En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

04.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

05.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

07.

Le ministre des Finances du lander de Hesse retrouvé mort sur une voie ferré

01.

L'agonie des PC

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Covid-19
Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers
il y a 2 heures 40 min
pépites > Europe
Allemagne
Le ministre des Finances du lander de Hesse retrouvé mort sur une voie ferré
il y a 6 heures 59 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

il y a 8 heures 25 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Adrien Loir : une vie à l’ombre de Pasteur

il y a 9 heures 39 min
décryptage > Culture
Atalntico - Litterati

Le chercheur d’art

il y a 9 heures 52 min
décryptage > International
Moyen-Orient

Crise du coronavirus ou pas, la guerre par proxy entre l’Iran et les Etats-Unis continue en Iraq

il y a 10 heures 8 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Julien Aubert : « En 1914, l’Union sacrée n’empêchait pas la classe politique de s’opposer sur la manière de mener la guerre »

il y a 10 heures 41 min
pépites > France
Covid-19
Coronavirus : décès de l'ancien ministre Patrick Devedjian
il y a 11 heures 2 min
Régal pour les papilles
Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement
il y a 16 heures 32 min
pépite vidéo > Science
"Star mondiale" de la microbiologie
Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique
il y a 22 heures 12 min
pépites > France
Augmentation
L'amende pour non-respect du confinement passe à 200 euros
il y a 5 heures 33 min
pépite vidéo > Politique
Souvenirs
Quand Patrick Devedjian passait une soirée endiablée à l'université d'été des jeunes UMP
il y a 7 heures 54 min
décryptage > Santé
Tribune

Dramatique pénurie de matériel de protection, appel à tous les Français

il y a 9 heures 20 min
décryptage > Politique
Colères jupitériennes

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

il y a 9 heures 45 min
décryptage > France
Société

L'administration française, si souvent indifférente à la protection des citoyens

il y a 10 heures 8 sec
décryptage > Politique
Coronavirus

Alain Madelin : "Les citoyens ont raison d’exprimer leur défiance pour contraindre les autorités à l’action"

il y a 10 heures 25 min
décryptage > Santé
Mythe et réalité

Crise sanitaire : non le secteur public n’a pas été abandonné ces dernières années. La preuve par les chiffres

il y a 10 heures 57 min
décryptage > Politique
Politique

Covid-19 : Face au feu de la critique, Philippe ajuste le tir, Macron ne change rien

il y a 11 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le bon sens" de Michel Bernard : un récit imprégné de la vie de Jeanne d’Arc

il y a 16 heures 55 min
pépite vidéo > Santé
Pédagogie et mobilisation du gouvernement
Coronavirus : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 23 heures 19 min
© Reuters/Scanpix Sweden
© Reuters/Scanpix Sweden
Atlantico-business

Martin Schulz, cet Allemand qui veut sauver la Grèce, la zone Euro et l’Union européenne et qui menace sérieusement Angela Merkel, sans céder au populisme

Publié le 21 février 2017
Le succès du nouveau président du SPD ne passionne pas seulement les Allemands mais il intéresse aussi les européens parce qu’il porte un projet de changement du fonctionnement de la zone euro, qui ne cède rien au populisme.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le succès du nouveau président du SPD ne passionne pas seulement les Allemands mais il intéresse aussi les européens parce qu’il porte un projet de changement du fonctionnement de la zone euro, qui ne cède rien au populisme.

Mais qui est Martin Schulz, cet Allemand que personne ou presque ne connaissait il y a encore un an et auquel tout le monde aujourd’hui s’intéresse, parce qu’il menace Angela Merkel avec une politique européenne très différente ? Et pour cause, il veut sauver la Grèce, et rééquilibrer durablement le fonctionnement de l’Union européenne.

Martin Schulz est le leader du SPD et le SPD depuis six mois est revenu au devant la scène politique allemande au point de menacer sérieusement la réélection d’Angela Merkel lors du renouvellement de son mandat. Depuis deux mois, le SPD est redevenu le premier parti politique d’Allemagne devant la CDU qui supporte Angela Merkel.

Martin Schulz, l’ancien président du parlement européen a été officiellement désigné comme le candidat des socio-démocrates à la Chancellerie. Si on s’en tient aux chiffres, les rapports de force politique devraient lui permettre de réunir une majorité SPD sans avoir à s’allier à une coalition comme l’avait fait Angela Merkel.

Alors le SPD et son président profitent inévitablement de l’affaiblissement d’Angela Merkel qui a visiblement été mal entendue par les Allemands dans les positions qu’elle a prises face aux vagues d’immigration. Par ailleurs, beaucoup s’inquiètent en Allemagne des fragilités de l’Union européenne.

Alors, comme partout en Europe et dans le monde, les mouvements populistes gagnent du terrain certes, mais moins qu’ailleurs. Le grand gagnant du mécontentement des classes moyennes allemandes est plutôt le SPD et son président Martin Schulz.

Ce qui est intéressant chez Martin Schulz, c’est qu’il porte une vision de l’évolution allemande assez diffèrent d’Angela Merkel et qui pourrait annoncer et préparer un renouveau pour l’Allemagne et pour l’Union européenne. Le projet Schulz est totalement inscrit dans l’évolution et le renforcement de la zone euro.

Martin Schulz est culturellement européen. Il a été président du Parlement européen, artisan du renforcement des pouvoirs de contrôle de ce parlement et il est un des dirigeants allemands qui connait le mieux la puissance de l’Europe, sa diversité et ses faiblesses. C’est aussi, et sans doute celui qui connaît le mieux la France. Il parle le français mieux que l’anglais ce qui est rare outre-Rhin, et possède une maison à Morlaix où il y passe beaucoup de temps, à sillonner la côte et l’arrière-pays breton. Ce qui lui donne, par exemple une idée de la situation de l’industrie agro-alimentaire autre que celle qu’on s’en fait à Bruxelles.

En sortant du parlement de Strasbourg, il avait postulé pour prendre la succession de Jose Manuel Barroso comme président de la commission, mais Berlin ne l’a guère aidé. D’où son engagement au sein du SPD et son assaut de la chancellerie.

Mais au-delà de cet enjeu de pouvoir pour le SPD, et fort de son expérience et de ses convictions européennes, Martin Schulz porte un projet d’évolution de l’Union européenne très diffèrent du projet auquel s’agrippe Angela Merkel.

Son diagnostic est très simple.

1er point, il se félicite évidemment de la puissance économique et financière de l’Allemagne, pas question de revenir sur cette politique de compétitivité qui a permis à l’Allemagne d’accéder à tous les podiums.

2e point, revers de la médaille, cette puissance économique a fait de l’Allemagne le banquier des autres pays membres plus fragiles. Du coup, si un des pays membres de l’Union craque, les autres risquent de craquer et c’est l‘Allemagne qui se retrouve piégée. Sur la Grèce, par exemple, Martin Schulz n’est pas favorable à une position trop dure parce que l’effondrement de la Grèce serait préjudiciable à tout le monde.

3e point et c’est le plus important, Martin Schulz estime que le moment est venu de s’interroger sur la puissance exportatrice de l’Allemagne. Pour la troisième année consécutive, l’économie allemande a battu tous les records de son histoire en exportant beaucoup plus qu‘elle n’importe. Ce qui est une force pour beaucoup peut être considérée comme une faiblesse parles experts du SPD. Ces exportations font dépendre la croissance et l’emploi du ou des clients et de la solvabilité de ceux qui achètent.

L’Allemagne est très souvent obligée de financer ses clients. La vraie question de politique économique que soulève Martin Schulz est de savoir si l’Allemagne n’aurait pas plus intérêt à financer son économie interne ; ses investissements et sa consommation.

En clair, plutôt que de contribuer à creuser chez ses partenaires européens des déficits qu’elle est obligée de financer, mieux vaudrait utiliser ces moyens à financer des équipements collectifs qui lui manquent (routes, voies de chemins de fer, …) des investissements privés et laisser augmenter les salaires pour doper un peu la consommation intérieure.

Pour le SPD, il ne s’agit pas de tomber dans les affres du déficit budgétaire, il s’agit de rééquilibrer la politique économique intérieure, ce qui donnerait de l’oxygène aux autres pays de l'Union européenne qui peine à respecter des critères de gestion qui ont été construits pour l’économie allemande.

En clair, quand Martin Schulz ajoute aux fruits des accords de compétitivité, les bénéfices des taux d’intérêttrèsbas, ceux d’un pétrole pas cher et la pression sur les salaires liésà l’immigration, il en arrive à des excédents dont l‘Allemagne n’a pas tellement besoin. D’autant que l’Allemagne ne participe pas trop au financement de dépenses communes européennes comme les dépensesmilitaires.

Sans connaître le programme détaillé de Martin Schulz, on sait en Allemagne que le SPD a les moyens de fabriquer un modèle assez nouveau pour les allemands et que ce modèle les séduit parce qu’il offre une alternative au populisme.

Un modèle qui fonctionnerait sur trois axes

Axe1 : moins de compétitivitésexternes, donc moins d’excédents
Axe2 : plus de consommation et d’investissements internes
Axe3 : Plus d’oxygène pour les autres pays de la zone Euro, donc plus de solidarité

Le corolaire politique de cette construction passe aussi par plus de fédéralisme européen. C’est presque un autre débat.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

04.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

05.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

07.

Le ministre des Finances du lander de Hesse retrouvé mort sur une voie ferré

01.

L'agonie des PC

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Citoyen Ordinaire
- 21/02/2017 - 23:58
Pas bon Signe....
Aie Si l'on nous présente un sauveteur de l'Europe...nous devons nous inquiéter gravement !
Bon pour les multinationales et les banques, peut-être, comme d'habitude...
Mais pourquoi sauver un truc qui nous a mené à des millions de chômeurs et un coût de la vie infernal ?
Semper Fi
- 21/02/2017 - 20:41
Vers plus de fédéralisme.....
Voilà la conclusion qui tue (sans surprise de la part de JM Sylvestre)... c'est doute cela ne pas être populiste, j'imagine. Et que fait-on si les peuples des nations, encore pour un temps souveraines (à moins que j'ai raté un passage de l'Histoire), n'ont pas envie d'appartenir à une fédération d'Etats ?
Jardinier
- 21/02/2017 - 19:34
Ce changement est en effet une grande nouvelle.
Mais qui n'interviendra (peut être) qu'en septembre. Une Allemagne qui laisse respirer les autres, qui compense en partie l'austérité des autres, ça a effectivement plus de sens. Mais doit on accepter que la bonne santé de notre économie dépende de virages à 180 degrés allemands. Ça changerait la donne, mais pas au point de renoncer a retrouver de la souveraineté. Ne serait ce que pour refuser leur décision unilatérale sur les migrants.