En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

04.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

07.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
décryptage > International
Cavalier seul ?

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

il y a 8 min 16 sec
décryptage > International
Cité de Dieu

Brésil : les gangs remplacent l’Etat

il y a 48 min 58 sec
décryptage > Société
Confinement

Inquiétudes sur le monde qui vient

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Politique
Brouillage sur la ligne

Rhétorique officielle et officieuse au temps du corona

il y a 1 heure 56 min
décryptage > People
Miroir des réseaux sociaux

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Europe
Solidarité européenne ?

Euro-panique ? L’Europe du Sud montre les dents, l’Europe du Nord tente de déminer, Bruxelles menace

il y a 3 heures 9 min
décryptage > Santé
Risques de rechute

Déconfinement graduel : ce que le gouvernement ne devra vraiment pas louper

il y a 3 heures 43 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 31 mars en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Jules Ferry, La Liberté et la Tradition" de Mona Ozouf : un texte à la fois sobre, efficace et très élégant qui se lit avec un réel plaisir

il y a 10 heures 36 min
Bonheur de cuisiner
Le marché de Rungis a officiellement lancé sa plateforme en ligne pour les particuliers en cette période de confinement
il y a 13 heures 38 min
décryptage > Défense
Soutien

Covid-19 : la garde nationale aux abonnés absents

il y a 23 min 58 sec
décryptage > Media
Candidats

France Télévisions : la bataille pour la présidence de l’audiovisuel public se lance (timidement)

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Economie
Cicatrices

Coronavirus : l’après crise sera violente

il y a 1 heure 33 min
décryptage > Politique
Des habits neufs

Et Emmanuel Macron endossa la marinière Armor Lux d'Arnaud Montebourg !

il y a 2 heures 15 min
décryptage > Politique
Atout majeur

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

il y a 2 heures 40 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économie chinoise ne redémarre pas aussi vite que ce que ses dirigeants affirment. Ou ils ne le savent pas ou ils mentent. Mais pourquoi ?

il y a 3 heures 31 min
décryptage > Santé
Lutte contre le Covid-19

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

il y a 4 heures 7 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 30 mars en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Simples" de Yannick Grannec : XVIe siècle, un drame chez les Bénédictines. Un roman qu’on ne lâche pas

il y a 10 heures 51 min
pépites > Economie
Brétigny-sur-Orge
Covid-19 : des salariés d’Amazon ont été contaminés en France et un d’entre eux aurait été placé en réanimation
il y a 14 heures 16 min
© Reuters
© Reuters
Boulet caché

Léger mieux sur le front de la dette publique... à condition d’oublier opportunément les chiffres de la dette hors bilan

Publié le 30 décembre 2016
Si l'INSEE a révélé vendredi 23 décembre que la dette publique française avait reculé au troisième trimestre, un autre agrégat, la dette hors bilan, passe généralement bien en-dessous des radars politiques et médiatiques. Pourtant, sa situation n'est pas vraiment rassurante.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si l'INSEE a révélé vendredi 23 décembre que la dette publique française avait reculé au troisième trimestre, un autre agrégat, la dette hors bilan, passe généralement bien en-dessous des radars politiques et médiatiques. Pourtant, sa situation n'est pas vraiment rassurante.

Atlantico : Ce vendredi 23 décembre, l'INSEE a publié les chiffres de la dette publique française, qui s'est établie à 2 160,4 milliards d'euros au troisième trimestre (-10,3 milliards par rapport au trimestre précédent). Si la signification et l'évolution de cette dette mesurée selon les critères de Maastricht sont largement commentées dans le débat public, qu'en est-il de ce que l'on appelle la dette "hors-bilan" ? À quoi correspond cette dernière ?

Philippe Crevel : Si la dette publique au sens de Maastricht est de 2160 milliards d’euros, celle dite hors bilan est de 2600 à 3200 milliards d’euros. Elle correspond aux différents engagements que l’Etat porte. Selon la Cour des Comptes, qui a établi sur le sujet un rapport en 2013, "les engagements hors bilan de l’État sont l’ensemble des obligations potentielles qui, sans réunir les critères d’inscription au bilan, s’imposent à l’État et sont susceptibles d’avoir un impact significatif sur sa situation financière". La Cour des Comptes retient quatre catégories d’engagements hors bilan :

- ceux pris dans le cadre d’accords bien définis, par exemple les garanties liées à des missions d’intérêt général (mécanismes d’assurance, garanties de protection des épargnants, etc.) ou la dette garantie ;

- ceux découlant de la mission de régulateur économique et social de l’État, comme l’aide au logement, le revenu de solidarité active ou l’allocation aux adultes handicapés pour les engagements de transferts dans le futur ;

- ceux qui découlent de la mise en jeu de la responsabilité de l’État (démantèlement des matériels militaires, engagements de nature fiscale, etc.) ;

- les engagements de retraite de l’État, au titre des fonctionnaires ou assimilés.

La grande majorité de cette dette hors bilan est constitué du passif social de l’Etat. Ce dernier comprend les dépenses de retraites pour les prochaines années. Les engagements liés au paiement futur des pensions des fonctionnaires civils et militaires représentent 1561 milliards d’euros auxquels il convient d'ajouter les retraites des fonctionnaires de la Poste, soit 128 milliards d’euros. Il faut également intégrer les engagements pris pour le financement des différents régimes spéciaux. Le passif serait proche de 300 milliards d’euros, dont 137 pour la seule SNCF. Il y a également les dettes de différents organismes qui peuvent à tout moment se retourner vers l’Etat en cas de problème. C’est le cas de l’UNEDIC, de RFF ou de la SNCF. Plusieurs dizaines de milliards d’euros sont en jeu.

Parmi les postes d’endettement, figurent les engagements de l’Etat vis-à-vis des épargnants : livrets réglementés dont le Livret A, les engagements internationaux de la France (FMI, Union européenne), les engagements au titre du commerce extérieur (COFACE par exemple), etc.

Pour l'année 2016, cette dette hors bilan s'élèverait à environ 3 200 milliards d'euros. Comment expliquer que celle-ci soit plus importante que la dette publique définie selon les critères de Maastricht ? Comment juger, globalement, l'évolution de cette dette hors bilan ?

La dette hors bilan, selon les estimations de Jean-Yves Archer, a été multipliée par 3 en dix ans. Etant en-dessous du radar européen et ne figurant pas explicitement dans la loi de finances, elle est moins surveillée. Les gouvernements ont tendance à opérer des transferts vers le hors bilan pour tenter de respecter les objectifs de la Commission de Bruxelles. Tous les Etats européens font de la sorte. En Allemagne, les banques des Länder supportent ainsi des créances douteuses et des engagements qui devraient être portés par les administrations publiques. En France, une grande partie de la dette hors bilan est une dette sociale. L’Etat, n’ayant pas de réelle caisse de retraite pour ses fonctionnaires, n’a pas provisionné les charges à venir. Les cotisations appelées ne couvrent pas le paiement des pensions. C’est le budget général qui supporte le paiement des pensions. Du fait du vieillissement de la fonction publique, le passif social ne peut que s’accroître dans les prochaines années. Selon le taux d'actualisation, de 1200 à 1400 milliards d’euros. Autrement dit, l'Etat s'est engagé à verser à ses fonctionnaires une somme équivalent à 70% de la dette publique au titre des pensions. Les garanties que l’Etat apporte en matière de crédits ou d’épargne peuvent être appelées à tout moment en cas de faillite. La crise de 2008 nous a appris que cela peut survenir à tout moment. Cette crise a provoqué une augmentation de la dette publique de plus de 30%.

Quels risques représente le niveau actuel de la dette hors bilan française ? Dans quelle mesure cette dette peut-elle mettre en péril l'équilibre budgétaire futur ?

La dette hors bilan est une charge masquée qui est pernicieuse. En matière de retraite, les engagements sont inévitables car il faudra bien payer à un moment ou un autre le montant des pensions des fonctionnaires. II en est de même pour les régimes spéciaux. En ce qui concerne la dette de certains organismes ou de créances non recouvrées, l’Etat sera dans l’obligation de couvrir. Il y a donc un fort risque qu’une part non négligeable du hors bilan finisse par se retrouver dans les comptes du budget de l’Etat. A force de multiplier les engagements sans en apprécier réellement la portée, l’Etat s’expose à des risques qui peuvent s’avérer importants.

La Cour des Comptes avait, pour éviter une mise en danger de l’Etat, émis plusieurs recommandations. Elle avait ainsi proposé d’établir une revue annuelle des engagements, de créer au sein du plan comptable de l’État un compte affecté à la rémunération des garanties et d’accompagner les lois de finances initiales d’une description synthétique du stock des encours de garanties. Elle demandait par ailleurs la réduction de la durée moyenne des opérations de dette garantie avec l’instauration d’un dispositif de plafonnement applicable aux nouvelles opérations.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

04.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

07.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 27/12/2016 - 12:27
Dette sociale de l'état UMPS multipliée par 3 en 10 ans...
malgré une dégradation tous azimuts du service au public????? Il y a un problème, la! Comme pour le chômage et les formations bidons, les dirigeants LRPS camouflent la poussière sous le tapis! le résultat des politiques de vases communicants à tuyaux percés est imparable: décroissance, endettement et chômage de masse...malgré les chiffres manipulés. Libérez-vous de la manipulation!
Anguerrand
- 27/12/2016 - 09:35
Là France se contenterait de -3% de deficit
Ce chiffre m'a toujours surpris c'est qu'en vérité compte tenu de notre situation le budget devrait plutôt viser un +3% et ceci pendant des années. Raison de plus qu'enfin les fonctionnaites paient leurs propres retraites et que l'égalité deviennent enfin parfaites avec le privé. On doit maintenant rembourser la dette. Comment la situation peut s'améliorer si on continue à emprunter ou si les taux exceptionnellement bas augmentent.
lexxis
- 27/12/2016 - 09:20
L'ARNAQUE
"Science sans conscience n'est que ruine de l'âme" et c'est bien ce que l'on doit reprocher aux plus hautes des autorités comptables et financières. En effet le hors bilan est une construction purement intellectuelle qui permet de dissimuler habilement à la cave ou au grenier les plus lourds, les plus inquiétants et les plus explosifs des engagements. On voit bien que pour les + 2000 milliards se rapportant aux retraites publiques, l'engagement n'est pas éventuel, il est parfaitement connu et à lui seul il équivaut pratiquement à toute la dette publique officielle sauf que l'évaluation des engagements hors bilan est loin d'avoir la précision requises pour les composantes directes du bilan. En fait, avec les engagements hors bilan, la planète comptable charrie un certain nombre de très gros icebergs entre lesquels navigue le Titanic de l'insouciance, avec la bénédiction fautive de ceux qui savent. Pour ne prendre que cet exemple, il n'y a aucune raison que les engagements de retraites de l'Etat, qui ont économiquement une valeur parfaitement comparable à celle de ses emprunts ne soient pas inclus dans une caisse autonome qui informerait directement sur leurs coûts prohibitifs.