En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

02.

Coup de gueule de François Cluzet contre les acteurs et humoristes qui participent au "climat anxiogène actuel"

03.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

04.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

05.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

06.

Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

07.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 5 heures 19 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 6 heures 46 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 11 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 13 heures 27 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 15 heures 3 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 15 heures 40 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 15 heures 57 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 16 heures 31 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 16 heures 52 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 17 heures 9 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 6 heures 3 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 10 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 13 heures 5 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 14 heures 41 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 15 heures 30 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 15 heures 52 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 16 heures 8 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 16 heures 39 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 16 heures 57 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 17 heures 10 min
Grand satan, petit satan

Duel Mélenchon-Le Pen : l’hypothèse qui force à se poser l’épineuse question de qui représenterait le plus grand danger

Publié le 14 avril 2017
Les partis politiques et les médias se résignent à la présence de Marine Le Pen au second tour de l'élection présidentielle. Mais depuis ces dernières semaines, Jean-Luc Mélenchon entraîne une dynamique qui pourrait l'emmener au second tour lui aussi. Dans ce cas de figure inédit, les partis classiques devraient revoir leur stratégie face au danger qu'ils représentent.
Bruno Bernard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anciennement Arthur Young.Ancien conseiller politique à l'Ambassade de Grande-Bretagne à Paris, Bruno Bernard est aujourd'hui directeur-adjoint de cabinet à la mairie du IXème arrondissement de Paris.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les partis politiques et les médias se résignent à la présence de Marine Le Pen au second tour de l'élection présidentielle. Mais depuis ces dernières semaines, Jean-Luc Mélenchon entraîne une dynamique qui pourrait l'emmener au second tour lui aussi. Dans ce cas de figure inédit, les partis classiques devraient revoir leur stratégie face au danger qu'ils représentent.

Atlantico : Le niveau d'intensité de la contre attaque à l'oeuvre contre Jean-Luc Mélenchon est comparable à celle dont aurait été l'objet Marine Le Pen il y a quelques années.La menace de Jean-Luc Mélenchon est-elle le signe que Marine le Pen a réussi l'exercice de dédiabolisation du Front National ? 

Bruno Bernard : Jean-Marie Le Pen était le « diable », sa fille, Marine Le Pen est une femme politique plus traditionnelle. A la différence de son père, Marine Le Pen veut être élue Présidente de la République et pour cela elle a accepté les règles du jeu politique. Finis les éclats médiatiques fleurant bon l’extrême droite d’antan, désormais Marine Le Pen et le Front National sont invités sur France Inter. Avec sa nouvelle garde prétorienne de jeunes hommes ambitieux et tous élus, Marine Le Pen a nettoyé les écuries d’Augias du parti pour se débarrasser des éléments les plus folkloriques ou diaboliques c’est selon. Le FN a remporté ses premières élections en 2015 dans l’indifférence générale ou presque car c’était les européennes mais sur un tour, le FN était le premier parti de France, 4 années seulement après l’accession au pouvoir de sa présidente. Elle est la seule en France, soit dit en passant. Le FN compte des sénateurs, des conseillers régionaux et des députés alors que la proportionnelle n’a pas encore été instaurée. Marine Le Pen n’a pas dédiabolisé son parti, elle l’a normalisé, elle l’a adapté aux normes médiatiques et politiques de l’époque et l’incurie absolue des forces politiques traditionnelles, dans leur impuissance totale, a fait le reste. 

Quel est le niveau de désarroi des partis politiques traditionnels et des médias face à cette montée des populismes qu'ils soient de droite ou de gauche ? 

Le « populisme » est selon le Grand Robert « l’importance donnée aux couches populaires de la société », difficile d’y voir quelque chose de foncièrement mauvais lorsque l’on est démocrate et intéresser à l’idée de progrès. Il n’y a pas de montée des « populismes » mais plutôt de nouvelles manifestations politiques de la volonté populaire. Après des décennies d’immigration non contrôlée, de construction européenne sans validation démocratique, de mondialisation financière sans limite, les peuples, notamment européens, qui sont en première ligne pour subir ces mutations expriment un désir de changement pour retrouver le contrôle sur leurs destins. C’est un mouvement naturel alors que les partis politiques traditionnels ont échoué à exercer un quelconque contrôle sur ces sujets. Ces derniers ne sont que des gestionnaires, des accompagnateurs de décisions prises ailleurs et par d’autres. Par opposition les partis que vous appelez populistes veulent à nouveau le pouvoir. Celui qui émane du peuple et pour le peuple. Face à cette volonté de puissance affichée, les partis politiques traditionnels et les médias qui les ont accompagnés depuis tout ce temps qui ne pensent plus depuis longtemps de manière originale et indépendante  ne pourront pas résister longtemps. 

En 2002, Jean-Marie le Pen a obtenu 17% des voix et seulement 10% en 2007. Il semblerait que Nicolas Sarkozy soit parvenu à faire baisser le Front National dans cette période en captant l'électorat de Jean-Marie le Pen. Quels enseignements peut-on en tirer pour cette élection ? 

En 2007, grâce à une campagne réussie et une opposition divisée, Nicolas Sarkozy a réussi à faire croire au retour du peuple et de la France. Malheureusement pour ses électeurs, il n’avait pas les convictions politiques qui accompagnaient son incroyable instinct. S’il a réussi à siphonner les voix de Jean-Marie Le Pen en 2007 c’est en parlant des Français, de la France, de mérite, de pouvoir sur les évènements. Il a dit avec son talent politique aux électeurs « je ferais parce que je le veux » et ils l’ont cru. Ils ont cru que l’ordre républicain allait revenir partout sur le territoire, que ceux qui travaillaient allaient mieux gagner leur vie que ceux qui ne travaillent pas, il avait réussi à incarner ce message de puissance en rupture totale avec la présidence précédente qui n’avait semblé être qu’une longue suite de séquences d’impuissance et de renoncements. En 2017, François Fillon aurait pu, aurait dû être celui qui aurait permis à un candidat issu d’un parti traditionnel de réussir le passage de témoin vers un parti de pouvoir mais le déroulement de la campagne ne le lui a pas permis de faire cela. Il demeure toutefois encore le seul capable d’empêcher un second tour entre Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (28)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ikaris
- 14/04/2017 - 16:37
encore un titre complètement trompeur
Je tiens à préciser que l'interviewé tient des propos globalement très intéressants en particulier sur l'élection de Sarkozy et l'incurie des partis politiques ... courageux quand on occupe son poste ! Par contre à quoi bon mettre un tel titre alors que ce n'est pas du tout le sujet des questions qui sont par ailleurs assez insipides. Le premier paragraphe au sujet du Front National est certes plus neutre que les délires qu'on lit souvent sur le Front mais n'en est pas moins plutot biaisé : oui France Inter accueille contraint et forcé (temps de parole du CSA) les membres du FN mais ... vous avez entendu le résultat ? On est au antipode de Micron sur BFM TV pour la qualité de l'accueil ! Qu'un parti politique rassemble de jeunes ambitieux c'est ce qu'il y a de plus naturel car il s'agit de conquérir le pouvoir !
Anouman
- 13/04/2017 - 21:03
On amuse la galerie
En supposant Mélenchon au deuxième tour on évite de parler de la vacuité de Macron qui lui, sera être au deuxième tour. Et dans un mouvement spontané de désespérance suicidaire collective être élu.
Voilà le seul danger de cette élection.
Maxoplus
- 13/04/2017 - 20:26
@ Michèle Plahiers
Vous ne voulez pas qu'on prenne rendez vous pour vous ? On a juste besoin de votre carte vitale...