En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

02.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

03.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

06.

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

07.

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 13 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 14 heures 20 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 15 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 15 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 16 heures 11 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 17 heures 39 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 18 heures 58 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 19 heures 37 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 20 heures 11 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 20 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 14 heures 6 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 14 heures 53 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 15 heures 38 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 16 heures 12 sec
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 17 heures 25 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 18 heures 41 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 19 heures 16 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 20 heures 1 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 20 heures 22 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 21 heures 13 min
© Pixabay
L'OFCE signale que tous les voyants de la compétitivité sont au rouge. L'industrie française qui a eu un rôle central dans le processus de croissance est reléguée au second rang.
© Pixabay
L'OFCE signale que tous les voyants de la compétitivité sont au rouge. L'industrie française qui a eu un rôle central dans le processus de croissance est reléguée au second rang.
Atlantico Business

Risque de décrochage de l'économie française : l'étude que tous les candidats devraient lire

Publié le 15 novembre 2016
L'OFCE, un laboratoire classé à gauche, pointe la menace de décrochage de l'appareil productif français et le risque imminent de déclin.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'OFCE, un laboratoire classé à gauche, pointe la menace de décrochage de l'appareil productif français et le risque imminent de déclin.

L'OFCE, l'observatoire français des conjonctures économiques, qui est considéré comme un lieu de réflexion de la pensée keynésienne et par conséquent plutôt classé à gauche, vient de publier une étude sur l'état du tissu productif français et ça n'est pas brillant.

Le constat est accablant, parce qu'il confirme très sérieusement le déclin et la menace d'un décrochage par rapport à l'économie mondiale. Au passage, cette étude reconnait que la politique économique du gouvernement a été un échec, puisque le pays n'a pas réussi à revenir dans la course internationale. 

C'est intéressant parce que l'OFCE et son fondateur, Jean Paul Fitoussi ont toujours eu une immense influence dans les milieux de gauche. Ils ont toujours prôné une politique de relance par la demande en exonérant l'Etat de respecter les grands équilibres fixés par Bruxelles, et en accompagnant la politique de compétitivité. 

L'OFCE a toujours critiqué les milieux libéraux et patronaux, ne croyant pas en l'efficacité d'une politique de l'offre. 

Dans cette étude, l'OFCE signale que tous les voyants de la compétitivité sont au rouge. L'industrie française qui a eu un rôle central dans le processus de croissance est reléguée au second rang, avec dans son sillage, le risque d'embarquer une partie de la population dans le déclassement. 

Les salariés de l'industrie perdent leur job et mettent leur équilibre personnel et familial en danger. La maison est hypothéquée, les enfants n'ont pas les moyens d'aller à l'école, la voiture achetée à crédit a vieilli et, du coup, l'avenir se bouche. Un avenir encore assombri par les vagues d'immigrations. 

On a là tous les facteurs qui alimentent le vote populiste et contestataire qui a permis à Donald Trump d'accéder au pouvoir en Amérique. 

En Europe, l'Allemagne et ses voisins du nord ont retrouvé leur potentiel de production industrielle. La France et les pays du sud sont toujours affaiblis, peut être sans le savoir puisque les amortisseurs sociaux ont allégé la douleur et exonéré les populations de consentir un effort de redressement. 

Le problème aujourd'hui est que la France est prise en tenaille entre le dynamisme des pays de l'Europe du sud et ceux du nord. Les pays sudistes se redressent avec une compétitive coût très forte. Les salaires étant faibles, les produits et les services se vendent mieux que les nôtres. 

Quant aux pays du nord, ils ont certes des coûts salariaux aussi élevés sinon plus que les nôtres, mais ils ont des avantages hors coût très spectaculaires. Le monde entier achète des voitures allemandes non pas parce qu'elles sont moins chères mais parce qu'elles ont la réputation d'être de très bonne qualité. Même phénomène pour la plupart des produits manufacturés.

L'Europe du sud restaure son appareil de production en pratiquant des coûts très bas. L'Europe du nord a restauré son industrie en montant en gamme. Ce qui nécessite souvent beaucoup d'investissements. Ce que n'a pas fait la France faute de marge et de financement, puisque le financement est capté par l'Etat qui en a besoin pour combler ses bénéfices.

La France est donc coincée. La majorité des produits industriels sont chers et souvent de moins bonne qualité que les produits allemands. Notre risque de décrochage se cache dans cet étau-là. Et le décrochage fait le lit du déclin. 

Pour l'OFCE, la partie qu'il faudrait jouer est donc compliquée. Le différentiel de coûts de production entre l'Espagne et la France est tel aujourd'hui que la France devrait organiser une baisse des charges impossible à réaliser. Faut pas rêver. On peut baisser les charges, le patronat ne cesse pas de le quémander, mais on ne réussira pas à ramener le coût de production au niveau espagnol. Donc la course est perdue. 

Par ailleurs, on pourrait pratiquer une politique de montée en gamme de l'ensemble de production. La France ne l'a fait – et c'est une réussite – que dans le luxe. Pour le reste il faudrait consacrer des masses d'investissements en technologie, en usines et surtout en formation. Nous n'avons pas les moyens de cet investissement. 

D'autant que les entreprises qui investissent beaucoup le font surtout dans les logiciels d'organisation (pour rationaliser les process), dans les robots et la robotisation des systèmes de production. L'innovation en France est importante mais plus faible en montant et en impact que chez ses principaux voisins.

Les candidats à la présidentielle devraient s'approprier cette étude qui rejoint beaucoup d'analyses internationales. Son grand mérite est de sortir des recettes miracles qui passent ou par la demande, ou par l'offre, mais d'aborder aussi les réformes de structures qui modèlent l'écosystème y compris dans ses dimensions culturelles. Il y a des responsabilités institutionnelles et culturelles dans le risque de déclin qui nous guette. 

La prise de conscience du déclin est d'autant plus importante que c'est ce déclin, ce risque de décrochage qui nourrit le populisme et la démagogie. Un peu comme aux Etats-Unis. Donald Trump est évidemment un personnage sulfureux, il a toutes les vulgarités possibles, c'est donc un être très dangereux dans la fonction qui est la sienne, mais il ne faut jamais oublier que son mérite principal a été d'écouter l'Amérique profonde. Les réponses qu'il a apportées ne sont pas toutes les meilleures, beaucoup seront abandonnées en court de route. Son problème sera d'expliquer pourquoi il les abandonne. Ce jour là, la déception commencera à s'installer comme souvent quand des élus ne tiennent pas leurs engagements. Mais c'est une autre affaire qu'on connaît bien en Europe. Trump n'a pas le privilège de s'être fait élire sur un programme dont une partie est irréalisable. 

La France n'est pas dans la même situation, mais après tout pourquoi ne faudrait-il pas tirer les leçons du comportement de Trump pour écouter l'opinion d'un côté, et éviter de tomber dans l'excès démagogique de l'autre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 16/11/2016 - 14:31
« Combler ses bénéfices »
ou "combler ses déficits" ?
zouk
- 16/11/2016 - 10:50
OFCE keynésienne?
Ses brillants penseurs n'ont sans doute pas dépassé la page 30 de la Théorie Générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie. Oui, il est vrai que notre industrie décroche, il est évident que les inspirations "keynésiennes" mal comprises de nos "élites de gauche" y ont largement contribué. Peu avant sa mort, J.M. Keynes se déclarait un économiste non keynésien.
edac44
- 16/11/2016 - 10:44
Encore plus simple pour relancer l'économie française
IL FAUT ET IL SUFFIT : 1) supprimer toutes les charges des entreprises pour les rendre enfin compétitives mais ce n'est pas encore certain qu'on y arrive quand même !... 2) Rabaisser le salaire minimum à 400 euros comme en Allemagne; 3) Supprimer le Sénat qui ne sert à rien et coûte, comme l'Assemblée Nationale (dont il faudrait diviser les effectifs par dix), plus d'un milliard d'euros par an au contribuable. 4) Supprimer les régimes spéciaux de retraite car financés par le privé. 5) Supprimer la Sécu, les allocations familiales et les caisses de retraites par répartition et passer à l'assurance privée obligatoire ou pas. 7) Limiter l'immigration qu'aux seuls besoins du pays. 8) Imposer au moins au même taux (35%) que les petites entreprises françaises les multi nationales qui font du business en France sans payer d'impôt. 9) Sanctionner de manière dissuasive l'évasion fiscale. 10) Réduire le nombre de fonctionnaires et les rémunérer à leur performance individuelle et collective !... Avec tout ça, cela devrait redonner de l'oxygène au pays mais il est certain qu'il y aura aussi de nombreux dégâts latéraux