En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

02.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

05.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

06.

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

07.

Fac de Jussieu : une conférence sur le terrorisme interdite par des terroristes d'un nouveau genre !

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

04.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

ça vient d'être publié
light > Justice
Témoignages
Affaire Epstein : un appel à témoins international a été lancé afin de retrouver d'éventuelles victimes
il y a 9 heures 13 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : arrestation de deux nouveaux suspects liés à l'ultra-droite
il y a 10 heures 11 min
pépites > Environnement
Tri des déchêts
La décharge géante chinoise de Xi'an atteint déjà ses limites avec 25 ans d'avance
il y a 11 heures 1 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 14 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlantico Culture

"Le Mur des cons, le vrai pouvoir des juges" de Philippe Bilger : les dérives de la justice dénoncées dans un essai revigorant

il y a 13 heures 17 min
pépite vidéo > Terrorisme
Coopération internationale
La Turquie poursuit sa politique d'expulsions de djihadistes
il y a 15 heures 30 min
décryptage > Politique
Sondages

Cette volatilité croissante de l'électorat qui renforce le risque de crise sociale

il y a 17 heures 10 min
décryptage > Education
Comme les chemises brunes…

Fac de Jussieu : une conférence sur le terrorisme interdite par des terroristes d'un nouveau genre !

il y a 17 heures 56 min
décryptage > Media
France Télévisions

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

il y a 18 heures 28 min
décryptage > High-tech
Maîtres des données personnelles

Ce que Margrethe Vestager ne semble pas comprendre à la phase 2 de la conquête du monde par les GAFAM

il y a 19 heures 8 min
pépites > Justice
Derniers mystères
Chokri Wakrim, témoin-clé dans l'affaire Benalla, pourrait livrer des informations sur un deuxième coffre-fort et souhaiterait être entendu par la justice
il y a 9 heures 43 min
pépite vidéo > Europe
Patience
Venise : les digues pour protéger la ville ne seront pas opérationnelles avant 2021
il y a 10 heures 37 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Éclatement des positions kurdes en Syrie : une aubaine pour l’État islamique ?
il y a 11 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La famille Ortiz" de jean-Philippe Daguerre : ce n’est pas un beau roman, mais c’est une belle histoire !

il y a 13 heures 8 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Mars regarde la Terre et quand les stylos écrivent l’heure : c’est l’actualité des montres aux premières neiges
il y a 15 heures 9 min
pépites > Social
Montoir-de-Bretagne
Les Gilets jaunes ont bloqué brièvement une usine chimique classée Seveso en Loire-Atlantique
il y a 16 heures 17 min
décryptage > Sport
Euro 2020

France - Moldavie : Olivier Giroud se rapproche du record de buts de Michel Platini... ou pas

il y a 17 heures 34 min
décryptage > Science
Espace

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

il y a 18 heures 14 min
décryptage > Société
"Arabe de service", "nègre de maison" et autres joyeusetés

Pourquoi les militants qui traitent leurs adversaires issus de minorités de "native informant" ne sont ni démocrates, ni républicains

il y a 18 heures 54 min
décryptage > Social
Mesures fortes ?

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

il y a 19 heures 23 min
Le tiercé gagnant à droite pour les patrons est : Sarkozy, Juppé, Fillon. A gauche c'est plus serré :  Macron, Montebourg, Valls.
Le tiercé gagnant à droite pour les patrons est : Sarkozy, Juppé, Fillon. A gauche c'est plus serré :  Macron, Montebourg, Valls.
Atlantico Business

Pendant que les candidats à la présidentielle se battent, les chefs d’entreprise choisissent leurs poulains mais dans la discrétion

Publié le 24 octobre 2016
Les patrons français ne sont pas comme les patrons américains. Ils ne se prononcent pas officiellement pour un candidat, mais ils n’en pensent pas moins.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les patrons français ne sont pas comme les patrons américains. Ils ne se prononcent pas officiellement pour un candidat, mais ils n’en pensent pas moins.

Pas simple de dresser la carte des préférences des patrons français. Il n’y a aucun sondage public sur les intentions de vote. Cela dit, il y a des sondages qui ont été réalisés, mais ils resteront secrets; il y a des colloques et des diners de collecte de fonds pour un tel ou un tel; il y a surtout l’analyse fine des audiences, qui permet de savoir "qui regarde qui, et qui écoute quoi dans chaque grande émission"; il y a enfin les contacts, les confidences.

Alors avec un peu de métier, quand on récupère tous ces éléments, qu’on les recoupe, et qu’on les matche, on arrive à un résultat des courses qui n’est pas très surprenant sauf que ce résultat n'a aucun caractère scientifique. Il faut donc le prendre avec précaution.   

Le tiercé gagnant à droite pour les patrons est : Sarkozy, Juppé, Fillon.

Le tiercé gagnant à gauche pour les patrons est plus serré :  Macron, Montebourg, Valls.

Les explications sont plus intéressantes que les résultats. Ce travail appelle trois remarques.

1ère remarque : la population des chefs d’entreprise est loin d’être homogène. Entre les grands managers de multinationales ou du Cac 40, les patrons de moyennes entreprises, ou les chefs de petites entreprises, cette population se compose d’animaux bien différents, par leurs tailles et leurs activités.

Plus les entreprises sont importantes, plus les grands dirigeants sont ouverts sur le monde, et sur l’Europe. Ils seront donc à l'écoute de candidats particulièrement conscients des problèmes d’ouverture internationale et européenne. Ils se porteront plutôt vers François Fillon à droite et vers Emmanuel Macron à gauche.

Les patrons français de taille moyenne sont principalement préoccupés par les questions sociales et fiscales. Les uns comme les autres sélectionnent des candidats qui répondent aussi à leurs intérêts. Ils pensent que Nicolas Sarkozy et Alain Juppé à droite sont porteurs de leurs valeurs et qu’à gauche, ce sera plutôt Manuel Valls et Arnaud Montebourg

2ème remarque :  les patrons français ont des désirs et des choix particuliers mais ils sont aussi conscients que le résultat sera différent. Par conséquent, ils choisissent un candidat pour lequel il y aura le différentiel le plus réduit entre ce qu'ils pensent que l’opinion choisira et leurs choix personnels. Même si les patrons français ont tous les défauts, ils sont très responsables : dans ce cadre-là, ils choisiront plutôt Manuel Valls à gauche et Alain Juppé à droite.

3ème remarque : sans pour autant minimiser le rôle du président de la République, l’action politique de tout les jours nécessite aussi une majorité. Leur choix final retient également la capacité à rassembler une majorité cohérente.

Le tiercé gagnant à droite est donc : Juppé, Sarkozy, Fillon. C’est un compromis entre ce qui est plausible et ce qui est possible. Quand les chefs d’entreprise s’en tiennent aux programmes, aux projets et à la cohérence des moyens à mettre en œuvre pour délivrer la promesse, c’est François Fillon qui retient l’attention des cadres dirigeants et des chefs d’entreprise, toutes tailles et activités confondues. Son projet est un projet de rupture avec le systeme français dans ses aspects fiscaux et sociaux. Seul moyen de revenir dans la course mondiale et d’assumer la révolution technologique.

Mais quand les chefs d’entreprise doivent choisir un président qui, tout en défendant les intérêts économiques, sera capable de réunir une majorité, ils retombent sur Alain Juppé et Nicolas Sarkozy avec une petite préférence pour l'ancien président compte tenu de la façon dont il avait géré la crise de 2008. La majorité des chefs d’entreprise l'ont vu à la manoeuvre et la majorité a été très surprise de son efficacité.

Le tiercé gagnant à gauche pour les chefs d’entreprise seraient : Macron, Valls et Montebourg.
Le coup de cœur des patrons pour Emmanuel Macron est réel parce que c’est le seul de tous les candidats à développer une vraie vision de la société libérale, avec une vraie cohérence. Emmanuel Macron est libéral sur le terrain économique, mais il est aussi libéral dans le comportement sociétal. En plus, et avec un effort, les militants de gauche peuvent se dire qu après tout il est issu de leur famille, donc il ne peut pas être complètement mauvais. Pour un patron d’entreprise, un homme politique qui ne serait pas targuetté par la Cgt en permanence, c’est un avantage.

Mais pour les chefs d’entreprise, Emmanuel Macron n'a pratiquement aucune chance d’aller jusqu’au bout. La classe politique rejettera cet intrus qui n'a ni réseaux, ni expérience, et encore moins de majorité au Parlement. Pour cette raison, les patrons pensent, en grande majorité, que Manuel Valls présenterait une action politique très en phase avec les logiques de marché et les contraintes de la modernité.

Ne pas oublier Arnaud Montebourg qui, aux yeux des chefs d’entreprise, a trois particularités.

La première : il connaît tellement bien la classe politique qu’il sait manier les codes, les usages et les coutumes pour rentrer dans le milieu. Son attitude relève plus de la posture nécessaire que de la conviction. Montebourg fait plus souvent du marketing que de la politique

La deuxième : il connaît les entreprises et sait parfaitement bien que l'entreprise est le seul acteur capable de créer de la richesse et des emplois. Nul besoin d’opposer la logique de marche à la logique du service public. Les deux logiques ont besoin l’une de l’autre. Arnaud Montebourg ne dira jamais qu’il prône la social-démocratie par principe, mais il la fera par intérêt. Sous cet angle, c’est un keynésien pur sucre.

La troisième : non seulement, il connait les entreprises, mais les grands patrons ont le souvenir d’un ministre qui les a très souvent écoutés et auxquels il a rendu beaucoup de services en réglant des problèmes quand les caméras de télévision sont éteintes et que les journalistes sont absents.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

02.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

05.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

06.

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

07.

Fac de Jussieu : une conférence sur le terrorisme interdite par des terroristes d'un nouveau genre !

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

04.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 02/11/2016 - 12:58
Plus de narcissique manipulateur à la présidence!
Beaucoup de Sarkozystes, ici. Ce message leur est destiné. 
Sarkozy n'est pas Donald Trump mais on en est pas loin. 
Il a bon nombre de caractéristiques d'un narcissique... et en neuropsychiatrie, les narcissiques sont classés dans la même catégorie que les sociopathes et les psychopathes. 
Pourquoi lui donner une seconde chance alors qu'il a échoué lors de son précédent mandat et que l'offre politique est pléthorique? L'empathie est un meilleur critère pour un politique et le charisme est malheureusement une qualité bien différente de l'empathie. 
Le charisme de Nicolas Sarkozy cache bien son déficit d'empathie. 
Ne vous fiez donc pas au charisme d'un politicien pour effectuer votre choix. 
Il serait salutaire de débusquer et de neutraliser les narcissiques en politique.
Anouman
- 24/10/2016 - 17:48
Patrons
Qu'ils veuillent l'un ou l'autre ils auront ce qui sortira des urnes, comme tout le monde. Et ce sera probablement Juppé qui ne figure pas dans leur tiercé. Mais il est probable qu'ils sauront en tirer profit, en tous cas pour ceux qui ont de grandes entreprises et constituent un lobby puissant. Donc leur opinion est sans intérêt autre qu'anecdotique.
chamouton
- 24/10/2016 - 13:36
Merci Deudeuche
Pour qu'il y ait une bagarre, il faut être 2, et comme cela ne m'intéresse pas, il n'y en aura pas. Effectivement, Fillon propose de réécrire la loi. J'ai été de toutes les manif de 2013, mais comme aucun candidat présidentiable ne propose d'abroger la loi, je choisis celui qui la réécrira. C'est plus efficace que de choisir quelqu'un qui propose de l'abroger mais que ne sera pas Président. De plus, je partage entièrement son programme en politique intérieure comme extérieure, alors pourquoi s'en priver.