En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 9 heures 28 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 11 heures 58 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 13 heures 49 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 14 heures 24 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 15 heures 10 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 16 heures 18 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 18 heures 19 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 18 heures 54 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 19 heures 24 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 19 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 9 heures 46 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 13 heures 21 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 14 heures 2 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 14 heures 54 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 15 heures 49 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 17 heures 43 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 18 heures 26 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 19 heures 7 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 19 heures 30 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 20 heures 8 min
© Neil Hall / Reuters
© Neil Hall / Reuters
Poker

Pourquoi la décision de Theresa May de proposer de nouvelles élections s’inscrit dans la droite ligne du respect de la volonté des électeurs britanniques, initié par le Brexit

Publié le 19 avril 2017
Mardi 18 avril, Theresa May a annoncé qu'elle souhaitait la tenue de nouvelles élections legislatives en juin pour renforcer la majorité pro-Brexit. Mais en faisant cela, elle court le risque de connaître un revers cinglant : si elle ne l'emporte pas, elle pourrait mettre en danger et le Brexit et sa place à Downing Street.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mardi 18 avril, Theresa May a annoncé qu'elle souhaitait la tenue de nouvelles élections legislatives en juin pour renforcer la majorité pro-Brexit. Mais en faisant cela, elle court le risque de connaître un revers cinglant : si elle ne l'emporte pas, elle pourrait mettre en danger et le Brexit et sa place à Downing Street.

Atlantico : Ce mardi 18 avril, et à la surprise généralMardi , Theresa May a appelé à le tenue d'élections législatives afin de renforcer sa majorité. Comment peut on interpréter une telle décision politique intervenant en plein coeur des discussions relatives au Brexit ?

Edouard Husson : Extraordinaire Theresa May! Et admirable Grande-Bretagne! Tandis que les Etats-Unis risquent de s'enfoncer, dans une crise durable parce que Trump a cédé quasi-immédiatement au complexe digito-militaro-industriel; tandis qu'Angela Merkel révèle sa panique de perdre le pouvoir en septembre prochain en faisant voter une loi destinée à censurer les réseaux sociaux, le monde dirigeant britannique, lui, trouve une voie institutionnelle de respect de la souveraineté populaire (laquelle dit de plus en plus fortement non au néo-libéralisme); à Londres, on est en train de faire voler en éclat l'opposition, artificiellement construite par tous les tenants de "l'Ancien Régime", entre "libéraux" et "populistes". Oui, nous sommes tous surpris. Et c'est tant mieux. Le régime politique britannique est bien vivant. Reparcourons ensemble toute la séquence: élections à la Chambre des Communes de 2015, David Cameron emporte la majorité absolue; loin de s'abriter derrière elle pour gouverner tranquillement, il tient sa promesse d'un referendum sur l'appartenance à l'UE. Il le perd - largement du fait du coup de tête d'Angela Merkel face aux "réfugiés" - et bien, il quitte le pouvoir. Les experts continentaux expliquaient doctement qu'on allait confisquer le résultat du référendum, comme on l'avait fait tant de fois dans le reste de l'UE. Mais au royaume de l"'habeas corpus", chez les héritiers de la résistance sans faille au nazisme, au pays de Margaret Thatcher, on ne joue pas avec la liberté.  Theresa May est portée à la succession de David Cameron et d'un parti majoritairement favorable au "Remain"? Elle considère qu'elle doit respecter la volonté du peuple! La Cour Suprême explique-t-elle que le Parlement doit voter le Brexit? Theresa May respecte cette décision. Rappelez-vous, c'était il y a quelques semaines, le landerneau parisien, bruxellois, berlinois bruissait d'une confidence pour initiés: ça allait bientôt être la fin du "cauchemar" des privilégiés, le Parlement allait rétablir les classes supérieures dans leurs droits inaliénables, ceux des plus forts! Patatras, le Parlement britannique décida de respecter, lui aussi, la volonté du peuple. Et bien maintenant qu'elle a transmis à Bruxelles la décision du peuple, ratifiée par le Parlement et mise en forme par son gouvernment, Theresa May entame le dernier mouvement d'une magistrale symphonie politique: elle fait ce qu'ont fait tous ses prédécesseurs en pareille situation, déclencher de nouvelles élections à la Chambre des Communes quand le rapport de force politique lui est complètement favorable.   

Theresa May ne prend elle pas justement un risque de voir se constituer une majorité anti-Brexit qui serait en totale contradiction avec le référendum ? 

Je comprends que nous nous posions la question depuis Paris, ville où jacobins et réactionnaires ont réussi, non sans mal, au bout de quatre ans d'agitation politique, à faire décapiter un roi, Louis XVI, qui voulait être "roi en son parlement" et était en train de poser les bases d'une première révolution industrielle à la française. Nous sommes les orphelins non pas de la monarchie mais du constitutionnalisme et de la culture parlementaire que désirait Louis XVI, et qui sont morts avec lui le 21 janvier 1793. Depuis nous alternons entre ces périodes de dispersion des énergies et d'élans d'unanimité passagère qui frappaient de Gaulle et ont guidé ses choix constitutionnels sans qu'il réussisse mieux que la IIIè République (par bien des aspects authentiquement parlementaire) à créer un équivalent de la cohésion politique britannique. En l'occurrence nous parlons bien du pays de la Grande Charte, de l'habeas corpus, de la Glorieuse Révolution, de la lutte solitaire contre Napoléon puis Hitler. J'y insiste, on ne joue pas avec la liberté aux pays des Pitt père et fils, de Disraeli et de Gladstone. La grande force des Britanniques, c'est qu'au services de principes fondamentaux, ils n'ont pas écrit des ouvrages abstraits comme le Siéyès de Qu'est-ce que le Tiers Etat ou le Lénine de Que faire?; ils ont établi un système simple, le scrutin uninominal à un tour. Ne cherchez pas à savoir où se trouve la poule et où se trouve l'oeuf: est-ce la solidarité ancienne au sein des réseaux politiques britanniques qui a conduit à mettre en place un système suscitant le bipartisanisme et la possibilité pour un seul parti de rafler la mise? Ou bien ce système qui incite à la solidarité partisane? Peu importe, le résultat est l'émergence de forces politiques à la fois solides et modérées Jamais on n'imaginerait en Grande-Bretagne les atermoiements étalés sur des semaines des Républicains français quand François Fillon a été mis en cause par les médias et la justice: un vote du groupe parlementaire, pour ou contre le candidat aurait réglé l'affaire en quelques jours. Les élections à la Chambre des Communes portent toujours sur une question simple: souhaitez-vous que l'actuel Premier Ministre de Sa Majesté  conserve sa majorité politique? Theresa May est la révélation politique des douze mois écoulés. Elle accomplit un sans faute, jusqu'à maintenant, pourquoi les Britanniques la priveraient-ils de la majorité qu'elle mérite?  C'est d'ailleurs ce que nous disent les sondages, qui donnent vingt points d'avance aux Tories sur le Labour. Bien entendu cette majorité comportera des individus qui ont voté pour le Remain et d'autres qui ont voté pour le Brexit. Et c'est une très bonne chose: les uns et les autres débattront; le Brexit ne peut pas être mené n'importe comment; en même temps, le Premier Ministre pourra compter sur une profonde légitimité populaire en même temps qu'une très forte majorité parlementaire. Elle ne fera qu'une bouchée d'Européens continentaux pensant comme des technocrates et dispersés.  

Peut on encore imaginer un retournement de tendance, qui aboutirait à une marche arrière du gouvernement sur ce point ? 

Je fais au contraire le pari que Theresa May va être largement confortée pour deux autres raisons: l'Angleterre, élites et peuple réunis, y verra l'occasion de mettre fin aux tentations écossaises de quitter le Royaume-Uni. Vu la démoralisation des élites de l'Union européenne, il est peu probable qu'un référendum écossais donnerait la victoire à l'indépendance; l'UE, en pleine dislocation politique et sociale, ne fait franchement pas envie. Mais Theresa May révèle son sens stratégique en coupant court aux vélléités écossaises: elle sera confirmée à Downing Street par un vote qui enterrera durablement la question. La seconde raison non moins importante est l'attractivité pour les investisseurs d'une Grande-Bretagne stable politiquement. Le Brexit n'a pas du tout signifié que la Grande-Bretagne se coupait du monde, au contraire: Theresa May, fidèle à la tradition du pays en cela aussi, plaide pour "Global Britain", une Grande-Bretagne qui ait une vision mondiale. D'une part, elle rompt avec le thatchérisme en voulant que l'Etat joue à nouveau un rôle dans la stratégie économique du pays; d'autre part, elle n'a pas l'intention de fermer les frontières. Au contraire, elle veut profiter de la désunion européenne continentale pour convaincre l'ensemble du monde, les Européens comme les autres, qu'il n'y a pas de meilleur endroit où investir que la Grande-Bretagne. Comme le pays est profondément divisé par les effets de la mondialisation, les Britanniques vont se rallier en force au credo économique de Madame May. Rappelez-vous qu'on nous prédisait le pire pour l'économie britannique après le vote du Brexit; rien des cataclysmes annoncés ne s'est produit; les Britanniques ont toutes les raisons de choisir la stabilité que représente l'héritière inattendue de Margaret Thatcher. Et tant mieux car l'on peut voir dans cette stabilité politique britannique la seule antidote actuelle à l'autoritarisme qui tend à redevenir majoritaire dans le monde sous l'effet de la crise du néo-libéralisme.  Le courage du peuple britannique, le 24 juin 2016, qui a voté le Brexit contre toutes les intimidations; le réalisme des milieux dirigeants britanniques, concentré dans l'action de Theresa May: nous voyons une porte s'ouvrir vers un avenir politique autrement plus encourageant que le choix entre le Charybde de la dislocation sociale (magistralement analysée par Christophe Guilluy) et le Scylla du populisme à la Trump. Et s'il était possible de réconcilier les milieux dirigeants et leurs sociétés? Et s'il était imaginable de recoudre le tissu déchiré de sociétés malmenées par  tant de votes confisqués? 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ikaris
- 19/04/2017 - 12:40
Un peu trop verbeux
comme Denezière je trouve que les réponses sont noyées dans la pompe ... et ne répondent pas clairement aux questions que nous nous posons. Il y a tant de rappel historique et si peu d'analyse sur le rapport des forces pro / anti brexit à l'intérieur des partis, rien sur UKIP, rien su le bénéfice attendu ... bref, interview à refaire.
Deneziere
- 19/04/2017 - 09:50
Que de lyrisme pompeux...
Une contribution bien "rosbif-o-lâtre". Dit simplement, la mère May sent bien que tout le royaume montrait des signes de dislocation bien plus marqués que ceux de l'UE et qu'elle a besoin de ressouder ses troupes. En passant, c'est une petite baffe idéologique aux populo frontistes bien de chez nous qui pensent que le referendum est une forme supérieure de démocratie. Et bien non. Il faut faire une élection générale ensuite.