En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

02.

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

03.

Les taux d’intérêt vont rester durablement très bas ... mais au profit de qui ?

04.

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

05.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

06.

Macron prépare un plan contre l'islamisme! Et il sera prêt - pure coïncidence? - avant les municipales

07.

Pourquoi les hôpitaux ont moins de problèmes de moyens qu’on le croit

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

03.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

06.

Attention danger ? Ce risque de violence qui émerge lorsque l’alternance dans une démocratie paraît bloquée

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti culture

Eva, une aventure de Lorenzo Falco d' Arturo Pérez-Reverte: un second chapitre des aventures de Falco, qui rachète le premier !

il y a 10 heures 16 min
pépite vidéo > People
L'adieu du Prince
Harry l'affirme: il n'avait "pas le choix" que de partir
il y a 11 heures 21 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

il y a 12 heures 20 min
décryptage > Politique
Cachoteries parlementaires

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

il y a 17 heures 16 min
décryptage > Religion
Les imams comme les curés?

Macron prépare un plan contre l'islamisme! Et il sera prêt - pure coïncidence? - avant les municipales

il y a 17 heures 47 min
décryptage > Economie
Bismarko Scanner

La France devrait-elle négocier avec l’Allemagne comme les Etats-Unis viennent de le faire avec la Chine?

il y a 17 heures 56 min
décryptage > Santé
Sans (aucun) risque ?

Retrait de médicaments : pourquoi la France ne devrait pas avoir peur de vivre une épidémie d'addiction aux opioïdes à l’américaine

il y a 22 heures 19 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Les taux d’intérêt vont rester durablement très bas ... mais au profit de qui ?

il y a 22 heures 55 min
décryptage > Société
Multi-facettes

Politique, sociale ou purement criminelle, la violence s’impose partout en France. Est-il encore possible d’échapper à la spirale infernale ?

il y a 23 heures 17 min
light > Politique
Une nouvelle vie
Royaume-Uni : le prince Harry et son épouse Meghan Markle renoncent à leur titre d'altesse royale
il y a 1 jour 12 heures
décryptage > Culture
Atlantic-culture

"Où bat le cœur du monde" de Philippe Hayat: Quand le jazz fait parler les muets, un roman intense, rythmé, syncopé...

il y a 10 heures 42 min
pépites > Social
Enfants en danger
Les nouvelles failles de l'Aide sociale à l'enfance
il y a 11 heures 51 min
pépites > Environnement
Total à la porte du campus
L'implantation de Total sur le campus de Polytechnique contestée au nom de l'environnement
il y a 13 heures 23 sec
décryptage > Santé
La vérité (et le problème) sont ailleurs

Pourquoi les hôpitaux ont moins de problèmes de moyens qu’on le croit

il y a 17 heures 36 min
décryptage > Economie
Erreur de calcul ?

Age pivot, travail des séniors…et si l'essentiel pour l’équilibre des retraitées était ailleurs ?

il y a 17 heures 51 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit guide des multiples moyens employés par Facebook pour vous traquer en ligne
il y a 22 heures 5 min
décryptage > Science
Evolution stellaire

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

il y a 22 heures 47 min
décryptage > Economie
Âge d'or

Voilà pourquoi l’âge d’or qu’ont représenté les années 2010 pour les riches ne devrait pas se poursuivre dans la décennie qui vient de s’ouvrir

il y a 23 heures 38 sec
pépites > Politique
A torts ou à raison ?
Violences policières : Sibeth Ndiaye défend les forces de l'ordre
il y a 1 jour 10 heures
pépites > Politique
"10, 9, 8... boum"
Donald Trump raconte l'élimination du général Qassem Soleimani par les forces américaines
il y a 1 jour 13 heures
© PATRICK KOVARIK / AFP
© PATRICK KOVARIK / AFP
Pas si simple.

Pourquoi le succès d’Emmanuel Macron est plus difficile à expliquer que ce qu’en exposent les deux graphiques de la fondation Jean Jaurès ?

Publié le 17 mars 2017
La fondation Jean Jaurès a publié mercredi 15 mars deux graphiques visant à expliquer le succès d'Emmanuel Macron. Une étude qui positionne pourtant l'ancien ministre de l'Economie comme un candidat centre-droit, ce qui pourrait à termes poser problème à son électorat de gauche.
Virginie Martin est docteur en sciences politiques, professeure-chercheure à Kedge Business School et présidente du Think Tank Different.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Virginie Martin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Virginie Martin est docteur en sciences politiques, professeure-chercheure à Kedge Business School et présidente du Think Tank Different.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La fondation Jean Jaurès a publié mercredi 15 mars deux graphiques visant à expliquer le succès d'Emmanuel Macron. Une étude qui positionne pourtant l'ancien ministre de l'Economie comme un candidat centre-droit, ce qui pourrait à termes poser problème à son électorat de gauche.

Atlantico : On voit qu'il y a clairement une polarisation dans le premier graphique de la fondation jean jaures. Hamon proche de JLM(1.5 et 2.8) et un Fillon proche de MLP (8.1 et 9.1), Macron étant à 5.2 qu'est-ce que ça vous inspire ces résultats ? Corroborez vous la conclusion comme quoi Emmanuel Macron est le candidat qui est là au bon endroit et au bon moment ?

Virginie Martin : Cette étude ne prend en compte que le positionnement des candidats et de leurs électeurs sur une échelle très large, de 1 à 10 (contre traditionnellement de 1 à 7). Pour ce qui est du positionnement central, ce n'est pas nouveau : en 1995, 65% des gens se placent sur 3/4/5. Dans ces échelles d'identification, les gens se placent toujours un peu dans ce qu'on appelle le centre mais aussi le marais. La notion de marais n'est pas prise en compte dans l'étude. Le marais une chose plus indéfinie politiquement où les gens vont quand ils n'ont pas d'identification partisane forte : c'est une zone politique qui est peu politisée et encourage souvent l'abstention. Mais cas le "marais" vote, il se tourne généralement vers le grand centre plutôt que vers les extrêmes. 

Cet autopositionnement est résolument classique, on ne peut même pas dire que c'est encore plus évident aujourd'hui.

Maintenant, il est clair que le positionnement des candidats, au jour où nous parlons, n'est pas apparu ex nihilo. Or cette étude semble découvrir certaines positions comme si elles étaient surprennantes. Aujourd'hui c'est ainsi qu'on perçoit les candidats, mais les choses peuvent rapidement évoluer : la partie droite du PS a lâché Benoît Hamon, et s'il y avait eu quelqu'un comme Manuel Valls, forcément il aurait été perçu différemment. Si la primaire et son résultat avait été respecté par toutes les franges du PS, on n'aurait pas autant caricaturé le positionnement de Benoît Hamon. Si ce positionnement avait été respecté, il serait certainement classé autour de 4 voire plus. Forcément une fois que toute la droite du PS le lâche, son navire se positionne à 2.8. Après on peut dire qu'il est perçu comme cela parce qu'il était frondeur. Mais si la primaire avait été respectée le frondeur aurait été perçu de manière moins radicale. Surtout que son programme ne l'est pas particulièrement. 

N'oublions pas non plus qu'aujourd'hui le fils politique de Hollande semble être Macron. Forcément, cela marginalise Hamon. Si à quelques jours de la présidentielle le chef de l'Etat dit que le candidat naturel du PS c'est Benoît Hamon, car il a été désigné par la primaire, tout d'un coup il prendra tout l'espace de gauche.

Dans cette étude ils disent qu'il y a toujours eu des logiques électorales. On ne peut pas savoir. Est-ce que Martine Aubry aurait perdu en 2007 ? Ségolène Royal était-elle un choix électoral ou identitaire ?

A droite il n'y a pas de recul non plus. Avec seulement 4 primaires au total (3 à gauche 1 à droite) il n'y a pas assez de recul pour en tirer des lois générales.

On pourrait presque conclure le contraire de cette étude. Que les gens n'ayant pas de positionnement identitaire fort se mettent au milieu et que dans ce milieu il y a une rencontre avec Macron qui est considéré comme centre droit alors qu'il est supposé séduire à gauche.  Jusqu'à quand ce positionnement de centre droit ne va pas poser problème à son électorat de gauche ?

Le candidat d' "En Marche !" ne bénéficie pas forcément d'un statut de candidat au bon endroit au bon moment. Il profite surtout d'une défection du PS et du non-respect de la primaire.

Pour autant, est-ce que tout est acquis pour Emmanuel Macron au vu de la volatilité du vote et des réserves plus conséquentes d'électeurs qu'il y a à droite (qui sont également plus sûrs de leurs vote) ?

Virginie Martin : D'abord je ne comprends pas bien ce positionnement de Fillon. Il me semble que c'est moins sur ses positions économiques que sur ses positions sociétales qu'il a été perçu de cette manière et sur l'image traditionnaliste qu'il renvoie.

Depuis la fin des primaires, on a vu des montagnes russes, où un débat télévisé seulement peut renverser complètement une tendance qui semblait établie. Valls, Montebourg étaient pressentis, au final rien ne s'est passé comme prévu… Cela ne tient à rien, l'électorat est très volatile, très éphémère et le phénomène n'épargne pas Emmanuel Macron.

Là où tout va se jouer seront donc les débats. D'abord il va falloir que les journalistes aillent chercher les candidats. Pas seulement sur des détails mais bien sur le souffle de leurs campagnes. Ensuite il va falloir que ça débatte vraiment, qu'il y ait des confrontations entre candidats. On est frustrés de ne pas en avoir eu pour l'instant. On n'a vu personne face à personne. François Fillon n'est pas allé chez Ruquier, Macron pareil, Mélenchon/Hamon eux y sont allés et Marine Le Pen s'est rendue chez Pujadas… Pour l'instant on a très peu vu Macron dans une position compliquée ; il a énormément fait une campagne sur la séduction mais avec le moins de confrontations possibles.

Ce qui va faire bouger les lignes, c'est l'évolution de Macron dans les débats. Peut-être va-t-il continuer sur sa lancée, c'est-à-dire dans l'esquive et la séduction (ce qui lui réussit très bien jusqu'à maintenant)? C'est en tout cas pour cela qu'il faut que le débat politique prenne de l'ampleur, pour que l'on soit enfin dans la confrontation des programmes. Je pense que Macron sera habile et aura la capacité de continuer l'esquive au centre mais il a aussi des politiciens rodés au combat face à lui. Le Pen sait jouer de tout cela, Fillon et Mélenchon aussi… Est-ce que ce style peut plaire ou est-ce qu'il ne sera pas suffisant ? Cela reste à voir.

Ensuite, la solidité du vote rentre également en compte. On ne note avec cette étude, on voit aussi que l'on peut avoir des gros problèmes au deuxième tour. SI on prend l'hypothèse que les candidats se sont radicalisés, Macron n'a que des faibles réserves de voix. Ou peut-il aller chercher ce qu'il lui manque dans le cadre d'un deuxième tour ? C'est difficile à voir.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

02.

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

03.

Les taux d’intérêt vont rester durablement très bas ... mais au profit de qui ?

04.

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

05.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

06.

Macron prépare un plan contre l'islamisme! Et il sera prêt - pure coïncidence? - avant les municipales

07.

Pourquoi les hôpitaux ont moins de problèmes de moyens qu’on le croit

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

03.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

06.

Attention danger ? Ce risque de violence qui émerge lorsque l’alternance dans une démocratie paraît bloquée

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 16/03/2017 - 22:05
Il n'est pas centre-droit, il est socialiste ultra-libéral!
Et si les analystes perdaient leur vieux double-décimètre binaire, et tentaient une analyse plus moderne, spatio-temporelle, alors ils comprendraient la profonde incohérence du programme socialo-ultra-libéral de Macron-piege-à-cons...vouloir marier socialisme et ultra-libéralisme, c'est aboutir à un enfant mort-né, ou malformé!
JMAndré
- 16/03/2017 - 16:58
Macron n'a qu'à sourire.
On voit, avec ou sans les analyses nébuleuses de Virginie Martin, comment la méthode Macron plait à des multitudes. Macron s'adresse à une France assoiffée de "nouveau" et de "sexy" (mot mis à toutes les sauces) qui veut tout et son contraire, qu'on aille vers le progrès (mot mis lui aussi à toutes les sauces) mais qu'on la protège, une France immature et versatile type "plus belle la vie" qui ne s'inscrit plus dans la durée mais dans l'immédiateté et le rêve.
Et Fillon, rigide, accusé (par la Gauche) de conservatisme et empêtré dans ses affaires incarne un merveilleux faire-valoir à Emmanuel l'Enchanteur.
cloette
- 16/03/2017 - 15:32
Filteris
Le voit en troisième place et moi aussi . FIllon l'emporterait sur MLP .