En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 24 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 2 min 27 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie à vendre" de Yukio Mishima : un inédit jubilatoire de Mishima

il y a 1 heure 18 min
pépites > Economie
Reconversion
Dominique Strauss-Kahn aurait gagné 21 millions d’euros en cinq ans grâce à ses activités et son cabinet de conseil Parnasse International
il y a 1 heure 50 min
light > Culture
"Vol au-dessus d'un nid de coucou"
Bernard Tapie est contraint de reporter ses engagements au théâtre pour suivre un nouveau traitement
il y a 4 heures 20 min
pépites > Economie
Lourdes conséquences ?
Impact du Coronavirus: la Banque de France devrait réviser à la baisse sa prévision de croissance pour 2020
il y a 5 heures 27 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte évoque la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du coronavirus en Italie
il y a 6 heures 31 min
pépite vidéo > Sport
Vive émotion
L'hommage bouleversant de Vanessa Bryant et de Michael Jordan à Kobe Bryant
il y a 8 heures 32 min
pépites > Economie
Redressement des finances publiques
La Cour des comptes exhorte le gouvernement à accélérer la baisse des dépenses
il y a 9 heures 22 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 11 heures 11 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 12 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Fauda" : devant l’engouement pour la fiction israélienne sur la scène internationale, focus sur Fauda (= Le Chaos)

il y a 58 min 15 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’opposition Mitterrand vs Rocard" : un fauteuil pour deux

il y a 1 heure 30 min
pépites > Santé
Contamination
Le vice-ministre iranien de la Santé, Iraj Harirchi, a été testé positif au coronavirus
il y a 2 heures 44 min
pépite vidéo > Media
Lanceur d'alerte
WikiLeaks : où en est l'affaire Julian Assange ?
il y a 5 heures 5 min
pépites > Politique
Détermination
Réforme des retraites : Edouard Philippe indique qu'il prendra ses "responsabilités" sur le recours au 49-3
il y a 6 heures 5 min
light > Culture
Les bons comptes font les bons amis
Les acteurs de la série Friends de retour dans un épisode spécial
il y a 6 heures 52 min
Symbole du Printemps arabe
L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort à l'âge de 91 ans
il y a 8 heures 56 min
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 10 heures 41 min
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 11 heures 32 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 13 heures 15 min
© PATRICK KOVARIK / AFP
© PATRICK KOVARIK / AFP
Atlantico Business

Pourquoi plus de 55% des électeurs français sont-ils prêts à voter pour des candidats dont le programme est irréalisable

Publié le 28 mars 2017
Il y a un mystère dans le fonctionnement des démocraties d’aujourd’hui, une large partie de l’opinion est prête à voter pour des candidats qui font des promesses irréalisables ou qui conduiraient à la catastrophe.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a un mystère dans le fonctionnement des démocraties d’aujourd’hui, une large partie de l’opinion est prête à voter pour des candidats qui font des promesses irréalisables ou qui conduiraient à la catastrophe.

Le mystère est entier. Plus de la moitié des électeurs (55%) serait prête à voter pour des candidats qui proposent un projet complètement irréaliste et qui, s’il était appliqué, conduirait sans doute à l’échec, voire à la catastrophe. Une grande partie des mêmes électeurs avait d’ailleurs déjà voté pour François Hollande en 2012, alors qu'on pressentait que son programme n’était pas réalisable. Ce qui explique son échec violent. C’est le mystère qui entoure le fonctionnement des grandes démocraties du monde développé. Si on compare les différentes offres politiques de cette présidentielle, si on s’arrête aux programmes et aux projets, on peut dire qu’ils se rangent en deux grandes catégories.

D’abord il y a des offres qui s’inscrivent dans la réalité du monde dans lequel nous vivons, c’est à dire un monde où les frontières sont ouvertes, où la libre circulation des produits, des capitaux et des hommes est protégée moyennant le respect d‘un certains nombre de règles et d’accords qui ont été négociés. Un monde qui est traversé par une mutation technique considérable du digital qui transforme tous les rapports entre les hommes et avec les choses. Un monde où l’enjeu environnemental est omniprésent, un monde où le système dominant sur la planète toute entière pour créer de la richesse est le système de l’économie de marché.

Les offres présentées par François Fillon et Emmanuel Macron se situent bien évidemment dans ce monde là. L’un comme l’autre en assume les contraintes et les défis. L’un comme l’autre en respecte les règles de fonctionnement. Même si les deux présentent bien des différences au niveau de l’application, ou des moyens politiques, on reste dans le même paradigme.

Les autres offres politiques sur ce marché de la présidentielle ne s’inscrivent pas dans ce monde là. De Jean-Luc Mélenchon à Marine le Pen, en passant par Benoit Hamon et les autres, tous se situent en dehors du système d’organisation du monde moderne. Ils refusent de voir la globalisation de l’économie, ils refusent l'appartenance à l’Union européenne, ils nient l’importance de l’euro, ils refusent même d’admettre la nécessité que nous avons d’emprunter de l’argent à l’extérieur et certains d’entre eux annoncent même qu’ils ne rembourseront pas les banquiers.

Aucune de ces propositions n’est réalisable. On ne peut pas sortir de l’euro sans payer une facture exorbitante, on ne peut pas s’asseoir sur un endettement sans prendre le risque d’être séché complètement par les banques, on ne peut même pas prévenir qu’on remboursera par un impôt sur les riches parce que les riches n’attendront pas d’être ruinés par le fisc. Ils auront fui avant.

On ne peut même pas fermer les frontières aux importations sans aller au devant d’une fermeture complète à l'export et prendre le risque de perdre un bon tiers des emplois marchands. On ne peut pas vivre en autarcie, imposer une non-croissance, des coupures d’électricité ou des rationnement d’essence, etc.  etc. sous peine de se retrouver dans un régime proche de celui de la Corée du nord.

Tous les programmes politiques qui prennent leur source dans le populisme, c’est à dire qui sont en dehors du monde tel qu'il existe, sont évidemment voués à l’échec. Faut être complètement idéaliste, ou naïf pour penser qu’on pourra changer le monde tel qu’il est. On n’en change pas le monde, on s’y adapte ou on négocie des compromis.

Dans ces conditions, si on considère que 25% des électeurs souhaitent voter Macron et 20% Fillon, cela signifie que plus de 55 % des électeurs vont se reporter entre les autres candidats qui présentent des offres utopiques. Donc, comment se fait-il que dans un pays développé, mature comme la France, la population accepte de se fourvoyer ainsi. Il y a plusieurs raisons évidemment.

1° la première raison est que beaucoup d’électeurs ne votent pas pour un programme, ils votent pour un homme,( ou une femme), pour l’impression qu’il leur fait , pour le discours qu’il tient sans s’interroger plus précisément sur la cohérence ou la faisabilité de ce qu’ il promet .la motivation du vote n’est pas toujours rationnelle , raisonnable et conséquente.

2°Une partie du corps électoral est dans une situation très difficile, ils considèrent donc que leur vote est une façon de protester violemment contre l’injustice du système. De toute façon, pour une partie des électeurs, la situation ne pas être plus compliquée que celle qu’ils supportent.

3° Certains électeurs se tournent vers des programmes irréalisables, par idéologie politique de droite ou de gauche. Ils espèrent provoquer une situation révolutionnaire ou un chaos qui accouchera d’un monde qu’ils espèrent meilleur pour eux.

4° Une grande partie des électeurs tentés par l’utopie sait que le candidat pour lequel ils voteront n’arrivera pas au pouvoir. Donc ils votent comme ils feraient un bras d’honneur.

5° Ceux qui peuvent penser que Marine Le Pen pourrait y arriver, y voient une opportunité de provoquer des grands changements dans le cadre du système actuel. Ils savent que les contre pouvoirs existent, qui l’empêcheront de mener à bien certains de ses projets. La fermeture des frontières par exemple ou la sortie de l’euro est inenvisageable sauf à ruiner le pays. Or ruiner le pays ruine aussi le régime politique et les électeurs.

Ces électeurs là particulièrement cyniques considèrent que toute crise oblige au dernier moment à l’intelligence, c’est à dire à reconnaître les contraintes.

C’est un peu ce qui se passe en Grande Bretagne ou aux USA. En Grande Bretagne, le vote du Brexit a été un vote de protestation violente contre le système. Mais beaucoup s’aperçoivent que le Brexit ne sera pas supportable si on ne signe pas des accords de coopération avec les pays membres de l’Union pour continuer de profiter des avantages de l’Union. Toute la question va être de savoir si l’Europe acceptera ces accords de bienveillance avec un pays qui vient de lui faire un pied de nez.

Aux USA, le gouvernement Trump se retrouve dans la même contradiction. Beaucoup de ses projets sont irréalisables (fermeture des frontières ou suppression de Obama Care) soit parce que techniquement c’est trop compliqué, soit parce que politiquement ça risque de compter cher aux électeurs de Trump. Les contre pouvoirs américains empêchent la mise en place de mesures trop populistes.

La France n’a pas ce type de contrepouvoir, en revanche, elle a une Constitution qui impose de trouver une majorité cohérente. Par conséquent, le futur président sera contraint de former une majorité au parlement. Ou cette majorité lui appartient. Ou bien, cette majorité est le résultat d’une coalition qui ne peut se construire que sur un compromis. Au pire, le risque est de se retrouver en cohabitation. D’une certaine façon, la Constitution nous protège de l’utopie révolutionnaire ou réactionnaire. C’était tout le génie du Général de Gaulle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 29/03/2017 - 15:59
On peut pressentir l'échec de la Gauche (trop d'irréalisme)
Celui de la droite aussi (trop d'efforts demandés) mais celui du FN, on peut en être sûrs.
atlantico@jefsey.com
- 29/03/2017 - 10:42
Monsieur Sylvestre ne restez pas en surface
Le 21 janvier 1889, le roi de norvège nous a fait changer de monde en attribuant le prix de son aniversaire à Henri Poincaré. Au niveau d'un Etat précurseur, l'embryon de la théorie du chaos était assumée. La base de la science moderne et de l'innovation technologique des cinq derniers quarts de siècle. Cela a bougrement impacté l'humanité en nous apprenant que la surface des choses (ce que nous voyons à notre niveau) est dans un monde à quatre dimensions : il y a, en plus de l'avant et de l'après, un Acquis et un Possible et un en dessus Architectonique et un en dessous Complexe, qui sont liés (ce chaos en est déterministe) fractalement (càd que les règles [bien, mal, oui, non, etc.] sont indépendantes de l'échelle). Dès 1893, Léon XIII nous a donné la solution de survie : la subsidiarité (cohérence au plus proche) et la suppléance (pour ce que tu ne sais pas faire). C'est sur ce principe qu'est bâtie l'Europe. Nous sommes confrontés, en réaction, à la "sursupléance" architectonique (naturelle) au sein de la complexité sous-jacente qui bride les capacités d'à qui vous devez faire confiance. Ce que nous tentons de découvrir c'est la multicratie de la multitude pour y parer.
viandapneu
- 29/03/2017 - 00:20
Mais bien sûr !!!
Ce qui est tout à fait réalisable, c'est de maintenir un système où la corruption règne en maitre, où une fraction importante de la population est livrée sans aucune protection à la concurrence malhonnête et déloyale, où ce sont les banquiers qui ont la haute main sur tout, Parce que Monsieur Sylvestre, vous semblez ignorer que la France emprunte à l'extérieur, comme vous dites, mais surtout emprunte aux banquiers privés (qui eux mêmes empruntent à la banque centrale européenne, totalement sous le contrôle de Bruxelles, donc de fonctionnaires européens non élus, tous sortis du même moule -Goldmann Sachs-, et qui se servent copieusement au passage. Jamais vous ne dites dans votre article que le coût annuel de la dette française est de 45 milliards, qu'il sera de plus de 50 milliards dès que les taux vont un peu remonter, ce qui est inéluctable, et que cela deviendra insupportable pour la budget de l'Etat !!!!! Le résultat ? ce sera la diminution drastique des prestations sociales. Je conçois que Monsieur Sylvestre n'ait pas besoin de ça pour vivre, mais il faut comprendre que la poursuite "linéaire" de l'orientation actuelle va obligatoirement obliger l'Etat à réduire son budget