En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© DR
Bonnes feuilles
"#SNCF mon amour !" : dans le train, l'enfer, c'est les autres...
Publié le 30 octobre 2016
Depuis dix ans, Valérie prend le train en gare de Rouen, à 7h59, direction la capitale ! Si tout va bien, elle arrive à 9h15 à la gare Saint-Lazare, rebaptisée Saint-Bazar par les habitués. Si tout va bien... car les épreuves en tout genre ne manquent pas ! Entre les retards, les suppressions de rames, les grèves, les incivilités et des usagers aussi fatigués que fatigants, les journées sont parfois longues... Les chroniques ferroviaires 100% authentiques d'une femme appartenant aux millions d'usagers qui se rendent quotidiennement sur le lieu de travail en train, Transilien ou RER ! Extrait de "#SNCF mon amour !" de Valérie Duclos, aux éditions Michalon 2/2
Valérie Duclos est journaliste. Elle dirige le service Art de vivre de Version Femina et a publié de nombreux livres goumands et pratiques (First éditions, Mango, Hachette pratique...).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Valérie Duclos
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Valérie Duclos est journaliste. Elle dirige le service Art de vivre de Version Femina et a publié de nombreux livres goumands et pratiques (First éditions, Mango, Hachette pratique...).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis dix ans, Valérie prend le train en gare de Rouen, à 7h59, direction la capitale ! Si tout va bien, elle arrive à 9h15 à la gare Saint-Lazare, rebaptisée Saint-Bazar par les habitués. Si tout va bien... car les épreuves en tout genre ne manquent pas ! Entre les retards, les suppressions de rames, les grèves, les incivilités et des usagers aussi fatigués que fatigants, les journées sont parfois longues... Les chroniques ferroviaires 100% authentiques d'une femme appartenant aux millions d'usagers qui se rendent quotidiennement sur le lieu de travail en train, Transilien ou RER ! Extrait de "#SNCF mon amour !" de Valérie Duclos, aux éditions Michalon 2/2

#Cause toujours

Dans mon train d’ailleurs, il y a des couples ou des gens qui voyagent deux par deux. Et dans les duos, il y en a toujours un qui parle pour deux. Imaginez le nombre de matins où le voyage est pollué par une femme qui sait tout mieux que tout le monde…

"Je leur avais bien dit, à la direction, mais ils ne veulent jamais m’écouter !"

Commence donc par t’écouter toi-même et réfléchis avant de parler ! Ta direction doit avoir envie, tout comme moi, de te passer par la fenêtre !

Les pipelettes, je les repère dès le quai de la gare. Elles sont au taquet, réveillées depuis 6h du matin, brushing impeccable, ongles faits, tenue savamment pensée pour monter à la capitale le temps d’un séminaire, d’une réunion avec les grands patrons… Et ça parle, ça parle ! Parce qu’en fait, elles angoissent, les pipelettes. Au lieu de réfléchir à ce qui les attend, de se concentrer sur une journée peut-être décisive pour leur avenir, elles parlent et parlent encore.

Il y a les pipelettes et les "grands n’importe quoi".

Monique est avec sa copine Josiane. C’est le débat du siècle, la conférence de presse à ne pas manquer.

– Les régimes, ça fait pas maigrir !

Incroyable mais vrai, il y a des gens comme cela, dans la vraie vie, qui détiennent des vérités foudroyantes.

Monique, 80 kilos à ma droite, philosophe avec Josiane, 75 kilos bien tassés à ma gauche, et pendant 1h10 de trajet, tout en se goinfrant de biscuits pour gamins, elles vont échanger sur tous les régimes qu’elles ont essayés. Elles sont copines avec Dukan, Cohen, Weight Watchers (mais elles n’ont pas bien compris l’histoire des points !). Dès qu’une jolie fille passe dans le couloir, le duo infernal balance : "Ben moi, ça, ça ne me fait pas rêver !" Menteuses.

Et des comme ça, il y en a presque tous les jours ou presque ! Les brèves de comptoirs sont célèbres. Les brèves de rails existent aussi.

(...)

Le mardi matin suivant, le wagon est quasiment vide. Dans ce cas, chacun va là où le cœur lui en dit, sans faire vraiment attention aux places réservées, sachant que les employés du rail n’ont pas toujours le temps de mettre les petits papiers en place.

Malgré tout, il leur fallait leurs places réservées. Un couple d’Allemands. Un accent à couper au couteau. Un sac à dos XXL avec des bouteilles d’eau de chaque côté, des cartes…

Mais où partent-ils donc tous les deux ?

Ils ont la cinquantaine grisonnante. Elle a attaché ses cheveux avec des petites pinces en plastique en forme de papillons. Artifice adorable dans la chevelure d’une enfant mais là, proprement ridicule. À peine installée, elle organise sa tablette. Bouteille d’eau : OK. Tasse de café en carton : OK. Canette de je-ne-sais-pas-quoi : OK. Tout est prêt pour l’expédition du siècle. Faut-il lui rappeler que le voyage durera dans le meilleur des cas 1h10 ? Cela dit, elle a fondamentalement raison, il peut aussi durer, dans le pire des cas, 5-6 heures. Comme un Paris-New-York, en quelque sorte.

C’est sans oublier le sandwich, qu’elle sort de son sac de victuailles. Chien crevé, rat écrasé, je ne sais ce qu’il y a dans le sandwich, mais l’odeur est terrible à 8h du matin. Et elle mange, tandis que lui parle la bouche pleine.

Mes proches le savent, c’est quelque chose qui me rend folle, mon minimum légal dans le domaine de l’éducation : on ne parle pas la bouche pleine. A-t-on quelque chose de si capital à dire que cela ne puisse attendre la fin de la mastication ? J’ai sans doute été très dure avec mes enfants pour leur inculquer cela mais c’est capital. La base, l’essentiel, en tous les cas sous mon toit.

Maintenant elle lèche ses doigts bruyamment, ouvre une canette et se verse – il est 8h15 – un petit verre de vin blanc. Ce que je pensais être une boisson énergisante est en fait un petit vin blanc sec. Prévoyante, la grande voyageuse en a deux. Au cas où.

Le sandwich au rat crevé terminé, le couple en sort un autre. Au pâté, je pense (le simple fait de l’écrire me donne encore des nausées tant le "parfum" était écœurant).

Je craque. Je n’en peux plus. Je veux un wagon pour moi. Une voiture avec chauffeur. Un hélicoptère. J’adore mon job, les gens avec qui je travaille, ma petite vie parisienne… mais franchement, certains matins ne sont pas humains.

Et pour ajouter à ma mauvaise humeur, pas de contrôleur en vue. Deuxième jour cette semaine sans présence du képi. Combien de billets achetés, compostés et jamais contrôlés ? Après "Où sont les femmes ?", les usagers de la ligne Le Havre-Paris vont chanter "Où sont les contrôleurs ?". Est-ce la polémique autour des rames trop grandes qui les fait tout petits, quasi invisibles depuis quelques jours ? C’est sûr que le buzz sur les réseaux sociaux ne cesse d’enfler. Tête de vache arrachée, billet de train XXL (parce que la SNCF aurait confondu millimètres avec centimètres), nouvel uniforme trop grand… La blague est conjuguée à l’infini. Elle ne durera qu’un temps.

Extrait de "#SNCF mon amour !" de Valérie Duclos, publié aux éditions Michalon, le 3 novembre 2016. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
04.
Retraites : ça coince. Santé : ça bloque. Protection sociale : ça n’avance pas. Macron n’aura aucun résultat durable s’il n’a pas le courage d’inviter le privé dans le jeu.
05.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
06.
Manifestante blessée : les phrases méprisantes et odieuses de Macron. Mais ce n'est pas vraiment de sa faute. Car il ne peut pas faire autrement.
07.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires