En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

04.

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

05.

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

07.

Libye : les occidentaux cumulent naïveté et erreurs géopolitiques en série

01.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

04.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

05.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

06.

Grève sans fin : si les Gilets jaunes ont ébranlé la République, le conflit autour des retraites ébranle la majorité

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Les Aristochats véhiculent les valeurs de la bourgeoisie riche". On a entendu ça sur France Culture !

04.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

05.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

06.

LR : le tigre de papier

ça vient d'être publié
light > Culture
Slim shady
Eminen surprend tout le monde et sort un nouvel album
il y a 9 heures 47 min
pépites > Culture
Evènement chez Michelin
Le guide rétrograde le restaurant de Paul Bocuse
il y a 10 heures 43 min
décryptage > Social
Retraites

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

il y a 12 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

« La révolution des plantes » : un livre scientifique à la portée de l’homme de la rue

il y a 14 heures 13 min
décryptage > Justice
Euthanasie

Euthanasie : 3 médecins jugés en Belgique dans un procès sans précédent

il y a 14 heures 39 min
décryptage > International
Gorbatchev à la sauce iranienne ?

Glasnost, le retour ? Le président iranien demande de la transparence

il y a 15 heures 48 min
décryptage > International
Copycat

Contagion : Les démocrates trumpisent leur communication

il y a 16 heures 26 min
décryptage > Santé
Drames sanitaires

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

il y a 17 heures 27 min
pépites > Politique
Alliances
Municipales à Paris : Pierre-Yves Bournazel retire sa candidature et soutient Benjamin Griveaux
il y a 1 jour 9 heures
light > Justice
Placé sous contrôle judiciaire
Le réalisateur Christophe Ruggia a été mis en examen pour "agressions sexuelles sur mineur de 15 ans" dans le cadre de l'affaire Adèle Haenel
il y a 1 jour 10 heures
L'assassin assassiné
En Inde, un homme arrêté pour le meurtre de son tueur à gages
il y a 10 heures 4 min
pépites > Social
Musée du Louvre
Une grève sauvage provoque la fermeture des portes
il y a 10 heures 49 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’octogone redéfinit le classicisme et quand l’étrier d’acier fait danser les chiffres : c’est l’actualité des montres en mode pluviôse
il y a 13 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : « Un contrat » : Polar psychanalytique entre deux hommes de parole... et de silence

il y a 14 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
Invités imprévus
Marlène Schiappa interrompue lors d'une réunion publique
il y a 15 heures 50 sec
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Libye : les occidentaux cumulent naïveté et erreurs géopolitiques en série
il y a 15 heures 52 min
décryptage > Education
Pénurie des profs

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

il y a 16 heures 46 min
décryptage > Europe
Il n’y a pas que l’union qui fait la force

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

il y a 18 heures 55 sec
pépites > Environnement
Risques climatiques et économiques
Davos 2020 : les décideurs mondiaux placent l'inaction climatique au sommet des dangers pour l'humanité
il y a 1 jour 9 heures
pépite vidéo > Politique
Soirées électorales pimentées
Elections municipales : une circulaire de Christophe Castaner pourrait avantager le score national de LREM
il y a 1 jour 10 heures
Critique

Pourquoi les entretiens annuels d’évaluation ne se passent pas du tout de la même manière selon que vous soyez un homme ou une femme

Publié le 24 avril 2017
Selon un article publié le 12 avril dernier par la Harvard Business Review,les préjugés sexistes pourraient nuire au développement d'une société, notamment au moment des revues de performances des employés.
Après un début de carrière à la Citibank de New York, puis dans le groupe Société Générale à Londres, Didier J. Durandy a créé le cabinet Grant Alexander à Londres, puis Paris, avant de se consacrer à la recherche, à la formation et au consulting en...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier J. Durandy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après un début de carrière à la Citibank de New York, puis dans le groupe Société Générale à Londres, Didier J. Durandy a créé le cabinet Grant Alexander à Londres, puis Paris, avant de se consacrer à la recherche, à la formation et au consulting en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un article publié le 12 avril dernier par la Harvard Business Review,les préjugés sexistes pourraient nuire au développement d'une société, notamment au moment des revues de performances des employés.

Atlantico.fr : Quels sont les phénomènes en jeu, et quelles sont les différences réelles constatées entre hommes et femmes dans la revue de leurs performances ? 

Didier Durandy : Cela fait plusieurs décennies maintenant qu’un nombre important de superviseurs dans les entreprises sont des femmes.

Le préjugé dit sexiste perd donc progressivement de son importance, puisque de nombreuses femmes évaluent d'autres femmes...

Il semble que les recherches effectuées par l’auteur de cet étude soient orientées : a) vers les sociétés de services, et b) vers les divisions commerciales où la qualité de la relation-client peut s’évaluer assez rapidement et facilement, grâce aux résultats obtenus ainsi qu'aux enquêtes menées auprès de clients.

Dans un service administratif, qualité, logistique, financier, voire RH, les suggestions de l’auteur, qui consistent à augmenter la fréquence des évaluations, sont sans doute moins pertinentes car fondées sur des critères moins rationnels.

 

En ce qui concerne la revue des performances, il faut prendre en compte la concurrence interne qui règne dans toutes les formes d’organisations : PME/PMI, grandes entreprises, administrations, associations, partis politiques, etc. En fait, tous les arguments sont bons pour garder le contrôle sur le collaborateur ou collaboratrice...

Si une personne – homme ou femme ne se sent pas traité(e) de façon juste et équitable, il/elle doit s’en défendre sur des bases rationnelles, objectives et prouvables.

L’attitude la plus dangereuse à cet égard consiste à subir passivement, à se plaindre aux mauvaises personnes (conjoints, amis, collègues de bureau,…) qui n’y peuvent rien et qui ne servent que de défouloirs… Je conseille à mes clients se trouvant dans des situations d’injustice, ou subissant des critiques négatives excessives par rapport à l’ensemble de leur performance, de faire valoir leur position à leur hiérarchie directe, voire au 2ème degré hiérarchique, afin d'être respectés.

Et ce pour 2 raisons : s’il existe un malentendu ou un comportement résolument discriminatoire, il est vital de montrer qu’on en est conscient de façon à se prémunir pour l’avenir ; et il est utile pour sa propre estime de soi de ne pas rester sans réaction, quelle que soit la suite ou l’issue obtenue.

.

Cependant, quels sont les risques à vouloir effacer toute subjectivité ? Comment en arriver à une situation équilibrée ? 

La situation équilibrée existe rarement dans la pratique ; s’agissant de relations humaines, la subjectivité règne dans la majorité des cas ; chercher à l’effacer conduit généralement à en créer une autre !

L’équilibre doit être recherché cependant par l’action des Ressources Humaines, puisque c’est leur prérogative de base : la gestion des ressources humaines.

Le principal obstacle rencontré réside malheureusement dans l’évolution – ou la redéfinition - des priorités des RH qui se concentrent de plus en plus sur la gestion des conflits, sur les ratios de masse salariale par rapport au chiffre d’affaires, sur les recrutements et la formation et, surtout, sur le suivi des réglementations et le respect du Droit Social.

La recherche d’une solution équilibrée, je le répète, est étroitement liée à l’attitude et au comportement des salariés qui doivent être constamment prêts à justifier de leurs actions et de leurs résultats de façon à ne pas rester passifs, voire défaitistes, lorsque des critiques négatives leur sont formulées, si tant est qu’elles ne soient pas justifiées.

Il est intéressant de noter que dans de telles situations, les hommes et les femmes sont souvent amenés à adopter des comportements opposés :

- D’un côté les hommes ont tendance à refuser les critiques que l’on peut leur adresser lors d’évaluations, en mettant en doute les capacités et la compétence de leurs auteurs ; ceci leur permet ainsi de garder confiance en eux ;

- Alors que les femmes sont généralement de nature plus vulnérables au risque de prendre les critiques au premier degré et d'initier ainsi une spirale d’auto-dévalorisation, laquelle va conforter leur évaluateur dans les critiques qu’il aura formulées…

Quel lien existe-t-il entre une bonne cohésion de groupe, et les performances d'un société? 

En fait presque tout dépend de la hiérarchie !

Les performances d‘une organisation sont largement proportionnelles à la qualité de la cohésion interne. En effet, c’est à la fois l’optimisation des talents individuels qui permet à chacun et chacune de s’exprimer pleinement dans son travail ; et c’est la reconnaissance de ces talents au sein de l’équipe qui permet de créer une complémentarité quotidienne.

Or, c’est justement le rôle du management de lancer ce type de dynamique en interne !

Mais ceci n’est envisageable que si le management en place, qu’il soit intermédiaire ou qu’il s'agisse de la direction générale, est suffisamment solide et sûr de lui pour pouvoir déléguer en toute confiance sans risque de se faire doubler, bousculer, voire éliminé par ses collaborateurs.

Dit autrement, lorsque la hiérarchie suprême n’est pas claire – ou lorsqu’elle est dominée par des luttes internes ou des conflits plus ou moins forts - la cohésion interne reste un vœu pieu…

 

En résumé, tout se passe comme si la cohésion interne à un service, un département, une filiale ou une maison-mère ne pouvait s’instaurer que de haut en bas de la hiérarchie… Rarement l’inverse. Sauf en cas de lutte de pouvoirs pour affaiblir la hiérarchie en place… Ce qui n’est pas souhaitable.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

04.

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

05.

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

07.

Libye : les occidentaux cumulent naïveté et erreurs géopolitiques en série

01.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

04.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

05.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

06.

Grève sans fin : si les Gilets jaunes ont ébranlé la République, le conflit autour des retraites ébranle la majorité

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Les Aristochats véhiculent les valeurs de la bourgeoisie riche". On a entendu ça sur France Culture !

04.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

05.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

06.

LR : le tigre de papier

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Outre-Vosges
- 26/04/2017 - 05:24
Respectons la langue
Rappelons que, suivant l’Office québécois de la Langue française, « selon que se construit toujours avec un verbe au mode indicatif. Des grammairiens signalent qu’on observe une certaine tendance à le faire suivre du subjonctif, mais ce mode est considéré comme fautif »… comme dans ce passage malheureux dans le titre: « selon que vous soyez un homme ou une femme ». Il faut dire : « Selon que vous êtes un homme ou une femme » ; pensez à La Fontaine : « Selon que vous serez puissant ou misérable ».
totor101
- 24/04/2017 - 12:19
SEXISME ?
Comment seront évalués :
- un "gros boudin" moche qui bosse sans lever le nez...
- une super-nana en mini qui fait de grands sourires à l'examinateur...
les résultats risquent d'être inversés suivant que les examinateurs seront mâle ou femelle ....
LOL
Et si on ne parlait que de RÉSULTATS tangibles ? ? ? ??