En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© DR
L'île fait face à une vague de protestation contre la cherté de la vie.
Urgence

La crise à la Réunion annonce-t-elle une explosion sociale en métropole ?

Publié le 28 février 2012
L'île fait face à une vague de protestation contre la cherté de la vie. Elle pourrait n'être que le miroir réfléchissant d'une France qui tarde trop à appliquer des recettes économiques qui ont marché partout ailleurs...
Nicolas Bouzou est économiste et essayiste, fondateur du cabinet de conseil Asterès. Il a publié en septembre 2015 Le Grand Refoulement : stop à la démission démocratique, chez Plon. Il enseigne à l'Université de Paris II Assas et est le fondateur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Bouzou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Bouzou est économiste et essayiste, fondateur du cabinet de conseil Asterès. Il a publié en septembre 2015 Le Grand Refoulement : stop à la démission démocratique, chez Plon. Il enseigne à l'Université de Paris II Assas et est le fondateur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'île fait face à une vague de protestation contre la cherté de la vie. Elle pourrait n'être que le miroir réfléchissant d'une France qui tarde trop à appliquer des recettes économiques qui ont marché partout ailleurs...

Les troubles qui embrasent l’île de la Réunion ne doivent pas être pris à la légère. En effet, ils pourraient bien préfigurer l’évolution sociale d’autres territoires d’outre-mer, mais aussi de la métropole si l’on accepte de comprendre que les mêmes causes doivent produire les mêmes effets.

En effet, économiquement, les économies ultra-marines constituent une loupe grossissante du modèle économique et social français. Le chômage est élevé en métropole. Il l’est encore plus à la Réunion. La démographie est dynamique en métropole. Elle l’est encore plus à la Réunion. Le poids du secteur public est important en métropole. Il l’est encore plus à la Réunion. Il y a un socle sectoriel compétitif en métropole. C’est vrai aussi à la Réunion. Le problème, c’est que c’est bien le modèle français qui est aujourd’hui en quasi-faillite.

La crise des pays européens est avant tout une crise de surendettement public. De la même façon que des ménages peuvent se retrouver en situation de surendettement, les Etats de l’OCDE souffrent aujourd’hui de deux maux : une dette élevée, et une croissance structurellement faible, c’est-à-dire des recettes fiscales peu dynamiques.

Il faut bien comprendre les conséquences potentielles de cette dégradation : un coût de financement de l’Etat, de la Sécurité Sociale et des collectivités locales bien plus élevé que le coût actuel, avec un terrifiant effet boule de neige sur les finances publiques, à l’instar de ce qu’ont connu la Grèce et le Portugal et, dans une moindre mesure, l’Espagne et l’Italie.

Les territoires d’Outre-Mer – et la Réunion, malgré ses particularités, ne fait pas exception – bénéficient de transferts publics importants, qui prennent essentiellement quatre formes :

  • Premièrement, la participation de l’Etat (et de l’Europe) aux investissements d’infrastructures.
  • Deuxièmement, des avantages fiscaux et sociaux, qui vont d’une TVA à taux spécifique à un taux avantageux d’impôt sur les bénéfices des entreprises, en passant par les mécanismes de défiscalisation des investissements dans le logement neuf.
  • Troisièmement, des transferts sociaux liés au niveau élevé du taux de chômage (30% de la population active dans le cas de la Réunion).
  • Quatrièmement, une proportion de fonctionnaires très élevée (30% des salariés de la Réunion), qui bénéficient en outre d’un traitement supérieur à celui des fonctionnaires métropolitains.

Le bilan précis de ce soutien reste en partie à faire. L’économie réunionnaise affiche une croissance économique élevée (5% par an environ) ce qui se traduit par une hausse rapide de l’emploi (2,5% par an). Néanmoins, ces performances sont insuffisantes dans la mesure où l’emploi progresse moins vite que la population active.

Le changement de modèle de l’économie réunionnaise ces prochaines années (le passage d’une « économie de consommation » à une « économie de production ») n’est donc peut-être pas une mauvaise chose. Mais avant d’atteindre ce nouveau point d’équilibre, bien des désordres sont à prévoir.

C’est bien pourquoi il faut raccourcir cette phase de transition en rendant les territoires ultra-marins plus productifs plus vite. Je me souviens, il y a un peu plus d’un an, avoir soutenu cette thèse devant l’Agence Française de Développement. Mes propos avaient provoqué un mini-scandale. Sans fausse modestie, les événements me donnent pourtant bien raison.

La croissance économique de l’île devra donc désormais s’appuyer beaucoup plus sur le secteur privé. L’économie locale peut-elle croître aussi vite avec un moindre soutien public ? Oui si les politiques publiques sont infléchies avec courage.

Finalement, il est temps d’appliquer à la Réunion les recettes économiques qui, partout ailleurs, ont marché, en actionnant trois leviers.

D’abord, augmenter le niveau de formation de la population (les difficultés de communication écrite toucheraient ici un adulte sur cinq selon l’INSEE ; un drame social, mais aussi économique).

Ensuite, rendre l’économie plus concurrentielle pour inciter les entreprises à investir et à augmenter leur productivité.

Enfin, s’insérer économiquement dans la géographie locale. En effet, les entreprises réunionnaises ont la chance de se trouver positionnées sur un axe Afrique du Sud – Inde incroyablement porteur. Pourtant, l’Inde n’est que le 8ème client de l’Ile, et l’Afrique du Sud est un partenaire commercial marginal (ne parlons pas de pays pourtant en très forte croissance comme le Mozambique).

Il existe pourtant sans doute des moyens de bénéficier de cette position géographique, notamment pour les entreprises du secteur de l’agroalimentaire (mais aussi du tourisme !), qui peuvent tout à la fois mettre en avant leur savoir-faire local et l’image de la marque France.

Finalement, l’actif le plus précieux de la Réunion, ce ne sont pas les transferts publics : c’est sa population, jeune et mélangée. Deux formidables atouts au sein d’un monde vieillissant et mondialisé. Dans ce territoire comme ailleurs en France, il est donc urgent de replacer le curseur de la politique économique sur la production. Sinon, c’est la crise voire la guerre sociale assurée !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

02.

Finale de la CAN : 48% des Français pensent qu'il est normal pour des personnes d'origine algérienne de manifester leur joie et leur attachement à leur pays lors des victoires de l'Algérie en football

03.

Le pape François a transmis un message "très touchant" à Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert

04.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

05.

Contamination au tritium des rivières françaises : anatomie d’une opération destinée à générer une peur infondée sur le nucléaire

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

07.

Finale de la CAN : cinquante nuances de troubles de la visibilité (identitaire) en France

01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
quesako
- 29/02/2012 - 00:11
On sera sauvé par le civisme !!
Tous ceux qui paient des impôts, donc les riches, vont être complètement matraqués, car par mesure d'égalité il faut que ceux qui touches 2 fois plus que le SMIC, redistribuent leurs surplus vis à vis des RMI / RSA : c'est dans la même logique que pour la répartition du travil gràce aux 35H.
Si ce n'était pas dramatique, je me réjouirais de la gueule que fera le candidat socialiste quand les taux d'emprunts galoperont.
Mais la solution c'est Mitterand / Marchais en 81, on nationalise les banques ! Pauvres .... !
benj117
- 28/02/2012 - 20:22
Désole, je ne voulais pas dire listes,
je voulais dire économistes!
benj117
- 28/02/2012 - 20:20
Le jour ou nos listes arrêterons
de faire de la croissance démographique le saint-graal de la croissance économique, alors je me remettrai a leur faire confiance!! A L'heure actuelle, la seule chose que permet notre splendide croissance démographique, c'est de fabriquer de nouveaux pauvres, ou de nouveaux emmigres qui iront enrichir l'Allemagne dans les années a venir!! Cela les allemands, les chinois, et les neo-zélandais l'ont bien compris, ces derniers benificiant d'une croissance a deux chiffres! Comme vous dites, Mr Bouzou, aujourd'hui la réunion, et demain la France entière.