En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Atlantico Business
Mélenchon, Hamon, Le Pen : ces candidats qui proposent des usines à rêves, alors qu’elles ne seront, en fait, que des fabriques à cauchemars
Publié le 23 février 2017
La bataille des chiffres cache les dossiers clefs, mais que les candidats ne veulent pas traiter pendant la campagne : le rôle de l’Etat, l’Europe et le droit du travail.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La bataille des chiffres cache les dossiers clefs, mais que les candidats ne veulent pas traiter pendant la campagne : le rôle de l’Etat, l’Europe et le droit du travail.

Cette campagne présidentielle lamentable où les montagnes de chiffres cachent les dossiers qu’il faudrait traiter : le rôle de l’Etat et de l’Europe, le droit du travail. 

Cette campagne présidentielle est désespérante et la majorité des électeurs est désespérée. Une campagne désespérante, parce qu’une campagne n’a jamais été aussi incertaine et tronquée. Si les candidats continuent, ils vont s’embourber dans une bataille de chiffres qui partent dans tous les sens et terminer dans un championnat de France du mensonge. 

Tout se passe comme si les hommes politiques avaient, pour être élus, non seulement un droit, mais un devoir de mensonge.

Plus grave : plus de la moitié du corps électoral s’apprête à voter pour des candidats dont les promesses sont utopiques, irréalisables et souvent complètement invraisemblables. Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, des gens intelligents, éduqués, bac + 5…, sont sur le marché de l’illusion ou de la manipulation populiste. 

Quant aux autres candidats, il ne faudra pas trop les pousser pour qu’ils naviguent à la frontière de la réalité. François Fillon est sorti de la rigueur qui commandait son programme. Emmanuel Macron reste flou et discret. Il a sans doute raison. 

Ce qui est inquiétant, c’est que, plus de la moitié du corps électoral est prêt à voter pour des candidats qui se situent hors du système économique dans lequel nous vivons. Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen et Benoît Hamon ne croient pas à la mondialisation. Ils ne croient pas aux bienfaits du libre échange, ils ne croient pas à l‘Europe, ni à l‘économie de marché. 

Alors, que la mondialisation ait entrainé des dysfonctionnements et des inégalités, c’est une évidence. Que l’Europe mériterait un fonctionnement politique mieux huilé, c’est une évidence. Que l’économie de marché ait besoin de régulation, c’est aussi évident. 

Mais quoi qu’on en dise, la mondialisation, l’économie de marché, l’Union européenne ont offert des opportunités de création de richesses extraordinaires. 

Quoi qu’on dise, quoi qu’on fasse, la globalisation, le progrès technologique, les organisations concurrentielles sont difficilement évitables. Ils sont le produit de notre histoire et de notre culture depuis les grandes catastrophes guerrières du siècle dernier. 

Ce qui est troublant dans cette campagne présidentielle, c’est que les candidats ne veulent pas entrer dans la réalité des dossiers. Ils se fourvoient dans des montagnes de chiffres en croyant ainsi gagner en crédibilité. En fait, ils nourrissent la suspicion. 

Les électeurs ne désignent pas un expert comptable, ils désignent un guide, un éclaireur... 

Trois dossiers sont systématiquement occultés par les candidats à la présidentielle. 

D’abord : le rôle de l’Etat. Si tous les candidats dénoncent l’excès de dépenses publiques (donc le risque de pression fiscale accrue), tous sont évidemment d’accord avec la nécessité de faire quelques économies, mais tous ne parlent que de rabotage. Or, il faudra passer par une réduction du périmètre de l’Etat. S’interroger très sérieusement sur les activités et les fonctions qui relèvent d’une gestion publique et celles qui pourraient relever d’une gestion privée. Le rôle de l'Etat et des administrations est de revenir sur les fonctions purement régaliennes : la police, la justice, les impôts. 

L’essentiel de ce que fait l’Etat aujourd’hui pourrait être transféré dans la sphère de l'économie de marché. 

Ensuite, le rôle de l’Europe. L’Europe est un sujet tabou. Les politiques ne parlent de l’Europe que comme un bouc émissaire facile à toutes les faiblesses. L’Europe, l’Union européenne et l’euro incarnent pourtant la plus belle aventure humaine et politique de ce siècle. 

Enfin, le droit du travail. Il est évident que l’organisation mise en place après la Deuxième Guerre mondiale est autobloquante. Le progrès technologique a bouleversé le rapport au travail et démonétise le statut de salariés. Les contrepouvoirs syndicaux sont trop faibles et le modèle social, qui est pourtant une des formes de progrès historique, est en perdition parce que son financement est fondu sur le salariat qui est, lui même, en perte de vitesse. 

Ces trois dossiers absolument incontournables sont l’objet de toutes les attentions certes, mais ces attentions débouchent sur des bricolages qui ne donnent aucune assurance sur la pérennité du système. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Gilets Jaunes : des échauffourée avec la police, des voitures brûlées et des magasins pillés
05.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
06.
Cette fâcheuse addiction du monde contemporain à la pornographie émotionnelle
07.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (30)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
decibel
- 24/02/2017 - 12:15
Merci l'enclume
Merci l'enclume de parler de la source ,du "prêt, feu , partez", dans l'immonde course à l'enrichissement personnel qui se pare depuis , du doux nom de Politique. Merci.
l'enclume
- 24/02/2017 - 11:20
Merci Mitterrand le fossoyeur de la France
Ce qui me fait huuurler de rire, ce sont les gogos qui par manque de courage attribuent à l'Europe, leurs turpitudes. L'Europe, c'est ce qu'en ont fait les dirigeants de chaque pays, ce sont eux les responsables de ce désastre. D'autre part, j'ai gravé dans ma mémoire l'élection de Mitterrand en 1981, l'euphorie générale, 101 promesses, toutes plus généreuses les unes que les autres, et puis deux ans et après 2 dévaluations du Franc, LA RIGUEUR dans toute sa splendeur, les pauvres deviennent de plus en plus pauvres, les riches copains s'enrichissent encore plus en rachetant une bouchée de pain des entreprises fragilisées par tant de démagogie. Rappelez vous les combines Tapie, qui a fait fortune sue les cadavres défaillants, etc, etc, Si vous souhaitez que cela se reproduise, votez pour élire l'un des trois cités par Sylvestre. Lui n'oublie pas la pauvreté qui s'est considérablement accentuée, d'ailleurs, la France ne s'est toujours relevée de ce désastre économique. ps :
Mitterrand est même allé jusqu'à créer un ministère du temps libre.
Anguerrand
- 23/02/2017 - 21:54
Le QI de certains FN
est trop bas pour admettre les vérités de Mr Sylvestre. Merci de continuer à nous parler " économie " comme à une époque avec les communistes les FN sont incapables de raisonner et même de nous expliquer les avances et les inconvénients du passage au franc.