En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

04.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 36 min 20 sec
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 3 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 4 heures 24 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 5 heures 31 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 6 heures 35 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 7 heures 28 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 7 heures 52 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 8 heures 32 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 8 heures 56 min
décryptage > Environnement
On tremble

Un nouveau délit va être créé : celui "d'écocide"

il y a 9 heures 4 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 1 heure 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 4 heures 2 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 5 heures 10 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 5 heures 46 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 7 heures 15 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 7 heures 42 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 8 heures 26 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 8 heures 49 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Economie
Espoir dans la lutte contre le virus

Vaccins contre Covid-19

il y a 9 heures 9 min
© Reuters
© Reuters
Odyssée de l'espace

Chômage, fiscalité, dépenses publiques etc... : à quel moment la France réussira-t-elle à retrouver les niveaux d'avant la grande crise de 2008 ?

Publié le 17 mars 2017
Alors que l'écononmie française reprend doucement des couleurs depuis l'année 2015, le temps sera encore long, très long, avant de pouvoir afficher des statistiques comparables à la période pré-crise.
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'écononmie française reprend doucement des couleurs depuis l'année 2015, le temps sera encore long, très long, avant de pouvoir afficher des statistiques comparables à la période pré-crise.

Atlantico  : Selon le ministère de la Fonction publique, la France comptait 5 448 000 de personnes travaillant dans les trois versants de la fonction publique, hors 192 300 bénéficiaires de contrats aidés, soit 20,0 % de l’emploi total au 31 décembre 2014. En prenant une hypothèse de réduction des effectifs de 120 000 personnes sur l'ensemble du prochain quinquennat, et en poursuivant cette tendance, combien de temps faudra t il à la France pour arriver à un niveau d'administration comparable à ses pairs européens ? Quelles seraient les administrations les plus concernées ?

Jean-Yves Archer : La France compte près de 5,5 millions de fonctionnaires, à rapprocher du chiffre de sa population active totale :  29 millions. Pour simplifier, un travailleur sur 6 est fonctionnaire sans compter les emplois aidés et autres formes d'emploi qui ont un financement public.

Ce qui est marquant, c'est la dynamique d'évolution. Comme le rapporte une analyse du Monde, la France a recruté 1,4 million de fonctionnaires en plus sur la période 1980-2008. soit une hausse de 36%.

Dès lors se pose la question-clef : la France était-elle si mal administrée qu'il a fallu recourir à tous ces recrutements ? On peut sans risque répondre par la négative et comprendre que les multiplications de postes dans les trois fonctions publiques ont été issues de volontés souvent électoralistes ou des conséquences des 35 heures.

En près de 30 ans, on a donc une augmentation de 1,4 million de personnes. Autant dire que le projet de réduire de 120 000 personnes sur un quinquennat est un effort futur d'autant plus modeste que l'évaporation naturelle (les départs en retraite) y contribuera largement.

D'autre part, la suppression de 120 000 postes nécessairement effectuée dans des secteurs non régaliens (hors Justice, Police, Armées) et non hospitaliers nous ramènerait aux années 2010 et ne gommerait pas le lourd impact du grand essor de la fonction publique territoriale. (Voir Cour des Comptes).

Actuellement, on compte 81 fonctionnaires pour 1 000 habitants en France contre 45 au Royaume-Uni, 57 en Italie et 59 en Allemagne.

La médiane européenne se situe à 61 fonctionnaires pour 1 000 habitants.

Pour parvenir à rejoindre cette médiane, il faudrait que la France compte 4,08 millions d'agents publics, soit une baisse de 1,5 million ou encore près de 13 fois le chiffre de la réduction envisagée de 120 000 personnes.

Comme on peut le constater, la gestion des effectifs est un exercice délicat dans les trois Fonctions publiques. Dans l'absolu, une réduction de 120 000 parait importante, mais elle est tout simplement bien pâle par rapport aux standards européens d'Administration publique.

Le 24 février dernier, la Dares publiait les derniers chiffres du chômage en France, totalisant 3 724 000 personnes en catégorie A, soit une augmentation sur le dernier mois, mais une baisse depuis le mois d'octobre 2015. En se référant à cette tendance, à quel moment la France pourrait-elle résorber le chômage de la crise de 2008 ?

Nicolas Goetzmann : Depuis le mois d'octobre 2015, qui a formé le plus haut de ces dernières années, le nombre de chômeurs en catégorie A a baissé de 117 200 personnes, soit une moyenne à la baisse de 7 813 personnes par mois. En considérant que le nombre de chômeurs le plus bas, datant du mois de février 2008, était de 2 141 000, et en appliquant le même rythme de baisse constaté depuis octobre dernier, il faudra attendre le mois de décembre 2033 pour voir le nombre de chômeurs être ramené à ce niveau bas, soit une attente de 16 ans, et une durée totale de crise de 24 ans. Ce qui permet de comprendre que l'inversion de la courbe du chômage relève du virtuel, tant cette baisse est faible dans sa tendance. Mais cela n'est en rien étonnant, puisque la croissance française avance également à un rythme extrêmement faible. En prenant les données de ces dernières années, on se rend compte que la croissance nominale (croissance + inflation) ne parvient pas à dépasser les 2%, ni en 2015, ni en 2016 (en considérant les données trimestrielles). Or, cette même croissance nominale avançait sur un rythme annuel de 4% lors de la période pré-2008 : nous avons ainsi sacrifié la moitié de notre croissance dans le courant de cette crise. Le résultat relatif au nombre de chômeurs en est la conséquence logique. Il est surtout relativement évident de considérer que la satisfaction du gouvernement à ce propos est hors sujet. Ces résultats devraient surtout alerter les autorités que la stratégie actuelle ne peut en aucun cas être jugée comme suffisante. 

En faisant de telles projections, quels seraient les niveaux des dépenses publiques, des déficits, de la fiscalité, et de la dette française au cours des années à venir ? 

Nicolas Goetzmann : Les données détaillées ne sont pas encore disponibles pour l'année 2016, mais l'année 2015 peut être extrapolée sur le long terme, au moins pour se faire une idée de la tendance actuelle des finances publiques. Au cours de l'années 2015, la croissance, bien que très faible, a été supérieure à la croissance des dépenses publiques, soit 1.96% de croissance nominale du PIB contre 1.32% de croissance des dépenses publiques. À ce rythme, le seuil tant convoité d'un ratio de dépenses publiques sur PIB de 50% sera atteint en 2037.

En extrapolant les tendances de la croissance, des dépenses publiques et des recettes fiscales, le passage en territoire budgétaire excédentaire se matérialisera en 2023.

Trajectoire des déficits publics en extrapolant les résultats de l'année 2015. (En milliards d'euros et en %)

Toujours en suivant la même logique, et cette fois-ci pour ce qui concerne le niveau de dette (hors prise en compte des taux d'intérêts), le seuil de 60% d'endettement sur PIB, en conformité avec les règles du traité de Maastricht, sera atteint en 2032.

Mais de tels résultats peuvent être profondément modifiés par une simple modification des paramètres. Et tout dépend de l'objectif recherché. Dans un cas où la croissance nominale se stabiliserait à un rythme équivalent à son niveau pré-crise, c’est-à-dire 4%, de simples variations dans les trajectoires des dépenses et des recettes peuvent totalement modifier le résultat. Des dépenses qui progressent de 2% par an et des recettes qui croissent sur un rythme de 3%, permettent de ramener l'endettement français à 60% dès 2027, et ce, tout en baissant la pression fiscale de 48% à 43% du PIB. Parce que l'essentiel, pour faire baisser les déficits et la dette, c'est de favoriser une croissance forte. Une fois que celle-ci est enclenchée et stabilisée, il suffit à un gouvernement de placer le curseur de la croissance des dépenses légèrement en dessous de celui de la croissance, et la magie prend forme. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
eltarzan
- 14/03/2017 - 22:37
Absence de sanction
Dans le privé c'est l'autosanction sur absence de compétitivité d'où 6 millions de chomeurs. Dans la fonction publique c'est l'autopromotion d'où 6 millions de fonctionnaires.
lasenorita
- 13/03/2017 - 16:32
Nos députés et nos sénateurs.
Il faudrait diviser par 2 le nombre de nos députés et de nos sénateurs parce que beaucoup d'entre eux n'assistent pas aux séances de l'Assemblée Nationale et à celles du Sénat: cela ferait faire des économies aux contribuables français voir http://francetvinfo.fr/elections/legislatives/video-les-pires-excuses-des-deputes-qui-passent-juste-a-l-assemblee-pour-signer-leur-feuille-de-presence_2090661.html mais ce sont nos députés qui font nos lois et ils n'ont guère envie de perdre tous leurs avantages!
Anguerrand
- 13/03/2017 - 15:40
Un seul programme prévoit une baisse du deficit
Celui de Fillon. Le plus dépensier est celui du FN, suit celui de Macron. Ce sont les estimations d'une étude économique sérieuse. Seul celui de Fillon prévoit un retour au deficit Zéro. Bien sûr les français égoïstes préféreront voter pour un programme qui continue à augmenter la dette, merci pour nos enfants, surtout si on doit la rembourser en francs dévalués. Dans ce classement je ne tiens pas compte de Hamon, heureusement.