En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

03.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

04.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

05.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

06.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 21 min 27 sec
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 1 heure 1 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 3 heures 25 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 4 heures 39 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 5 heures 13 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 5 heures 30 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 5 heures 41 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 5 heures 57 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 6 heures 18 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 19 heures 2 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 41 min 3 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 3 heures 13 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 3 heures 52 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 5 heures 2 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 5 heures 22 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 5 heures 40 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l’hydrogène : l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 5 heures 47 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 6 heures 6 min
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 18 heures 6 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 20 heures 23 min
Atlantico Business

En France comme aux Etats-Unis, les gouvernements sont débordés par les dépenses de santé sans qu’aucun candidat à la présidentielle n’ose en parler

Publié le 09 novembre 2016
Aucune des grandes démocraties ne réussit à maîtriser les dépenses de santé. La régulation, qui obsède les Etats, est au cœur de toutes les campagnes présidentielles.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aucune des grandes démocraties ne réussit à maîtriser les dépenses de santé. La régulation, qui obsède les Etats, est au cœur de toutes les campagnes présidentielles.

Obama Care ou l'explosion des dépenses de santé a été au cœur de la campagne présidentielle américaine, puisque l'une des premières mesures promises par Donald Trump était de revenir sur la réforme du système de sécurité sociale installé par Barack Obama. Un système dont tout le monde reconnaît qu'il est devenu horriblement coûteux, compte tenu de l'explosion des dépenses de santé. Tout se passe aux Etats-Unis comme si l'instauration du système de santé avait libéré les Américains qui ne comptent plus ce qu'ils dépensent depuis qu'ils ne paient plus de leur poche.

Barack Obama s'est déclaré très inquiet de ce phénomène, considérant que cette fragilité mettait en péril sa réforme. Or, s'il existe une réforme à laquelle il tient par-dessus tout, c'est bien la réforme du financement de la santé. Pour lui, il faudra la sauver à tout prix et il fallait donc empêcher Donald Trump d'arriver à la Maison Blanche pour la détruire. D'où son engagement total dans la campagne pour soutenir Hillary Clinton. 

En France, on voit bien que le coût du modèle social préoccupe tous les candidats, et que dans ce modèle, il y a des maillons très faibles comme la santé ou la retraite. Réformer la retraite ne sera pas très difficile, techniquement. Il faut simplement obliger les gens à travailler un peu plus. Mais la santé pose autrement plus de problèmes. Les mécanismes de production de soins sont complexes, les intérêts économiques nombreux. Sans parler des facteurs humains. 

Marisol Touraine a bricolé les comptes de la Sécu comme elle a pu afin de présenter des comptes qui tiennent debout, mais personne n'est dupe. Le système de santé français est une machine infernale que rien ne semble pouvoir arrêter. La logique du système elle-même est infernale. D'un côté, vous avez des consommateurs de santé qui consomment de plus en plus mais qui ne paient pas ce qu'ils achètent. De l'autre, vous avez des producteurs de santé qui gagnent d'autant plus qu'ils produisent. Leur problème n'est pas de trouver des clients. Ils en ont par milliers. 

Toutes les réformes d'Etat, ou venant d'organismes sociaux publics avaient pour but de rationner, de plafonner, bref de réguler les volumes. Rien n'y a fait. Au contraire, les mesures de régulation ont sans doute eu tendance à gonfler les dépenses de santé.

L'Etat ne pourra pas réguler le système. Il ne pourra pas plafonner les dépenses, il ne pourra pas empêcher les médecins de travailler, bref l'Etat ne pourra jamais faire baisser les dépenses. En plus, il n'est pas souhaitable de faire baisser les dépenses de santé. Ces dépenses sont un facteur de progrès. En France, elles ont progressé de plus de 100% en vingt ans. C'est vertigineux.

Les dépenses de santé ne baisseront pas pour trois raisons :

1) Parce que l'allongement de la durée de vie nécessite des soins de plus en plus coûteux. On est évidemment moins malade aujourd'hui qu'hier, mais on est malade plus souvent et plus longtemps puisqu'on vit plus longtemps.

2) L'allongement de la durée de vie s'est accompagné d'une exigence de qualité de cette vie. Or, la qualité de vie des seniors est budgétivore.

3) Enfin, les progrès de la science ont permis de découvrir des médicaments qu’on ne connaissait pas et qui sauvent quantité de vies humaines, ou du moins qui les prolongent. Le traitement de ces grandes maladies est de plus en plus coûteux.

Ajoutons à ces dépenses de santé strictement obligatoires celles qui répondent le plus souvent à une demande de confort et qui sont néanmoins prises en charge par la collectivité. Ajoutons le traitement du quatrième âge et l'accompagnement en fin de vie qui font peser un coût extrêmement élevé et qui n'était absolument pas prévu et visible quand la Sécurité sociale a été imaginée. Ajoutons les dépenses de prévention qu'il faudrait augmenter.

Pour toutes ces raisons, un Etat sera toujours dans la difficulté. Un Etat démocratique peut difficilement réduire les dépenses de santé dans la mesure où les gros consommateurs sont aussi les gros électeurs. Par ailleurs, la régulation et le rationnement propulsent l'Etat dans un débat quasi-théologique pour savoir quel médicament ou quelle maladie on va cibler plutôt qu'une autre. Un débat sans fin, encombré par les lobbys industriels voraces et dont aucun gouvernement n'est sorti indemne. Donc, plutôt que de réguler, les gouvernements finissent toujours par augmenter les recettes (qui sont des taxes ou des impôts). 

Si on exclut la régulation, politiquement difficile à gérer, l'Etat aurait-il deux leviers ?

1) Le premier levier serait de définir avec précision ce qui relève de la solidarité, et par conséquent de l'impôt ou des cotisations, et ce qui relève de l'assurance, par conséquent de la responsabilité individuelle. Ce partage-là est faisable par un gouvernement courageux.

2) Le deuxième levier est de faire jouer la concurrence dans le système de santé partout où c'est possible. Au niveau des producteurs de soins comme au niveau des assureurs. C'est le seul moyen d'améliorer la qualité des soins tout en faisant baisser les prix. 

Barack Obama, de son propre aveu, a raté la mise en concurrence des assureurs dans beaucoup d'Etats américains. Dans le bilan de son mandat, il a demandé à Hillary Clinton de mener une réforme dans ce sens.

En France, l'arrivée des mutuelles et des sociétés d'assurance en complément de la Sécurité sociale a fait beaucoup de bien au système. On a commencé à distinguer ce qui est strictement utile de ce qui est accessoire. On a aussi commencé à mettre un peu de concurrence dans le système de soins. Ce qui a entraîné quelques progrès.

Le gouvernement socialiste a fait peu de choses. Son seul mérite est de ne pas avoir détruit les petites avancées réalisées par le précédent pouvoir. 

Ceci dit, il y a tellement de mécanismes à réformer dans le système que le chantier qui sera nécessairement ouvert sera forcément douloureux. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 09/11/2016 - 23:05
@zouk Entièrement d'accord avec vous!
Mais les vieux politiciens LRPS sont incapables d'envisager de telles réformes d'avenir...
viandapneu
- 09/11/2016 - 13:37
Oublis ?
vous oubliez Monsieur Sylvestre de parler des bénéfices incroyables faits par certains laboratoires sur des traitements soit carrément inutiles (hypocholestérolémiants = plusieurs milliards par an, traitements bidons de l'Alzheimer) soit au prix artificiellement gonflé : l'efficacité d'un anticancéreux, l'AVASTIN dans la DMLA (plusieurs centaines de milliers de cas en France) a été mise en évidence de façon plus ou moins fortuite. Certains ophtalmo, soucieux du bien être de leurs patients ont commencé à l'utiliser dans cette indication qui n'était pas une indication homologuée...qu'est il arrivé ? Après avoir, dans un premier temps refusé l'utilisation de son produit dans cette indication (L'Avastin est vingt fois moins cher que les autres traitements de la DMLA), le laboratoire ROCHE en a multiplié le prix par DIX (voir ci dessous l'extrait tiré du site "VIDAL" la bible" des médicaments). La sécu paiera donc 90 euros supplémentaires et injustifiés


Le prix de la seringue de 0,10 mL d'AVASTIN (bevacizumab) préparée conformément à la RTU pour une utilisation en injection intravitréenne dans le traitement des formes néovasculaires (humides) de la DMLA passe de 10 à 100 euros TTC.
Fondation pour l'innovation politique
- 09/11/2016 - 11:54
Réformer la santé: trois propositions
Dans sa note Réformer la santé : trois propositions, Nicolas Bouzou formule des solutions afin de réduire le déficit de l’assurance maladie. Partant du constat que les dépenses de santé sont vouées à augmenter au cours des prochaines années, il en établit les causes et dégage trois mesures liées à la prévention et la responsabilité dans le système. L’ouverture du débat sur la rémunération des médecins généralistes ou l’instauration d’une « taxe nutritionnelle » sont des pistes de réformes à considérer et approfondir afin de garantir l’accès aux soins de haut niveau pour tous les Français. Retrouvez la vidéo de sa note sur le site de la Fondation pour l’innovation politique (http://urlz.fr/3wYN)