En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

04.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

05.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

06.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Les Aristochats véhiculent les valeurs de la bourgeoisie riche". On a entendu ça sur France Culture !

04.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

05.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

06.

LR : le tigre de papier

ça vient d'être publié
light > Culture
Slim shady
Eminen surprend tout le monde et sort un nouvel album
il y a 6 heures 42 min
pépites > Culture
Evènement chez Michelin
Le guide rétrograde le restaurant de Paul Bocuse
il y a 7 heures 38 min
décryptage > Social
Retraites

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

il y a 9 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

« La révolution des plantes » : un livre scientifique à la portée de l’homme de la rue

il y a 11 heures 8 min
décryptage > Justice
Euthanasie

Euthanasie : 3 médecins jugés en Belgique dans un procès sans précédent

il y a 11 heures 34 min
décryptage > International
Gorbatchev à la sauce iranienne ?

Glasnost, le retour ? Le président iranien demande de la transparence

il y a 12 heures 43 min
décryptage > International
Copycat

Contagion : Les démocrates trumpisent leur communication

il y a 13 heures 21 min
décryptage > Santé
Drames sanitaires

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

il y a 14 heures 22 min
pépites > Politique
Alliances
Municipales à Paris : Pierre-Yves Bournazel retire sa candidature et soutient Benjamin Griveaux
il y a 1 jour 6 heures
light > Justice
Placé sous contrôle judiciaire
Le réalisateur Christophe Ruggia a été mis en examen pour "agressions sexuelles sur mineur de 15 ans" dans le cadre de l'affaire Adèle Haenel
il y a 1 jour 7 heures
L'assassin assassiné
En Inde, un homme arrêté pour le meurtre de son tueur à gages
il y a 6 heures 59 min
pépites > Social
Musée du Louvre
Une grève sauvage provoque la fermeture des portes
il y a 7 heures 45 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’octogone redéfinit le classicisme et quand l’étrier d’acier fait danser les chiffres : c’est l’actualité des montres en mode pluviôse
il y a 10 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : « Un contrat » : Polar psychanalytique entre deux hommes de parole... et de silence

il y a 11 heures 16 min
pépite vidéo > Politique
Invités imprévus
Marlène Schiappa interrompue lors d'une réunion publique
il y a 11 heures 55 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Libye : les occidentaux cumulent naïveté et erreurs géopolitiques en série
il y a 12 heures 47 min
décryptage > Education
Pénurie des profs

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

il y a 13 heures 41 min
décryptage > Europe
Il n’y a pas que l’union qui fait la force

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

il y a 14 heures 55 min
pépites > Environnement
Risques climatiques et économiques
Davos 2020 : les décideurs mondiaux placent l'inaction climatique au sommet des dangers pour l'humanité
il y a 1 jour 6 heures
pépite vidéo > Politique
Soirées électorales pimentées
Elections municipales : une circulaire de Christophe Castaner pourrait avantager le score national de LREM
il y a 1 jour 7 heures
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Pourris ?

#FillonGate : tous pourris par l'argent en politique ? Pas si simple (parole d'expert!)

Publié le 24 février 2017
Plutôt que de tendre l'oreille à tous les Fouquier-Tinville qui se réjouissent de voir tant de têtes tomber au gré des "affaires" qu'ils ont concoctées, il faut regarder plus séverement ceux qui gardent les mains blanches et qui laissent la France s'écrouler depuis des années.
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plutôt que de tendre l'oreille à tous les Fouquier-Tinville qui se réjouissent de voir tant de têtes tomber au gré des "affaires" qu'ils ont concoctées, il faut regarder plus séverement ceux qui gardent les mains blanches et qui laissent la France s'écrouler depuis des années.

Après des semaines de matraquage médiatique sur la famille Fillon alors que nous avions envie d’avoir un débat de société pour une campagne présidentielle, on finit par avoir la nausée en mettant dans le même sac politiques de tous bords et médias. L’abstention ou le vote nul n’étant pas la solution retenue par ceux qui m’interrogent je pense utile de revenir sur le sentiment du "tous pourris" qui infecte notre vie collective. 

J’aime trop l’industrie pour avoir jamais rêvé de "faire de la politique", mais il m’est arrivé, comme beaucoup de chefs d’entreprise de côtoyer et de travailler avec bon nombre d’entre eux, en local, départemental, régional, national ou international. Lorsque j’ai présidé les destinées d’Elf-Aquitaine j’ai été amené à voir les dessous financiers de l’activité politique en France et ailleurs et j’ai dû, à un moment répondre de ce qui avait été fait sous ma Présidence. Les juges et les médias souhaitaient que je fournisse la liste des heureux bénéficiaires d’une manne dont les contours étaient connus, j’ai considéré que la démocratie méritait que je me taise et j’ai subi l’opprobre pendant une longue procédure qui recherchait désespérément mon "enrichissement personnel" pour justifier une chasse à l’homme qui n’a pas, hélas, été la dernière. Je suis heureux, encore aujourd’hui, de ne pas avoir été l’instigateur d’autres chasses qui auraient conduit à d’autres malheurs pour les hommes et femmes en cause et pour notre pays, quelles qu’aient été les souffrances de ma famille. 

Les juges, journalistes et éditeurs qui ont insisté lourdement pour qu’enfin je "fasse des révélations" en seront pour leurs frais, je ne le ferai pas plus aujourd’hui qu’hier, mais que les uns et les autres sachent que leurs propos, leurs attitudes et leurs actes ne sont pas dignes, et que certaines postures prises par tel ou tel à la télévision, à la radio ou dans une interview écrit me restent sur l’estomac, un peu de pudeur serait la bienvenue ! 

J’avais indiqué, lors de mes comparutions lors de l’instruction, que je ne pouvais pas donner de noms car je venais de réfléchir à donner des noms de ceux qui n’avaient pas eu de relations avec mes services et que je n’en trouvais pas ! lors des procès qui ont suivi, j’ai redit la même chose, cela était peu prisé par mes interlocuteurs et les médias en ont profité pour me fustiger sans reprendre pour autant mes propos ! Il fallait du sang, j’étais dans l’arène, et je refusais le combat ! 

Je n’ai pas l’ambition de modifier le goût pour les jeux du cirque d’une partie importante de mes contemporains, mais je voudrais expliquer pourquoi j’ai continué à voter et pourquoi finalement je crois à la nécessité de le faire malgré l’imperfection de nos démocraties dans cette subtile rencontre permanente entre l’argent et la politique. 

J’ai rencontré un grand nombre d’élus, et j’ai beaucoup d’admiration pour la plupart d’entre eux qui ont sacrifié une part importante de leur vie pour le bien commun. Les maires des communes de France que j’ai été amené à rencontrer croient majoritairement en quelque chose qui les dépasse et regardent leurs réalisations avec fierté quelles que soient les opinions que l’on peut en avoir ! Pour autant, ayant du pouvoir, un peu, un statut social, une respectabilité…oublient-ils leur temps passé à la gestion de la commune ? Non ! Leur rémunération est-elle en rapport avec leur engagement ? S’ils ne répondent pas à cette question, leurs familles répondent pour eux et leur rappellent continuellement qu’il ne faut pas qu’elles soient oubliées. Et si dans des communes bretonnes de mon enfance où l’aristocrate argenté devenait Maire républicain personne ne regardait les détails des finances locales, il en est tout différemment aujourd’hui et les soupçons sont devenus la règle dans toutes les collectivités locales. Il est clair que les carambouilles des "ronds-points "qui peuplent désormais nos villages ont été rejointes récemment par les emplacements payants des éoliennes, mais chaque village ou bourgade peut rivaliser d’imagination pour que soient favorisées des familles, des entités, des supporters… et l’observation que nous ne sommes pas dans un monde parfait est évidente. 

Quand on change de niveau, départemental, régional, ou national, on assiste à la même comédie humaine, on peut y mettre des garde-fous, des contrôles, mais la réalité de la vie politique c’est que celui qui y consacre sa vie n’a pas envie de se sacrifier financièrement parce qu’il a réalisé ce choix ! Les très honnêtes font en sorte que tout ce qu’ils font soit "légal", en fermant les yeux sur ce que peuvent  faire leurs copains ou leurs partis politiques, les débrouillards essaient de trouver des solutions à leurs besoins et à ceux de leurs familles…sans que cela se voit ! Mais la vie politique est couteuse, pendant les campagnes électorales, comme dans la vie quotidienne, il faut paraitre, sa femme et ses enfants aussi, on ne doit pas faire pitié, sans ostentation, être généreux sans gagner d’argent ! Tout un programme ! 

La seule dérive qu’il faut éviter est celle de l’affairisme car elle conduit à ne plus pouvoir exercer un mandat sans avoir à satisfaire en priorité les généreux donateurs qui vous permettent une existence cossue. Lors des grands diners à l’Elysée, les tenues des femmes sont très recherchées, et celles qui sont somptueuses ont droit à "Paris-Match". Vous n’imaginez pas combien les boutiques dont Elf-Aquitaine était devenu propriétaire étaient prisées pendant les semaines qui précédaient. Les robes étaient "prêtées", bien sûr ! Mais on trouvait rarement le chemin de la boutique pour les rendre ! Je n’avais pas besoin de ces politiciens, ni de leurs femmes, mais était-ce sain ? Non ! Mais risquer d’aller dans ces soirées de gala pour susciter des moqueries, c’était tout simplement insupportable, les électeurs auraient été outrés que leurs Ministres-Ediles locaux ne leur fassent pas honneur ! Que penseur d’un fils de Ministre qui ne fasse pas des études brillantes, qui n’obtienne pas de stage…La France est un village, tout se sait et le peuple connait tout cela et le comprend, il s’en offusque quand cela va trop loin, mais le bon sens populaire voit bien que ce n’est pas si grave. Est-ce que cela me choquait ? Oui, mais c’était historique. En ai-je tiré parti ? Non ! Mais lorsque la meute s’est déchainée contre moi, cela m’a démangé, et je me souvenais d’une icône de la télé essayant un "petit haut" dans la boutique de luxe, disant en minaudant "il me va bien ! n’est-ce pas", mon  collaborateur finissant par le lui laisser sur le dos ! Mais la démocratie est le pire des systèmes à l’exclusion de tous les autres ! 

Les hommes sont les hommes, les femmes sont les femmes, et on ne va pas changer les choses parce que l’on en a rêvé comment j’entends dire parfois dans ces périodes électorales. Comme je ne pense pas que les pires doivent être ceux qui montrent du doigt tous les autres, je souhaiterais que la plupart des Fouquier-Tinville actuels cessent de parler du couple Fillon qui, dans mon souvenir, a été un des plus propres de cette période un peu folle. J’ai parlé des politiques, mais j’ai aussi illustré mon propos avec des journalistes qui devraient se souvenir des animations de rencontres auxquelles ils prêtent leur concours -compétent, bien sûr, mais pas bénévole ! 

Un homme politique, ce qu’on lui demande c’est d’être un homme d’Etat qui croit à son pays, qui lui propose une vision et qui prend des décisions conformes à l’intérêt national. On n’a pas à vivre 24 heures sur 24 avec lui et à coucher sous le lit pour bien le surveiller. Lorsque des milliards sont dépensés à faire n’importe quoi, quand l’industrie française part en lambeaux, quand le mensonge vient influer dramatiquement sur l’avenir des gens, comme cela a été le cas pour Alstom durant ce quinquennat, oui il faut se rebeller et essayer de comprendre comment et pourquoi cela a pu se passer. C’est cela qui est le travail à effectuer pour que notre pays se redresse, pas de passer du temps à des "investigations" qui ne sont que des dénonciations de manœuvriers politiques indignes des charges qu’ils occupent ou de celles qu’ils ambitionnent. Ce qui est fait par la plupart des parlementaires pour avoir une vie à peu près acceptable n’est pas glorieux, certes, mais la solution n’est pas dans la chasse à l’homme, elle est dans la réduction du nombre des parlementaires, et dans la revalorisation de leurs indemnités pour qu’ils n’aient plus l’excuse de la "représentation" pour effectuer des petits arrangements.

Mais que politiciens et commentateurs arrêtent de penser qu’ils feront oublier leurs mauvaises actions quotidiennes en montrant du doigt quelques maladresses suivies de mauvaise communication, car pour le peuple le problème n’était pas le fait, cela a été les montants des contrats et il aurait été intéressant de les comparer à d’autres dans le même camp ou dans les camps adverses, mais pour cela il aurait fallu un peu d’honnêteté.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gaby Scaon
- 24/02/2017 - 11:35
Les politiques, si je
Les politiques, si je comprends bien, ont le droit d'être corrompus parce qu'ils ne gagnent pas beaucoup d'argent. Mais ils ont aussi le droit de demander des sacrifices aux smicards. C'est ça qui est intolérable, c'est ça pour moi la plus grande régression. Le corruption en haut, la pauvreté en bas, c'est vraiment une belle société où l'hypocrisie est de mise, avec la bénédiction des élites.
VV1792
- 22/02/2017 - 22:07
L' article est qd meme un peu
L' article est qd meme un peu vague sur ses intentions, peut-etre ai-je mal saisi: il ne faut pas leur en vouloir, les hommes politiques se sacrifient et donc on ne doit pas etre regardant sur les ecarts qui, par leur modestie ne touchent d' ailleurs pas grand monde. Les journaleux qui, eux, mangent au ratelier devrait donc eviter de s' acharner ce qui fait notre democratie.. Mouais.
Je le verrai qd meme un peu autrement. Le Peuple a les elus qu' Il merite. Lorsque la morale de ce peuple, sa probite son sens religieux et national, son honneur chutent, ses elus egalement, il ne faut pas aller chercher plus loin ( songeons qu' encore au debut 20 eme, les journalists pouvaient degainer devant temoins pour des affaires d' honneur!. cela a qd meme bien degringole du niveau de l' honneur..) Donc effectivement il ne faut pas crier haro comme le font les journalists, mais il ne faut pas non plus etre dupes. La Royaute avait a cet egard qq avantages car meme si elle n'etait pas exempte de prevarications, au moins cela ne se melait pas de demagogie, consequence de cette malhonnetete ''d' utilite'' sous couvert de sacrifice et d' hypocrisie, qui est le mal dont se nourrit la democratie
edac44
- 22/02/2017 - 20:23
Quand un grand patron succombe aux sirènes de la tentation !...
http://bit.ly/2kN2Fk1
=======================================================================> On ne peut jamais réécrire l'histoire Monsieur Loïk Le Floch-Prigent, surtout la sienne, n'est-pas ??? même sur Atlantico !... Le pouvoir en place de l'époque s'est servi de vous quand vous avez cru que ce serait le contraire et vous avez perdu !... Vous avez appris à vos dépens qu'aucun politique ne peut être tout à fait honnête, c'est même un"oxymore", c'est inhérent à la fonction et c'est aussi un point commun entre les politiques et les grands patrons, par nécessité sans doute, la réussite cohabite souvent avec la corruption et vous n'ignorez pas non plus, que même en France, les indiscrétions peuvent être parfois mortelles !...