En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Concernant les sommes en jeu, au-delà d'avoir indiqué qu'il dépenserait deux fois plus que Clinton sur les infrastructures, qui promettait pour sa part un plan de 275 milliards de dollars, soit 550 milliards (3% du PIB du pays).
Trumponomics
Economie : le pari de Donald Trump pour sauver les oubliés de la mondialisation sera probablement plus difficile à gagner que l'élection
Publié le 11 novembre 2016
Après avoir mené campagne sur la thématique des oubliés de la mondialisation, Donald Trump va désormais être confronté à la réalité des contre-pouvoirs économiques, pour appliquer un programme de relance aux chiffres mirobolants.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après avoir mené campagne sur la thématique des oubliés de la mondialisation, Donald Trump va désormais être confronté à la réalité des contre-pouvoirs économiques, pour appliquer un programme de relance aux chiffres mirobolants.

Atlantico : Suite à sa victoire, Donald Trump a pu surprendre en indiquant son souhait de mettre en place un plan de relance massif au travers des infrastructures : "Nous allons reconstruire nos autoroutes, nos ponts, nos aéroports, nos écoles, nos hôpitaux… Nous allons mettre des millions de personnes au travail". Quels peuvent être les effets d'un tel plan sur l'économie américaine ?

Nicolas Goetzmann : La relance par les infrastructures fait partie intégrante du projet préparé par Donald Trump. Son programme économique faisait notamment référence à un autre président Républicain, Dwight Eisenhower, qui est à l'origine de la construction du gigantesque réseau autoroutier du pays. En réalité, cette approche était assez consensuelle aux États-Unis, puisque le camp démocrate prévoyait également une telle relance, mais d'une moindre ampleur. Ce qu'il faut comprendre ici, c'est que ce type d'efforts réalisés par la communauté ont un double impact. D'une part, il s'agit de créer des emplois sur l'ensemble du territoire, ce qui permet de toucher les zones les plus touchées par le manque d'emplois. D'autre part, l'amélioration des infrastructures permet de renforcer la croissance potentielle du pays. Il s'agit donc d'un double effet positif.

Évidemment, la problématique posée ici est celle du coût, notamment de l'emprunt, mais il ne faut pas oublier que les États-Unis, comme les Européens d'ailleurs, bénéficient de taux d'intérêts ultra-bas, qui sont très incitatifs à ce type d'actions. Le FMI a pu mettre en avant l'effet neutre de telles mesures sur les dépenses publiques, le coût étant absorbé par le surcroît de croissance à terme. Mais si un tel résultat reste hypothétique, il est cependant tout à fait pertinent d'agir de la sorte, et ce, pour une raison essentielle : c'est cette fameuse Amérique des oubliés qui pourrait en bénéficier en premier lieu. En effet, le Brookings Institute avait pu, au cours de cette année 2016, dresser un tableau des emplois concernés par la relance de l'infrastructure. Pour 93% d'entre eux, ce sont des emplois de "classes moyennes", qui offrent de bons salaires. Il s'agit donc d'une réponse réelle à un problème réel, qui se pose aux États-Unis, mais également à l'Europe, celui des oubliés de la mondialisation, qui ont subi de plein fouet la désindustrialisation du pays. Celle qui illustre la littérature américaine de ces 30 dernières années.

Concernant les sommes en jeu, au-delà d'avoir indiqué qu'il dépenserait deux fois plus que Clinton sur les infrastructures, qui promettait pour sa part un plan de 275 milliards de dollars, soit 550 milliards (3% du PIB du pays), rien n'a été réellement précisé. Mais il s'agit d'un chiffre colossal s'il venait à être confirmé.

Au-delà de cette annonce faite le jour de son élection, que peut-on anticiper du programme économique de Donald Trump ? Entre les baisses d'impôts et la volonté de blocage de la mondialisation, quels peuvent être les effets sur l'économie américaine et mondiale ?

Il serait bien imprudent de faire des prévisions concernant Donald Trump, qui se caractérise surtout par son imprévisibilité. Ceci étant, au-delà de la relance par les infrastructures, ce qui marque le programme de Trump, ce sont d'abord les baisses d'impôts. Et attention, il s'agit de chiffres énormes. D'une part, l'impôt sur le revenu serait réformé en 3 tranches, contre 7 actuellement, avec des taux en baisse pour tout le monde, mais surtout pour les plus riches, qui verraient leur niveau d'imposition passer de 39,6% à 33% (pour les revenus de moins de 75 000 $, le taux passerait de 15 à 12%). Concernant l'impôt sur les sociétés, le taux passerait de 35 à 15%. Encore une fois, de telles déductions représentent un immense plan de relance, puisque Donald Trump, en contrepartie de tels efforts sur la pression fiscale, ne prévoit aucune réduction des dépenses publiques. Ce qui signifie que le nouveau Président compte se servir de l'endettement pour financer l'intégralité de son plan, et les estimations réalisées pour le moment évoquent un accroissement total de la dette des États-Unis de 5 300 milliards de dollars, soit une augmentation de 25% de l'endettement actuel du pays. La croissance américaine serait une croissance sous stéroïdes.

Au-delà de ces chiffres, qui ne sont que des promesses de campagne, l'enjeu crucial est de savoir ce que fera la Réserve Fédérale des États-Unis. Et sur ce point, la position du candidat Trump a été pour le moins ambiguë. Il a en effet critiqué la présidente de la Fed, Janet Yellen, pour sa politique de taux bas qui "favorisait" Barack Obama, tout en indiquant, par une phrase incroyable, être également favorable à une telle politique : "She is a low interest rate person, she's always been a low interest rate person, and let's be honest, I am a low interest person". Janet Yellen peut choisir de démissionner de son poste à la fin janvier 2017, ce qui obligerait Donald Trump à choisir un nouveau président pour la Fed, et il n'aura pas le droit à l'erreur. S'il nomme un faucon à cette fonction, l'économie américaine peut s'écrouler dès 2017. Il faut donc compter sur la volonté de Janet Yellen, ou d'une autre personnalité favorable à la relance, de prendre les rênes de la Fed.

Les annonces économiques faites par Donald Trump sont-elles réellement en accord avec son discours bâti sur la question des oubliés de la mondialisation ? Ces "oubliés" seront-ils réellement les grands bénéficiaires de ce que propose Donald Trump ?

Le plan de relance par les infrastructures est clairement une bonne réponse à cette problématique. Le tout est de savoir si le parti Républicain, à la Chambre et au Sénat, ne va pas jouer la fronde à cette proposition de Donald Trump. Parce que le Président n'est pas le parti. De plus, les incertitudes sur les questions fiscales, sur la façon dont la Fed va réagir, sont difficilement prévisibles. Il serait sans doute naïf de croire que Donald Trump va amorcer le virage social américain. Si c'est bien cette question qui a porté le candidat à son élection, la sortie de l'ambiguïté que suppose sa prise de fonction nous apportera les réponses. En attendant, il est indispensable de suivre attentivement ce qui va se passer au sein de la Réserve Fédérale, car pour l'instant, c'est bien elle qui dirige l'économie du pays.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
06.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
07.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
01.
Cher Éric Verhaeghe...
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
valencia77
- 10/11/2016 - 15:07
Damn
I am selling my banking stocks and Time to buy Caterpilar!
vangog
- 10/11/2016 - 14:57
Imprévisible Donald Trump? Ou in-manipulable?
Parmi les noms d'oiseaux et autres joyeusetés balancées par les medias bilderberg et les minorités boboisantes, revient plusieurs fois le qualificatif de "imprévisible"pour Donald..Je ne comprends pas comment on peut traiter un Président qui n'a jamais été en exercice, qui n'a jamais été élu, ni jamais fait partie du sérail, comme les autres politiciens professionnels, d"imprévisible"? Imprévisible par qui? Par les medias bilderberg qui ont pris goût à la manipulation et au pouvoir, et ne supporteraient pas
de voir leurs pantins traditionnels leur échapper, au
profit d'un être neuf, certainement un peu novice en
politique étrangère (mais qui ne l'est pas, au début
d'un mandat?). Ou imprévisible par les électeurs? Plusieurs mois de campagne ont manifestement convaincu les électeurs de sa prévisibilité, et elle serait étonnant que plus de la moitié de la Nation américaine vote les yeux fermés?...le plus marrant, chez les medias bilderberg, ce sont ces anathèmes lancés par d'obscurs idéologues, et qui tournent en boucle, dans tous les medias subventionnés, comme un axiome de base, sans aucune justification ni analyse...une sorte de dictionnaire de la pensée
unique!
Ganesha
- 10/11/2016 - 10:20
Balivernes
C'est la grande, l'unique question que tous les peuples occidentaux posent à leurs dirigeants : comment sortir de l'épouvantable crise économique dans laquelle nous nous enfonçons inexorablement ? Depuis plus de 30 ans nous vivons dans les ''Trente Piteuses'', conséquence du Libéralisme de Reagan-Thatcher-Merkel. Trump ne nous a, jusqu'à présent, raconté que des balivernes. A partir du 20 Janvier, nous pourrons enfin le voir réellement à l’œuvre !