Le Pen et Mélenchon, qui aurait immédiatement fait exploser le système financier européen et détruit la confiance nécessaire à l'équilibre et au fonctionnement des banques. 

Si le deuxième tour nous avait laissé le choix entre Le Pen et Mélenchon, on aurait eu sans doute beaucoup de mal à travailler cette semaine. 

Avec un duel Macron/ Le Pen, ils échappent donc à la catastrophe systémique, mais le pays court quand même vers un risque de blocage.

Aucun de ces deux candidats n’a de majorité établie. Ni Emmanuel Macron, ni Marine Le Pen. Et chacun devra redessiner tout le paysage politique et entrer dans l'univers compliqué des coalitions. Or, nous n'avons pas en France cette culture de la coalition et le fonctionnement de la Ve République ne la favorise pas.

Mais ce qui va provoquer une véritable déflagration, c’est que la rencontre entre Macron et Le Pen va susciter un choc entre deux offres politiques complètement antagonistes. Violemment et diamétralement opposées. Dans toutes les composantes de l'action politique, sur tous les leviers. Entre Macron et Le Pen, c’est le jour et la nuit. Le fer et le feu.

1e Sur l’Europe, Emmanuel Macron est pro européen, pro monnaie unique. Parfaitement conscient des dysfonctionnements de la zone euro, il plaide pour une amélioration des mécanismes de solidarité et considère que le seul avenir de la France dans le monde tel qu’il est, est de participer à l'ensemble de l’Union européenne en consolidant l’axe entre Paris et Berlin. L’Europe est le facteur premier de la sécurité et du progrès économique. Donc Macron, c’est plus d’Europe.

Pour Marine Le Pen, c’est tout le contraire, la France devra retrouver ses pouvoirs, ses souverainetés, ses frontières, sa monnaie. Pour Marine Le Pen, si la France a de grandes difficultés c’est parce qu’elle a été asservie aux mécanismes de Bruxelles ou de Francfort. Pour Marine Le Pen, l'avenir passe donc par la sortie de l’euro et de l’Europe. Sans pour autant expliquer comment dans des conditions autarciques, les Français préserveraient leur modèle de vie et de société sans la solidarité européenne. Donc Marine Le Pen, c’est moins d’Europe.

2e Sur la mondialisation, les deux candidats ont également des positions inverses.

Pour Macron, la mondialisation est inéluctable, la question est donc de l'assumer pour en saisir toutes les opportunités et les richesses, parce que la mondialisation est facteur de progrès

Pour Marine Le Pen, la mondialisation a fait le lit du diable, il faut donc la réguler, la freiner, rentrer dans ses frontières sans penser une seconde aux 40 % des emplois en France qui dépendent des échanges internationaux, sans imaginer un seul instant les avantages de la spécialisation internationale.

3e Sur la politique économique, on a aussi deux positions antagonistes. Emmanuel Macron s’inscrit dans une logique de l’offre, qui donne la priorité aux entreprises, à la compétitivité cout et hors cout, qui privilégie donc l'innovation, la création d’entreprise et de valeur, la souplesse et la réactivité. Par conséquent, Macron plaide pour une réduction effective du périmètre de l'Etat et une meilleure organisation administrative, plus de service, plus d’efficacité.

Marine Le Pen, elle, s’inscrit plus dans une logique de la demande, c’est à dire que les moteurs resteraient l'Etat et la dépense publique. Peu importe le déficit budgétaire, peu importe l’endettement, peu importe l'investissement et son financement.

4e Sur la politique sociale, et le droit du travail, Emmanuel Macron est évidemment pour le maintien du modèle social français à condition qu’il soit mieux géré et donc mieux protégé dans ses équilibres et son fonctionnement. La clef est de renforcer le pouvoir syndical en le rapprochant de l'entreprise. Emmanuel Macron n’est pas éloigné de la CFDT, c’est à dire de la recherche permanente du compromis et la prise en compte des mutations technologiques ou démographiques. Donc Macron touchera à la durée du travail, à la retraite, et à l'organisation syndicale.

Marine Le Pen a un discours très classique et très conservateur dans la gestion du droit du travail et des organismes sociaux. Elle ne   touche à aucun des acquis sociaux et pour trouver des marges de fonctionnement, elle sort du champ des bénéficiaires les populations immigrées et stoppe le flux des arrivées en fermant les frontières.

5e Sur la fiscalité, le nombre et l’organisation des fonctionnaires, les conditions de sécurité, la santé, l’éducation, on retrouve les mêmes antagonismes. Alors qu’Emmanuel Macron est partisan de tout faire pour permettre à l'écosystème d’affronter la concurrence étrangère, Marine Le Pen a, elle, des réactions de protection nationale, de repliement sur elle-même, contre ce qu‘elle appelle une mondialisation sauvage, une concurrence violente et une dérégulation libérale.

Les risques d’un tel antagonisme.  Alors, un tel antagonisme, peut avoir un rôle pédagogique. L‘irruption de l’Europe dans le débat du premier tour a très certainement fait progresser la connaissance des mécanismes européens et de l’euro. Les Français ne sont pas majoritairement favorables à la sortie de l’Union européenne ni à la sortie de l’euro.

Cela dit, ces antagonismes là vont encore cristalliser plus qu’ils ne le sont actuellement, les positions politiques et vont rendre très difficiles la construction d’une coalition.

Emmanuel Macron n’a à ce jour aucun député à l'Assemblée nationale, il va devoir passer et attirer à lui des candidats et de la droite et de la gauche. C’est possible à faire

Quant à Marine Le Pen, elle n’a que deux députés, donc le problème est identique. Sauf que ça sera plus difficile. On voit mal le parti de Jean-Luc Mélenchon venir l'aider, en dépit des incertitudes et de son refus d’annoncer un désistement en faveur de Macron.

Les sondeurs, les observateurs étrangers et les marchés financiers considèrent que Macron emportera la finale dans deux semaines. Ils ont sans doute raison, sauf que, quoi qu’on dise, sa légitimité ne reposera toujours que sur 24% des électeurs. Reste que près de la moitié de la population française, celle qui a notamment voté Mélenchon, ou Le Pen se situe hors système, et s’oppose à l’organisation actuelle de la société, une organisation ouverte sur le monde et sur l'Europe, fondée sur l'économie de marché.

Dans ces conditions, le président élu n’a pas forcement le pouvoir nécessaire pour ouvrir les grands chantiers de réformes.

Si le risque Le Pen est écarté, le risque de blocage du système demeure.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

05.

Retraites : les bénéfices économique de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

03.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 25/04/2017 - 14:27
ah !!!
L'avantage avec Sylvestre, c'est qu'il n'a aucun mal à écrire des conneries puisqu'il vous tient pour un con
D'abord, comme vous êtes con, il faut présenter les choses de manière simple et simpliste , comme ça les cons et même et surtout les cons vont con-prendre! C'est clair?
Ensuite, comme c'est fait pour les cons, même les cons vont comprendre la différence entre le "jour et la nuit" !!! Hein, vous avez bien con-pris comment il fallait voter!
Enfin et on ne s'en lasse pas: depuis la mort de Clovis et la naissance d'Antoine Pinay dont le parrain fut Giscard, Sylvestre répète connement les mêmes choses: non varietur qu'on se le dise, car un con qui parle aux cons, c'est un langage inaltérable et d'ailleurs intraduisible en verlan! Hein Brighelli ça te nique!!!!
hermet
- 25/04/2017 - 12:50
Bravo
Avec Macron-Lepen, on est sûr d'avoir Mélenchon-Lepen dans les années à venir, il ne pourra réformer et sera condamner à un immobilisme mou dans un monde occidental en croissance atone autant dire que son bilan sera au mieux aussi mauvais que son mentor donc au final ce sera Mélenchon-Lepen, et comme les vannes de l'immigration musulmane seront lâché sous Macron, c'est Mélenchon qui l'emportera, d'ailleurs un duel Macron-Mélenchon s'est joué à peu, donc il faudrait être fou pour investir en France à partir d'aujourd'hui et c'est avec regret qu'il faut songer à faire ses valises...La valise ou le c...
J'accuse
- 25/04/2017 - 10:54
Changement de paradigme
C'est un non-choix qui a été fait en sélectionnant Macron et Le Pen, candidats sans majorité possible à l'Assemblée. Cette Présidentielle ne fait que choisir le locataire de l’Élysée, qui peut être rendu presque totalement impuissant par l'Assemblée. Certain voulaient la VIe République (en fait un retour à la IVe): nous y voilà.