En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Thomas SAMSON / AFP
L'équation de Fillon prouve que la démocratie peut accoucher de candidats non démagogues sur l'économie, le social ou les valeurs... Mais cela prouve aussi que les Français ne sont pas aussi allergiques aux solutions libérales que ne le disent les élites.
Atlantico Business
La victoire de François Fillon prouve que la démocratie peut ne pas tomber dans la démagogie et qu’une partie des Français aspire à des solutions libérales
Publié le 21 novembre 2016
Le primaire à droite prouve que la démocratie n'est pas condamnée au populisme. Au contraire, la primaire aura permis de sélectionner les candidats les plus expérimentés et les plus cohérents sur leur projet.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le primaire à droite prouve que la démocratie n'est pas condamnée au populisme. Au contraire, la primaire aura permis de sélectionner les candidats les plus expérimentés et les plus cohérents sur leur projet.

Qui aurait osé donner gagnant un homme comme François Fillon quand, il y a plus d’un an, il a présenté son projet ? Peu de monde en réalité. Personne. La presse se plaignait de son manque de charisme, de ses costumes british, et surtout on pouvait lui reprocher d’être comptable du bilan de Sarkozy.

Quelles hypothèques !

Quand aux politologues, ils considèreraient que le programme n’avait pas d'importance; seule compte la personnaliste du candidat. Et Fillon n’a pas de personnalité disait-on ? Alors fermez le banc et passez votre chemin.

François Fillon a parcouru ce chemin sans changer une virgule à son projet et à son programme, et petit à petit, il a convaincu une large majorité des Français que son offre était la meilleure; et son offre est simple. Basique.

1er axe du programme Fillon : remettre la machine économique France en état de marche. Et le redressement viendra de la vigueur du systeme économique. D’où compétitivité, dérégulation, assainissement des dépenses publiques, baisses des impôts qui touchent au capital et à l’investissement. Il y aura des larmes, des pleurs et du sang , mais le candidat n’a pas fait la promesse de raser gratis.

2ème axe : conforter l'avenir; et l'avenir, c’est de s’inscrire sans complexe dans la mondialisation, dans la révolution digitale et la concurrence mondiale.

3ème axe : restaurer un écosystème qui sécurise la vie quotidienne et le business, ce qui implique de créer un climat de sécurité.

Voilà l'équation de François Fillon, qui prouve que la démocratie peut accoucher de candidats non démagogues sur l'économie, le social ou les valeurs... Mais c’est une équation qui prouve aussi que les Français ne sont pas aussi allergiques aux solutions libérales que ne le disent les élites. 

La démocratie française, comme toutes les grandes démocraties, est menacée par deux risques majeurs.

Le premier risque est de ne pas permettre l’émergence d’une majorité qui puisse accompagner les grandes mutations.

Le deuxième risque est de faire le lit des démagogues, dont la seule ambition est d’accéder au pouvoir pour la satisfaction de leur intérêt personnel ou celui d’un groupe soudé par l’idéologie ou la défense d’intérêts matériels.

Dans le premier cas, le danger est celui du déclin irrattrapable. La France est au bord du déclin et une partie de sa population est en voie de déclassement. Les dirigeants précédents n’ont pas su nous embarquer dans la mondialisation, le libre-échange et la révolution digitale. Beaucoup sont restés sur le tarmac. Or les débats du premier tour de la primaire de la droite ont clairement montré que la classe politique avait démarré un processus de pédagogie sur les grands changements du monde et sur la nécessité de s’y adapter. François Fillon est celui qui a été le plus clair dans cette démarche depuis le début de sa candidature et il en a ete payé en retour.

Mais les autres candidats ont aussi introduit cette préoccupation. 

La différence entre les candidats ne portait pas sur le modèle de société mais sur le dosage entre la prise en compte de la modernisation nécessaire et la prudence quant à la gestion de la transition.

Le clivage à droite séparait ceux qui s’inscrivent dans une reforme rapide de la société et ceux qui préfèrent ménager des avantages acquis.

Entre des progressistes et des conservateurs.

La gauche est animée par la même lame de fond. L’émergence spectaculaire d’un Macron et la façon dont il est critiqué, et même fustigé par les membres de son ancienne famille, prouvent bien qu’il y un antagonisme fort entre ceux qui veulent bouleverser les ordres établis afin de répondre aux grandes mutations de la modernité et ceux qui veulent agir dans le cadre des partis et des structures.

Ceux-là même qui réclament en permanence à cor et cri des innovations, des adaptations, des réformes, des hommes nouveaux et des femmes nouvelles, sont les mêmes qui flinguent un des leurs un peu trop transgressif à leur goût. Ceux qui réclament plus de démocratie, freinent des quatre fers l'ascension dans l'opinion de quelqu'un qui pourrait leur faire de l'ombre.

Emmanuel Macron a été un révélateur à gauche. François Fillon l'a été à droite pour avoir construit  un projet libéral cohérent mais décalé par rapport a la pensée unique de la droite française qui n’a jamais ete très libérale. 

Mais à gauche, on perçoit bien (comme à droite) qu’il existe un vrai clivage entre ceux qui prônent une modernité libérale et ceux qui s’accrochent aux structures existantes et au modèle étatique. Entre les progressistes et les conservateurs.

Alors aujourd’hui, les institutions de la Ve République ont été construites sur le bipartisme entre la droite et la gauche dont on voit bien qu’il ne reflète pas la réalité de l'évolution socio-économique entre des conservateurs d’un côté et des hommes de progrès de l'autre. 

Il y a, à droite, des libéraux qui assument leur conviction ; il y a, à gauche aussi, des libéraux qui considèrent que c’est la seule alternative possible.

Ce qui est intéressant, c’est que la fin du quinquennat de François Holland,  qui se termine dans le brouillard, doublée des nombreux débats de la primaire (et le primaire de la gauche n'échappera pas à l’évolution), ce contexte politique là a montré aux Français qu’il y avait sans doute un choix clair, une alternative libérale claire.

Entre le conservatisme étatique (modèle social et modèle économique) qui mène au déclin puisqu'il ne tient que grâce au crédit extérieur, et la modernité libérale dont il faut bien dire qu’elle n’est pas sans risques pour les catégories sociales qui n'y sont pas préparées.

Face à ce choix assez manichéen, le risque évident serait de donner le pouvoir à des élites empruntes de démagogies et de populisme. Des hommes et des femmes de grands talents capables de promettre tout et n’importe quoi et d’échapper ainsi à la réalité.

Les solutions politiques irresponsables se terminent toujours très mal. 

Ou bien dans le reniement. Les gouvernants coincés changent tout et le peuple a le sentiment, avec raison, d’être trahi. 

Ou bien dans l’asphyxie, ne serait-ce que parce que les banques sont acculées à fermer. 

La Grèce offre un très bel exemple d’échec, la Grande-Bretagne avec le Brexit a du mal à s’organiser sans distribuer de la souffrance supplémentaire à ce peuple qui pensait qu'on lui apportait une recette miracle. Quant à François Hollande, il quittera l’Elysée sous les quolibets de ceux qui avaient cru en ses promesses.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Pourquoi la trahison d'Emmanuel Macron envers François Hollande pourrait bien lui revenir en boomerang le jour où il aura besoin d'appuis...
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Attention danger (politique) : les gilets jaunes, une crise pour rien ?
06.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
07.
Céline Dion a refait 2 fois sa vie... en même temps; Laura Smet, mariée & heureuse, Karine Le Marchand seule mais heureuse, Charlotte C.&Dimitri, ni seuls ni mariés; Gala nous dit tout sur la vie sexuelle de Houellebecq, Match sur le divorce de Jeff Bezos
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Totor Furibard
- 21/11/2016 - 20:29
Encore l'apologie du neoliberallisme !
Ce qui m'amuse avec Mr Sylvestre, c'est qu'il est tellement convaincu que le néo-libéralisme le plus pur est la panacée, la vraie, qu'il ne se rend même pas compte que son article ne fournit que son propre avis bas de gamme et simpliste: genre moins d'état, moins de règlements (qui protègent les gens et leur environnement), plus sécurité (mais pour le business, hein, ... par pour les gens) et plus de mondialisation: voilà le programme. Et quel rapport avec révolution digitale ? Elle est néo-libérale elle aussi ? . Tout le monde est en train de comprendre que la mondialisation massive et désordonnée a déséquilibré tous les systèmes sociaux les plus avancés de la planète et est en train de menacer nos démocraties, qu'il faut agir car la course à la compétitivité passe automatiquement par l'appauvrissement sans fin de la classe moyenne qui entraînera forcément si l'on agit pas l’effondrement des économie des plus avancées. Tout le monde ? Non ! pas les néolibéraux (sauf les 1% les plus riches bien sur: eux savent parfaitement ce qu'ils font !)
von straffenberg
- 21/11/2016 - 14:30
le populisme @ j'accuse
Juppé est un candidat fabriqué ,imposé par le centre gauche ,les socialistes ,son échec n'est pas surprenant. La victoire de Fillon tient plus à sa personnalité sincère et sans détour ,exempte de communication racoleuse, je ne pense absolument pas que cela soit la victoire du populisme c'est simplement le réveil d'une France dirigée et méprisée par une minorité aveugle et idéologique ( et j'y inclue une partie de la droite coupable).Le programme Fillon sera dur à appliquer mais rien n'est simple
J'ajouterais un petit mot pour Sarkozy dont le discours fut simple et émouvant ,j'aurais pour ma part préféré un duel Sarko Fillon .
ikaris
- 21/11/2016 - 14:19
Papy Sylvestre s'est trouvé un nouveau champion
Quand on lit l'article on a l'impression que Fillon a été élu président et qu'il a un programme économique adoubé par tous les français ... rien n'est plus faux ! Il a conquis une faction en s'appuyant largement sur une image. En fait les électeurs voulaient le programme de Sarko sans la gueule de Sarko donc tirer des conclusions sur la volonté des français d'engraisser patrons et actionnaire par le biais à peine dissimulé de la "compétitivité", de la "dérégulation" et autres fadaises c'est faux et archi faux.