En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
Atlantico Business
Déficit commercial encore catastrophique en janvier : le commerce extérieur de la France ne survit que grâce aux ventes de sacs Vuitton, aux avions Dassault et à la tour Eiffel
Publié le 09 mars 2017
Les Français achètent une part de plus en plus importante de ce qu’ils consomment à l’étranger. On ne vend plus rien. Ça ne peut pas durer très longtemps.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Français achètent une part de plus en plus importante de ce qu’ils consomment à l’étranger. On ne vend plus rien. Ça ne peut pas durer très longtemps.

Les chiffres catastrophiques du commerce extérieur de la France traduisent l’effondrement de la compétitivité de notre appareil industriel. Nous sommes désormais incapables de conserver nos places sur les marchés étrangers.

Les produits France ne se vendent plus. Et ça n’est pas seulement une question de prix. Et ça n'est pas de la faute des autres. C’est imputable à notre écosystème. Nous ne vendons plus à l’étranger, parce que nous n'avons pas d’offre compétitive.

Le problème est que nous continuons de consommer et c’est bien. Mais pour consommer nous devons achetons à l’étranger. Comme on ne vend rien, on s’endette. La boucle est bouclée.

Nous avons perdu notre indépendance, pas parce que nous n’avons plus de pouvoir monétaire, ou parce que nous appartenons à l’Union européenne. Nous avons perdu notre indépendance parce que nous sommes à la merci de nos fournisseurs étrangers et de nos banquiers, qui sont aux deux tiers alimentés par de l’épargne étrangère.

Quand on regarde le détail de notre commerce extérieur, on s‘aperçoit que la maison France ne marche que sur trois moteurs. Les exportations ne reposent plus que sur trois secteurs. Le secteur du luxe avec en tête le groupe LVMH et ses sacs Vuitton, merci monsieur Arnaud. Le secteur de l’armement et de l’aéronautique, merci Dassault, merci Airbus. Et le tourisme, merci la tour Eiffel.

Quand un des secteurs rencontre une difficulté, tout s’arrête. Quand l’aéronautique traverse un trou d’air comme c’est le cas actuellement, quand le tourisme prend un coup de froid pour cause de terrorisme, ou quand le luxe s’essouffle pour cause de croissance molle en Asie, c’est la catastrophe.

Quand on regarde  les chiffres des douanes pour janvier, on constate que le déficit commercial de la France s'est encore très fortement creusé en janvier, pour atteindre un niveau "jamais atteint" de 7,9 milliards d'euros. "Cette aggravation très forte serait due en partie au niveau extrêmement bas des ventes d'Airbus" et à l'"importation inhabituelle à cette date de certains produits pharmaceutiques".

Les exportations ont reculé en janvier de 7,7% après une hausse de 4% en décembre 2016, tandis que les importations ont continué de progresser, augmentant de 2,9% après la hausse de 1% en décembre, détaillent les douanes.

Au cours des douze derniers mois, le déficit cumulé a atteint 53,1 milliards contre 47,9 milliards pour la même période un an auparavant.

Tout est dit. Le problème c’est que la maison France ne peut pas vivre en permanence à la merci de son aéronautique ou de sa pharmacie.

Nous avons globalement un problème de prix et un problème d’offre. La question de l’offre est beaucoup plus importante que le problème de prix. D’ailleurs la mécanique du commerce extérieur voudrait que nous élevions en gamme les productions. C’est vrai dans tous les secteurs.

Les champions du commerce extérieur que sont les Allemands réalisent leur performance sur les hauts de gamme. L ‘automobile allemande ne se vend pas dans le monde entier parce qu‘elle est moins chère. Elle se vend parce qu’elle est considérée comme de grande qualité. Le meuble italien se vend parce qu‘il est mieux designé et du coup il est plus cher.Idem pour la confection et la couture. Idem pour le luxe où l’Italie talonne la France.

En contrepartie, la France a un niveau de consommation élevé ce qui évidemment booste les importations. Nous importons du pétrole et du gaz, mais nous importons aussi beaucoup de produits de consommation et d’équipement. Et pas seulement des produits pas chers « made in China ».

Le comble dans cette affaire est que les candidats à la présidentielle ne semblent pas avoir conscience de ce problème.Ils continuent de prôner des relances ou des soutiens de la demande (Mélenchon, Hamon, Le Pen) tout en encourageant les mesures protectionnistes. Le résultat d’une politique aussi contradictoire ne peut qu’accoucher des hausses de prix à la consommation.

Les programmes de Macron et de Fillon s appuient sur le même diagnostic et dénoncent ce déficit d’offre. Cela dit, il n’est pas sur qu’au stade actuel de la campagne, ils prônent une politique assez forte de soutien à l’offre de production.

Le plus vexant dans le modèle français, c’est que les producteurs, innovateurs qui sont capables de délivrer des produits originaux à haute valeur ajoutée, ont quand même tendance à s’expatrier. Les riches sont partis. Les malins qui ne sont pourtant pas très riches ont eux aussi tendance à partir parce qu’ils sentent bien qu’on ne les aime guère. Du moins pour l’instant.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
02.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
03.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
04.
Petits scénarios alternatifs pour la fin du quinquennat Macron
05.
Automobile : des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon
06.
LR : le difficile avenir de la droite française
07.
Européennes : soulagement teinté d’inquiétude pour les milieux d’affaires français
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
05.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
06.
Mais que ferait l’UE face à une répétition de la grande crise 2008 ? Le sujet étrangement absent de la campagne des Européennes
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
04.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
05.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
06.
LR : le difficile avenir de la droite française
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MIMINE 95
- 09/03/2017 - 18:30
ET SURTOUT M SYLVESTRE
N'accusez ni l'europe, ni l'euro, ni la politique vampirique du nouvel empire germanique .
kelenborn
- 09/03/2017 - 14:43
Tiens tiens
Tiens tiens!!
Depuis qu'il scrabouille c'est à dire depuis la première communion de Daladier, JMS nous a expliqué que notre déficit, c'était un problème de prix!! Il fallait baisser ces derniers et...je vous laisse compléter ..
Il estembêté le croquemort parce que s'il nous dit que c'est un problème de prix, c'est parce que... l'Euro a un cours trop élevé en raison notamment des excédents allemands! Ca lui ferait mal au cul on le devine!
Alors, il découvre , sur le tard , les problèmes de structure! Le libéral se convertit à Schumpeter!!
Il n'a pas tort mais...ne nous dit pasd grand chose du vrai diagnostic! Si on mettait à l'eau les normes écolos, sécuritaires , sanitaires et tutti quanti qui chargent la barque !!
Ah oui et ce n'est qu'une pertie du problème!!
vangog
- 09/03/2017 - 14:43
Pas la faute de l'UE, vous êtes certain Sylvestre?
Et, selon vous, cela serait la faute des banquiers, du capitalisme de connivence et de la financiarisation de l'économie? Aucune relation avec l'UE, vous en êtes bien certain? Je vous prouve le contraire! L'UE, c'est Bâle 1, Bâle 2, Bâle 3, bientôt Bâle 4 (non non, ce n'est pas du foot!) qui ont privilégié les concentrations de banquiers en mettant sur la touche les plus fragiles, sans oublier, malgré tout, de les renflouer grâce aux QE et aux rachats de dettes pourries. Cet argent frais aurait dû permettre de sauver les pays sudistes malades du socialisme, et investir dans la recherche et les infrastructures. Mais il n'en a rien été, car les technocrates débiles de Bruxelles, échaudés par leurs subventions au développement pour construire des pistes de ski dans les fonds de champ, ont édictés des règles si draconiennes, que seuls les banquiers ont profité de ces liquidités, liquidités qui reviennent à la BCE pour satisfaire les obligations de fonds propres...il faut être quand-même ultra-contre pour inventer une telle usine-à-gaz-à-effet-de-serres d'aigle pour l'économie européenne! Voilà! Alors, toujours convaincu par le miracle europeiste? 10% de chômage, une croissance de moiti