En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 39 sec
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 26 min 39 sec
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 1 heure 22 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 1 heure 51 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 2 heures 24 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 3 heures 2 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 19 heures 20 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 21 heures 51 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 23 heures 54 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 1 jour 1 heure
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 21 min 35 sec
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 1 heure 5 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 1 heure 35 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 2 heures 8 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 2 heures 35 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 3 heures 31 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 19 heures 48 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 23 heures 38 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 1 jour 1 heure
© wikipédia
© wikipédia
Transparence

#FillonGate : l’arbre qui cache la forêt de l’hypocrisie générale des français et de leurs élus à l’égard du financement de la vie politique

Publié le 27 janvier 2017
Suite à "l'affaire" dite PénélopeGate, François Fillon souhaite être reçu au parquet national financier pour "faire taire la calomnie". Cette affaire, loin d'être une première dans la vie politique française ne serait-elle pas "l'arbre qui cache la forêt" de l’hypocrisie des Français et de leurs élus à l'égard du financement de la vie politique.
Bertrand Mathieu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Mathieu est un professeur et juriste français, spécialiste de droit constitutionnel. Il est notamment professeur de droit à Paris-I, membre du Conseil de la magistrature et Président de l'Association française de droit constitutionnel. C&...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite à "l'affaire" dite PénélopeGate, François Fillon souhaite être reçu au parquet national financier pour "faire taire la calomnie". Cette affaire, loin d'être une première dans la vie politique française ne serait-elle pas "l'arbre qui cache la forêt" de l’hypocrisie des Français et de leurs élus à l'égard du financement de la vie politique.

Atlantico : Derrière l'affaire Fillon révélée le 25 janvier par le "Canard enchaîné", ne peut-on pas voir une forme d'hypocrisie générale relative aux pratiques de la vie politique française. Quelles sont les formes les plus fréquentes, voire "usuelles" qui ont pu être dévoilées au cours de ces dernières années ?

Bertrand Mathieu : D'abord ce qu'il faut rappeler c'est qu'il n'y a pas une multiplication des affaires. Elles sont plus connues et il  a une augmentation considérable de l'absence de tolérance par rapport à ces pratiques. Le niveau d'exigence a monté.  Il y a les affaires que l'on connaît et qui donnent le sentiment que le phénomène est nouveau, comme Cahuzac, les déboires du Front National au parlement européen, un peu avant les emplois fictifs à la mairie de Paris sous Chirac… Mais en réalité cela n'a rien de nouveau. Les scandales sous la IIIe République étaient 10 fois plus importants que ceux-là, il suffit de prendre l'exemple du canal de Panama.

Dans l'affaire Fillon la pratique d'employer un conjoint comme attaché parlementaire c'est probablement pas ce que l'on fait de mieux mais c'est entièrement légal. Le problème est de savoir si elle a travaillé ou pas mais pour l'instant on en sait rien. Ce qui est dangereux dans cette affaire c'est qu'elle sert de substitut au débat public. S'il y a une affaire judiciaire la justice le tranchera.  Ce dont il faut se méfier c'est qu'un idéal de transparence et de rigueur absolu ne fera pas nécessairement une bonne politique.  Evidemment il faut sortir les affaires et les sanctionner lorsqu'elles le méritent mais ce qui est vraiment dangereux c'est que la presse et la justice peuvent faire et défaire les carrières politiques comme ils l'entendent. Le jour où quelqu'un est condamné pour une pratique il est normal que sa capacité à diriger le pays soit mise en cause. Mais il faut que cela soit avéré, gare aux jugements hâtifs.

Comment expliquer que le "système" français puisse être aussi vulnérable à ce type de pratiques ? Quelles en sont les causes profondes ?

Il y a plusieurs choses: le manque de moyens financiers, une tradition d'impunité (pendant très longtemps les hommes politiques n'ont pas été inquiétés par la justice, aujourd'hui c'est l'inverse qui semble se produire), la toute-puissance du pouvoir étatique et le fait que le parlement n'agit pas assez comme un organe de contrôle. Si l'affaire Fillon est une occasion de poser le débat, pour l'instant il faut la relativiser.  Une enquête est ouverte mais on ne sait rien d'autre à part le fait qu'il ait employé sa femme et cette pratique est relativement courante et était tout à fait acceptée quelques années auparavant.

Concernant l'absence de moyens donnés aux politiques, il suffit de prendre l'exemple des Etats-Unis. Là-bas, les parlementaires ont une armada de conseillers, par rapport à la France cela n'a rien à voir, d'autant plus qu'un parlementaire en France a des attachés à Paris mais aussi en province, chose que l'on oublie trop souvent. C'est le système qui n'est pas sain en lui-même. Un parlementaire qui aurait un cabinet directement financé par les assemblées n'aurait pas ce genre de problèmes.  

Quelles sont les principales pistes permettant d'empêcher ce type de pratiques ? Comment frapper las "causes" plutôt que de condamner sans réformer, c'est à dire en ne traitant que les conséquences ?

Depuis 15 ou 20 ans on essaye de mettre en place un financement public de la vie politique, cela dit nous n'arriverons jamais à faire un système totalement transparent. On progresse de lois en lois et globalement on a une situation qui s'assainie. Quant aux cabinets parlementaires il faudrait trouver un système où les membres de cabinets seraient payés par l'assemblée ou que l'assemblée ai un droit de regard et qu'ainsi cela ne se fasse plus à la discrétion des parlementaires. D'un autre côté on peut comprendre qu'un membre de cabinet puisse s'appuyer sur quelqu'un en qui il a confiance.

Un bon critère qui pourrait être mis en place serait d'instaurer une obligation de capacité. Si on repart de la déclaration de 1789 dans laquelle il est stipulé que les fonctions doivent être occupées en fonction des capacités,  il est évident que si quelqu'un emploi sa femme alors qu'elle n'a aucun diplôme, le problème devient évident. Toutefois si vous employez quelqu'un de votre famille qui a toutes les compétences et les diplômes pour assumer la fonction, pourquoi l'interdire? Il faut rétablir une forme de confiance. On ne peut pas tout réglementer, on essaye depuis des dizaines d'années mais c'est sans effet. Il faut travailler à rétablir la confiance entre les électeurs et les élus et revoir l'équilibre des pouvoirs.

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
DESVESSIESPOURDESLANTERNES
- 27/01/2017 - 19:15
M'enfin !
600 000 € bruts sur 8 ans et les majorations pour enfants: çà génère quoi comme retraite à 62 ans Un lecteur peut-il nous renseigner ? Histoire de connaitre le prix total .
edac44
- 27/01/2017 - 12:05
Celui qui a dit la vérité, il doit être fusillé
Un emploi fictif et alors ??? qu'est-ce que ça peut vous foutre, hein !... ce n'est pas vous qui le payez !...Ha, vous croyez ? c'est pourtant bien avec l'impôt des contribuables que ces gens là, qu'ils bossent ou pas, sont payés. Mais le plus important, semble t-il pour les journaleux d'Atlantico et ses lecteurs, ce n'est pas le fait de détourner de l'argent publique qui soit en soi choquant, non !... en politique, c'est connu, tout le monde le fait, c'est le système qui veut ça !... non le plus important c'est : est-ce la vipère du haut atlas qui a craché dans la soupe ou le préposé aux écritures sous Sarko 1er ? Autrement dit : quelle est la balance que le peuple de droite se doit de fusiller ??? Comme l'avait écrit en son temps un certain Jean De La Fontaine dans "Les animaux malades de la peste", le coupable de ces maux ne peut être que l'âne. Les lanceurs d'alertes ont encore et à jamais du soucis à se faire !
Lau73
- 27/01/2017 - 09:19
Les assistants parlementaires
Les assistants parlementaires sont déjà payés par l'Assemblée nationale depuis quelques années. Justement pour éviter que la dotation soit utilisée à autre chose.
Sur le sujet de "changer les règles"... Pour ce faire, il faudrait non pas une loi comme le clame le sondage d'Odoxa mais changer le règlement et c'est à chaque Chambre, dans le cadre de son autonomie administrative et financière, de le faire. Quand on sait que le Président de l'Assemblée nationale fait travailler son épouse, ça risque de ne pas être demain la veille. Ceci dit, depuis 2011 l’Assemblée nationale s’est dotée d’un code de déontologie destiné à prévenir les conflits d’intérêts.