En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Flickr
Trésor caché
Pourquoi la France est un pays beaucoup plus riche que la plupart de ses grands voisins
Publié le 23 décembre 2016
Malgré une dette représentant près de 100% de son PIB, le patrimoine net national de la France est aujourd'hui évalué à 7,6 fois le PIB du pays. Une situation qui pourrait inciter à regarder la France sous un œil plus favorable quant à ses capacités futures.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malgré une dette représentant près de 100% de son PIB, le patrimoine net national de la France est aujourd'hui évalué à 7,6 fois le PIB du pays. Une situation qui pourrait inciter à regarder la France sous un œil plus favorable quant à ses capacités futures.

Atlantico : Selon la dernière enquête réalisée par l'INSEE, le patrimoine économique de la France serait supérieur à 13 000 milliards d'euros, net de dettes. Pourtant, il est régulièrement rappelé que la dette réelle de la France ne prend pas en compte une dette "hors bilan" qui serait supérieure à 3200 milliards d'euros. Quelle est la réalité de la situation ?

Nicolas Goetzmann : Le rapport de l'INSEE prend effectivement en compte l'ensemble des actifs et passifs du pays, entre les ménages, les entreprises et les administrations publiques. Le résultat est un actif total de 39 374 milliards d'euros, et un passif de 25 750 milliards d'euros, ce qui fait ressortir un patrimoine net de 13 585 milliards d'euros. Lorsque l'on décompose les actifs/passifs de chaque catégorie, on obtient des ménages ayant un actif net de 10 692 milliards, des sociétés (financières et non financières) qui ont un actif de 2626 milliards d'euros, et les administrations publiques qui, malgré leur importante dette, parviennent à afficher un patrimoine net de 267 milliards d'euros.

En effet, il existe des engagements hors bilan qui engagent l'État, qui sont définis ainsi par la Cour des Comptes : "en comptabilité générale, les engagements hors bilan retracent l’ensemble des obligations qui, sans réunir les critères d’inscription au bilan, s’imposent à une entité et sont susceptibles d’avoir un impact significatif sur son patrimoine". Ces engagements ont été évalués par la CDC à la fin 2012, à 3190 milliards d'euros. Cependant, le seul élément dont le paiement est "certain" correspond au paiement des retraites futures, dont les projections sont faites pour les 100 prochaines années, et qui correspondent à 1679 milliards d'euros. Si ce chiffre peut impressionner, il doit être mis en relation avec l'évolution du PIB à prix courants sur les prochaines décennies. En prenant une hypothèse d'un PIB qui augmenterait de 3% par an (en prenant en compte l'inflation), la France afficherait un produit intérieur de près de 10 000 milliards dans une cinquantaine d'années. Non pas pour "minimiser" la situation actuelle, mais pour bien mettre en évidence le fait que les problématiques de dettes doivent s'envisager d'un point de vue dynamique, en tenant également compte de l'évolution des revenus. Mais une chose semble claire, la situation d'endettement de la France semble bien plus inquiéter la population que les marchés financiers. Et ceux-ci sont parfaitement informés de la dette hors bilan du pays, il n'y a donc pas de surprise à ce niveau. Le fait est que la France emprunte aujourd'hui à un taux historiquement bas, soit 0,7% sur une durée de 10 ans.

D'un point de vue comparatif, quelle est la situation de la France ? Quels sont les autres facteurs à prendre en compte ?

Du point de vue du patrimoine national, la France fait partie des champions du monde, derrière les États-Unis, la Chine, le Japon, le Royaume-Uni et l'Allemagne. Et si l'on souhaite comparer avec l'Allemagne, il est possible de constater que la richesse totale des Allemands est supérieure de près de 5% à celle des Français, mais lorsque l'on compare avec des chiffres relatant le patrimoine par adulte, la France est loin devant, avec une avance de 32%, selon les données publiées par le rapport annuel du Crédit Suisse. Et en prenant les pays à forte population, soit ayant plus de 50 millions d'habitants, la France se classe 3e mondial, derrière les États-Unis et le Royaume-Uni. L'idée d'un pays en état de délabrement total ne ressemble pas à la réalité.

D'autant plus que la France dispose de ressources à venir. D'une part, la France a d'ores et déjà la plus forte population de moins de 20 ans en Europe, soit plus de 16,3 millions de moins de 20 ans en France contre 14,7 millions en Allemagne. D'autre part, la proportion de personnes de 30 à 34 ans ayant un diplôme de l'enseignement supérieur atteint 45% en France, contre 32,3% pour l'Allemagne. Ce qui permet de faire une projection sur les capacités futures de notre pays, en termes de population active, et en niveau de formation.

Cet ensemble de données devrait conduire à réévaluer les forces du pays, et de placer la France dans une logique de première puissance européenne à venir, en termes économiques. La France est d'ores et déjà le premier pays européen en termes d'investissements en provenance de l'étranger, le pays recueille 14% du total des flux, contre 11% pour l'Allemagne. La France dispose du plus vaste territoire de l'Union européenne, avec un emplacement stratégique, offrant une ouverture sur l'ensemble du continent. La France dispose également du plus grand domaine maritime mondial, avec les États-Unis. Et la liste est longue. Le potentiel de la France n'a rien à voir avec l'image que les Français semblent vouloir s'en faire. Si le chemin pour exploiter ce potentiel est long, si les actions nécessaires à une remise en route du moteur économique ne sont pas encore engagées, il faut quand même se rendre compte de ce potentiel.

 

Du point de vue de la dette, quels sont les remèdes les plus efficaces à mettre en place sur le long terme ?

La dette française agit comme une sorte de voiture balai du manque de croissance du pays. Dès que la croissance est inférieure à son plein potentiel, les dépenses publiques servent de politiques de compensation pour la population. Ce qui signifie, au final, que la dette n'a pas été la cause du ralentissement de la croissance mais sa conséquence directe. En regardant l'évolution de la croissance et de la dette, outre la forte corrélation des deux variables, on peut constater que la France parvient à faire baisser son endettement en % de PIB lorsque la croissance courante dépasse les 4%, soit environ 2% de croissance et 2% d'inflation.

Données trimestrielles annualisées. Croissance nominale et évolution de la dette en %  1995-2016.

L'enjeu prioritaire est donc de tout faire pour "gagner plus", c’est-à-dire de traiter la cause de l'endettement en permettant une accélération de la croissance nominale. Ensuite, d'autres outils peuvent être mis en place afin de "rationnaliser" les dépenses dans une économie connaissant une plus forte croissance. Ce qui sera plus aisé à réaliser qu'une coupe claire dans les dépenses d'une économie en stagnation. Car une telle stratégie de baisse des dépenses sans aucun discernement contribue à peser sur la croissance, ce qui vient donc alimenter une nouvelle hausse de la dette. C'est pourtant ça, la leçon de l'austérité. Le traitement du mal renforce le mal lui-même. La Grèce a réduit ses dépenses publiques nominales de près de 30% depuis 2008, ce qui a favorisé une chute du PIB de 25%, et à une hausse de l'endettement de 60% en points de PIB. Parce que la chute du PIB conduit mécaniquement à une hausse de l'endettement, exprimée en... % de PIB. Ce n’est donc pas la bonne méthode. Pour réduire sa dette, la bonne méthode, c’est d’enclencher une croissance conforme au potentiel du pays, sur une base monétaire d’abord, l’investissement et la consommation suivront, permettant de rééquilibrer la place des dépenses publiques à un niveau plus cohérent dans le PIB.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
03.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
04.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
05.
Le "chat renard", une nouvelle espèce de félin découverte en Corse
06.
Stars ET milliardaires : quand la puissance de la célébrité transforme Jay Z ou Rihanna en magnats des affaires
07.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
03.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
06.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 21/12/2016 - 18:01
je me disais aussi
Tout va très bien ,on est riche on doit continuer à dépenser et surtout pas toucher à nos structure géographiques;administratives;politiques;l'avenir c'est la création gratuite de monnaie pour la réélection du personnel politique.
D'ailleurs y'a pas de souci si on sort de l'euro on aura comme seul choix laisser la monnaie flotter et vu notre situation budgétaire on verrait tout de suite si mr Goetzmann a raison et donc notre monnaie se réévaluer ou baisser drastiquement
moi je pense qu 'on verrait notre monnaie se dévaluer de 25 à 30%e t ce serait le démarrage de ce qu'on connu sous la IVeme ,
sous Giscard et sous les premiers mois Mitterrand avec une course entre la lutte syndicale pour rattraper le coût dé la vie et la dévaluation suivante.YOUPEE une inflation à 2 chiffre ça vous rembourse une dette ancienne vite fait bien fait ( même si ça en crée une autre bien plus considérable)
et si on ne sort pas de l'euro faut prévoir des hélicoptères tous les jours
l'essentiel c'est de le faire méthodiquement sans faire couiner la bête à qui on pique un maximum d'argent mais qui on propose des systèmes de défiscalisation illusoire s; RICHES ON PEUT PAYER PLUS
zouk
- 21/12/2016 - 12:05
France riche ???
Oui, mais en épargne fourvoyée dans les placements "sûrs", quelle prospérité retrouverions nous si cette épargne allait s'investir dans des activités dynamiques. Mais notre système fiscal matraquant l'investissement....., laissons toute la place au rentier frileux
Nap4
- 21/12/2016 - 10:03
Inquiétant
Si notre patrimoine est évalué à 7,5 fois le PIB, il est logique que certains politiciens "éclairés" y voient là le moyen de renflouer la dette abyssale qu'ils ont creusée. Le mépris du rentier, la haine de l'épargnant sont des ressorts partagés par la gauche irresponsable et certains prétendus libéraux adeptes inconditionnels de la destruction créatrice du capitalisme non régulé. Lire "le capitalisme est-il moral" de Comte-Sponville