En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 6 heures 46 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 7 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 8 heures 48 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 10 heures 19 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 11 heures 43 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 13 heures 41 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 14 heures 17 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 15 heures 5 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 16 heures 26 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 16 heures 50 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 7 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 8 heures 26 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 9 heures 50 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 11 heures 7 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 13 heures 25 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 14 heures 6 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 14 heures 26 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 15 heures 49 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 16 heures 45 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 16 heures 54 min
© SEBASTIEN BOZON / AFP
L’électeur à la primaire de gauche n’aura plus le choix qu’entre des vrais frondeurs de gauche et un ancien Premier ministre qui s’est grimé en frondeur.
© SEBASTIEN BOZON / AFP
L’électeur à la primaire de gauche n’aura plus le choix qu’entre des vrais frondeurs de gauche et un ancien Premier ministre qui s’est grimé en frondeur.
Atlantico Business

L'erreur : mais pourquoi Manuel Valls ne s'est-il pas présenté comme le véritable rénovateur de la gauche française ?

Publié le 08 décembre 2016
Beaucoup d’amis de Manuel Valls n’en reviennent pas. Celui qui a présenté sa candidature aux primaires n'est pas celui qu'ils connaissaient.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Beaucoup d’amis de Manuel Valls n’en reviennent pas. Celui qui a présenté sa candidature aux primaires n'est pas celui qu'ils connaissaient.

La déclaration de candidature de Manuel Valls, si léchée fut-elle, n’a pas fait d’éclats. Beaucoup de ses amis considèrent même que c’est un échec.

Tout était trop préparé. Le lieu, oui à la rigueur. Ivry après tout c’est son fief... mais le décor avec ces figurants sinistres qui voulaient montrer une France diversifiée et colorée, ça sentait le marketing politique. Les parents, les enfants et Madame Valls, on se serait cru au début de la Ve république.

Quant au slogan de campagne, "faire gagner ce qui nous rassemble", qui peut avoir eu l’idée de choisir un tel mot d’ordre aussi angélique, naïf et risible ? Quel est le conseiller en communication/auteur qui a pu accoucher d’'une telle banalité, au demeurant assez prétentieuse ? 

Le problème, c’est que ce packaging marketing a été conçu à partir de la partition éditoriale que l’ancien Premier ministre veut jouer pour rassembler. Or c’est cette ligne politique qui va l’envoyer dans le mur.

En bref, Manuel Valls a présenté une "intention" de gauche, avec un bilan de gauche, et des projets de gauche. Manuel Valls a déployé des tonnes d'efforts rhétoriques pour faire croire à ses adversaires de la gauche aux primaires qu’il les avait compris. Il a dit à Arnaud (Montebourg) et à Benoît (Hamon) qu’ils avaient, en fait, raison de gémir sur les malheurs des Français, leur misère, le chômage. Tout cela ressemble à des larmes de crocodiles ou de dinosaures de la politique. Il a dit et répété que c’était injuste, que la mondialisation était injuste. Bref, il a enfilé les perles de la gauche des frondeurs, des grincheux, des frustrés et des laissés pour compte.

Il a fait cela parce qu’on lui a expliqué que pour être élu, il fallait rassembler la gauche. Il a fait cela aussi parce qu’il avait auparavant expliqué à François Hollande qu’il n’était plus capable de rassembler et qu’il fallait donc passer la main.

L’électeur à la primaire de gauche n’aura plus le choix qu’entre des vrais frondeurs de gauche et un ancien Premier ministre qui s’est grimé en frondeur alors qu’il a justement tout fait pendant sa carrière pour combattre les frondeurs.

Quelle erreur ! Les amis de Manuel Valls, ceux qui sont encore au PS et ceux qui sont à l’extérieur du PS ne l’ont pas reconnu dans sa déclaration de candidature. Les milieux d’affaires qui lui faisaient confiance pour organiser des réformes sans trop de drame sont également déçus.

Le vrai Manuel Valls, pour eux, celui a construit sa notoriété, qui a exercé son expertise politique, est un homme de progrès. Il a toujours parlé la langue du 21e siècle, celle de la révolution digitale, des opportunités de la mondialisation, de l’économie de marché... le vrai Manuel Valls est un rénovateur, un réformateur conscient des multiples petits privilèges qui ont asphyxié la société française, des lourdeurs administratives, des petites lâchetés politiques qui nourrissent les combinaisons entre amis.

La vrai Manuel Valls était rocardien, transgressif, responsable et investi d’une obligation de résultats, plus que de moyens.

Le vrai Manuel Valls était libéral comme le sont les gens de gauche, les vrais, c’est à dire attaché à la liberté individuelle dans tous les domaines à condition que ça ne perturbe pas les autres ou l’ordre public.

La vrai Manuel Valls n’était pas celui qui a présenté sa candidature à la primaire socialiste. D'où la déception.

Avec le vrai Manuel Valls, on aurait parlé vrai à des candidats dont on sait bien qu’ils ne parlent pas de la modernité mais qu’ils pratiquent la langue du siècle dernier. Arnaud Montebourg, Martine Aubry, Benoît Hamon et les autres parlent la langue du début du siècle dernier.

Personne ne les comprend et surtout pas les jeunes. Manuel Valls était écouté quand il parlait la langue d’aujourd’hui.

Maintenant celui qui est issu de la gauche et qui parle la langue de demain, c’est Emmanuel Macron. Il a choisi de se présenter directement à la présidentielle pour une seule raison : le parti socialiste n’existe plus. C’est une chambre d’enregistrement, ou un club de vieux dans leur tête, qui adoube simplement des chefs a condition qu’ils ne dérangent pas l’ordre établi. Du coup le peuple décroche.

La vraie vie est ailleurs

L’erreur de Valls aura été de tomber dans le conformisme. Si vite, si jeune. Incroyable.

L'intérêt de Valls était de se présenter pour ce qu‘il est, et fort de ce qu’il a fait et dit. Assumer tout, ne rien renier de ses intuitions et de ses convictions, dire haut et fort que le monde avait changé et que le Parti socialiste devait accompagner cette mutation.

L’intérêt de Valls aurait été de se présenter comme le candidat à la rénovation de la gauche française. C’était sa vocation, son ambition et son talent.

Faute de cet engagement, il est parti se fracasser sur le mur de l’orthodoxie du siècle dernier... Pour ceux qui croyaient en lui, c’est une catastrophe.

Emmanuel Macron a compris cela très vite. Dès qu’il est entré à l'Elysée, il a su que le système était sclérosé. Jusqu'à la semaine dernière, il pensait que Valls était capable de sortir du système. Maintenant, il sait qu’il devra un jour ou l’autre l’affronter.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 11/12/2016 - 17:09
Macron plus moderne... et il a un vrai programme!
«La vérité est un miroir brisé, et chacun en possède un petit morceau», chantait le poète mystique persan Rumi.

Emmanuel Macron est le seul des candidats qui a eu le courage de sortir de son positionnement historique (de gauche) pour aller puiser les meilleures solutions partout et les combiner en un programme humaniste, démocrate, très complet et crédible.
- http://vision-macron.fr/ -

Lors de son discours, il a surpris tous ceux qui le trouvaient atone en révélant un vrai talent de tribun.
Son "En Marche" est encore plus fort que le "Mangez des Pommes" de Chirac en son temps.
Il est sans aucun doute le plus moderne de tous les candidats à la présidence.
Il y a du John Kennedy à la française chez Emmanuel Macron.

Grâce à tout ça, il emportera l'adhésion des Français en mai.
Il peut créer la surprise.
S’il est élu, il sera certainement le premier président appartenant vraiment au troisième millénaire.
ikaris
- 09/12/2016 - 17:45
Papy Sylvestre connaitrait le Vrai Valls ?
à son âge papy Sylvestre est un gros naïf en plus de confondre Ivry et Evry. Le positionnement politique d'un politicien n'est qu'affaire de Marketing : il occupe l'espace libre qui lui est laissé et adapte son vocabulaire pour la circonstance. Il y a même des fois où se contredire fait partie du jeu : ça permet d'envoyer des signaux sur le bord qu'il n'occupe pas et donc de ratisser un peu plus large. Valls démontre ça à merveille lui qui a été pro-palestinien pour se faire élire à Evry et qui est ensuite devenu pro-israelien une fois proche du pouvoir. Le vrai Vall n'est ni marxiste ni capitaliste mais du côté du vent dominant.
jurgio
- 09/12/2016 - 10:09
La question qui reste à se poser
La Gauche c'est quoi ? Quand on voit un système socialiste qui meurt, faute de ressources, dans une France en gros déficit.