En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

03.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

07.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

01.

Ben Laden est mort

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 9 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 2 heures 6 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 2 heures 31 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 3 heures 3 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 3 heures 33 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 4 heures 11 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 4 heures 40 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 4 heures 48 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 5 heures 57 min
pépites > Politique
Coronavirus
Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?
il y a 6 heures 44 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 1 heure 10 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 2 heures 17 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 2 heures 43 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 3 heures 23 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 3 heures 54 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 4 heures 31 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 4 heures 46 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 5 heures 46 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

il y a 6 heures 19 min
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 19 heures 5 min
© REUTERS/Christian Hartmann
© REUTERS/Christian Hartmann
Solitude mortifère

Pourquoi il ne fait vraiment pas bon être un patron de PME en France (et ça nous coûte cher)

Publié le 07 novembre 2016
Une récente étude montre l'ampleur du sentiment de solitude et d'isolement chez de nombreux patrons de PME en France. Incertitude face à l'avenir, manque de reconnaissance, pression syndicale : nombreux sont les facteurs explicatifs de cette situation.
Xavier Camby
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Camby est l’auteur de 48 clés pour un management durable - Bien-être et performance, publié aux éditions Yves Briend Ed. Il dirige à Genève la société Essentiel Management qui intervient en Belgique, en France, au Québec et en Suisse. Il anime...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une récente étude montre l'ampleur du sentiment de solitude et d'isolement chez de nombreux patrons de PME en France. Incertitude face à l'avenir, manque de reconnaissance, pression syndicale : nombreux sont les facteurs explicatifs de cette situation.

Atlantico : Une étude de la BPI France récemment publiée montre que les patrons de PME français éprouvent bien souvent un profond sentiment de solitude et d'isolement dans leur travail. Si les raisons avancées sont diverses (manque de reconnaissance, incertitude face à l'avenir, pression des syndicats, etc.), y a-t-il une spécificité française dans ce domaine ?

Xavier Camby: Cette étude est intéressante mais ne nous apprend hélas rien de très neuf. Oui, les entrepreneurs souffrent! De stress ou de surmenage le plus souvent, et régulièrement d'isolement. Il existe bien une regrettable spécificité française en la matière, très dommageable : le profond et grave mépris, quasi généralisé, des administrations publiques, parfois même des élus, au sujet du monde privé, nécessairement malhonnête puisque mercantile... On joue ainsi les beaux esprit facilement, lorsque sa paie mensuelle ne dépend pas de son labeur, mais de la collecte des impôts.

Dans de très nombreux pays, l'entrepreneur est soutenu par l'ensemble de la société, car la création de richesses qu'il permet se partage au bénéfice de tous. La Suisse, l'Allemagne, les pays scandinaves, les Etats-Unis, les pays asiatiques anciennement communistes, les ex-pays de l'Est, etc. soutiennent résolument et activement les employeurs que sont les patrons de PME. Mais ils sont encore en France soupçonnés de tous les vices et de tous les maux... C'est presque un courage et un état d'esprit de résistant qu'il convient d'avoir pour entreprendre en France et créer ainsi de l'emploi, tant les obstacles juridiques ou légaux, fiscaux, financiers, sociaux... sont nombreux. Les arguments avancés par l'étude de la BPI me semblent vrais, mais bien secondaires en fait. La vraie solitude pesante du patron de PME en France, c'est face aux embarras et tracasseries publiques de tous ordres, en plus du surcoût et du travail improductif qu'ils génèrent! Le renversement de la charge de la preuve -à vous de prouver votre innocence, lorsqu'on vous accuse, même mensongèrement- pratiquée en dépit du bon droit et du bon sens renforce cette solitude: à qui se fier en effet ? Sûrement pas à une administration, par principe inquisitrice et accusatrice, qui ne respecte que les grands groupes industriels...

Comment le patron de PME français s'entoure-t-il dans son travail? Quelles comparaisons peut-on faire avec d'autres pays occidentaux?

De façon quasi universelle, on constate que c'est le plus souvent pour protéger ceux qu'il aime et l'ensemble de ses collaborateurs que le patron garde pour lui ses projets, ses interrogations, ses inquiétudes ou ses difficultés. Il est d'ailleurs intéressant de noter la recrudescence des Family Business (comme autrefois chez les artisans, les commerçants et dans beaucoup de petites entreprises), où on peut partager succès, revers ou épreuves avec ses intimes et ses proches. 

Cependant, très généralement aussi et au-delà de l'aide de leurs salariés, les patrons recherchent des interlocuteurs capables, pleins de bon sens, avec une réelle connaissance du monde du travail, sans intérêt antagoniste avec les siens et surtout, surtout des personnes de confiance! Il peut s'agir de son avocat, de son expert comptable, d'un assureur, d'un ancien collaborateur... C'était autrefois le rôle du banquier, lorsque celui-ci exerçait encore son vrai métier d'investisseur prenant des risques authentiques.

C'est encore celui qu'essaient de se donner les Business Angels, les incubateurs et autres VC: donner une image miroir et des conseils au jeune entrepreneur! Une vision cependant bien trop financière oriente leurs avis et désoriente le business comme les jeunes entrepreneurs!

Des collèges -de cercle de réflexion ou de partage-, des clubs, des syndicats, des chapitres, des réseaux fermés... leur permettent aussi de se retrouver, en fonction de leur besoin et de leur goût. Le Wine Business Club, par exemple, fondé en France par Alain Marty, en est une excellente illustration : des dirigeants se retrouvent à leur guise pour apprendre, découvrir, parler business et puis déguster ensemble des vins choisis. Et entre deux crus, ils échangent et partagent librement, entre pairs.

Bien souvent hélas, s'isole donc celui qui le veut ou qui s'abrutit de travail!

Selon vous, y a-t-il des habitudes que les patrons de PME français devraient changer pour remédier à ce sentiment d'isolement?

Diriger, décider, agir, oser, risquer, tout cela le patron de PME aime le faire. Et il assume sa responsabilité finale, nécessairement individuelle. Pour lui, vivre dans l'incertitude n'est pas forcément une menace, contrairement à certains gestionnaires qui s'épanouissent dans les grands groupes ou les administrations, à force de budgets et de projections à 3 ans ou de planifications mathématiques. 

Ma principale proposition pour les patrons qui se sentent seuls va vous sembler paradoxale! Je leur propose de s'isoler un peu, cette fois physiquement, pour faire un peu de silence au fond d'eux. Inscrire régulièrement dans son agenda un parcours de golf, une belle ballade en montagne ou sur des sentiers douaniers, une retraite... et s'y tenir permet, dans ce silence intérieur retrouvé, de vérifier que cette solitude n'est pas seulement une perception -possiblement erronée- de la réalité. A tous les dirigeants que nous accompagnons, nous expliquons ce besoin intense de notre psychisme: c'est dans le silence intérieur que nous créons, que nous inventons, que nous avons nos bonnes intuitions et que nous prenons nos meilleures décisions!

Une pratique régulière d'un isolement volontaire, dans le plaisir, permet d'éradiquer l'essentiel de nos perceptions négatives et/ou erronées.

Pratiquons donc cette hygiène psychique, pour notre propre bénéfice, qui consiste à s'isoler, de temps à autre, tout au fond de soi !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Fran6
- 07/11/2016 - 15:05
oui, c'est vrai qu'on m'aime
je résume la prose comme cela: depuis 1998, 14 contrôles en tout genre, perso, je crois que dès qu'ils vont mettre en place le truc sur le mal de dos ou il fait trop chaud, je ferme la boite, déjà qu'on a du mal à se payé devant le rackette permanent....
CHABLIS
- 07/11/2016 - 13:44
et la légion d'honneur
Je crois sincèrement que les créateurs d'entreprises, et gestionnaires de leur propre entreprise devraient être décorés au titre de la légion d'honneur. Mais au lieu de cela ils sont décorés au titre du contrôle fiscal, du contrôle URSSAF, des palmes de l'académie des paperasses.
J'ai eu la chance en 35 ans de chef d'entreprises d'avoir eu un support familial total, même avec quelques tensions, des collaborateurs que j'écoutais, une santé de fer, des parents qui m'ont collé un logiciel sans trop de bugs dans le cerveau. Ce n'est pas souvent le cas, et par mes fonctions associatives de quasi-retraité je vois beaucoup de drames qui pourraient être évités.
assougoudrel
- 07/11/2016 - 12:34
Quand j'étais gamin
j'entendais les ainés parler de leur patron avec respect, car ils étaient conscients que c'était grâce à lui qu'ils avaient un foyer digne de ce nom et que leur enfants pouvaient manger, s'habiller et vivre dignement. Ils l'appelaient (le patron) le "Béké" même si il n'avait pas de plantation, mais un commerce ou tout autre. Lors des manifestations en Guadeloupe, le syndicaliste surnommé le "chabin" (rouquin au caractère chaud en créole) parlait du Béké comme les anciens esclavagistes. Tout a changé dans le mauvais sens et tout mauvais sens mène à nul part ou à la catastrophe; il suffit de voir la France en ce moment.