En direct
Best of
Best of du 14 au 20 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

03.

Elle est réservée aux "femmes, meufs, gouines, personnes trans, intersexes, non binaires"

04.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

05.

Comment la méritocratie a transformé nos vies en une (pénible) compétition sans fin

06.

Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène

07.

Google affirme avoir atteint la "suprématie quantique"

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ovni : l’U.S. Navy dévoile des vidéos de "phénomènes aériens non identifiés" ; Un fossile rare datant de 10 millions d’années éclaire l’évolution de l’Homme
il y a 18 min 38 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

Les aléas financiers : l'épée de Damoclès au-dessus des agriculteurs

il y a 32 min 40 sec
décryptage > Education
Plus vert que ça tu meurs

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

il y a 42 min 49 sec
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les quatre coins du cœur" : un roman "inédit" de Françoise Sagan, publié aux éditions Plon

il y a 59 min 52 sec
décryptage > Social
Manifestation

Acte 45 des Gilets jaunes : ni retour en force ni convergence des luttes

il y a 1 heure 31 min
pépites > Social
Maintien de l'ordre
Incidents en marge de la Marche pour le climat : la préfecture estime avoir "maîtrisé" la situation
il y a 13 heures 47 min
pépites > High-tech
Révolution
Google affirme avoir atteint la "suprématie quantique"
il y a 16 heures 11 min
light > Insolite
"La vérité est ailleurs"
Echec de l'invasion de la zone 51
il y a 17 heures 2 min
light > Sport
Débuts prometteurs
Coupe du monde de rugby au Japon : première victoire pour le XV de France face à l'Argentine (23-21)
il y a 19 heures 10 min
décryptage > Société
"The Meritocracry Trap"

How meritocracy changed our lives into an endless competition

il y a 21 heures 24 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Le chemin intérieur des prêtres face à la crise des vocations

il y a 24 min 22 sec
décryptage > Finance
Bonnes feuilles

L'opacité de l'utilisation des deniers publics : un véritable fléau français

il y a 36 min 58 sec
décryptage > Société
Etat nounou, Papa Macron

Enfance : ces autres besoins nettement plus urgents que d'accompagner les parents pendant les 1000 premiers jours de leurs bébés

il y a 54 min 27 sec
décryptage > Economie
Etat des lieux

A la suite de politiques de Quantitative Easing, l'ensemble des banques centrales du monde se trouvent dans un corner

il y a 1 heure 15 min
pépite vidéo > Culture
Emotion
Le coq de Notre-Dame de Paris est exposé pour les Journées du patrimoine
il y a 13 heures 11 min
pépite vidéo > Social
Infiltration
Les images de la Marche pour le climat perturbée par les black blocs
il y a 14 heures 17 min
pépite vidéo > International
Bruit des bottes
Les Etats-Unis vont envoyer des renforts militaires dans le Golfe après les attaques en Arabie saoudite
il y a 16 heures 43 min
pépite vidéo > Media
Rivalité
Valérie Trierweiler confirme que Ségolène Royal avait exigé son départ de la rédaction de "Paris Match"
il y a 17 heures 57 min
pépites > Social
Mobilisation
Gilets jaunes : 163 interpellations à Paris, des black blocs ont perturbé la manifestation pour le climat
il y a 20 heures 21 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Les défis de l'Eglise face à la mutation de la société française

il y a 22 heures 46 min
© Reuters
© Reuters
Bi-radicalisation

Pourquoi il est si difficile d’empêcher l’État Islamique de réussir à creuser le fossé entre les Européens musulmans et les autres

Publié le 23 décembre 2016
En appelant à commettre des attentats en Europe, l’État Islamique chercher à polariser les sociétés européennes. Alors que le fossé entre les citoyens musulmans et le reste de la population se creuse, les musulmans pourraient s'emparer de la sphère publique pour dénoncer et combattre cette stratégie.
Malik Bezouh est président de l'association Mémoire et Renaissance, qui travaille à une meilleure connaissance de l'histoire de France à des fins intégrationnistes. Il est l'auteur des livres Crise de la conscience arabo-musulmane, pour la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant.Il est membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration.Dernier ouvrage : LAÏCITÉ, ÉMANCIPATION ET TRAVAIL SOCIAL L’Harmattan, Sous la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malik Bezouh
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malik Bezouh est président de l'association Mémoire et Renaissance, qui travaille à une meilleure connaissance de l'histoire de France à des fins intégrationnistes. Il est l'auteur des livres Crise de la conscience arabo-musulmane, pour la...
Voir la bio
Guylain Chevrier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant.Il est membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration.Dernier ouvrage : LAÏCITÉ, ÉMANCIPATION ET TRAVAIL SOCIAL L’Harmattan, Sous la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En appelant à commettre des attentats en Europe, l’État Islamique chercher à polariser les sociétés européennes. Alors que le fossé entre les citoyens musulmans et le reste de la population se creuse, les musulmans pourraient s'emparer de la sphère publique pour dénoncer et combattre cette stratégie.

Atlantico : Quelle est la finalité des attentats planifiés par l'Etat Islamique en Europe ? Dans quelle mesure ce dernier cherche-t-il à polariser les sociétés européennes, en dressant les citoyens musulmans contre le reste de la population ?

Malik Bezouh : Responsables politiques de droite et gauche se complaisent, parfois, dans un discours maintenant convenu selon lequel l’organisation terroriste Daesh, par ses attentats meurtriers, ciblerait notre manière de vivre, notre civilisation même ! D’autres, mieux au fait de la réalité géopolitique, affirment que Daesh frappe la France et, plus généralement l’Europe, parce que les pays occidentaux participent militairement à la guerre ouverte menée par la coalition internationale contre l’organisation takfiriste.

Qu’en est-il réellement ? Relevons tout d’abord que Daesh ne cherche nullement, comme le clament certains avec naïveté, à "punir" l’Occident et son mode de vie "babylonien". Daesh a bien d’autres priorités que de poursuivre une telle chimère ! Imagine-t-on un instant l’Occident changer soudainement de mode de vie, de civilisation, après ces attentats, aussi atroces soient-ils ? Daesh sait pertinemment que non. De la même manière, Daesh sait parfaitement bien que les attentats dont il est à l’origine ne freineront en rien la détermination de la coalition internationale à venir à bout de ce groupe, bien au contraire ! A la vérité, Daesh, véritable tacticien usant de l’arme de la terreur comme d’un moyen, non comme un but, ambitionne de "co-radicaliser" les sociétés occidentales dans lesquelles vivent des minorités musulmanes.

En effet. Daesh est conscient qu’une poignée de kamikazes ne peuvent semer le chaos dans les sociétés occidentales, dotées d’États stables et démocratiques. En revanche, le groupe takfiriste compte sur une modification du regard posé sur les minorités musulmanes qui vivent en leur sein. Professeurs de psychologie sociale, les chercheurs Stephen Reicher et Alexander Aslam ont affirmé, sans ambages, que si nos sociétés faisaient peser sur les minorités musulmanes "le poids de la suspicion et de la méfiance", alors celles-ci jetteront bien "plus de personnes (musulmanes) dans les bras des extrémistes (de Daesh) que ne le feraient des bataillons d'enrôleurs de Daesh" (1). Et de rajouter : "Si vous parvenez à faire en sorte qu’un nombre suffisant de non-musulmans traitent tous les musulmans avec peur et hostilité, alors ces derniers, qui naguère préféraient éviter le conflit, se sentiront marginalisés et commenceront à prêter une oreille attentive aux voies les plus radicales issues de leurs rangs. De la même manière, si vous obtenez que suffisamment de musulmans traitent tous les Occidentaux avec hostilité, alors la majorité de ces derniers souhaiteront confier leur destin politique à des leaders prônant la confrontation". Bref, le processus de co-radicalisation, qui s’enclenche après des attentats, permet aux populistes de se renforcer et, par ricochet, de faciliter l’arrivée de nouvelles recrues chez Daesh ou chez tout autre groupe radical. Ainsi, des chercheurs ont montré que les propos de Donald Trump, ceux dans lesquels il préconisait d’interdire aux musulmans de fouler le sol américain, ont provoqué "une hausse des recrutements chez Al-Qaida". Une question à présent : pourquoi la suspicion, voire l’hostilité, développée par une fraction des sociétés occidentales peut conduire un citoyen de culture ou de confession musulmane à basculer dans la radicalité ? La réponse tient en un mot : la mésidentification !

Processus psychologique complexe, sur lequel ont travaillé les chercheurs précités, Recheir et Haslam, la mésidentification consiste en un affaiblissement des liens d’appartenance à la société d’un individu donné. Ce processus explique, pour une large part, le ralliement à des sectes, quelles qu’elles soient, et Daesh en est une assurément. Ainsi donc, un citoyen de culture ou de confession musulmane peut sombrer dans un processus de mésidentification, fruit malheureux d’une séquence de stigmatisation, du moins vécue comme telle par l’individu en question. Car la stigmatisation, supposée ou réelle, agit comme un solvant social et tend à dissoudre ce qui rattache un individu au reste de la communauté nationale jugée "hostile". Voilà donc ce que recherche Daesh par ses attentats : une co-radicalisation induite par la peur de l’altérité musulmane, d’une part, et, par la mésidentification, d’autre part. Dans cette perspective, les attentats ne sont que des moyens, aucunement une fin en soi.

Guylain Chevrier : Il cherche évidemment par ces attentats à déstabiliser les sociétés démocratiques, pas seulement parce qu’il entend jeter le trouble en tentant de dresser les uns contre les autres, mais parce que ce sont des cibles à ses yeux comme terre des mécréants et apostats. Le but est de créer, bien sûr, du désordre, de faire douter les populations au regard de leurs propres valeurs, d’encourager un litige entre les non-musulmans et les musulmans. Le but final est de déclencher des affrontements entre populations, en se servant de ce type d’attaque comme détonateur. C’est sans doute ce qu’auraient voulu provoquer tout particulièrement les attentats de novembre 2015, franchisant dans l’horreur une limite censée désinhiber les pulsions, pour enflammer certains esprits. C’est pour cela que nous devons nous attendre à ce que cela se reproduise, car c'est un véritable mode opératoire d’une guerre totale, dont la guerre civile fait stratégiquement partie.

On ne saurait ignorer que des arguments jouent en faveur de l’EI, au regard de ce risque de polarisation de nos sociétés. Il sait pouvoir jouer sur des contradictions, qu’il connait bien par les djihadistes venus des pays européens, que résume le climat dans nos banlieues en France et ailleurs, dans les communautés fermées du multiculturalisme des pays qui le pratiquent. Il entend créé une sorte d’effet de souffle sur un feu qui couve déjà dans les pays occidentaux, pour embrasser les choses, du fait des problèmes économiques et sociaux qui produisent des inégalités qui alimentent des tensions sociales mais aussi, en raison des difficultés que posent peu ou prou l’islam comme religion importée, au regard de sa faculté à trouver sa place dans les sociétés démocratiques. L’EI sait que l’islam est partout religion d’Etat dans les pays d’origine des migrants et des descendants d’immigrés, et ainsi, que beaucoup d’entre eux peuvent être potentiellement sensibles à un fond commun relatif à cet état de fait, car encore souvent très liés avec ces pays ne serait-ce que par antenne satellite interposée et par la famille restée y vivre. On sait que la modernité de ces pays n’est pas toujours au rendez-vous, dont le printemps arabe a rendu compte des désirs et des limites, qui sont traversés par les mêmes enjeux que les nôtres.

Dans quelle mesure le fossé entre les Européens musulmans et les autres Européens s'est-il accentué suite aux récents attentats sur le sol européen ?

Malik Bezouh : La réponse à cette question se trouve dans le développement de la première question. D’un côté, l’inquiétude d’une partie de la population européenne vis-à-vis de l’islam et de l’arrivée de flots de migrants ; de l’autre, du côté des citoyens européens de culture ou de confession musulmane, le sentiment, parfois, d’être injustement montrés du doigt, bref d’être amalgamés à des groupes takfiristes qui, rappelons-le, tuent essentiellement des musulmans (2).

Daesh agit tel un grand stratège. Son objectif, nous l’avons dit, c’est la co-radicalisation. Y a-t-il réussi ? Si l’on en juge par la poussée des mouvements populistes et la place donnée à l’islam dans l’actualité, souvent sans le recul et la sérénité qu’il convient pour traiter d’un tel sujet, j’aurai tendance à répondre par l’affirmative. Cela dit, si Daesh a gagné une petite bataille, il est loin d’avoir gagné la guerre psychologique. Nos peurs peuvent l’y aider cependant car elles entretiennent et alimentent ce processus de co-radicalisation.

Guylain Chevrier : Ce qui commence à émerger comme sentiment, c’est celui de la fragilité de nos démocraties face à la multiplication d’attentats particulièrement abjects. Une fragilité qui tient aux libertés que nos démocraties accordent et sur lesquelles nous fondons nos valeurs et institutions, mais qui ne sont pas pour autant partagées par tous autant que nous le souhaiterions, alors que nous voyons des nationaux d’origine étrangère ou des demandeurs d’asile, de religion musulmane, impliqués dans les attentats. Le simple fait d’évoquer cette possibilité au début des attentats en Europe, vous frappait immédiatement d’accusation de racisme, voyant là la volonté de stigmatiser les migrants tous assimilés à des « réfugiés », sacralisés par les ONG et un discours anti Bachar el-Assad sans nuance. Ceci renvoie à une réalité que l’on n’a longtemps pas voulu voir, le danger que représente l’islam communautariste qui porte la foi au-dessus de la loi civile, comme zone grise pour la radicalisation, voire plus encore, au cœur de ce phénomène, le développement du salafisme, qui tourne totalement le dos à nos sociétés et pourrait très bien constituer, si les choses étaient amenées à s’aggraver, le risque d’une véritable cinquième colonne.

Les Allemands se sont crus à l’abri des attentats non seulement parce que leur engagement dans la coalition se réduit à une activité de surveillance et de conseil, parce qu’ils ont ouvert leurs frontières aux réfugiés, parce qu’ils ne sont pas laïques, mais aussi parce qu’ils pratiquent le multiculturalisme qui, par la loi, laissent vivre les musulmans en communauté largement comme ils le veulent, jusqu’à tolérer une police religieuse interdisant l’alcool dans certains quartiers et veillant à ce que les femmes musulmanes soient bien voilées, comme à Bonn ou à Wuppertal… Ils se pensaient en dehors de tout risque, comme en Belgique, par l’illusion qu’a créé ce système de séparation communautariste derrière le mur duquel se tramait en réalité le pire. En Angleterre, on laisse se dérouler des manifestations de musulmans en soutien à ceux qui sont désignés comme les  « victimes » du régime syrien, où on brandit des drapeaux de l’Etat islamique, comme si de rien n’était. Il y a là aussi à attendre des retours de bâton car fondamentalement, ce n’est pas en laissant faire que l’on risquera le moins, bien au contraire, c’est laisser proliférer le terreau de la haine. Ce sont les sociétés de liberté qui sont visées et l’objectif final de l’EI est leur anéantissement, c’est de cela qu’il faut nous convaincre aujourd’hui, pour pouvoir agir à la mesure de la menace.

Peut-on considérer que le seul moyen d'atténuer les tensions communautaires serait que les musulmans s'emparent de la sphère publique pour prendre la parole et dénoncer activement la stratégie de l'Etat Islamique ? Quelle est la probabilité qu'une telle action des musulmans s'organise en France et dans d'autres pays européens ? 

Malik Bezouh : Petit préambule : après l’effroyable attentat perpétré par le terroriste d’extrême-droite Anders Breivik, le 22 juillet 2011, causant la mort de 77 personnes, dont de nombreux adolescents, il n’est venu à l’esprit de personne de demander aux militants de droite de clamer leur réprobation contre cette idéologie mortifère au possible. Beaucoup de Français de culture ou de confession musulmane ne comprennent pas pourquoi, les concernant, ce doute d’une adhésion éventuelle à l’ignoble pensée takfiriste de Daesh existe. Ils en conçoivent du ressentiment. La question qu’il conviendrait de se poser, selon moi, est plutôt celle-ci : pourquoi avons-nous besoin d’entendre les Français musulmans crier leur rejet du Daeshisme ? N’est-ce pas, en principe, quelque chose qui coule de source ? Comment peut-on imaginer que des individus, en nombre, puissent épouser les vues macabres des tenants d’un islam takfiriste se repaissant de sang et de carnage ? N’est-ce pas là, au fond, un aveu de suspicion portée par la société sur les citoyens de culture ou de confession musulmane ?

Ce préambule porte en germe la réponse : c’est un travail collectif que nous devons mener. Bien évidemment, les représentants des institutions officielles de l’islam de France doivent prendre la parole et dénoncer, avec force, ces ignobles attentats, et ils le font. Mais il convient aussi aux responsables politiques, intellectuels engagés, et universitaires d’expliquer ce phénomène takfiriste qui est, en partie, le fruit d’une désagrégation de l’Orient musulman affligé par près d’un demi-siècle de despotisme politique, père de tous les fléaux. Sans parler de la désastreuse intervention en Irak de l’administration Bush qui enfanta Daesh... Tout comme il conviendrait de travailler les préjugés qui défigurent la réalité de l’islam de France, à tort présenté comme un bloc homogène alors qu’il est traversé par de multiples courants. Et pour preuve ! On y trouve des courants libéraux, réformistes, conservateurs, agnostiques, mutazilites (tenants d’un islam rationnaliste), etc. Et que dire de tous ces "musulmans" athées dont on ne parle que trop peu !

De nombreux Français de confession ou de culture musulmane s’engagent dans cette voie de la dénonciation de l’extrémisme musulman. Au risque de leur vie parfois. N'ai-je pas reçu une condamnation à mort, le 10 novembre 2015, soit trois jours avant les attentats du Bataclan, pour avoir critiqué et insulté Daesh ? Avec des amis de culture ou de confession musulmane, nous avions par ailleurs projeté de nous rassembler afin de dénoncer cet odieux groupe takfiriste ; l’arrivée de la primaire de la droite a repoussé cette initiative... Mais ce n’est que partie remise !

Guylain Chevrier : Que les musulmans s’emparent de la sphère publique pour dénoncer la stratégie de l’Etat islamique, ce serait évidemment une très bonne chose, mais nous en sommes loin. Si l’EI peut faire ce qu’il fait, c’est bien en reflet de l’absence de manifestation de masse des musulmans contre  lui, dans les pays qui sont frappés par le terrorisme. Il y a à cela des causes. Il y a tout d’abord un mouvement de re-sacralisation du religieux au sein de l’islam, avec retour à une lecture littérale des textes qui correspond à un repli sur des valeurs très traditionnelles, qui se confronte à la modernité démocratique. Contre toute attente, en réaction, on voit s’exprimer en conséquence un sentiment de victimisation chez de nombreux musulmans, qui rejoint le fond de commerce de la martyrologie de l’EI face au pays occidentaux. Il faut replacer le religieux sous la loi commune et la citoyenneté au centre, si on veut nourrir l’espoir que l’on arrête ce qui progressivement se fait jour : un mouvement de séparation litigieux de nombreux musulmans avec les autres membres de la société, sur fond de retour au sacré qui n’augure rien de bon.

A ne pas vouloir faire le lien entre islam et djihadisme, au nom de ne pas faire d’amalgame, on entretient une situation où beaucoup de musulmans avancent ne pas être concernés par l’EI, alors que si on faisait le lien, cela obligerait ces musulmans à se sentir concernés pour manifester en montrant leur différence, entre cet islam là qui s’inscrit dans la violence, la haine et le nihilisme, et le leur, respectueux de la loi commune, de la liberté. Voilà ce qui serait susceptible d’enrayer le phénomène de radicalisation plus ou moins larvé qui courre, en ne cessant d’augmenter de façon inquiétante, avec une idéologie complotiste que l’on retrouve jusque dans la bouche des enfants.

Mais il y a aussi des responsabilités qui viennent des pays occidentaux eux-mêmes, par le choix du laxisme face à la montée des affirmations identitaires. On a voulu dans beaucoup de pays pratiquer le multiculturalisme, chacun son dieu et le marché pour tous, mais cela n’a pas suffit à faire une société, et on a en fait abouti à un éclatement culturel. En  France, alors que la laïcité garantit la liberté de conscience et donc le libre choix de sa religion ou de ne pas en avoir, on a assigné  les personnes d’origine de pays maghrébins ou africains à leur religion, l’islam, à travers la création d’un Conseil français du culte musulman comme unique voie d’expression, reproduisant la logique du parti unique sur un mode religieux. On a ainsi poussé dans le sens d’une homogénéisation religieuse que l’on aurait pu éviter en s’y prenant autrement, et par voie de conséquence, on a flatté une séparation voulue par certains qui ont trouvé là toute l’eau nécessaire à leur moulin. En même temps, on a ainsi empêché qu’émergent d’autres initiatives plus citoyennes de la part des musulmans au sein de la société civile, en tout cas, on en a rendu la possibilité  beaucoup plus difficile, même si quelques voix intéressantes peuvent s’élever.

Par la mise en place d’une fondation pour l’islam on croit pouvoir régler le problème en formant à l’Université les imams. Les imams trouveront les limites à leurs pêches dans ce qu’acceptent d’entendre les musulmans, et lorsqu’ils seront vraiment pour la plupart des citoyens avant tout, les religieux plus ou moins radicaux n’auront plus, ni ici ni là-bas, jusqu’au fin fond de la Syrie, d’influence sur eux. Alors, nous verrons peut-être ces manifestations, mais pour cela il y a à opérer un complet changement de cap, qui demande un sacré déminage. Ce n’est pas encore à l’ordre du jour.

(1) Cerveau&Psycho, N° 78, juin 2016.

(2) Centre international pour l’étude de la radicalisation (ICSR), décembre 2014.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

03.

Elle est réservée aux "femmes, meufs, gouines, personnes trans, intersexes, non binaires"

04.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

05.

Comment la méritocratie a transformé nos vies en une (pénible) compétition sans fin

06.

Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène

07.

Google affirme avoir atteint la "suprématie quantique"

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Yves Montenay
- 28/12/2016 - 18:01
il n'y a pas 13 millions de musulmans en France !
Lisez la démographie Michèle Tribalat, pourtant plutôt islamophobe. Elle en trouvait 4,2 millions il y a quelques années. Mettons 5 aujourd'hui quoi que d'autres enquêtes donnent 3,2 millions. La différence entre ces deux chiffres vient notamment du fait que le premier est une évaluation du nombre d'immigrants et de leurs descendants, alors que le second est le nombre de ceux qui se considèrent comme musulmans, enfant non compris sauf erreur. En effet une certaine proportion des personnes d'origine musulmane ne sont plus croyantes.
Deneziere
- 24/12/2016 - 01:19
Ce n'est pas un fossé, c'est La Méditerranée
L'EI ne creuse rien qui n'existe déjà et a toujours existé. Il ne fait que pointer du doigt une réalité latente qu'Hassan II avait anticipé : la majorité des arabo-musulmans vivant en France ne seront jamais vraiment Français.
vangog
- 23/12/2016 - 11:39
13 millions de musulmans en France chrétienne..........
C'est pas un peu beaucoup dans un pays de racines et de traditions chrétiennes? Voilà le pêché originel de nos sociétés laxistes! Comment éviter que cette communauté multiforme, multi-confessionelle, attirée en UE pour de "mauvaises raisons" (avant les lois Chirac-Giscard, les musulmans retournaient au Maghreb où les attendaient leur famille, après avoir travaillé quelques années en France), comment éviter qu'une proportion faible mais extensible de ces treize millions de musulmans ne soit séduite, pour quelque raison que ce soit, par la radicalité?...le ver est dans le fruit! Alors, aujourd'hui que le mal a été réalisé, amplifié, nié par les politiciens archaïques, comment faire? Contre ceux qui voudraient rejeter treize millions de musulmans à la mer, la seule solution est celle du Front National: interdiction du communautarisme, de tous les communautarismes, de toutes les discriminations négatives ou positives, restauration du mérite républicain, expulsion des prêcheurs de haine, interdiction des mosquées salafistes, mise en accusation des sponsors de l'islamisme, fin de la diplomatie pro-sunnite, semeuse de guerres droidelhommistes à la Fabius-Kerry-Hollande-Levy...