En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 10 heures 11 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 10 heures 49 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 13 heures 32 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 15 heures 33 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 18 heures 18 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 18 heures 29 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 18 heures 51 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 19 heures 29 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 19 heures 36 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 10 heures 32 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 12 heures 34 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 14 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 15 heures 28 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 18 heures 11 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 18 heures 26 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 18 heures 41 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 18 heures 55 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 19 heures 33 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 19 heures 37 min
© Reuters
© Reuters
Clap clap clap

​Croissance, la décennie perdue : comment la France en est arrivée à sacrifier 75% de sa croissance sur les 10 dernières années

Publié le 03 février 2017
Pendant que le gouvernement semble se préoccuper d'un écart de 0.3 point entre sa prévision de croissance initiale pour l'année 2006, et le résultat publié par l'INSEE, il semble oublier un peu vite que c'est une décennie entière qui a été perdue sur le front de la croissance. Sur les 10 dernières années, la croissance française a été amputée de 75% par rapport à la décennie précédente.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pendant que le gouvernement semble se préoccuper d'un écart de 0.3 point entre sa prévision de croissance initiale pour l'année 2006, et le résultat publié par l'INSEE, il semble oublier un peu vite que c'est une décennie entière qui a été perdue sur le front de la croissance. Sur les 10 dernières années, la croissance française a été amputée de 75% par rapport à la décennie précédente.

Atlantico : selon les derniers chiffres publiés par l'INSEE, la croissance française n'aurait été que de 1.1% pour l'année 2016, soit un chiffre plus bas que celui annoncé par le gouvernement, soit 1.4%. Plus globalement, ne peut-on pas considérer que la France vient de vivre une décennie perdue sur le terrain de la croissance ?

Nicolas Goetzmann : Entre le premier trimestre 2008 et le dernier trimestre 2016, la croissance française a été de 4.47% sur une durée de 9 ans. À titre de comparaison, la croissance totale des 9 années précédentes, c’est-à-dire entre le deuxième trimestre 1992 et le premier trimestre 2008, a été de 20.29%, et ce chiffre de 20% de croissance sur une période de 9 ans a été plutôt stable entre le début des années 80 et la fin des années 2000. Et soudainement, cette croissance a été divisée par 4.5. C’est-à-dire que la France n'a "eu" que 22% de la croissance qu'elle avait l'habitude de connaître sur une période aussi longue. Il s'agit donc bien d'une décennie perdue, et la pire performance de l'économie française depuis les années 30. Ce qui est essentiel ici, c'est d'observer une chute vertigineuse à partir de 2008, c’est-à-dire qu'elle est la conséquence d'une situation précise, et non pas une dégradation lente qui pourrait s'expliquer par un essoufflement.

En resserrant un peu la période d'observation, on peut scinder la période 1999-2007 et 2008-20116, soit 72 trimestres en tout. Au cours des 36 premiers trimestres, la croissance moyenne annuelle a été de 2.26%, puis, au cours de la seconde période, cette croissance moyenne annuelle a été de 0.56%, soit un rapport de 1 à 4. Nous aurions perdu 75% de notre croissance en chemin, juste "comme ça" ? Cette question ne semble pas être abordée dans les débats politiques actuels, comme s'il s'agissait d'un phénomène naturel, une fatalité, et sans se rendre compte qu'il existe bien une cause précise à cette décennie perdue. La responsabilité en incombe à la politique monétaire qui a été poursuivie en Europe. Il suffit de constater simplement l'indicateur le plus pertinent, c'est à dire la progression du PIB nominal (qui est le PIB "brut", dont l'inflation n'a pas été retranchée). Le rôle d'une banque centrale est de parvenir à stabiliser cette croissance nominale dans le temps, ce qui correspond aux tirets noirs dans le graphique ci-dessous, et la ligne rouge correspond au résultat obtenu. La décennie perdue est donc, sans ambiguïté, la conséquence de la mauvaise gestion de la politique monétaire européenne 2008. 

France - PIB à prix courants (ligne rouge) comparé à sa tendance longue (1999-2007 - tirets noirs)

Et c'est cette "cause", qui est à l'origine des conséquences que nous connaissons ; chômage de masse, déficits publics importants, forte hausse de l'endettement de l'État, écroulement de l'investissement. Le malheur du pays, c'est que les dirigeants n'ont tenté de répondre à cette crise qu'en se prenant aux conséquences, endettement, déficit, investissements etc…mais n'ont jamais réellement affronté la cause, d’où l'incapacité de sortir du marasme. Les États Unis en sont sortis par la voie monétaire, tout comme le Royaume Uni, et tout comme nous sommes sortis d'une crise de même nature au cours des années 30. En 1931 pour le Royaume Uni, en 33 aux États Unis, en 36 pour la France. Et toujours par la voie monétaire.

Cependant, et au regard de la thématique de la stagnation séculaire, indiquant une prévision de croissance très faible pour les années à venir, n'est-il pas illusoire de vouloir retrouver la croissance que le pays a connu au début des années 2000 ?

Non. Avec une politique monétaire digne de ce nom, le Royaume Uni a créé 2 millions d'emplois sur les 5 dernières années, alors que la France a créé 50 000 emplois marchands sur la même période. Même chose aux États Unis, qui ont créé 15 millions d'emplois depuis 2010. Cela ne ressemble pas beaucoup à des chiffres d'économie de crise. Jamais le Royaume Uni, dans son histoire, n'était parvenu à un tel taux d'emploi. L'idée de stagnation séculaire est peut-être soutenue par ceux qui ont échoué à permettre un retour de la croissance, mais il suffit de regarder autour de nous pour s'apercevoir que c'est l'Europe qui est en cause, c’est-à-dire sa stratégie macroéconomique, et donc, sa politique monétaire. Même la BCE a reconnu, en 2016, que la croissance potentielle du continent européen était bien plus élevée que celle que nous connaissons aujourd'hui. Elle a estimé dans ce rapport que la croissance européenne était inférieure de 6 points à son potentiel pour les années 2014 et 2015. Et encore, ce même rapport indique que la croissance européenne était supérieure de 4 points à son potentiel avant crise, ce qui peut être contesté, et indiquerait que l'écart entre la croissance actuelle et son potentiel serait de 10 points. L'Europe est en sous régime depuis 10 ans, et il ne s'agit que des conséquences de cette mauvaise gestion de la monnaie. L'idée de stagnation, ou d'un monde qui serait passé à la "post-croissance" est réservée à ceux qui ne parviennent pas à regarder ce qui peut se passer autour d'eux. Il n'y a pas de fatalité, c'est de la politique.

À quelles conditions un retour d'une forte croissance est-il possible ?

Il y a deux étapes. La première est une relance de la croissance par la voie monétaire, notamment en modifiant le mandat de la BCE, en lui donnant l'injonction de faire du plein emploi un objectif prioritaire, au même titre que la maitrise des prix. C'est ce qui est en place aux États Unis. Une telle mesure permet un retour relativement rapide au plein emploi, c’est-à-dire qu'une telle relance permettra déjà de combler l'écart qui existe entre notre croissance actuelle et son plein potentiel. Puis, dans un second temps, la reprise économique apportera son lots d'effets réels, c’est-à-dire une hausse des investissements, de l'innovation, de la recherche et développement, ce qui permettra une hausse de la croissance potentielle du pays. Parce qu'avec 10 années de crise, il ne faut pas nier que ce potentiel a été gravement endommagé. Pour lutter contre ce phénomène, il faut inverser la tendance, passer en surrégime pendant un moment pour contrer les effets de long terme du sous régime que nous subissons depuis 2008. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 11/02/2017 - 22:56
Les normes écolo-réactionnaires de Bruxelles
sont les premières responsables. Elles provoquent un surcoût de 10 à 20% des véhicules, bâtiments, voiries, énergie etc...et pour compenser ce surcoût, une baisse de 10 à 20% de la production de richesse et de l'entreprenariat. Voilà ou sont passés tous les effets qu'on aurait dû attendre des rachats de dettes pourries par la BCE et, a un moindre degré, du CICE...un quasi équilibre entre ce qui a été perdu à cause de l'ecologie punitive gauchiste et les bénéfices que la France aurait pu retirer de cette exceptionnelle conjonction de planètes...si elle n'avait pas été dirigée par des nuls (Macron-piège-à-cons inclus)
tubixray
- 02/02/2017 - 08:42
Back to USSR
La croissance étant par nature un concept capitaliste, comment la France qui repose sur le modèle soviétique peut y adhérer ???
lemillanh
- 02/02/2017 - 07:17
EXCELLENT
ET PENDANT CE TEMPS LA HARO SUR FILLON
CHERCHER L ERREUR
LUI QUI VEUT BOULEVERSER LA DONNE ET ASSAINIR
ON VA LUI PRÉFÉRER UN PRÉSIDENT NORMAL ET INCOMPÉTENT
POUR UN CRIME QU IL N A PAS COMMIS