En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

04.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 8 heures 20 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 9 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 11 heures 31 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 7 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 15 heures 15 sec
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 15 heures 44 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 16 heures 8 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 16 heures 44 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 18 heures 29 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 9 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 8 heures 43 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 9 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 12 heures 20 sec
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 14 heures 28 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 15 heures 16 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

il y a 15 heures 44 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 16 heures 23 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 18 heures 2 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 9 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 10 heures
© DR
© DR
L'édito de Jean-Marc Sylvestre

Ce mardi, les entrepreneurs français du digital veulent pirater la campagne présidentielle. Voilà pourquoi et comment

Publié le 27 mars 2017
Plus de 700 professionnels du digital veulent interpeller les candidats à la présidentielle pour leur imposer les réformes qui pourraient faire de la France un des champions du monde de la nouvelle économie.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plus de 700 professionnels du digital veulent interpeller les candidats à la présidentielle pour leur imposer les réformes qui pourraient faire de la France un des champions du monde de la nouvelle économie.

Les geeks, les pigeons, les hackeurs, les startuppers, les ubérisés et tous les passionnés de la nouvelle économie en ont assez d’être considérés comme des animaux de foire que l’on exhibe au début d’une campagne électorale comme produit d’appel et que l’on oublie dès qu’on arrive au pouvoir, derrière les montagnes de revendications corporatistes ou populistes.

Plus de 1000 entrepreneurs de l’économie digitale ont décidé d’hacker la campagne présidentielle, demain mardi, pour alerter les candidats et leur rappeler que nous allons rater la dernière occasion de construire en France une des plus belles économies modernes du monde. 

Quatre associations vont donc se donner la main pour se faire entendre demain mardi.  Manifestations, rassemblement, soirée festive au théâtre des Variétés. Pour ces hackers pacifiques, tout ce qui va pouvoir faire du bruit sera bon à prendre. Bref, tout faire pour retrouver la résonnance qu’avaient provoqué les milliers de pigeons pour empêcher l’asphyxie fiscale dont ils se sentaient victimes.

France Digitale, l‘ACSEL, Croissance Plus et Syntec Numérique vont donc réunir plusieurs milliers de leurs adhérents, parce qu‘ils sont convaincus de trois choses.

1° l’économie digitale représente la clef du redressement de l’économie française. On ne peut pas l’ignorer. On ne peut pas ne pas assumer les mutations que le digital impose. 

2° la France a tout pour réussir la mutation digitale. Son système éducatif, sa culture et les équipements collectifs en télécommunication ont donné à la nouvelle génération, les connaissances, l'expertise et l'ambition pour réussir l'émergence d’un secteur d’activité très puissant. 

3° le développement est actuellement bloqué ou ralenti par le poids de la tradition et du conservatisme dans tous les domaines. Le résultat est que les jeunes talents ont tendance à fuir l’Hexagone pour s’épanouir à l’étranger : en Grande Bretagne, à Berlin ou aux Etats-Unis. 

Dans ces conditions, les entrepreneurs de la nouvelle économie veulent obtenir des engagements précis de la part des candidats à la présidentielle dans trois directions. 

D’abord, ils réclament la reconnaissance d’un droit au risque. Dans le domaine financier. Actuellement, cette nouvelle économie est financée par des investisseurs à risque qui viennent très souvent de l’étranger. La France dispose d’une épargne colossale. Il n’y a jamais eu autant d’argent qu’aujourd’hui. A tel point que la Banque Centrale européenne fait « open bar » depuis trois ans et déverse des tonnes d’argent. Le problème est que cette épargne et cet argent ne vont pas dans l'économie de marché, mais s’oriente principalement dans les caisses de l’Etat ou des collectivités locales pour financer des déficits publics creusés par des dépenses de fonctionnement. Aberrant. Les entrepreneurs du digital réclament donc pour la énième fois qu’une partie de l’épargne drainée par les assurances-vie puisse s’investir dans les entreprises. 

Ensuite, ils revendiquent le droit de faire fortune. Ces entrepreneurs de la nouvelle économie démarrent très souvent sans se rémunérer. Ils font le pari de créer de la valeur et de toucher ensuite une partie de cette valeur. Le problème est que le fisc leur tombe dessus et les empêche de bénéficier du fruit de leurs efforts et de leur risque. Il leur est même difficile de réinvestir l’argent gagné dans de nouvelles opérations. L’ISF les frappe comme des vulgaires gagnants à l'euromillion. C’est d’ailleurs sur ce dispositif fiscal que les pigeons s’étaient mobilisés. 

Enfin, ils demandent l’assouplissement du droit du travail. Cette économie est créatrice d’emplois. Massivement. A une condition. Que l'on accepte que le salariat ne soit pas la seule forme de statut en vigueur. L’économie digitale a besoin de souplesse, elle a besoin de formes plus adaptées. L’auto-entreprenariat, le travail en mission sont, sans doute, des voies sur lesquelles il faut travailler. Seulement, cette évolution a besoin d’un droit du travail adapté, d’un droit social performant. Il s’agit d’une part de faciliter l’emploi, mais il s’agit aussi de trouver des formes de protection nouvelle. Les critiques sociales sont nombreuses. Les entrepreneurs du digital le savent, le modèle ne peut pas créer une forme nouvelle d’esclavage. Mais au contraire, une forme d’épanouissement et de liberté individuels. Actuellement, ni le droit social, ni le droit fiscal ne le permette.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

04.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
sphynx17
- 27/03/2017 - 15:53
Dans le programme de Fillon,
..figurent ces exigences, le statut "d'indépendant " compris.