En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

02.

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

03.

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

04.

Les taux d’intérêt vont rester durablement très bas ... mais au profit de qui ?

05.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

06.

Pourquoi les hôpitaux ont moins de problèmes de moyens qu’on le croit

07.

Macron prépare un plan contre l'islamisme! Et il sera prêt - pure coïncidence? - avant les municipales

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

05.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

03.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Derrière le cas Meghan & Harry, le conflit de générations généralisé qui fragilise les démocraties occidentales

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

ça vient d'être publié
décryptage > Société
PMA ou GPA: c’est au choix

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

il y a 13 min 14 sec
décryptage > Economie
Faux-semblant

Choose France : voilà pourquoi l’attractivité de l’Hexagone n’a que très peu à voir avec la manière dont le pays est gouverné

il y a 1 heure 11 min
décryptage > Economie
Davos 2020

Ce que les grandes entreprises pourraient réellement faire pour enfin se mettre au vert... et sans gadget

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Santé
Poumons en danger

Mystérieux virus venu de Chine : pourquoi les poumons sont le maillon faible des épidémies planétaires

il y a 3 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlantic-culture

"Où bat le cœur du monde" de Philippe Hayat: Quand le jazz fait parler les muets, un roman intense, rythmé, syncopé...

il y a 16 heures 51 min
pépites > Social
Enfants en danger
Les nouvelles failles de l'Aide sociale à l'enfance
il y a 18 heures 20 sec
pépites > Environnement
Total à la porte du campus
L'implantation de Total sur le campus de Polytechnique contestée au nom de l'environnement
il y a 19 heures 9 min
décryptage > Santé
La vérité (et le problème) sont ailleurs

Pourquoi les hôpitaux ont moins de problèmes de moyens qu’on le croit

il y a 23 heures 45 min
décryptage > Economie
Erreur de calcul ?

Age pivot, travail des séniors…et si l'essentiel pour l’équilibre des retraitées était ailleurs ?

il y a 1 jour 1 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit guide des multiples moyens employés par Facebook pour vous traquer en ligne
il y a 1 jour 4 heures
décryptage > Politique
Interview

“Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

il y a 36 min 56 sec
décryptage > Economie
Point de vue

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

il y a 1 heure 48 min
décryptage > Economie
Trompe l’oeil

Pourquoi le classement Oxfam sur la concentration des richesses entre les mains de milliardaires ne nous dit quasiment rien de la réalité de celle des pauvres

il y a 2 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti culture

Eva, une aventure de Lorenzo Falco d' Arturo Pérez-Reverte: un second chapitre des aventures de Falco, qui rachète le premier !

il y a 16 heures 25 min
pépite vidéo > People
L'adieu du Prince
Harry l'affirme: il n'avait "pas le choix" que de partir
il y a 17 heures 30 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

il y a 18 heures 29 min
décryptage > Politique
Cachoteries parlementaires

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

il y a 23 heures 25 min
décryptage > Religion
Les imams comme les curés?

Macron prépare un plan contre l'islamisme! Et il sera prêt - pure coïncidence? - avant les municipales

il y a 23 heures 56 min
décryptage > Economie
Bismarko Scanner

La France devrait-elle négocier avec l’Allemagne comme les Etats-Unis viennent de le faire avec la Chine?

il y a 1 jour 5 min
décryptage > Santé
Sans (aucun) risque ?

Retrait de médicaments : pourquoi la France ne devrait pas avoir peur de vivre une épidémie d'addiction aux opioïdes à l’américaine

il y a 1 jour 4 heures
© Reuters
© Reuters
Défiance totale

Défiance (et dégoût) records vis-à-vis des politiques : mais au fait, est-ce que nous ne serions pas aussi responsables des élites que nous avons…?

Publié le 20 janvier 2017
75% des Français pensent que les responsables politiques sont "plutôt corrompus". 40% éprouvent de la "méfiance"... Le résultat du baromètre CEVIPOF de la confiance politique est sans appel : jamais la défiance n'a été aussi haute. Pour autant, face aux nombreuses contradictions que soulève cette enquête, une question doit être posée. Est-ce que l'on a les élus que l'on mérite ?
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Guénaire est avocat et essayiste. Il est l'auteur de  Le retour des Etats (Grasset, 2013), et président fondateur de Société civile 2017.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Michel Guénaire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Guénaire est avocat et essayiste. Il est l'auteur de  Le retour des Etats (Grasset, 2013), et président fondateur de Société civile 2017.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
75% des Français pensent que les responsables politiques sont "plutôt corrompus". 40% éprouvent de la "méfiance"... Le résultat du baromètre CEVIPOF de la confiance politique est sans appel : jamais la défiance n'a été aussi haute. Pour autant, face aux nombreuses contradictions que soulève cette enquête, une question doit être posée. Est-ce que l'on a les élus que l'on mérite ?

Atlantico : Le baromètre CEVIPOF montre clairement que la défiance vis-à-vis des acteurs politique n'a jamais été aussi grande. Pour autant, il y a aussi une appétence pour le débat public. Est-ce que dans un système représentatif, ce n'est pas déjà une première contradiction ?

Bruno Cautrès : Ce résultat n’a que l’apparence d’une contradiction. En fait dans nos démocraties, et pas seulement en France, les citoyens voient de plus en plus leur système de gouvernement avec un regard critique, même défiant, tout en continuant d’adhérer aux grands principes de la démocratie représentative. L’appétence pour le débat public existe mais les chemins qu’empruntent les citoyens pour se faire entendre ou s’exprimer se sont diversifiés : le vote continue d’être le moyen d’expression publique privilégié mais dans le même temps des formes plus ponctuelles d’expression de la citoyenneté se développent, on l’a vu au moment des Nuits debout par exemple. Au fond, la démocratie représentative repose sur ce paradoxe que nous acceptons de déléguer notre souveraineté à des « experts » de la décision politique (nos élus) tout en restant sur l’idée que cette délégation va peut-être ne pas nous représenter ou même trahir ses engagements et ses promesses. La promesse non-tenue est un reproche presque éternel du citoyen vis-à-vis de l’élu. Dans les périodes de grand changement, comme celle que nous vivons depuis ces dernières décennies avec l’ouverture de nos pays et la question de leur place dans un monde global et dans les périodes de crise économique il devient beaucoup plus difficile pour les hommes politiques de gérer cette contradiction ou cette tension inhérente à leur mandat. Il se trouve que nous vivons les deux processus à la fois, grand changement et crise économique. Cela a accentué encore plus cette tension. Les grandes explications politiques qui servaient avant à donner sens aux changements et à montrer la direction aux citoyens ne sont alors plus perçues que comme des discours creux, éloignés des préoccupations et de la vie des électeurs. Cela ne veut pas dire que nous vivons « la fin des idéologies », mais que nous vivons une période de fortes turbulences pour elles. 

Michel Guénaire : Le pays aspire à débattre des orientations qui lui sont proposées, mais est déçu par celles et ceux qui les lui présentent. Ce n'est pas une contradiction, car il n'a jamais été dit que le système représentatif présumait la légitimité de ses acteurs. C'est seulement le constat d'un divorce entre le peuple et ses représentants. Les plus pessimistes en concluront que la démocratie agonise. Les plus optimistes diront que le pays cherche de nouveaux représentants. C'est le thème de la société civile, ou le renouvellement du personnel politique par les femmes et les hommes de la société civile, auquel je crois et qui seul permettra le renouvellement de l'offre politique.

Les exemples d'incohérence sont légion. 40% des interrogés affirment vouloir un homme fort à la tête de l'Etat qui n'aurait pas à se soucier des institutions mais élisent pourtant un président "normal". Ils veulent des réformes libérales mais sont parfois en quête d'interventionnisme économique.  Au final, est-ce que les Français ne devraient pas se poser la question de savoir ce qu'ils attendent vraiment d'un politique avant de le défier.

Bruno Cautrès : On constate depuis le début de notre enquête, dont la première vague avait été réalisée en 2009, une permanence de ce thème de « l’homme fort ». Cela traduit une demande d’ordre public, de verticalité. Cela ne veut bien sûr pas dire que la France serait prête pour un régime politique autoritaire ! Notre « culture politique », façonnée par l’élection qui structure notre vie publique (l’élection présidentielle au suffrage universel et avec scrutin majoritaire) renvoie de manière permanente l’image du pouvoir vertical, jacobin, qui décide.  Ici encore, la crise économique et la perte de sens liée aux bouleversements du monde global, ont accentué la demande d’efficacité dans la décision. En toile de fond, cette demande traduit indirectement la demande de protection comme en témoigne aussi le fait que toutes les institutions qui incarnent la proximité, la sécurité et la protection sont nettement plus favorablement perçues que les autres. L’élection de François Hollande, le « président normal », traduisait le contexte post-Sarkozy mais aussi le besoin de proximité et de protection. Et l’un des ressorts des difficultés qu’a connues François Hollande dans l’opinion a justement été, au début de son mandat, qu’il n’arrivait pas totalement à combiner ce registre avec celui de la verticalité.

Michel Guénaire : Il y a deux niveaux dans l'incohérence actuelle. Un premier niveau, que je qualifierai de structurel, est lié au déchirement profond du pays entre son modèle historique, qui privilégie des institutions incarnées et un pouvoir régalien assumée, et la mondialisation qui postule que la création de la richesse des nations passe par le marché. Les Français hésitent ou oscillent entre ces deux tendances ou ces deux pôles qui caractérisent l'alternative entre l'Etat et le marché. Et puis il y a le second niveau, d'ordre conjoncturel, qui est l'extrême confusion des débats où des candidats font de la surenchère et passent du coq à l'âne. Les débats des deux primaires en furent et sont la démonstration : le débat du second tour de la primaire de la droite n'a été qu'une comptabilité étourdissante sur le nombre de fonctionnaires, les débats actuels de la primaire de la gauche sont d'une grande légèreté programmatique. Comment voulez-vous que les Français s'y retrouvent ? Sans représentants clairs dans leur tête et pédagogues dans leur parole, il ne peut y avoir de débat réussi.

Alors que cela fait dix ans que les professionnels de la politique font de la lutte contre le chômage leur cheval de bataille, ils n'arrivent toujours pas à le faire baisser. Ce simple exemple pourrait expliquer la lassitude des citoyens envers leurs représentants. Est-ce qu'aujourd'hui il n'y a pas une prime accordée à la radicalité pour obtenir des résultats. Ce phénomène pourrait alors expliquer la dynamique Macron qui ne veut pas se restreindre au seul système partisan ou encore le succès des candidats des extrêmes qui ne s'embarrassent pas des nuances dans les programmes.

Bruno Cautrès : Cela peut l’expliquer en partie seulement. La « radicalité » de certains programmes risquera d’engendrer encore plus de déception et d’incompréhension. Plus le changement a été « vendu » aux électeurs comme immédiat (« le changement c’est maintenant ») ou « radical », plus l’étau de l’exercice du pouvoir et de la rencontre des promesses avec la réalité vient broyer la popularité de celui qui exerce le pouvoir. Nous vivons dans des sociétés complexes, avec une multitude d’interactions. Lorsque l’on bouge les choses de manière « radicale » on obtient souvent plein d’effets inattendus, des tensions non-anticipées. Je ne vois pas vraiment, pour le moment, de candidats à la présidentielle qui échappent au registre du « élisez-moi et tout va changer »….On parle même aujourd’hui de tendances à un discours politique qui se débarrasse de la contrainte du réel et des faits, un discours de la « post-vérité » qui n’est plus qu’une grande narration. Ce n’est donc pas demain la veille que les citoyens n’auront plus de motifs de percevoir les hommes politiques comme des prometteurs…

Michel Guénaire : Quand j'ai créé SOCIETECIVILE2017 en 2013, je savais que la prochaine élection présidentielle ne ressemblerait pas à la précédente. Je mesurais la fin d'un cycle. J'ai travaillé à un projet, La Grande France. J'ai voulu le défendre dans la primaire de ma famille politique, la droite et le centre. Le bureau politique des Républicains a refusé ma participation à la primaire, préférant confectionner une primaire avec de seuls élus. Le même scénario a été arrêté à gauche. On va en voir le résultat. Radicalité ou sortie par le haut ? L'élection présidentielle de 2017 nous réserve une immense surprise. La lassitude des Français est à son comble. The last vote minute sortira d'une boîte noire.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

02.

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

03.

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

04.

Les taux d’intérêt vont rester durablement très bas ... mais au profit de qui ?

05.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

06.

Pourquoi les hôpitaux ont moins de problèmes de moyens qu’on le croit

07.

Macron prépare un plan contre l'islamisme! Et il sera prêt - pure coïncidence? - avant les municipales

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

05.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

03.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Derrière le cas Meghan & Harry, le conflit de générations généralisé qui fragilise les démocraties occidentales

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Citoyen Ordinaire
- 20/01/2017 - 14:27
40% Seulement de défiance...
Nous avons encore du boulot....pour ne plus être représenter par des fantômes qui ne travaillent que pour les intérêts de ceux qui les ont mis en lumière dans leurs journaux, entre autres...et leur propre intérêt.
Reprenons ce qui nous est du....Le peuple souverain, c'est à nous tous collectivement de faire les lois et de les voter ou non !
ajm
- 19/01/2017 - 23:11
Frexit
Nonobstant les élucubrations ridicules de Ganesha, il n'y a pas d'alternatives au capitalisme libéral pour l'économie. Par contre, pour ce qui concerne les fonctions régaliennes, défense, police, justice, protection des frontieres, affaires étrangères , aussi probablement l'émission de la monnaie, c'est la souveraineté nationale qui doit absolument et totalement primer. Ce qui manque à la France c'est un conservatisme à l'anglaise.
valencia77
- 19/01/2017 - 19:42
que faire
Avec une bande de citoyens qui revent du petit boulot, petite femme, petite maison, petite vie tranquille, et allocations familiales.