En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

04.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 8 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 10 heures 1 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 10 heures 56 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 11 heures 53 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 13 heures 34 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 16 heures 9 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 16 heures 53 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 17 heures 29 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 18 heures 5 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 18 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 9 heures 50 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 10 heures 34 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 11 heures 18 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 12 heures 48 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 16 heures 1 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 16 heures 35 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 16 heures 56 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 17 heures 50 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 18 heures 34 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 19 heures 21 min
Manuel Valls vient de rentrer dans une aventure terrifiante dont il aura du mal à sortir politiquement vivant...
Manuel Valls vient de rentrer dans une aventure terrifiante dont il aura du mal à sortir politiquement vivant...
Atlantico Business

Manuel Valls va s’autodétruire pendant la primaire, parce que les intuitions qu’il a toujours eues ne suffiront pas : il lui faudrait aussi des convictions fortes

Publié le 06 décembre 2016
Manuel Valls a toujours eu d’assez bonnes intuitions sur l’évolution de la société... mais il a assez peu de convictions personnelles.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Manuel Valls a toujours eu d’assez bonnes intuitions sur l’évolution de la société... mais il a assez peu de convictions personnelles.

Manuel Valls vient de rentrer dans une aventure terrifiante dont il aura du mal à sortir politiquement vivant. Son ambition est donc de gagner le primaire et après, de battre François Fillon au premier tour de la présidentielle, pour ensuite affronter Marine Le Pen.

Le projet est assez délirant puisque lors de la primaire de gauche, il va affronter ce qui reste du Parti socialiste, dont la majorité a juré de lui faire la peau pour crime de lèse-majesté, et pour haute trahison idéologique.

Ses adversaires à la primaire sont, en gros, toutes les personnalités du PS avec lesquelles il s’est fâché pendant le quinquennat pour désaccord de fond sur la stratégie de gouvernement.

Les attitudes et les projets de Manuel Valls, Premier ministre, ont gonflé les bataillons d'opposants au sein du Parti socialiste. L’extrême gauche et le front de gauche, les écologistes, les frondeurs etc. ont accrédité l’idée dans l’opinion que la politique conduite par Manuel Valls était contraire aux engagements socialistes pris par le président (ce qui est vrai). Mais ils vont aussi tous expliquer en boucle que si le gouvernement n’a pas obtenu de résultats, c’est parce que les engagements n’ont pas été respectés.

Manuel Valls lui, et ses quelques amis, ont expliqué que c’est parce qu’il n’était pas allé assez loin dans la réforme sociale-libérale.

Le Premier ministre n’a pas manqué alors de souligner qu'il y avait désormais deux gauches irréconciliables.

Dans ces conditions, Manuel Valls a deux solutions pendant cette primaire.

Ou bien il renie ce qu'il a fait jusqu'à maintenant, et donne des gages à la gauche pour essayer de la récupérer : c’est impossible.

Ou alors, il assume la mutation sociale libérale qu’il a démarrée en se plaignant de ne pas aller plus loin et plus vite. Dans ce cas, il fait le pari qu’il existe à gauche une majorité d’électeurs qui aspirent à un changement qui prendrait en compte les contraintes de la modernité.

C’est possible, sauf que les électeurs de gauche qui s'inscrivent dans cette logique de progrès ont déjà rejoint Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron est le candidat le plus dangereux pour Manuel Valls. D’abord parce qu’il ne va pas s’épuiser dans une primaire incroyablement violente.

Ensuite parce qu’il s’est désolidarisé du gouvernement depuis six mois. Il a pris des risques en pariant que François Hollande ne serait pas candidat et il a eu raison.

Enfin, son offre politique est intéressante parce qu'il présente à la gauche des options libérales en économie, libérales dans l'organisation même de la société mais assez sécurisantes socialement.

Une telle offre peut être tolérée par la gauche et acceptée par la droite traditionnelle ou le centre, pour qui les résultats économiques règlent tout ou presque.

L'offre de François Fillon est très libérale sur le front de l’économie. Son objectif est de faire redémarrer la machine, mais il n’a pas encore finalisé le volet social de sa politique.

Emmanuel Macron et François Fillon sont tous les deux habités par des convictions très fortes.

Manuel Valls, dans cette entreprise, a plus d’intuitions que de convictions. Il a beaucoup appris auprès de Michel Rocard : le respect des faits, le pragmatisme, la nécessité de produire des richesses avant de les redistribuer. Il sait qu’un mécanisme de redistribution trop généreux peut être dissuasif de la production. Il a, ces dernières années, bien compris le rôle de l’entreprise, il a dit et répété qu’il aimait les entreprises. Il a bien compris la  nécessite d’abandonner les vieilles recettes de la relance Keynésienne, chères à tous les socialistes, d’où le CICE et la loi Travail.

Ceci dit, Manuel Valls n’a pas expliqué le projet global qu’il avait pour la France. Dire qu’on aime l’entreprise ne tient pas lieu de conception générale qu'on peut avoir de l’économie de marché.

Or c’est bien la question que pose l’attitude de la gauche. Quelle économie de marché, quelle place de l'Etat, quelle Europe, quel accompagnement ou quelle régulation pour le digital dans un monde complètement ouvert et qu’il faut bien assumer avec autre chose qu’un slogan du "made in France" ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 06/12/2016 - 21:30
Impossible n'est pas vallsiste!
Valls a des conceptions à géométrie variables en fonction de son intérêt électoral. Après toutes les horreurs proférées (pour un socialiste) en 2011 pour faire le buzz dans le PS, il est prêt à retourner sa veste et ses poches, faire l'arbre droit, voire faire de tour de Solférino en slip... si ça peut lui amener la gôche du PS lors de la primaires.
D'ailleurs regardez son action au gouvernement: sa politique sécuritaire du blabla , c'est Taubira qui a eu le dernier mot en politique pénale; et en politique économique il a utilisé le 49-3 pour faire passer un texte qui n'était que l'ombre déformée du projet original alors que 49-3 pour 49-3 ça n'aurait pas plus râler! Valls pipeau et versatile? Très possible pour moi!
alainb
- 06/12/2016 - 15:57
Attention aux sans couilles
de Soces , ils sont capables de tout.....
von straffenberg
- 06/12/2016 - 14:50
Macron Valls
Macron manque d'épaisseur et d'une certaine forme de maturité ce n'est évidemment pas un homme de gauche mais il a mieux analysé la situation et a été réactif il peut donc siphonner l'électorat de gauche moins obtus celui que lorgne Valls .Je dirais avantage Valls mais échec