En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

04.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

07.

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 34 min 28 sec
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 2 heures 12 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 5 heures 6 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 6 heures 14 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 6 heures 54 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 7 heures 26 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 7 heures 53 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 9 heures 9 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 9 heures 16 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 9 heures 41 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 1 heure 13 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 2 heures 28 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 5 heures 10 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 6 heures 31 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 7 heures 4 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 7 heures 45 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 8 heures 52 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 9 heures 16 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 9 heures 40 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 9 heures 42 min
Où va l'Europe ?

Solidaires ou morts ! Les États de l’Union européenne au pied du mur

Publié le 02 mars 2012
Il devait être question du Mécanisme européen de stabilité ce vendredi lors d'un sommet de la zone euro. Mais celui-ci a été annulé. La preuve que l'Europe peine à avancer de façon unie. Comment faire ?
Vivien Pertusot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vivien Pertusot est chercheur associé. Il a été responsable d'Ifri Bruxelles entre 2011 et janvier 2017. Il a coordonné le programme de recherche de l'Ifri "REcentrer la Sécurité Européenne et Transatlantique" (RESET) consacré aux politiques et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il devait être question du Mécanisme européen de stabilité ce vendredi lors d'un sommet de la zone euro. Mais celui-ci a été annulé. La preuve que l'Europe peine à avancer de façon unie. Comment faire ?

Un nouveau sommet européen… et pourtant les dirigeants européens éviteront le sujet qui fâche : le Mécanisme Européen de Stabilité (MES). Etrange revirement ? Finalement, pas tant que cela. Tout ceci illustre l’avancée par l’absurde des décisions européennes, mais surtout la difficulté d’avancer ensemble.

Pourquoi un report de discussion sur le MES ?

En décembre dernier, les dirigeants européens avaient annoncé qu’ils réévalueraient en mars les conditions de financement du MES. Ce MES, c’est l’outil souvent étiqueté « pare-feu » de l’Union européenne pour venir en aide aux pays au bord du précipice. Son existence est en soi une avancée remarquable vers davantage d’intégration dans l’Union Européenne. Le traité de Maastricht avait gravé dans le marbre un rejet des sauvetages d’Etats en difficulté.

Pourtant, la crise grecque a précipité un changement avec la création d’abord du Fonds Européen de Stabilité Financière (FESF). Temporaire dans un premier temps, les Etats membres décident de le rendre permanent. La crise n’étant pas avortée, les Etats-membres accélèrent sa mise en place à 2012. Le problème des modalités de financement demeure. Les sommes évoquées sont énormes : 500, 750, 1000, voire 1200 milliards d’euro, mais pour être une bonne digue face à des torrents déchainés, c’est le minimum. La mise en défaut de la Grèce et l’éventuelle prolifération à d’autres pays seraient catastrophiques.

Cette pratique du sauvetage, l’Allemagne, notamment, l’a adopté à reculons : il fallait choisir entre la peste et le choléra. Aujourd’hui, l’Allemagne freine encore. Oui au MES, non à son renforcement – Berlin s’oppose à dépasser les 500 milliards. Cette opposition est vive pour deux raisons : l’Allemagne y est économiquement réticente et la situation politique interne pose un dilemme cornélien pour la chancelière Angela Merkel. Elle peut être consciente de la nécessité d’engager l’Allemagne davantage, mais elle doit pondérer une coalition fragile. Lundi, le Parlement allemand a approuvé le deuxième plan d’aide à la Grèce de 130 milliards d’euro, mais a accusé des défections dans sa majorité. Ainsi le gouvernement allemand a-t-il préféré reporter le sommet de l’eurozone qui devait avoir lieu vendredi afin de discuter du MES. Et aucun Etat membre ne viendra s’en plaindre : les marchés ne vont pas apprécier, mais il est préférable de calmer les braises en Allemagne plutôt que de mettre la chancelière en porte-à-faux !

Ce report ne peut cacher les obstacles auxquels l’UE doit faire face. Sans dramatiser à outrance, c’est bien le manque de solidarité entre Etats-membres qui refait surface. La question est simple, notamment pour des pays européens qui ont déjà fait les réformes difficiles afin d’enrayer des problèmes systémiques : pourquoi continuer à payer pour les erreurs des autres ?

A chaque pays membre de prendre ses responsabilités

Ce manque de solidarité est néanmoins à nuancer. En effet, la solidarité entre Etats requiert d’adhérer aux mêmes règles… et surtout de les appliquer. C’est loin d’être le cas. Aujourd’hui, pour sortir de cette crise, il faut prendre ses responsabilités : mettre en place des mesures d’austérité difficiles, davantage coopérer, engager des réformes de fond pour faciliter un retour de la croissance et améliorer la compétitivité des entreprises.

Les mesures d’austérité sont inévitables. Elles sont politiquement et socialement pénibles, mais il faut inverser la tendance. C’est dans cette logique que s’inscrit la signature du Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance dans l’Union économique et monétaire (TSCG). Son angle d’attaque est de renforcer la gouvernance économique au niveau européen : mesures pour assurer une meilleure discipline budgétaire – face aux nombreuses entorses par le passé – et meilleure coordination des politiques économiques. Sa ratification est aujourd’hui un symbole de la volonté des Etats signataires d’aller de l’avant ensemble. Mieux se coordonner permet de mieux prévenir les risques, mais l’implication est ici financière : en cas de non-respect, les sanctions tomberont. Au niveau national, les Etats membres vont poursuivre les mesures difficiles de politique d’austérité dans un contexte social de plus en plus houleux. Malheureusement, il n’y a guère d’alternative viable.

Il ne faut pas oublier l’autre facette de cette pièce : la croissance. L’austérité ne fera pas rebondir les économies européennes. C’est tout l’objet de l’année 2012. Si 2011 a consacré l’austérité, 2012 doit rééquilibrer la balance. Etrangler les économies n’aura que des effets contre-productifs. Au niveau européen, les leviers d’action sont limités. La seule option est de discuter des solutions et d’inciter leur mise en place au niveau national : réforme des marchés du travail ; meilleure offre de formation pour les jeunes ; effort renouvelé en faveur des budgets de recherche et développement. Bref, aucune solution miracle, toujours davantage d’efforts sur le moyen terme, d’où l’urgence de s’attaquer à ces dossiers maintenant. Le souci de l’Europe est qu’elle stagne, que sa compétitivité est en berne et que l’innovation semble devenir un mirage. Une fois ces politiques complexes mises en place pourra-t-on vraiment envisager une solidarité entre les Etats-membres.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Marckox
- 03/03/2012 - 08:55
Fuyez..
Tu es jeune plein d'espoirs, tu as envie de créer de bosser d'évoluer en gagnant correctement ta vie.
Direction le Canada la Suisse etc........vite!!
Equilibre
- 02/03/2012 - 15:22
L'UERSS est en marche.
On se fout de ce que pensent les habitants de l'entité concernée. Le MES, anti-démocratique, est à l'image de cet ensemble économique. De plus, le MES dépendra fortement (pour ne pas dire entièrement) des marchés puisque sa note sera dépendante des notes des états le constituant.
Quand on commence à faire des LTRO tous les 3 mois à coup de 500 000 000 000 de neuros à chaque fois pour sauver les banques, que l'on invente des organismes ayant besoin de, allez, 1 000 000 000 000 de neuros voire plus pour faire face, que personne n'est d'accord sur les solutions ni sur les montants, il est temps de se poser des questions. Mais non! En UERSS, comme dans les pays communistes, si cela ne marche pas, c'est que l'on n'a pas été assez européens, ailleurs communistes. Y FO aller plus loin.
Cette pseudo solidarité européenne nous perdra tous. Les "bons" "sentiments" n'ont jamais réglé quoi que ce soit.
Bientôt la chute et le déclin finale. Merci l'UERSS.
HR
- 02/03/2012 - 09:24
Pitié
Voilà une première réaction post-marxiste, qui espère carrément que le cadavre va sortir de sa tombe!
Pourtant, on peut comprendre cette réaction.
En effet, elle partage avec l'auteur de l'article une ignorance complète des Européens.
Cet article est intéressant à relire pour cette raison. Comme l'auteur de l'article et l'auteur de la première réaction, on ignore complètement les Européens. Le marxisme fut une théorie de la prise du pouvoir par les bureaucrates, les fonctionnaires. L'auteur de l'article semble ignorer qu'il y a des Européens en Union Européenne, pas uniquement les bureaucraties politiques nationales dont il parle.
La crise de l'Union Européenne, elle est simple; C'est que les bureaucraties nationales veulent faire l'Union Européenne en tenant à l'écart les Européens.
C'est la raison pour laquelle cette Union Européenne est vouée à l'échec.