En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

03.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

Et Macron lança : "Vous patachonnez dans la tête"! Souhaitez-vous savoir ce que ça veut dire ?

06.

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

07.

Libye : les occidentaux cumulent naïveté et erreurs géopolitiques en série

01.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

04.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

05.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

06.

Grève sans fin : si les Gilets jaunes ont ébranlé la République, le conflit autour des retraites ébranle la majorité

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Les Aristochats véhiculent les valeurs de la bourgeoisie riche". On a entendu ça sur France Culture !

04.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

05.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

06.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

ça vient d'être publié
light > Culture
Slim shady
Eminen surprend tout le monde et sort un nouvel album
il y a 55 min 7 sec
pépites > Culture
Evènement chez Michelin
Le guide rétrograde le restaurant de Paul Bocuse
il y a 1 heure 51 min
décryptage > Social
Retraites

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

il y a 3 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

« La révolution des plantes » : un livre scientifique à la portée de l’homme de la rue

il y a 5 heures 21 min
décryptage > Justice
Euthanasie

Euthanasie : 3 médecins jugés en Belgique dans un procès sans précédent

il y a 5 heures 47 min
décryptage > International
Gorbatchev à la sauce iranienne ?

Glasnost, le retour ? Le président iranien demande de la transparence

il y a 6 heures 56 min
décryptage > International
Copycat

Contagion : Les démocrates trumpisent leur communication

il y a 7 heures 34 min
décryptage > Santé
Drames sanitaires

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

il y a 8 heures 35 min
pépites > Politique
Alliances
Municipales à Paris : Pierre-Yves Bournazel retire sa candidature et soutient Benjamin Griveaux
il y a 1 jour 15 min
light > Justice
Placé sous contrôle judiciaire
Le réalisateur Christophe Ruggia a été mis en examen pour "agressions sexuelles sur mineur de 15 ans" dans le cadre de l'affaire Adèle Haenel
il y a 1 jour 1 heure
L'assassin assassiné
En Inde, un homme arrêté pour le meurtre de son tueur à gages
il y a 1 heure 12 min
pépites > Social
Musée du Louvre
Une grève sauvage provoque la fermeture des portes
il y a 1 heure 57 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’octogone redéfinit le classicisme et quand l’étrier d’acier fait danser les chiffres : c’est l’actualité des montres en mode pluviôse
il y a 4 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : « Un contrat » : Polar psychanalytique entre deux hommes de parole... et de silence

il y a 5 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
Invités imprévus
Marlène Schiappa interrompue lors d'une réunion publique
il y a 6 heures 8 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Libye : les occidentaux cumulent naïveté et erreurs géopolitiques en série
il y a 7 heures 27 sec
décryptage > Education
Pénurie des profs

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

il y a 7 heures 54 min
décryptage > Europe
Il n’y a pas que l’union qui fait la force

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

il y a 9 heures 8 min
pépites > Environnement
Risques climatiques et économiques
Davos 2020 : les décideurs mondiaux placent l'inaction climatique au sommet des dangers pour l'humanité
il y a 1 jour 49 min
pépite vidéo > Politique
Soirées électorales pimentées
Elections municipales : une circulaire de Christophe Castaner pourrait avantager le score national de LREM
il y a 1 jour 2 heures
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Pire qu'une épreuve de Koh-Lanta ? Prendre le train entre Rouen et Paris tous les jours et faire face aux absurdités de la SNCF…

Publié le 31 octobre 2016
Depuis dix ans, Valérie prend le train en gare de Rouen, à 7h59, direction la capitale ! Si tout va bien, elle arrive à 9h15 à la gare Saint-Lazare, rebaptisée Saint-Bazar par les habitués. Si tout va bien... car les épreuves en tout genre ne manquent pas ! Entre les retards, les suppressions de rames, les grèves, les incivilités et des usagers aussi fatigués que fatigants, les journées sont parfois longues... Les chroniques ferroviaires 100 % authentiques d'une femme appartenant aux millions d'usagers qui se rendent quotidiennement sur le lieu de travail en train, Transilien ou RER ! Extrait de "#SNCF mon amour !" de Valérie Duclos, aux éditions Michalon 1/2
Valérie Duclos est journaliste. Elle dirige le service Art de vivre de Version Femina et a publié de nombreux livres goumands et pratiques (First éditions, Mango, Hachette pratique...).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Valérie Duclos
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Valérie Duclos est journaliste. Elle dirige le service Art de vivre de Version Femina et a publié de nombreux livres goumands et pratiques (First éditions, Mango, Hachette pratique...).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis dix ans, Valérie prend le train en gare de Rouen, à 7h59, direction la capitale ! Si tout va bien, elle arrive à 9h15 à la gare Saint-Lazare, rebaptisée Saint-Bazar par les habitués. Si tout va bien... car les épreuves en tout genre ne manquent pas ! Entre les retards, les suppressions de rames, les grèves, les incivilités et des usagers aussi fatigués que fatigants, les journées sont parfois longues... Les chroniques ferroviaires 100 % authentiques d'une femme appartenant aux millions d'usagers qui se rendent quotidiennement sur le lieu de travail en train, Transilien ou RER ! Extrait de "#SNCF mon amour !" de Valérie Duclos, aux éditions Michalon 1/2

#Train supprimé 

Il faut beaucoup de patience et de compassion pour entendre les absurdités diffusées par les gares. 

« Un train supprimé n’est pas en retard. » 

Oui, oui, vous avez bien lu ! 

Quand un train est en retard d’au moins 30 minutes par la faute de la SNCF (on enlève donc de la liste : la neige, la canicule, les suicidaires, les personnes qui jouent sur les voies – eh oui, parfois il y en a – et tout le reste), les gentils voyageurs ont droit à un billet de retard. Celui-ci nous permettra de toucher un « à-valoir » de 5 €. 

Tout ça ! 

Non, mais arrêtez, c’est trop, trop de gentillesse, comme disent mes filles. 

Reste que si un train ne part pas de Paris, comme fréquemment le 18.25 et que l’on nous invite à prendre le 18.30 (wagon à bestiaux, noir de monde, s’arrêtant à toutes les gares entre Paris et Rouen), nous n’avons pas droit au dit billet de compensation puisque le 18.25 n’est pas parti.

J’avoue que le jour où j’ai entendu « Un train qui ne part pas n’est pas retard ! », les bras m’en sont tombés.

Et un voyageur qui se fait couillonner est un couillon !

Des aberrations, il y en a légion. $

Un jeudi soir, je traverse le grand hall de la gare parisienne au galop pour tenter d’attraper le 18.25. En passant devant la voie 9, un troupeau humain et une voix pour annoncer : « Voie numéro 9. Le train en partance pour Mantes-la-Jolie est supprimé pour cause de… » Un long silence s’ensuit. La voix cherche une excuse, la plus valable, la moins ridicule en tous les cas, et n’y arrive pas puisqu’elle enchaîne avec : « pour cause… d’absence de conducteur. »

Il est où le monsieur ? Il est caché ?

Visiblement, ici personne ne le sait et c’est donc tout naturellement que l’on annule un train, que des pigeons parisiens vont poireauter jusqu’au prochain départ, que les nounous vont faire des heures sup’ qu’il faudra payer tant bien que mal parce que rares sont ceux qui ont été augmentés cette année !

Mais si moi, demain, je ne vais pas travailler, sans excuse valable, je me fais virer. En dix ans, j’ai été absente pour cause de lumbago corsé (dans ce cas, je ne peux même pas marcher), enfant hospitalisé (l’équitation est un sport dangereux et le trauma crânien n’est jamais loin – qui m’en voudra alors de rester aux côtés de ma jolie blonde sous contrôle médical ?), enterrement (c’est tellement plus fun que d’aller au bureau ☹).

Bref, chez moi, il faut bien fouiller mon dossier pour trouver des arrêts maladie. Et pourtant, combien de fois, mon cher docteur Bobo m’a lancé un « Vous voulez pas vous arrêter quelques jours ? », alors que je venais pour une des filles malades !

– Non, vraiment, ça va !

– Oui, bien sûr, avec vous, tout va toujours mais attention à trop tirer sur la corde…

Visiblement, le conducteur du train pour Mantes l’a trop tirée, la corde !

Parmi les autres absurdités du rail, il y a la pluie et le beau temps. Quand il neige quelques flocons, les trains ont du mal à circuler et quand il fait 40°, alors que tout le monde le savait (les JT en avaient fait leurs choux gras), les trains sont supprimés. Mais dans quel pays vit-on ? Au Pôle Nord ? Sous les tropiques ?

Et le pire, bien sûr, vient dans l’accompagnement du fait. Juillet dernier : un jeudi soir, après avoir fondu (juste dans ma tête  ; côté tour de taille, statu quo) dans mon bureau et le métro, j’arrive à Saint-Bazar. Le 18.25 est supprimé sans explication valable. Les voyageurs n’en valent sans doute pas la peine. Tout le monde embarque dans le 18.30. Double population. 50 minutes de retard dues aux trop grandes chaleurs qui rendent la circulation difficile. Pour cette raison, un train sur deux est supprimé. Pas une goutte d’eau à l’horizon. Une femme enceinte fait des siennes pour avoir une place. Que le contrôleur lui offre une place en première ! Ces jours-là, on est tous tentés de faire une grossesse nerveuse. Ma voisine me propose très gentiment plusieurs fois de l’eau, que je refuse. Elle a deux enfants en bas âge. Avec la SNCF, on ne sait jamais quand on part et encore moins quand on arrive. Je préfère qu’elle garde l’eau pour ses petits. Elle insiste. Je tiens le coup même si je pourrais vider son litre en un éclair.

Dans le même temps, le train en partance pour Caen sur la voie voisine a dix minutes de retard. Ce qui n’empêche pas un contrôle sur le quai de tous les titres de transport. Si je comprends tout à fait que la société en ait assez d’être arnaquée par les voyageurs sans titre de transport, est-ce le bon moment, le jour idéal pour cela ? Éviter que les contrôleurs ne soient embarqués écarte l’hypothèse d’une avalanche de reproches, somme toute normale, au regard des retards qui se sont accumulés ce jour-là.

Voyage surnaturel donc : pas de clim, deux fois plus de passagers que ce train ne peut en contenir et, cerise sur le gâteau, en arrivant à Rouen, une bouteille d’eau « tiède » est offerte aux participants du Koh-Lanta du jour.

Quand je rentre à la maison ces soirs-là, je voudrais changer de vie. Tout m’insupporte. Il faudrait trouver une soupape de décompression mais laquelle ? Vu mes horaires, les cours d’aquabiking sont fermés, la séance de yoga est entamée. Il ne me reste plus qu’à espérer des lendemains meilleurs.

Extrait de "#SNCF mon amour !" de Valérie Duclos, publié aux éditions Michalon, le 3 novembre 2016. Pour acheter ce livre, cliquez ici

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

03.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

Et Macron lança : "Vous patachonnez dans la tête"! Souhaitez-vous savoir ce que ça veut dire ?

06.

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

07.

Libye : les occidentaux cumulent naïveté et erreurs géopolitiques en série

01.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

04.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

05.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

06.

Grève sans fin : si les Gilets jaunes ont ébranlé la République, le conflit autour des retraites ébranle la majorité

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Les Aristochats véhiculent les valeurs de la bourgeoisie riche". On a entendu ça sur France Culture !

04.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

05.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

06.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
LordLeleu
- 30/10/2016 - 17:34
Apprendre à lire et à penser
Au monsieur au verre de vin peut être devrais-je vous apprendre à lire, je n'ai traité que le livre de la journaliste en Le qualifiant de stupidité affligeante. (Cest ok ? Prenez le temps de lire). Peut être devriez vous apprendre à penser car la faiblesse de votre argumentation ne doit être que le reflet de la personne : triste et ennuyeuse. Pour le reste vous avez Le droit de penser ce que vous voulez de moi, moi en revanche j'ai de la compassion pour vous car au regard de votre passion viscérale des gens de mon espèce, je vous cite, votre vie doit être désolante. Courage ! J'ai hâte de revenir lire toutes les anecdotes sur chaques trains supprimés sans véritablement penser aux causes de ces problèmes et pour lesquelles vous avez Le pouvoir de changer (bulletin de vote)
Olivier62
- 30/10/2016 - 15:25
Même expérience en banlieue Sud-Est
Je prends tous les jours le train sur la ligne R (sud-est de paris, arrivée Gare de Lyon) et c'est la même chose : trains bondés (les voyageurs qui montent à Melun voyagent debout -et ça dure depuis 20 ans !) et très inconfortables (on est serrés comme des sardines), en mauvais état (par exemple, dans une rame les mêmes fenêtres sont bloquées depuis des années). Egalement retards et suppressions de train constants. Une astuce est le "faux retard" : s'il y a un train à 18h15 et un autre à 18h30, on annonce que le 18h15 à 15 minutes de retard. On prend donc le 18h30 et le 18h15 bien entendu n'arrive jamais ! Cette petite magouille dure depuis des décennies, comme si les voyageurs étaient stupides.
En fait l'incident est devenu la règle, c'est la culture d'entreprise de la SNCF.
adroitetoutemaintenant
- 30/10/2016 - 14:38
au culcul de service
Vous êtes comme ces minables. Vous insultez les gens et vous les accusez de vous insulter en retour ! Vous faites surement partie de cette corporation de fainéants et d’imbéciles qui nous emmerdent. Pour ce qui est de mon expérience, j’ai tellement d’exemples que je vais peut-être écrire un bouquin. Pour ce qui est de cette corporation de fainéants, un chef de gare a pleuré sur mon épaule en prononçant les mêmes mots car cette corporation a l’immense pouvoir de pourrir la vie des bonnes gens qui travaillent pour elle et aussi surtout des passagers pris en otages. N’essayez pas de me faire regretter d’avoir sauvé la vie d’un de ces cons à bord d’un train car plutôt que de bagasser avec un sous-fifre, je vais me verser un bon verre de vin à la mémoire de mon aïeul cheminot qui lui travaillait dur avant que cette corporation ne soit pourrie par les gens de votre espèce !