En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

03.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

04.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

05.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

06.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

07.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la Belle au bois dormant noue sa cravate et quand s’allument les aurores boréales : c’est l’actualité des montres à la fin de l’automne
il y a 45 min 32 sec
décryptage > Société
L’enfer, c’est les autres

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

il y a 2 heures 27 min
décryptage > Société
Pauvreté

Face aux inégalités : s’engager dans une dynamique de créativité

il y a 3 heures 52 min
décryptage > Culture
Touche pas à ma vahiné…

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

il y a 4 heures 26 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste
il y a 5 heures 9 min
décryptage > Environnement
Roger Hallam

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

il y a 6 heures 6 min
décryptage > Europe
UE

Déficit : hypocrisies, contradictions et jeux de dupes à tous les étages européens

il y a 6 heures 44 min
pépites > Social
Négociations sous tension
SNCF : la CFDT-Cheminots a annoncé son intention de déposer un préavis de grève reconductible à partir du 5 décembre
il y a 16 heures 24 min
light > People
Le poids des mots, le choc des photos
Paris Match met en vente certaines de ses plus belles photos à l’occasion de son 70e anniversaire
il y a 17 heures 23 min
pépites > International
Séisme politique et judiciaire
Israël : le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été mis en examen pour "corruption", "fraude" et "abus de confiance"
il y a 18 heures 39 min
pépite vidéo > Politique
Solutions
Dialogue sous tension entre Emmanuel Macron et les anciens salariés de Whirlpool à Amiens
il y a 2 heures
pépites > Environnement
Pollution
Réchauffement climatique : les plans de la Chine sur les centrales à charbon menacent les objectifs de Paris sur le climat
il y a 2 heures 58 min
rendez-vous > France
Zone Franche
Plus que jamais, le "pognon de dingue" coule à flots mais les gens sont toujours aussi pauvres
il y a 4 heures 13 min
décryptage > Economie
Insécurité économique

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

il y a 4 heures 57 min
décryptage > Education
Réussite

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

il y a 5 heures 51 min
décryptage > Politique
Promesse

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

il y a 6 heures 22 min
pépites > International
Balles perdues
Selon une étude, les personnes blessées lors de fusillades ont un risque accru de troubles mentaux longtemps après leur guérison
il y a 15 heures 30 min
pépite vidéo > International
Victimes collatérales
Australie : vive émotion après le sauvetage d’un koala lors des terribles incendies qui ravagent une partie du pays
il y a 16 heures 56 min
pépites > Environnement
Polémique
Europe Ecologie Les Verts condamne fermement les propos de Roger Hallam, le cofondateur d'Extinction Rebellion, sur l'Holocauste
il y a 17 heures 56 min
light > Science
Phénomène assez rare
Une pluie d’étoiles filantes devrait être visible dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 novembre 2019
il y a 19 heures 22 min
© Reuters
© Reuters
Boulet caché

Léger mieux sur le front de la dette publique... à condition d’oublier opportunément les chiffres de la dette hors bilan

Publié le 30 décembre 2016
Si l'INSEE a révélé vendredi 23 décembre que la dette publique française avait reculé au troisième trimestre, un autre agrégat, la dette hors bilan, passe généralement bien en-dessous des radars politiques et médiatiques. Pourtant, sa situation n'est pas vraiment rassurante.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si l'INSEE a révélé vendredi 23 décembre que la dette publique française avait reculé au troisième trimestre, un autre agrégat, la dette hors bilan, passe généralement bien en-dessous des radars politiques et médiatiques. Pourtant, sa situation n'est pas vraiment rassurante.

Atlantico : Ce vendredi 23 décembre, l'INSEE a publié les chiffres de la dette publique française, qui s'est établie à 2 160,4 milliards d'euros au troisième trimestre (-10,3 milliards par rapport au trimestre précédent). Si la signification et l'évolution de cette dette mesurée selon les critères de Maastricht sont largement commentées dans le débat public, qu'en est-il de ce que l'on appelle la dette "hors-bilan" ? À quoi correspond cette dernière ?

Philippe Crevel : Si la dette publique au sens de Maastricht est de 2160 milliards d’euros, celle dite hors bilan est de 2600 à 3200 milliards d’euros. Elle correspond aux différents engagements que l’Etat porte. Selon la Cour des Comptes, qui a établi sur le sujet un rapport en 2013, "les engagements hors bilan de l’État sont l’ensemble des obligations potentielles qui, sans réunir les critères d’inscription au bilan, s’imposent à l’État et sont susceptibles d’avoir un impact significatif sur sa situation financière". La Cour des Comptes retient quatre catégories d’engagements hors bilan :

- ceux pris dans le cadre d’accords bien définis, par exemple les garanties liées à des missions d’intérêt général (mécanismes d’assurance, garanties de protection des épargnants, etc.) ou la dette garantie ;

- ceux découlant de la mission de régulateur économique et social de l’État, comme l’aide au logement, le revenu de solidarité active ou l’allocation aux adultes handicapés pour les engagements de transferts dans le futur ;

- ceux qui découlent de la mise en jeu de la responsabilité de l’État (démantèlement des matériels militaires, engagements de nature fiscale, etc.) ;

- les engagements de retraite de l’État, au titre des fonctionnaires ou assimilés.

La grande majorité de cette dette hors bilan est constitué du passif social de l’Etat. Ce dernier comprend les dépenses de retraites pour les prochaines années. Les engagements liés au paiement futur des pensions des fonctionnaires civils et militaires représentent 1561 milliards d’euros auxquels il convient d'ajouter les retraites des fonctionnaires de la Poste, soit 128 milliards d’euros. Il faut également intégrer les engagements pris pour le financement des différents régimes spéciaux. Le passif serait proche de 300 milliards d’euros, dont 137 pour la seule SNCF. Il y a également les dettes de différents organismes qui peuvent à tout moment se retourner vers l’Etat en cas de problème. C’est le cas de l’UNEDIC, de RFF ou de la SNCF. Plusieurs dizaines de milliards d’euros sont en jeu.

Parmi les postes d’endettement, figurent les engagements de l’Etat vis-à-vis des épargnants : livrets réglementés dont le Livret A, les engagements internationaux de la France (FMI, Union européenne), les engagements au titre du commerce extérieur (COFACE par exemple), etc.

Pour l'année 2016, cette dette hors bilan s'élèverait à environ 3 200 milliards d'euros. Comment expliquer que celle-ci soit plus importante que la dette publique définie selon les critères de Maastricht ? Comment juger, globalement, l'évolution de cette dette hors bilan ?

La dette hors bilan, selon les estimations de Jean-Yves Archer, a été multipliée par 3 en dix ans. Etant en-dessous du radar européen et ne figurant pas explicitement dans la loi de finances, elle est moins surveillée. Les gouvernements ont tendance à opérer des transferts vers le hors bilan pour tenter de respecter les objectifs de la Commission de Bruxelles. Tous les Etats européens font de la sorte. En Allemagne, les banques des Länder supportent ainsi des créances douteuses et des engagements qui devraient être portés par les administrations publiques. En France, une grande partie de la dette hors bilan est une dette sociale. L’Etat, n’ayant pas de réelle caisse de retraite pour ses fonctionnaires, n’a pas provisionné les charges à venir. Les cotisations appelées ne couvrent pas le paiement des pensions. C’est le budget général qui supporte le paiement des pensions. Du fait du vieillissement de la fonction publique, le passif social ne peut que s’accroître dans les prochaines années. Selon le taux d'actualisation, de 1200 à 1400 milliards d’euros. Autrement dit, l'Etat s'est engagé à verser à ses fonctionnaires une somme équivalent à 70% de la dette publique au titre des pensions. Les garanties que l’Etat apporte en matière de crédits ou d’épargne peuvent être appelées à tout moment en cas de faillite. La crise de 2008 nous a appris que cela peut survenir à tout moment. Cette crise a provoqué une augmentation de la dette publique de plus de 30%.

Quels risques représente le niveau actuel de la dette hors bilan française ? Dans quelle mesure cette dette peut-elle mettre en péril l'équilibre budgétaire futur ?

La dette hors bilan est une charge masquée qui est pernicieuse. En matière de retraite, les engagements sont inévitables car il faudra bien payer à un moment ou un autre le montant des pensions des fonctionnaires. II en est de même pour les régimes spéciaux. En ce qui concerne la dette de certains organismes ou de créances non recouvrées, l’Etat sera dans l’obligation de couvrir. Il y a donc un fort risque qu’une part non négligeable du hors bilan finisse par se retrouver dans les comptes du budget de l’Etat. A force de multiplier les engagements sans en apprécier réellement la portée, l’Etat s’expose à des risques qui peuvent s’avérer importants.

La Cour des Comptes avait, pour éviter une mise en danger de l’Etat, émis plusieurs recommandations. Elle avait ainsi proposé d’établir une revue annuelle des engagements, de créer au sein du plan comptable de l’État un compte affecté à la rémunération des garanties et d’accompagner les lois de finances initiales d’une description synthétique du stock des encours de garanties. Elle demandait par ailleurs la réduction de la durée moyenne des opérations de dette garantie avec l’instauration d’un dispositif de plafonnement applicable aux nouvelles opérations.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

03.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

04.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

05.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

06.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

07.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 27/12/2016 - 12:27
Dette sociale de l'état UMPS multipliée par 3 en 10 ans...
malgré une dégradation tous azimuts du service au public????? Il y a un problème, la! Comme pour le chômage et les formations bidons, les dirigeants LRPS camouflent la poussière sous le tapis! le résultat des politiques de vases communicants à tuyaux percés est imparable: décroissance, endettement et chômage de masse...malgré les chiffres manipulés. Libérez-vous de la manipulation!
Anguerrand
- 27/12/2016 - 09:35
Là France se contenterait de -3% de deficit
Ce chiffre m'a toujours surpris c'est qu'en vérité compte tenu de notre situation le budget devrait plutôt viser un +3% et ceci pendant des années. Raison de plus qu'enfin les fonctionnaites paient leurs propres retraites et que l'égalité deviennent enfin parfaites avec le privé. On doit maintenant rembourser la dette. Comment la situation peut s'améliorer si on continue à emprunter ou si les taux exceptionnellement bas augmentent.
lexxis
- 27/12/2016 - 09:20
L'ARNAQUE
"Science sans conscience n'est que ruine de l'âme" et c'est bien ce que l'on doit reprocher aux plus hautes des autorités comptables et financières. En effet le hors bilan est une construction purement intellectuelle qui permet de dissimuler habilement à la cave ou au grenier les plus lourds, les plus inquiétants et les plus explosifs des engagements. On voit bien que pour les + 2000 milliards se rapportant aux retraites publiques, l'engagement n'est pas éventuel, il est parfaitement connu et à lui seul il équivaut pratiquement à toute la dette publique officielle sauf que l'évaluation des engagements hors bilan est loin d'avoir la précision requises pour les composantes directes du bilan. En fait, avec les engagements hors bilan, la planète comptable charrie un certain nombre de très gros icebergs entre lesquels navigue le Titanic de l'insouciance, avec la bénédiction fautive de ceux qui savent. Pour ne prendre que cet exemple, il n'y a aucune raison que les engagements de retraites de l'Etat, qui ont économiquement une valeur parfaitement comparable à celle de ses emprunts ne soient pas inclus dans une caisse autonome qui informerait directement sur leurs coûts prohibitifs.