En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

06.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

07.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 5 heures 40 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 8 heures 22 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 10 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 11 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 11 heures 48 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 12 heures 47 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 44 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 14 heures 57 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 15 heures 30 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 16 heures 2 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 8 heures 2 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 9 heures 8 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 10 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 11 heures 39 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 12 heures 1 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 13 heures 12 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 14 heures 37 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 15 heures 28 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 15 heures 49 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 16 heures 35 min
Manuel Valls vient de rentrer dans une aventure terrifiante dont il aura du mal à sortir politiquement vivant...
Manuel Valls vient de rentrer dans une aventure terrifiante dont il aura du mal à sortir politiquement vivant...
Atlantico Business

Manuel Valls va s’autodétruire pendant la primaire, parce que les intuitions qu’il a toujours eues ne suffiront pas : il lui faudrait aussi des convictions fortes

Publié le 06 décembre 2016
Manuel Valls a toujours eu d’assez bonnes intuitions sur l’évolution de la société... mais il a assez peu de convictions personnelles.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Manuel Valls a toujours eu d’assez bonnes intuitions sur l’évolution de la société... mais il a assez peu de convictions personnelles.

Manuel Valls vient de rentrer dans une aventure terrifiante dont il aura du mal à sortir politiquement vivant. Son ambition est donc de gagner le primaire et après, de battre François Fillon au premier tour de la présidentielle, pour ensuite affronter Marine Le Pen.

Le projet est assez délirant puisque lors de la primaire de gauche, il va affronter ce qui reste du Parti socialiste, dont la majorité a juré de lui faire la peau pour crime de lèse-majesté, et pour haute trahison idéologique.

Ses adversaires à la primaire sont, en gros, toutes les personnalités du PS avec lesquelles il s’est fâché pendant le quinquennat pour désaccord de fond sur la stratégie de gouvernement.

Les attitudes et les projets de Manuel Valls, Premier ministre, ont gonflé les bataillons d'opposants au sein du Parti socialiste. L’extrême gauche et le front de gauche, les écologistes, les frondeurs etc. ont accrédité l’idée dans l’opinion que la politique conduite par Manuel Valls était contraire aux engagements socialistes pris par le président (ce qui est vrai). Mais ils vont aussi tous expliquer en boucle que si le gouvernement n’a pas obtenu de résultats, c’est parce que les engagements n’ont pas été respectés.

Manuel Valls lui, et ses quelques amis, ont expliqué que c’est parce qu’il n’était pas allé assez loin dans la réforme sociale-libérale.

Le Premier ministre n’a pas manqué alors de souligner qu'il y avait désormais deux gauches irréconciliables.

Dans ces conditions, Manuel Valls a deux solutions pendant cette primaire.

Ou bien il renie ce qu'il a fait jusqu'à maintenant, et donne des gages à la gauche pour essayer de la récupérer : c’est impossible.

Ou alors, il assume la mutation sociale libérale qu’il a démarrée en se plaignant de ne pas aller plus loin et plus vite. Dans ce cas, il fait le pari qu’il existe à gauche une majorité d’électeurs qui aspirent à un changement qui prendrait en compte les contraintes de la modernité.

C’est possible, sauf que les électeurs de gauche qui s'inscrivent dans cette logique de progrès ont déjà rejoint Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron est le candidat le plus dangereux pour Manuel Valls. D’abord parce qu’il ne va pas s’épuiser dans une primaire incroyablement violente.

Ensuite parce qu’il s’est désolidarisé du gouvernement depuis six mois. Il a pris des risques en pariant que François Hollande ne serait pas candidat et il a eu raison.

Enfin, son offre politique est intéressante parce qu'il présente à la gauche des options libérales en économie, libérales dans l'organisation même de la société mais assez sécurisantes socialement.

Une telle offre peut être tolérée par la gauche et acceptée par la droite traditionnelle ou le centre, pour qui les résultats économiques règlent tout ou presque.

L'offre de François Fillon est très libérale sur le front de l’économie. Son objectif est de faire redémarrer la machine, mais il n’a pas encore finalisé le volet social de sa politique.

Emmanuel Macron et François Fillon sont tous les deux habités par des convictions très fortes.

Manuel Valls, dans cette entreprise, a plus d’intuitions que de convictions. Il a beaucoup appris auprès de Michel Rocard : le respect des faits, le pragmatisme, la nécessité de produire des richesses avant de les redistribuer. Il sait qu’un mécanisme de redistribution trop généreux peut être dissuasif de la production. Il a, ces dernières années, bien compris le rôle de l’entreprise, il a dit et répété qu’il aimait les entreprises. Il a bien compris la  nécessite d’abandonner les vieilles recettes de la relance Keynésienne, chères à tous les socialistes, d’où le CICE et la loi Travail.

Ceci dit, Manuel Valls n’a pas expliqué le projet global qu’il avait pour la France. Dire qu’on aime l’entreprise ne tient pas lieu de conception générale qu'on peut avoir de l’économie de marché.

Or c’est bien la question que pose l’attitude de la gauche. Quelle économie de marché, quelle place de l'Etat, quelle Europe, quel accompagnement ou quelle régulation pour le digital dans un monde complètement ouvert et qu’il faut bien assumer avec autre chose qu’un slogan du "made in France" ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

06.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

07.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 06/12/2016 - 21:30
Impossible n'est pas vallsiste!
Valls a des conceptions à géométrie variables en fonction de son intérêt électoral. Après toutes les horreurs proférées (pour un socialiste) en 2011 pour faire le buzz dans le PS, il est prêt à retourner sa veste et ses poches, faire l'arbre droit, voire faire de tour de Solférino en slip... si ça peut lui amener la gôche du PS lors de la primaires.
D'ailleurs regardez son action au gouvernement: sa politique sécuritaire du blabla , c'est Taubira qui a eu le dernier mot en politique pénale; et en politique économique il a utilisé le 49-3 pour faire passer un texte qui n'était que l'ombre déformée du projet original alors que 49-3 pour 49-3 ça n'aurait pas plus râler! Valls pipeau et versatile? Très possible pour moi!
alainb
- 06/12/2016 - 15:57
Attention aux sans couilles
de Soces , ils sont capables de tout.....
von straffenberg
- 06/12/2016 - 14:50
Macron Valls
Macron manque d'épaisseur et d'une certaine forme de maturité ce n'est évidemment pas un homme de gauche mais il a mieux analysé la situation et a été réactif il peut donc siphonner l'électorat de gauche moins obtus celui que lorgne Valls .Je dirais avantage Valls mais échec