En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Zone franche

La "préférence nationale" ? Aïe, les Français vont morfler…

Publié le 17 février 2012
Les Suisses en ont marre, de ces étrangers qui viennent leur piquer leurs jobs, font baisser les salaires et expédient leurs francs vers leurs contrées de misère. Hum, ça ne vous rappelle rien ?
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Suisses en ont marre, de ces étrangers qui viennent leur piquer leurs jobs, font baisser les salaires et expédient leurs francs vers leurs contrées de misère. Hum, ça ne vous rappelle rien ?

J’aime bien les histoires de frontaliers français en Suisse en butte à l’hostilité des travailleurs locaux. Je trouve d’ailleurs qu’elles devraient faire un peu plus de bruit dans la presse gauloise, ça remettrait les idées en place des amateurs de "préférence nationale "…

La dernière en date, c’est une polémique déclenchée par le patron des hôpitaux universitaires de Genève, Bernard Gruson, qui aimerait bien que l’on cesse de recruter des cadres français."Sur les 165 responsables d’unités de soins, 110 d’entre eux sont des frontaliers. J’ai donc décidé de privilégier un retour à l’équilibre", expliquait-il l’autre jour, très agacé, à La Tribune de Genève.

Je ne sais pas comment votent les gens qui traversent la frontière franco-suisse chaque matin, j’imagine qu’il doit y avoir un peu de tout, mais à ceux d’entre eux qui seraient tentés par le FN, on a bien envie de rappeler qu’ils sont, du point de vue helvète, l’exact équivalent du "problème" posé par ces travailleurs immigrés accusés de piquer les jobs des nationaux, de faire baisser les salaires et de renvoyer leur pognon dans leurs contrées de misère au lieu de le réinjecter dans l’économie qui met du Vacherin dans leur fondue.

L’UDC de Christoph Blocher, qui est un peu le Marine Le Pen du cru, le rouge à lèvres en moins, est d’ailleurs très en pointe sur ce combat et multiplie les initiatives visant, au grand minimum, à imposer ces parasites à la source pour récupérer un petit peu de leur francs forts (des accords binationaux permettent aux "frouzesde n’alimenter que le Trésor public français, bien moins gourmand que le percepteur suisse quoi qu’on en dise).

Même membre du FN, on est toujours le bougnoule de quelqu'un...

On est de tout cœur avec nos compatriotes forcés d’aller vendre leur force de travail chez nos voisins, qui rémunèrent un employé de McDo au tarif d’un PDG du CAC 40, tout comme on compatit avec les hôpitaux savoyards qui ne peuvent plus recruter qui que ce soit compte tenu de l’attractivité tarifaire de leurs homologues confédéraux. Mais on a tout de même envie de leur rappeler qu’on a beau voter à la droite de la droite, on est toujours le bougnoule de quelqu’un.

Notez que la colère des salariés suisses à l’égard de la main d’œuvre qualifiée importée de France part parfois d’un bon sentiment : eux-aussi, ils n’aiment peut-être pas priver le tiers-monde de ses forces vives, sans lesquelles il n’y a pas de développement possible ("Nous nous engagerons sur une politique d’immigration visant à prévoir le retour des élites dans leur pays, afin de ne pas vider cyniquement les pays du tiers-monde de leur matière grise, et donc de toute chance de se développer", Marine Le Pen, 21 février 2011)…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

Au Yémen, les Emirats Arabes Unis défendent leurs intérêts... au détriment des Saoudiens

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (26)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
nemesis693
- 18/02/2012 - 22:14
précisions à nos amis facho
Je suis plutôt du genre1er amendement de la constitution américaine, toutes les idées, même les plus nauséabondes ont leur place dans le débat public, mais j'ai beaucoup de mal avec les raisonnements biaisés et incohérents. S'acharner à ne pas comprendre en quoi un frontalier qui travaille en suisse peut-être perçue comme une nuisance sans qu'il soit nécessaire qu'il soit en plus un musulman désireux d'importer des minarets. Être suisse, c'est respirer suisse, penser suisse, soutenir l'économie suisse par ses dépenses... En suivant le raisonnement Suisse dont il est question dans cet article un frontalier est juste un gratteur, un indésirable... Quelqu'un qui met justement en danger la société suisse. Pour ceux qui trouve ce modèle de société si performant j'ai envie de leur demander ce que serait ce pays si ce n'était pas un des plus gros paradis fiscaux du monde, un des lieux qui blanchi le plus d'argent sale actuellement...
Le fond de cet article au final est juste de rappeler qu'on est toujours l'indésirable de quelqu'un et que peut-être ce fait devrait inciter à la réflexion et une forme de modération...
nemesis693
- 18/02/2012 - 22:13
précisions à nos amis facho
Je suis plutôt du genre1er amendement de la constitution américaine, toutes les idées, même les plus nauséabondes ont leur place dans le débat public, mais j'ai beaucoup de mal avec les raisonnements biaisés et incohérents. comme s'acharner à ne pas comprendre en quoi un frontalier qui travaille en suisse peut-être perçue comme une nuisance sans qu'il soit nécessaire qu'il soit en plus un musulman désireux d'importer des minarets. Être suisse, c'est respirer suisse, penser suisse, soutenir l'économie suisse par ses dépenses... En suivant le raisonnement Suisse dont il est question dans cet article un frontalier est juste un gratteur, un indésirable... Quelqu'un qui met justement en danger la société suisse. Pour ceux qui trouve ce modèle de société si performant j'ai envie de leur demander ce que serait ce pays si ce n'était pas un des plus gros paradis fiscaux du monde, un des lieux qui blanchi le plus d'argent sale actuellement...
Le fond de cet article au final est juste de rappeler qu'on est toujours l'indésirable de quelqu'un et que peut-être ce fait devrait inciter à la réflexion et une forme de modération...
Carcajou
- 18/02/2012 - 09:10
Comparons ce qui est comparable.
Il est fin Serraf! Mais bien entendu, il se paye notre fiole.

Les travailleurs frontaliers rentrent chez eux tous les soirs. Ils occupent des postes à la frontière, ils ne sauraient donc déséquilibré quoi que ce soit dans l'ensemble du pays.

Rapportés à l'ensemble de la population, ils ne sont pas plus de 10%. Ils n'apportent pas des coutumes, une religion hégémonique qui sapent les valeurs du vivre ensemble de la société d'accueil.