En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

06.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

07.

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Désastre
Venise : un milliard d'euros de dégâts ; une troisième montée des eaux attendue
il y a 9 min 13 sec
pépites > Santé
Drame
Deux tiers des Français ont déjà renoncé à se faire soigner
il y a 56 min 32 sec
pépite vidéo > France
Casseurs
Acte 53 des Gilets jaunes : d'importants dégâts sur la place d'Italie à Paris
il y a 2 heures 11 min
pépites > Politique
Baisse
Popularité : Emmanuel Macron perd un point en novembre
il y a 2 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 6 heures 11 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 6 heures 57 min
décryptage > Politique
Sectarisme à tous les étages

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

il y a 7 heures 14 min
décryptage > Economie
Un but bien défini

La politique économique de Trump, une politique parfaitement prévisible

il y a 7 heures 32 min
décryptage > International
Automne chinois

Hong Kong ou l’illustration que la Révolution de velours tchèque ne serait plus possible 30 ans après ?

il y a 7 heures 33 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

il y a 7 heures 34 min
light > Culture
Discrimination
L'actrice Mo'Nique accuse Netflix de la sous-payer car elle est une femme noire
il y a 34 min
pépite vidéo > Culture
Pour les fans de la famille royale
The Crown : la saison 3 est disponible sur Netflix
il y a 1 heure 19 min
pépites > France
Noyau dur
Acte 53 des Gilets jaunes : 28.000 manifestants selon la police, 40.000 selon les organisateurs
il y a 2 heures 46 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Inde veut aller explorer Vénus en 2023 ; Mars : les fluctuations de l’oxygène décontenancent la Nasa
il y a 3 heures 5 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 6 heures 30 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 7 heures 8 min
décryptage > International
Moderne... mais féroce

En Arabie Saoudite, « réforme » rime avec « répression »

il y a 7 heures 31 min
décryptage > France
Agriculture

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

il y a 7 heures 32 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment la momie de Ramsès II a bénéficié d'une "seconde jeunesse" grâce à une exposition organisée à Paris en 1976

il y a 7 heures 34 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L'habile stratégie de Xi Jinping pour placer la Chine au centre de l'échiquier mondial

il y a 7 heures 34 min
© Reuters
© Reuters
Rééquilibrage

Reagan avait gagné la 1ère manche de la Guerre froide, Obama a-t-il perdu la 2de en laissant Poutine et la Chine piétiner l'ordre international issu de 1945 ?

Publié le 23 décembre 2016
Est-ce la fin de l'ordre international tel qu'on le connaît ? L'implication de la Russie dans l'élection de Donald Trump et la situation en Syrie sont-ils des signes annonciateurs d'une fin de l'hégémonie occidentale ? De nouvelles superpuissances ont fait leur apparition et jouent un rôle de plus en plus important sur la scène internationale.
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’IRIS.Il enseigne sur le campus virtuel de l’Université de Limoges, au Celsa Paris IV à l’IRIS et à l’Institut des Hautes Études Internationales.Spécialiste des stratégies de l'information ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Voir la bio
François-Bernard Huygue
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’IRIS.Il enseigne sur le campus virtuel de l’Université de Limoges, au Celsa Paris IV à l’IRIS et à l’Institut des Hautes Études Internationales.Spécialiste des stratégies de l'information ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Est-ce la fin de l'ordre international tel qu'on le connaît ? L'implication de la Russie dans l'élection de Donald Trump et la situation en Syrie sont-ils des signes annonciateurs d'une fin de l'hégémonie occidentale ? De nouvelles superpuissances ont fait leur apparition et jouent un rôle de plus en plus important sur la scène internationale.

Atlantico : Alors qu'au sortir de la Guerre froide, les Etats-Unis étaient l'hyperpuissance à la tête de l'ordre mondial, dans quelle mesure a-t-on pu assister sous le mandat de Barack Obama à un déclin de la puissance américaine ? Cet effacement de la puissance américaine s'est-il effectué au profit de la réaffirmation de nouvelles puissances comme la Russie ou même la Chine, qui vient d'intercepter un drone sous-marin américain en mer de Chine du Sud (lire ici) ?

Alexandre del Valle : Le problème, c'est qu'Obama a mis fin à l'interventionnisme militaire au Moyen-Orient très rapidement, de façon non préparée, sans plan de sortie et sans se soucier de l'après avec les conséquences que l'on observe aujourd'hui. Ce désengagement américain subi et violent qui a détruit d'un coup le formidable travail effectué par le général Petraeus, lequel avait réussi à associer les sunnites au pouvoir de Bagdad pour assécher Al-Qaïda et l'ancêtre de Daesh, a laissé un vide lui-même rempli par les printemps arabes et les islamistes qu'ils soient de gouvernement ou terroristes. Dans le reste du monde, c'est moins net. C'est vraiment au Moyen-Orient que l'on était habitué au plus massif interventionnisme occidentalo-atlantiste, et c'est dans ces territoires que la Russie a tiré son épingle du jeu et s'est de nouveau affirmée comme une grande puissance, parallèlement aux révolutions colorées dans les Balkans, le Caucase, l'Asie centrale et l'Ukraine tournées contre Moscou et appuyées par l'Occident. Ces révolutions de couleur ou "pacifiques" encouragées par les fondations de George Soros et les institutions occidentales parfois très officielles (américaines, UE, etc.) notamment, ont provoqué les réactions que l'on sait de Moscou en Géorgie et en Ukraine. La guerre froide Russie-Occident en est le résultat ultime, comme je le déplore dans mon dernier ouvrage Les vrais ennemis de l'Occident, du rejet de la Russie à l'islamisation des sociétés ouvertes. Et les dernières déclarations d'Obama et Hollande visant à "punir" Moscou pour tout et son contraire (Syrie, hacking des présidentielles, Ukraine, etc.) ne sont pas pour améliorer les relations déjà plus que tendues entre les deux anciens acteurs de la Guerre froide.

Vladimir Poutine avait pourtant dit clairement, comme ses prédécesseurs, que l'Ukraine était une ligne rouge à ne pas franchir, elle l'a été par les Etats-Unis et l'Otan qui ont sous-estimé les capacités de réaction de la Russie, ceci alors qu'un accord tacite avait été conclu entre les pays de l'Otan et la Russie post-soviétique dès 1991. Nous ne l'avons pas respecté hélas, en croyant que la Russie appauvrie avait "perdu la guerre froide" et avait été "vaincue" par notre modèle libéral-Monde libre. Du coup, la Russie a défendu ses intérêts en Crimée et a rattaché le territoire, puis est intervenue en Syrie pour la première fois en-dehors de son territoire depuis la fin de la Guerre froide afin de dire stop et d'empêcher les Occidentaux d'empiéter sur les pré-carrés et intérêts vitaux de la Russie (bases russes en Crimée et en Syrie mises en danger de facto depuis 2011 par le soutien occidental aux anti-russes en Syrie et en Ukraine. C'était nouveau et le message envoyé par Moscou a été très net envers les Occidentaux qui sont allés, de l'avis des Russes comme du mien exprimé dans Les vrais ennemis de l'Occident, bien trop loin. L'intervention russe en Syrie – à l'invitation du régime syrien – a été une réaction géopolitique très ferme et décisive face à la volonté occidentale de réduire la puissance et la "profondeur stratégique russe" dans ses places fortes, ceci en profitant des révolutions de velours en Europe orientale comme des révolutions arabes qui auraient pu déboucher sur le renversement du régime de Bachar el-Assad notamment, si on avait reproduit le syndrome irakien et libyen, et ce qui aurait remis en cause les bases russes sur le territoire syrien. La Russie en a ainsi profité pour lancer une première intervention en-dehors de cette zone proche. Il faut avouer qu’elle a été très efficace, car ce sont aujourd'hui les Russes qui mènent le jeu et qui contrôlent-neutralisent le ciel en Syrie par leur technologie et armements sophistiqués et leurs S300-S400 qui ont surpris les Américains eux-mêmes.

François-Bernard Huyghe : Effectivement, après un début de présidence Obama où le soft power américain et la séduction d'Obama rayonnaient au niveau mondial et où les États-Unis ne se voyaient plus véritablement d'adversaires à leur taille sinon quelques dictatures à liquider, après des débuts lors desquels Barack Obama a tenu un discours contrastant totalement avec celui du George W. Bush, le râteau lui est revenu en pleine figure.

D'une part, le soft power américain n'est pas très efficace en termes de puissance. D'autre part, le pays s'est retrouvé dans un certain paradoxe en étant impliqués dans beaucoup d'interventions militaires, sur de nombreux fronts (Syrie, Irak, Afghanistan, Somalie, Libye, Pakistan, Yémen…). Certes, ces interventions ont été moins coûteuses en vies humaines que la méthode Bush (avec la méthode du light footprint : on laisse les autres faire le travail sanglant et on agit par drones). Mais ces "nouvelles" interventions n'apportent pas la victoire - et l'exemple de la Syrie et de l'Irak est parmi les plus frappants. Sous les deux présidences Obama, les États-Unis n'ont remporté aucune victoire militaire, mais seulement des victoires apparentes comme en Libye.

En ce sens, il y a un recul d'influence et un recul de puissance. Les médias sont sans doute un peu indulgents avec lui en fin de mandat, mais son bilan, pour ce qui est de la place des États-Unis dans le monde, ne me paraît pas extrêmement brillant.

La Russie est aujourd'hui accusée d'ingérence, notamment par le biais d'attaques informatiques, dans les affaires de certains pays occidentaux comme les États-Unis. Selon vous, ce genre d'action a-t-il été rendu possible (au moins en partie) par le recul de l'hégémonie américaine ? Les Russes ont-ils pu interpréter cela comme un signe encourageant dans leur projection de puissance ?

François-Bernard Huyghe : Sur le plan géopolitique, et même si Vladimir Poutine n'avait pas besoin de signes encourageants pour sa stratégie de reconstitution de la puissance russe comme la reculade de Barack Obama au moment de l'utilisation supposée d'armes chimiques par Bachar el-Assad dans la banlieue de Damas, il a clairement saisi l'opportunité.

Sur le plan des intrusions informatiques, je ferai simplement trois sortes d'observations.

Premièrement, je ne doute pas que la Russie n'investisse beaucoup dans le cyberespace, dans la propagande en ligne avec ses armées de trolls et de hackeurs, etc. Il n'est évidemment pas question de le nier.

Deuxièmement, dans cette intervention dans les élections américaines, qui consistait non pas à truquer le résultat des élections mais à révéler au public des documents secrets (whistle-blowing), la responsabilité directe de Vladimir Poutine n'est pas encore prouvée. En effet, sur le plan technique, la façon dont sont faites ces attaques montre qu'il n'y a pas besoin d'être le meilleur service secret du monde ou le meilleur groupe de hackeurs pour les faire... Cela a pu bien sûr être fait par des groupes de mercenaires informatiques russes, mais la preuve que cela a été ordonné par Poutine ou fait par un État n'est pas encore apportée. D'ailleurs, les services de renseignement américain sont très divisés (CIA, FBI, agences de renseignement…).

Troisièmement, quand bien même serait-ce prouvé, est-on certain que la révélation de ces scandales sur les rapports de Clinton avec les médias et certains lobbys industriels soit la raison du retournement du vote américain ? Je pense qu'il y a eu des boules puantes des deux côtés et ces révélations sur les mails de John Podesta n'ont fait que confirmer l'incroyable méfiance d'une partie de l'électorat populaire du centre de l'Amérique envers Hillary Clinton.

Quels sont aujourd'hui les grands équilibres géostratégiques ? Ordre bipolaire de la Guerre froide, unipolarité des Etats-Unis après la Guerre froide... Comment qualifier l'ordre international aujourd'hui ?

Alexandre del Valle : L'ordre international actuel est en voie de mutation, il n'est pas encore totalement multipolaire et n'est plus totalement unipolaire bien que les Occidentaux demeurent les maîtres d'une grande partie du jeu. C'est donc plutôt un ordre "uni-multipolaire", d'abord parce que l'Amérique est toujours dominante sur le plan stratégique et que l'Occident maîtrise et a conçu les grandes institutions mondiales, et deuxièmement il est également multipolaire car même si les Etats-Unis restent les plus puissants, on constate l'émergence de la Chine, qui commence à taper du poing sur la table, notamment en Asie méridionale et orientale face aux alliés des Américains, puis de la Russie et dans une moindre mesure de l'Iran, du Brésil, de la Turquie, de l'Inde et de l'Egypte, qui s'autonomisent et reviennent dans la course. Le tandem "anti-hégémonique" tourné contre l'hyperpuissance américaine (Chine-Russie, OCS) ne s'oppose pas frontalement à l'Otan, la Chine surtout ayant intérêt à rester "polie" car elle vit des exportations de ses biens vers l'Ouest, mais elle n'hésite plus à montrer ses muscles et navires de guerre face aux flottes américaines et aux alliés asiatiques des Etats-Unis en Mer méridionale et orientale de Chine, dans le pré-carré chinois maritime où Pékin dénonce la pénétration américaine et exige de retrouver la souveraineté sur les mers. Un accord avec la Chine de plus en plus véhémente dans cette zone impliquerait à terme un désengagement des forces américaines dans la zone, ce que Clinton ne voulait absolument pas mais ce que Trump n'exclut pas entièrement dans le cadre d'une sorte de nouveau deal pragmatique dont il a le secret, et en dépit de sa dénonciation de l'ennemi chinois.

De l'autre côté de l'OCS (Organisation de la Coopération de Shanghai), la Russie se réaffirme dans son "étranger proche" (Georgie, Ukraine…) et elle a mis les points sur les i au Proche-Orient en soutenant les rares régimes encore pro-russes comme l'Egypte, la Syrie, ou les Emirats, face à un ennemi islamiste sunnite soutenu par les Occidentaux aveuglés par leur pacte de Quincy avec les Saoudiens ("pétrole contre sécurité") et leur obsession anti-russe.

La Russie et la Chine émergent donc de manière stratégique et sont alliés dans le cadre de l'OCS. Parallèlement, dans le monde africain, on assiste à une légère réaffirmation identitaire et nationaliste de certains pays qui commencent à contester la CPI, dont l'Ouganda et l'Afrique du Sud ont annoncé leur retrait afin de protester contre l'unilatéralisme occidental qui n'assurerait la justice et ne respecterait les décisions de la justice internationale qu'au détriment des pays du Sud. En Asie, également, même en zone "pro-occidentale", on assiste depuis peu à une réaffirmation identitaire et géostratégique, notamment au Japon, qui commence à sortir de sa doctrine de neutralité en réaffirmant la volonté d'avoir une armée propre, en Corée du sud, qui envisage un programme nucléaire propre, et bien sûr en Thaïlande, où la junte militaire ne supporte plus les critiques américaines envers le coup d'Etat et surtout aux Philippines, où le président Duterte se rapproche spectaculairement de la Chine pour des raisons à la fois économiques et parce qu'il ne supporte plus l'arrogance américaine et les critiques contre sa politique de répression des trafics de drogue qui a fait des milliers de morts. Bref, les pays non-occidentaux ne supportent plus les leçons de morale de la part d'Occidentaux qui manient hypocritement les droits de l'homme pour justifier moralement l'ingérence et des interventions néo-coloniales en Afrique ou au Moyen-Orient. L'Asie avertit qu'elle n'acceptera pas cela et la Corée du Nord dictatoriale stalinienne présente son programme balistique et nucléaire militaire comme la meilleure garantie contre l'impérialisme occidentalo-américain. On pourrait aussi parler de l'Arabie Saoudite, de l'Iran renaissant aux implications régionales (guerre chiites sunnites contre les alliés de l'Arabie saoudite), et bien sûr la réaffirmation de la Turquie néo-ottomane à la fois ultranationaliste et panislamiste sunnite du président Erdogan, qui se rapproche d'ailleurs tactiquement de l'OCS. Autant d'acteurs qui montrent que le monde, bien que toujours sous hégémonie occidentale, fait face à la résurgence d'une multitude d'acteurs aux volontés propres.

Comment la Russie et la Chine contestent-elles le leadership américain et l'ordre international issu des accords de Bretton Woods ? Quelles sont les initiatives qui menacent le plus la domination occidentale ?

Alexandre del Valle : Ce qui menace le plus la domination occidentale, c'est la réaffirmation de la Russie et de la Chine, car ce sont les seuls acteurs stratégiques aujourd'hui qui ont vraiment les moyens de bloquer certaines initiatives américaines lorsque ça va trop loin. En Syrie, les Occidentaux ont réellement voulu renverser le pouvoir (pro-russe) de Bachar el-Assad, mais il y a très peu de puissances qui ont le pouvoir de contrôler entièrement le ciel syrien comme les Russes, et donc d'empêcher toute action contradictoire dans toute la Syrie, ce que les Occidentaux ont fini par comprendre, d'où leur abandon du projet de "regime change" en Syrie qui aurait dû passer par une guerre directe contre l'armée russe... L'émergence du pole russo-chinois représente donc en quelques sortes un frein, un "empêchement" des erreurs de "l'Occident américain néo-impérial et déstabilisateur", du point de vue de Moscou. On est donc entré dans un monde en voie de multipolarisation dans lequel même le plus puissant - les Etats-Unis - doit tenir compte des revendications nationales de certains acteurs majeurs bien que moins forts, mais dotés d'une forte capacité de nuisance et de refus.

Ce qui est ennuyeux dans le rassemblement russo-chinois, c'est que nous aurions dû tout faire pour avoir la Russie avec nous face aux menaces islamistes et chinoises, au lieu de faire en sorte que la Russie nous quitte pour se rapprocher de la Turquie ou de la Chine, ce qui est suicidaire. Personne, ni les Russes ni nous, n'a d'intérêt à un tandem anti-occidental russo-chinois qui armerait nos ennemis... Plus on humilie les Russes, plus ils se rapprochent de nos ennemis asiatiques (Chine, Pakistan, Corée). Notre intérêt serait au contraire de ramener la Russie à un pôle panoccidental (Occident élargi ou "alterOccident) qui aurait réformé l'Otan. En fait, les Russes et les Occidentaux n'ont aucun intérêt à réactiver cette Guerre froide, et c'est pour cela que l'avènement de Trump qui veut un "reset" avec la Russie peut être une réelle opportunité pour construire un nouvel ordre mondial multipolaire rééquilibré.

Parallèlement, la Russie et ses alliés des BRICS, dont la Chine, voudraient réformer ou redéfinir les institutions financières internationales, voire en créer de nouvelles sur des bases multipolaires, comme par exemple le "FMI" des BRICS voulu par Moscou et Pékin ou la volonté de mettre fin à l'hégémonie du dollar pour les échanges internationaux notamment de pétrole. Certes, cette volonté de contrecarrer le système monétaire international (AIIB, banque asiatique d'investissement dans les infrastructures) et la remise en question de l'hégémonie du dollar constitue pour nombre d'Américains et Occidentaux qui tiennent à leur gâteau un casus belli, et la mort étrange de M. de Margerie qui oeuvrait de concert avec Moscou en ce sens illustre peut-être ce conflit géoéconomique majeur... Mais Trump ne veut pas de confrontation directe avec la Russie, au contraire de tous ses opposants et prédécesseurs, et ceci est une vraie révolution stratégique. Là aussi, il proposera un deal "mutuellement bénéfique", comme le disent Poutine et Trump.

Dans quelle mesure l'attitude de la Russie et des Etats-Unis dans le conflit syrien illustre-t-elle le nouvel équilibre des puissances ? Que peut espérer tirer la Russie de son engagement militaire dans ce conflit ? 

Alexandre del Valle : Il y a effectivement un nouvel équilibre des puissances qui s'établit en Syrie où d'une certaine manière les Russes empêchent les excès des Américains. Pour la première fois, les Américains ont dû tenir compte d'une puissance qui, bien qu'elle ne peut pas les vaincre, peut les freiner. C'est ça qui est nouveau et que nous enseignent les crises en Crimée et en Syrie.

La Russie, dans cet engagement militaire, peut espérer trois choses.

D'abord défendre la pérennité d'une base russe à Tartous qui aurait du être menacée si la Syrie devait être renversée. Ensuite, la Russie a de nombreux problèmes avec les musulmans du Caucase et les Tchétchènes que l'on retrouve nombreux dans les mouvements djihadistes à l'international. La Russie avait un intérêt à aller les pourchasser en-dehors de ses frontières avant qu'ils ne reviennent.

Troisième élément, une démonstration de force qui oblige les Américains à les considérer et à parler avec eux dans une sorte de parité qui rappelle l'équilibre de grandes puissances. Le but de Poutine était de rétablir le statut de grande puissance de la Russie après la fin de la Guerre froide et la dissolution de l'URSS et il fallait une crise comme la Syrie pour obliger les Américains à accepter cette parité.  

Aujourd'hui, on peut dire que ces trois objectifs sont atteints.

Doit-on s'attendre à ce que deux systèmes, l'un dirigé par les puissances émergentes (Chine et Russie en tête), l'autre par les puissances occidentales (Etats-Unis en tête), entrent en rivalité ?

Alexandre del Valle : Non, car s'il y a d'un côté les Occidentaux, dirigés par les Etats-Unis, de l'autre, il n'y a pas d'interlocuteur unique mais une multitude d'acteurs avec des volontés propres, des ambitions parfois opposées et un agenda fort différent. Le monde multipolaire ne peut pas s'unir, il est en voie de constitution, mais il est par essence multiple et divisé, non monolithique.

En Europe, même si certains hurlent contre les Etats-Unis, personne n'a pu contester l'hégémonie américaine au sein du monde occidental. Autant le monde occidental a un leader, autant le monde émergent est divisé et fractionné en pôles différents, complémentaires ou antagonistes (ex : Inde et Pakistan). Et même si aujourd'hui les Russes sont les leaders de la résistance contre certaines actions américaines, ils ne font pas du tout l'unanimité dans le monde multipolaire. Beaucoup de pays musulmans détestent la Russie. Les pays sunnites, à part quelques pays nationalistes comme la Syrie, l'Algérie, les Emirats ou l'Egypte, sont plutôt dans une relation de rivalité voire d'hostilité avec elle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

06.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

07.

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 17/12/2016 - 20:16
Obama
Quelle déception! Il a incontestablement bradé la place que son pays avait conquise sur la scène internationale et nous entraine dans la débacle, suivi aveuglément par notre nullité de Président
edac44
- 17/12/2016 - 19:32
Wargame planétaire : mais qui donc a la plus grosse ???
Poutine est un nostalgique des grandes heures de "gloire" de l'empire soviétique, l'époque où cet dernier imposait sa loi par ses chars dans toute l'Europe de l'Est, de Prague à Varsovie. A cette époque, les morts n'avaient pas d'importance, il n'y avait pas d'ONG pour aller les compter !... Aujourd'hui on tue toujours de la même façon ceux qui vous gênent (faut dire terroristes) mais c'est par dictateur interposé, c'est médiatiquement plus accepté à défaut d'être acceptable. Reste à tester l'inacceptable, l'armement nucléaire de tous les protagonistes et dans le tas, il y aura bien un dingue pour commencer !...
Liberte5
- 17/12/2016 - 18:37
Le désastre de B. Obama
Les médias Français aveuglés par l'Obamania durant plus de 8 ans n'ont rien vu, rien compris et ont fait une propagande outrancière pour ce président qui sera considéré historiquement comme le plus mauvais président des USA. Sur le plan international l'excellent article d' A. Del Valle et F.B. Huygue montre comment B. Obama a tout fait pour que les USA perdent leur influence dans le monde. . Obama ne s'est pas seulement contenté de cela, il a favorisé les frères musulmans pour que leur influence s'étende, il n'a jamais voulu combattre sérieusement l'islamisme. Sur le plan intérieur il a multiplié à lui seul la dette par deux en 8 ans. Il a laissé la précarité s'installer pour beaucoup d'Américains et les couches moyennes ont été déclassées.Il a instauré l'assistanat comme en France. L'histoire le jugera sévèrement. Les médias ont menti, personne ne les croit plus. Honte à eux pour leur soutien sans vergogne à ce président sans scrupules qui a voulu détruire les États Unis.