En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 6 heures 29 min
pépites > International
Incertitude
Bolivie : Morales démissionne, le pays plonge dans l'incertitude
il y a 7 heures 54 min
pépites > Terrorisme
Expulsion
La Turquie va expulser 11 djihadistes français dans les prochains jours
il y a 9 heures 12 min
décryptage > Europe
Les entrepreneurs parlent aux Français

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

il y a 10 heures 52 min
décryptage > Economie
(Piètres) raisons

1,3% de croissance en France : pourquoi pas plus ? Quatre (piètres) raisons et une obligation

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

La droite française est-elle maudite ? : les causes historiques de la malédiction de la droite

il y a 14 heures 41 min
décryptage > Environnement
Immobilité

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

il y a 15 heures 2 min
décryptage > Media
Totalitarisme de la gentillesse

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

il y a 15 heures 30 min
décryptage > Politique
Esprit du 11 novembre, es-tu là ?

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

il y a 16 heures 34 min
pépites > Economie
Renouveau
Le Medef pourrait changer de nom et être rebaptisé "Entreprises de France"
il y a 1 jour 2 heures
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 7 heures 35 sec
light > Culture
Hommage
Abou Dabi inaugure sa nouvelle avenue Jacques Chirac
il y a 8 heures 43 min
décryptage > Politique
Vraiment ?

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

il y a 10 heures 36 min
décryptage > Sport
Réel succès ?

Cette maladie du tennis français qui se cache derrière la victoire de la France en finale de la FED Cup

il y a 14 heures 4 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les mystères médicaux autour de l’affaire de la nouvelle formule du Levothyrox

il y a 14 heures 41 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Au secours ? Amazon veut rendre Alexa intelligente en traitant nos données personnelles
il y a 14 heures 53 min
décryptage > Religion
Nouvelle ère

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

il y a 15 heures 6 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Alibaba tente d’acclimater le « Single Day » en France, sans TVA ni droits de douane

il y a 16 heures 28 min
décryptage > Histoire
L'air du temps

11 Novembre : il y a 100 ans débutaient les années folles… Aujourd’hui, les années vaches (sacrées) folles ?

il y a 16 heures 45 min
light > Finance
Bon investissement
Actions de la Française des Jeux : attention aux arnaques aux sites frauduleux
il y a 1 jour 3 heures
Appât du gain

Fillon, Macron et l’argent des autres

Publié le 27 janvier 2017
Avec H16
Oh ! Cela faisait vraiment longtemps que nous n’avions pas eu une bonne petite affaire politico-financière sur les bras !
H16 tient le blog Hashtable.Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
H16
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
H16 tient le blog Hashtable.Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Oh ! Cela faisait vraiment longtemps que nous n’avions pas eu une bonne petite affaire politico-financière sur les bras !
Avec H16

Il est vrai qu’avec la République Exemplaire de Monsieur Hollande, nous avions été épargnés des agissements douteux de la gauche. Malheureusement, la droite n’a pas été sage : on apprend que Penelope Fillon, l’épouse de l’actuel candidat de la droite à la Présidence, aurait été indûment rémunérée. Oh !

Avec Penelope Fillon, l’emploi parlementaire qui l’aurait occupée pendant huit ans sentirait-il la fiction ? Les informations du Canard Enchaîné, qu’on a connu plus vivace à dénoncer des entourloupes, lui permettent d’affirmer que, de 2002 à 2007, l’épouse de François Fillon était embauchée comme assistante parlementaire, rémunérée pour cela, mais qu’on ne l’aurait guère vue dans les couloirs de l’Assemblée. Une dizaine d’années plus tard mais à seulement 90 jours de la présidentielle, voilà donc la question lancée dans l’arène publique.

Bien évidemment, le parquet national financier, toujours au taquet, a bondi sur l’affaire pour que toute la lumière soit faite, et ce dans les quelques heures qui ont suivi la publication de l’information. Au moins, en France, on a une Justice super-efficace.

De son côté, Fillon et son parti se sont lancés dans des explications peu convaincantes à base de boule puante et de misogynie. Parallèlement, plusieurs personnes, de droite et de gauche, se seront relayées pour rappeler que la pratique d’embaucher comme assistant parlementaire le conjoint, le fils ou la fille est une pratique extrêmement courante et très encadrée par la loi.

À ce point courante qu’on se demande un peu pourquoi diable les députés — et de façon plus générale ces hommes politiques qui commentent à présent les écarts de Fillon — n’ont-ils pas déjà mis de l’ordre dans ces habitudes. Plusieurs fois en effet l’idée de limiter les débordements observés dans ce domaine avait abouti à l’une ou l’autre loi de « moralisation » ou de « transparence » de la vie politique, aboutissant ici à limiter les rémunérations, là à bien encadrer le type de prestations couvertes… Mais l’interdiction pure et simple, pas encore…

C’est surprenant, tout de même, cette facilité que peuvent avoir les élus et, plus généralement, les politiciens, à confondre assez vite les dépenses personnelles avec les dépenses de l’État.

D’ailleurs, dans le même temps, on apprend par le truchement commode d’un livre — « Dans l’Enfer de Bercy » — qui paraît tout à propos que le brave petit Emmanuel Macron aurait peut-être bien tapé dans l’enveloppe des frais de bouche du Ministère de l’Économie pour « des repas, pour des réceptions avec ses amis Facebook, pour recevoir des philosophes, des sondeurs, qui n’ont pas directement trait à ses activités à Bercy ». Oh ! Fichtre, diantre et palsembleu, voici qui me laisserait presque pantois, si je ne savais pas déjà que la caste politique a très précisément tendance à ce genre de petits détours en marge si ce n’est de la légalité au moins de la moralité dont se prévalent pourtant tant François qu’Emmanuel.

Au passage, on notera que la couverture de l’affaire Fillon est plusieurs ordres de magnitude de celle déployée pour l’affaire Macron, alors que tous les deux sont candidats, tous les deux semblent plutôt en avance dans les sondages et que tous les deux ont de réelles chances de s’affronter au second tour de l’élection. Difficile aussi de ne pas noter le silence opportun entretenu par la gauche sur ces deux affaires alors que n’ont pas encore fini de retomber la poussière et les gravats de l’explosion de médiocrité que nous a valu leur « primaire » consternante à la participation fluide et fluctuante voire carrément bidon.

Mais soit, oublions bien vite ce premier tour du petit jeu de massacre mou au Parti Socialiste pour revenir sur ces petites entorses de nos politiciens à cette pureté ou cette honnêteté de principe qui semble, pour l’un comme pour l’autre, mise à mal.

Il semble décidément très difficile, en France, de ne pas tomber dans l’une ou l’autre ornière financière. A contrario, de nombreux pays nous montrent, par l’exemple, que l’inverse est possible. La taille des scandales outre-Rhin ou dans les pays scandinaves lorsqu’un dérapage financier est constaté nous rappelle qu’ailleurs, on ne rigole pas des masses avec l’argent du contribuable. Comment expliquer une telle différence de traitement ? Comment ces pays font-ils pour que leur personnel politique soit, au moins sur le plan financier, beaucoup plus près des sous du contribuables ?

Je n’ai pas de réponse, mais je note en tout cas que la légèreté avec laquelle sont gérés les deniers publics se retrouve quasiment tous les jours dans la presse française. Quand ce n’est pas un rapport accablant (encore un) de la Cour des Comptes pour dénoncer les abominables patouillages de l’État-Actionnaire et les cafouillages coûteux de l’État-Stratège (dont j’ai régulièrement parlé), c’en est un autre pour noter les libertés aussi consternantes que coupables (à 300 millions d’euros) que certains ministres s’octroient pour régler des problèmes budgétaires ; comme par hasard, on retrouve au passage Ségolène Royal, habituée de la haute voltige financière dont la gestion régionale a laissé des traces profondes que les Pictocharentais épongeront comme ils pourront dans les prochaines décennies.

Bref, c’est toujours le même constat : où que l’on regarde, le politicien français distribue assez généreusement l’argent des autres et ne semble pas vouloir rentrer dans le cadre pourtant de plus en plus contraignant de la loi et, plus encore, de la morale. Est-ce vraiment étonnant ? Parce qu’à bien y regarder, on n’arrête pas de commettre deux erreurs, en même temps : d’une part, on étend sans arrêt les prérogatives de l’État, prérogatives qui comprennent notamment celle de ponctionner les Français à tire-larigot. D’autre part, on place à des postes importants des individus qui ont déjà fauté, qui ont déjà prouvé ne pas être parfaitement honnête. Et même lorsqu’ils sont au départ honnête, on sélectionne in fine le politicien à son désir de pouvoir, chose que l’argent représente assez directement.

Autrement dit, notre démocratie semble avoir été construite pour sélectionner les individus qui seront le plus à même de faillir ou de développer une morale aussi souple et adaptable que possible, et cette même démocratie semble augmenter tous les jours le nombre d’opportunités où ces individus pourront justement exercer cette morale à géométrie variable. Lorsqu’on met le chat comme gardien du rôti, on ne peut pas, on ne doit pas s’étonner de retrouver le rôti franchement entamé et le chat, obèse et barbouillé, faisant à côté comme si de rien n’était.

Les mésaventures de Macron, de Fillon et de tant d’autres avant eux ne font qu’illustrer une fois encore le travail herculéen qu’il reste à accomplir pour séparer une fois pour toute les politiciens de l’argent des autres.

Article publié sur le blog de H16

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 27/01/2017 - 23:54
@Fredja le parlement a abandonné la procédure...
pour absence de preuves aux accusations du seul papa Schultz (personne ne lui a emboité le pas, et pour cause...)...pour l'instant! Mais je ne doute pas que papa Schultz nous ressorte une petite pique après qualification de Marine Le Pen pour le second tour. Si Atlantico veut faire un article à propos des assistants parlementaires FN, je n'aurai aucun problème pour en disserter avec vous. Que leur reprochez-vous au juste? D'être étiquetés FN? Vous auriez préféré que les patriotes prennent des assistants europeistes?...
Fredja
- 27/01/2017 - 14:59
@@vangog
en la matière, à votre place, je me ferai tout petit. Il me semble qu'en matière de malhonneteté, le Front National n'a de leçons à recevoir de personne. N'a-t-il pas une procédure au fesse au niveau Européen, pour des largesses prises sur les rémunération des cabinets de députés FN ??? Mmmmh ? On fait moins le malin, M. Propre ?
vangog
- 27/01/2017 - 13:10
Et sans oublier Le Drian-Cazeneuve et Royal...
miraculeusement épargnés par la presse gauchiste (n'évoquons même pas le gauchiste Paul Giacobbi, condamné à 3 ans de prison ferme, soit un simple accident de parcours, pour un député gauchiste...), qui s'est ruée comme un klebard affamé sur Pénélope la brodeuse...avec le Front National, ce sera identité de traitements pour toute cette grande famille de tricheurs et de menteurs...ça fait peur!