En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

02.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

03.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

04.

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

05.

Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive

06.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

07.

Pourquoi une élection de Joe Biden ne rétablirait pas les relations transatlantiques du monde d’avant

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

05.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

06.

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

ça vient d'être publié
décryptage > France
Ecoutons-là

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

il y a 30 min 31 sec
décryptage > Economie
Résilience face au climat

Canicules, inondations et tempêtes : la vulnérabilité humaine et économique diminue avec les années

il y a 1 heure 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 14 heures 57 min
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 16 heures 5 min
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 17 heures 45 min
pépites > Economie
Monde d'après
Plan de relance : Bruno Le Maire annonce le déblocage d’un milliard d'euros en faveur des relocalisations
il y a 19 heures 52 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive
il y a 21 heures 19 min
pépite vidéo > Santé
Protection contre le virus
Port du masque : Olivier Véran présente la règle "ABCD"
il y a 22 heures 26 min
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 1 jour 34 min
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Société
Nihilisme sociétal

Alerte à la pseudo justice sociale : cette culture de l’excuse qui (co)produit la violence qui nous envahit

il y a 55 min 42 sec
décryptage > International
Maison Blanche

Pourquoi une élection de Joe Biden ne rétablirait pas les relations transatlantiques du monde d’avant

il y a 1 heure 48 min
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 15 heures 21 min
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 16 heures 23 min
pépites > Environnement
Pollution
Une plainte a été déposée contre Nestlé pour pollution après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes
il y a 18 heures 18 min
pépites > International
Bras de fer diplomatique
Recep Tayyip Erdogan accuse Emmanuel Macron de "colonialisme" et de "spectacle" pour sa visite au Liban
il y a 20 heures 43 min
pépites > Santé
Démasquée
Une médecin du Bas-Rhin a été suspendue pour avoir délivré de faux certificats médicaux contre le port du masque
il y a 21 heures 35 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 23 heures 31 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 1 jour 52 min
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 1 jour 1 heure
Le tiercé gagnant à droite pour les patrons est : Sarkozy, Juppé, Fillon. A gauche c'est plus serré :  Macron, Montebourg, Valls.
Le tiercé gagnant à droite pour les patrons est : Sarkozy, Juppé, Fillon. A gauche c'est plus serré :  Macron, Montebourg, Valls.
Atlantico Business

Pendant que les candidats à la présidentielle se battent, les chefs d’entreprise choisissent leurs poulains mais dans la discrétion

Publié le 24 octobre 2016
Les patrons français ne sont pas comme les patrons américains. Ils ne se prononcent pas officiellement pour un candidat, mais ils n’en pensent pas moins.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les patrons français ne sont pas comme les patrons américains. Ils ne se prononcent pas officiellement pour un candidat, mais ils n’en pensent pas moins.

Pas simple de dresser la carte des préférences des patrons français. Il n’y a aucun sondage public sur les intentions de vote. Cela dit, il y a des sondages qui ont été réalisés, mais ils resteront secrets; il y a des colloques et des diners de collecte de fonds pour un tel ou un tel; il y a surtout l’analyse fine des audiences, qui permet de savoir "qui regarde qui, et qui écoute quoi dans chaque grande émission"; il y a enfin les contacts, les confidences.

Alors avec un peu de métier, quand on récupère tous ces éléments, qu’on les recoupe, et qu’on les matche, on arrive à un résultat des courses qui n’est pas très surprenant sauf que ce résultat n'a aucun caractère scientifique. Il faut donc le prendre avec précaution.   

Le tiercé gagnant à droite pour les patrons est : Sarkozy, Juppé, Fillon.

Le tiercé gagnant à gauche pour les patrons est plus serré :  Macron, Montebourg, Valls.

Les explications sont plus intéressantes que les résultats. Ce travail appelle trois remarques.

1ère remarque : la population des chefs d’entreprise est loin d’être homogène. Entre les grands managers de multinationales ou du Cac 40, les patrons de moyennes entreprises, ou les chefs de petites entreprises, cette population se compose d’animaux bien différents, par leurs tailles et leurs activités.

Plus les entreprises sont importantes, plus les grands dirigeants sont ouverts sur le monde, et sur l’Europe. Ils seront donc à l'écoute de candidats particulièrement conscients des problèmes d’ouverture internationale et européenne. Ils se porteront plutôt vers François Fillon à droite et vers Emmanuel Macron à gauche.

Les patrons français de taille moyenne sont principalement préoccupés par les questions sociales et fiscales. Les uns comme les autres sélectionnent des candidats qui répondent aussi à leurs intérêts. Ils pensent que Nicolas Sarkozy et Alain Juppé à droite sont porteurs de leurs valeurs et qu’à gauche, ce sera plutôt Manuel Valls et Arnaud Montebourg

2ème remarque :  les patrons français ont des désirs et des choix particuliers mais ils sont aussi conscients que le résultat sera différent. Par conséquent, ils choisissent un candidat pour lequel il y aura le différentiel le plus réduit entre ce qu'ils pensent que l’opinion choisira et leurs choix personnels. Même si les patrons français ont tous les défauts, ils sont très responsables : dans ce cadre-là, ils choisiront plutôt Manuel Valls à gauche et Alain Juppé à droite.

3ème remarque : sans pour autant minimiser le rôle du président de la République, l’action politique de tout les jours nécessite aussi une majorité. Leur choix final retient également la capacité à rassembler une majorité cohérente.

Le tiercé gagnant à droite est donc : Juppé, Sarkozy, Fillon. C’est un compromis entre ce qui est plausible et ce qui est possible. Quand les chefs d’entreprise s’en tiennent aux programmes, aux projets et à la cohérence des moyens à mettre en œuvre pour délivrer la promesse, c’est François Fillon qui retient l’attention des cadres dirigeants et des chefs d’entreprise, toutes tailles et activités confondues. Son projet est un projet de rupture avec le systeme français dans ses aspects fiscaux et sociaux. Seul moyen de revenir dans la course mondiale et d’assumer la révolution technologique.

Mais quand les chefs d’entreprise doivent choisir un président qui, tout en défendant les intérêts économiques, sera capable de réunir une majorité, ils retombent sur Alain Juppé et Nicolas Sarkozy avec une petite préférence pour l'ancien président compte tenu de la façon dont il avait géré la crise de 2008. La majorité des chefs d’entreprise l'ont vu à la manoeuvre et la majorité a été très surprise de son efficacité.

Le tiercé gagnant à gauche pour les chefs d’entreprise seraient : Macron, Valls et Montebourg.
Le coup de cœur des patrons pour Emmanuel Macron est réel parce que c’est le seul de tous les candidats à développer une vraie vision de la société libérale, avec une vraie cohérence. Emmanuel Macron est libéral sur le terrain économique, mais il est aussi libéral dans le comportement sociétal. En plus, et avec un effort, les militants de gauche peuvent se dire qu après tout il est issu de leur famille, donc il ne peut pas être complètement mauvais. Pour un patron d’entreprise, un homme politique qui ne serait pas targuetté par la Cgt en permanence, c’est un avantage.

Mais pour les chefs d’entreprise, Emmanuel Macron n'a pratiquement aucune chance d’aller jusqu’au bout. La classe politique rejettera cet intrus qui n'a ni réseaux, ni expérience, et encore moins de majorité au Parlement. Pour cette raison, les patrons pensent, en grande majorité, que Manuel Valls présenterait une action politique très en phase avec les logiques de marché et les contraintes de la modernité.

Ne pas oublier Arnaud Montebourg qui, aux yeux des chefs d’entreprise, a trois particularités.

La première : il connaît tellement bien la classe politique qu’il sait manier les codes, les usages et les coutumes pour rentrer dans le milieu. Son attitude relève plus de la posture nécessaire que de la conviction. Montebourg fait plus souvent du marketing que de la politique

La deuxième : il connaît les entreprises et sait parfaitement bien que l'entreprise est le seul acteur capable de créer de la richesse et des emplois. Nul besoin d’opposer la logique de marche à la logique du service public. Les deux logiques ont besoin l’une de l’autre. Arnaud Montebourg ne dira jamais qu’il prône la social-démocratie par principe, mais il la fera par intérêt. Sous cet angle, c’est un keynésien pur sucre.

La troisième : non seulement, il connait les entreprises, mais les grands patrons ont le souvenir d’un ministre qui les a très souvent écoutés et auxquels il a rendu beaucoup de services en réglant des problèmes quand les caméras de télévision sont éteintes et que les journalistes sont absents.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 02/11/2016 - 12:58
Plus de narcissique manipulateur à la présidence!
Beaucoup de Sarkozystes, ici. Ce message leur est destiné. 
Sarkozy n'est pas Donald Trump mais on en est pas loin. 
Il a bon nombre de caractéristiques d'un narcissique... et en neuropsychiatrie, les narcissiques sont classés dans la même catégorie que les sociopathes et les psychopathes. 
Pourquoi lui donner une seconde chance alors qu'il a échoué lors de son précédent mandat et que l'offre politique est pléthorique? L'empathie est un meilleur critère pour un politique et le charisme est malheureusement une qualité bien différente de l'empathie. 
Le charisme de Nicolas Sarkozy cache bien son déficit d'empathie. 
Ne vous fiez donc pas au charisme d'un politicien pour effectuer votre choix. 
Il serait salutaire de débusquer et de neutraliser les narcissiques en politique.
Anouman
- 24/10/2016 - 17:48
Patrons
Qu'ils veuillent l'un ou l'autre ils auront ce qui sortira des urnes, comme tout le monde. Et ce sera probablement Juppé qui ne figure pas dans leur tiercé. Mais il est probable qu'ils sauront en tirer profit, en tous cas pour ceux qui ont de grandes entreprises et constituent un lobby puissant. Donc leur opinion est sans intérêt autre qu'anecdotique.
chamouton
- 24/10/2016 - 13:36
Merci Deudeuche
Pour qu'il y ait une bagarre, il faut être 2, et comme cela ne m'intéresse pas, il n'y en aura pas. Effectivement, Fillon propose de réécrire la loi. J'ai été de toutes les manif de 2013, mais comme aucun candidat présidentiable ne propose d'abroger la loi, je choisis celui qui la réécrira. C'est plus efficace que de choisir quelqu'un qui propose de l'abroger mais que ne sera pas Président. De plus, je partage entièrement son programme en politique intérieure comme extérieure, alors pourquoi s'en priver.