En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex

03.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

04.

Brest : les urinoirs retirés à la gare sous pression d'une association féministe

05.

Pakistan : les autorités enterrent l'enquête sur les centaines de femmes chrétiennes vendues à des Chinois

06.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

07.

Grèves : les "blacks blocs" blancs, ça ne serait pas un peu du blackface ?

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

04.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

05.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Violences
L'IGPN ouvre une enquête après la diffusion d'une vidéo montrant deux policiers frapper un manifestant à terre le 5 décembre
il y a 11 heures 17 min
pépites > International
Drame
Pakistan : les autorités enterrent l'enquête sur les centaines de femmes chrétiennes vendues à des Chinois
il y a 12 heures 30 min
pépites > France
Autre mouvement de protestation
Prix du gazole : des blocages routiers organisés dans toute la France
il y a 13 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Léonard 2 Vinci" : Une étonnante fresque, qui magnifie le grand Léonard, et le "9ème art"

il y a 14 heures 56 min
décryptage > Politique
Perdus

Après le ratage des Gilets jaunes, la droite impuissante sur la réforme des retraites

il y a 17 heures 15 min
décryptage > International
Election présidentielle américiane

Joe Biden, fantôme poids plume d'Obama ?

il y a 18 heures 36 min
décryptage > France
Et pendant ce temps-là...

Les infos importantes que la crise des retraites vous a probablement fait zapper

il y a 18 heures 53 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le jour où de Gaulle est tombé sous le charme de Jackie Kennedy

il y a 20 heures 18 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le débat public peut-il se passer des Libéraux ?

il y a 20 heures 18 min
décryptage > France
Il n'est pas trop tard

Contre la pensée bourgeoise – celle du politiquement correct – osons être révolutionnaires !

il y a 20 heures 19 min
pépite vidéo > People
Plus de peur que de mal
Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain
il y a 11 heures 44 min
pépites > Politique
Friends will be Friends
Mise en examen de François Bayrou : Emmanuel Macron continuera à échanger avec lui
il y a 13 heures 14 min
light > Société
Inégalités
Brest : les urinoirs retirés à la gare sous pression d'une association féministe
il y a 14 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'A-Démocratie. Volet 1: Elf, la pompe Afrique" : un des plus grands scandales politico-financiers de la fin du XXème siècle

il y a 15 heures 1 min
décryptage > Politique
Vrai combat

Fini de rire, la République s'attaque à la Haine

il y a 18 heures 17 min
décryptage > Politique
Pour une nuit, pour la vie ?

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

il y a 18 heures 47 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex
il y a 19 heures 21 min
décryptage > Sport
Bonnes feuilles

Le sportif, ce nouveau héros de temps de paix

il y a 20 heures 18 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Elections 2020 : les enjeux du combat face à Donald Trump

il y a 20 heures 19 min
décryptage > Economie
Paroxysme

Services publics paralysés et pression fiscale record : tous les symptômes d’une faillite programmée du système français

il y a 20 heures 19 min
© tangi bertin / Flickr
© tangi bertin / Flickr
Bouc émissaire

Le capitalisme est en crise mais la mondialisation n’est pas au premier rang des coupables

Publié le 03 mars 2017
Bien que le mondialisation soit devenue le coupable idéal de tous les problèmes de l'économie française, il semble bien que la situation difficile de la France découle plus de ses propres erreurs politiques (dont celles de l'Europe).
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bien que le mondialisation soit devenue le coupable idéal de tous les problèmes de l'économie française, il semble bien que la situation difficile de la France découle plus de ses propres erreurs politiques (dont celles de l'Europe).

Atlantico : Depuis plusieurs années, les responsables politiques pointent la mondialisation comme étant la source de tous les maux qui frappent les pays occidentaux, notamment sur la question des inégalités. En quoi cette accusation peut-elle masquer une part de nos propres responsabilités ?

Nicolas Goetzmann : Ce que nous appelons mondialisation aujourd'hui correspond à l'extension du phénomène aux pays émergents. Avant les années 2000, les échanges entre pays "développés" permettaient à chacun de profiter de la croissance mondiale, sans en subir trop lourdement les conséquences en termes d'emplois. Puis, notamment en 2001, avec l'entrée de la Chine dans l'OMC, la mondialisation est entrée dans sa phase moderne, c’est-à-dire à une forme de compétition entre pays émergents et les pays les plus développés. Conformément à la théorie (Stopler-Samuelson dès les années 1940), une telle compétition s'est révélée destructrice pour les emplois les moins qualifiés au sein des pays ayant des coûts de production plus élevés. Ces effets ne sont pas vraiment une surprise, même si la rapidité et l'intensité du processus ont pu surprendre. À partir de là, ce n'est pas la mondialisation en elle-même qui est à remettre en cause, parce que la croissance mondiale des années 2000 a été très forte, et a permis d'extirper un grand nombre de personnes de la pauvreté.

Le choc subi par les pays occidentaux peut donc se diviser en deux parties. D'une part, rien n'a été prévu dans les pays occidentaux pour se prémunir d'effets qui pouvaient pourtant être anticipés par les pouvoirs publics ; c’est-à-dire la désindustrialisation. L'enjeu était de proposer des alternatives aux personnes subissant le coup de la compétition industrielle, en les soutenant, en leur apportant une formation, et en favorisant les investissements dans des zones les plus touchées : la Rust Belt aux États Unis, la Lorraine ou le Nord en France. D'autre part, la crise de 2008 a eu un impact considérable sur nos économies. Et le mal dont nous souffrons aujourd'hui est bien plus le fait de cette crise-là, que des effets de la mondialisation. Cette crise a frappé une Europe qui s'est révélée peu capable de réaction en termes de stratégie économique. Les choix qui ont été faits, entre austérité et compétitivité, sont les véritables causes du mal actuel, bien plus que la mondialisation elle-même.

Comment faire la part des choses ? Quelles ont été les politiques les plus néfastes à nos économies, plus spécifiquement en France et en Europe ?

Entre la création de l'euro en 1999, et 2008, la croissance "nominale" européenne était en moyenne de 4% (croissance + inflation). Même chose en France, et le chômage, au milieu de l'année 2008, avait atteint son niveau le plus bas depuis 1983. Pourtant, entre 2000 et 2008, la vague de mondialisation avait été très puissante. Elle a commis des dégâts, notamment en termes d'inégalités, mais la situation globale de l'Europe et de la France s'est améliorée. Cela aurait pu être mieux, en permettant une meilleure redistribution, mais cela a correspondu à une forte phase d'expansion.

C'est 2008 qui a tout changé, d'une façon extrêmement brutale. Ce n'est pas la mondialisation en soi qui est ici en cause, mais les grandes Banques centrales, qui n'ont pas su faire face aux évènements, et les gouvernements qui ont mis en place des politiques contre productives en Europe. L'austérité, la compétitivité, toutes ces théories n'avaient aucun sens parce que la conjoncture ne s'y prêtait absolument pas. Ces politiques ont aggravé une situation, pourtant gérable, et l'ont transformé en une crise qui dure depuis 10 ans. Les Européens ont pris peur en raison de l'état de leurs déficits et de leurs dettes publiques, sans se rendre compte que la cause du mal était l'absence de croissance. Or, en voulant réduire leurs dépenses, ils ont anéanti les chances d'un retour de la croissance. Malgré l'évidence, ces choix font encore débat en Europe. La mondialisation et l'automatisation sont de lourds défis, mais il ne faut pas se tromper de coupable pour l'état de l'Europe aujourd'hui.

Dès lors, quelles sont les pistes à suivre permettant de concilier mondialisation et une prospérité économique partagée par le plus grand nombre ? 

L'économie européenne, avant d'être une "victime" de la mondialisation, est la victime de sa propre stratégie économique. L'Europe souffre d'un manque flagrant de demande, c’est-à-dire que la politique monétaire européenne, bien que celle-ci soit expansionniste, est encore bien trop timide par rapport aux fondamentaux du continent. L'Europe peut croître à un rythme de 4% en nominal, et certainement plus pendant une période temporaire, en prenant en compte l'effet de rattrapage nécessaire, pour effacer les stigmates de la crise. On voit, par exemple, le Japon connaître une croissance deux fois supérieure à son potentiel, grâce à une telle politique. Il s'agit de provoquer une surchauffe temporaire pour extraire le continent de sa torpeur, et ainsi favoriser la baisse du chômage, et l'investissement, c’est-à-dire une préparation pour la croissance future. Des politiques de relance de l'investissement public, des infrastructures, de formation, de renforcement de l'éducation sont également les clés pour préparer l'avenir, c’est-à-dire pour prendre en compte les défis imposés par la robotisation et la mondialisation. Or, il va être difficile de soutenir des programmes de dépenses publiques si la croissance n'est pas là pour les financer. C'est donc d'abord la croissance la priorité, avec la Banque centrale ; dans un second temps, cette croissance supplémentaire apportera aux États les moyens de financer, sans hausse du rapport "dépenses sur PIB" (et donc sans hausse de l'endettement) des programmes permettant un meilleur partage de la croissance. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex

03.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

04.

Brest : les urinoirs retirés à la gare sous pression d'une association féministe

05.

Pakistan : les autorités enterrent l'enquête sur les centaines de femmes chrétiennes vendues à des Chinois

06.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

07.

Grèves : les "blacks blocs" blancs, ça ne serait pas un peu du blackface ?

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

04.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

05.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 27/02/2017 - 19:55
Mondialisation heureuse et malheureuse
Ces lamentations sur la mondialisation sont curieuses. Cette mondialisation a permis notamment de sortir environ deux milliards d'habitants en Asie de la misère noire. Par contre, elle a eu certains effets collatéraux négatifs incontestables dans les vieux pays industriels, à des degrés divers en fonction des capacités d'adaptation différentes de ces derniers (Europe Nord /Sud par exemple).
Citoyen Ordinaire
- 27/02/2017 - 18:59
Toujours amusant de chercher des excuses...
A l'horreur de ce que nous avons fait à notre pays et à une bonne partie de nos citoyens.., aux pauvres Anglais sous Tatcher, en Grèce, en Espagne....etc...
La mondialisation est une honte sans nom...un crime contre l'humanité...Combien d'enfants meurent de faim ou de soif par jour ? Merci de nous rappeler ces chiffres à l'occasion...
Quand aux joies qu'elle a apporté en Afrique, nous cherchons encore...et en Asie, vous avez déjà oublié cet immeuble effondré sur des travailleurs, ou la pollution de dingue en Chine ?
La mondialisation est ce que l'homme peut faire de pire en oubliant toute humanité pour les seuls intérêts de quelques uns.
PS: La banque mondiale et le FMI sont soutenus par les mondialistes, ils peuvent raconter ce qu'ils veulent....Un peu comme chez nous quand on raconte qu'avec l'Euro, il n'y a pas eu d'inflation mais que tu payes une crêpe à la fête foraine 3€ soit 20 francs...et un paquet de clope 8€....
clint
- 27/02/2017 - 15:12
N. Goetzmann : grace à LCI maintenant je vous lis !
Participant jeudi dernier à une émission sur le programme économique du FN, j'ai constaté que vous n'étiez pas intrinsèquement anti euro, ce que je croyais jusqu'à présent. La France a surtout était victime de chefs d'état qui ont perdu toute influence réelle en Europe face à l' Allemagne, jouant en conséquence trop souvent au suiveur, impossible de porter des idées, étant maintenant même déconsidérée en Europe dite du sud !