En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Atlantico Business

Et Macron lâcha sa première bombe de "présidentiable" : retirer aux syndicats la gestion de la protection sociale pour la confier à l’Etat

Publié le 20 octobre 2016
L'ancien patron de Bercy a dévoilé une première ambition : transformer le système de gestion et de financement de la protection sociale. Ce n’est pas une réforme, c’est une révolution.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ancien patron de Bercy a dévoilé une première ambition : transformer le système de gestion et de financement de la protection sociale. Ce n’est pas une réforme, c’est une révolution.

Emmanuel Macron ne veut pas se contenter de réformes comptables ou d’ajustements pour faire repartir le système économique français. Il considère que le système a besoin d’une transformation radicale, à commencer par la protection sociale.

Lors de son troisième meeting qu’il a tenu à Montpellier cette semaine et qui devait achever une séquence de diagnostic du pays, il a dévoilé un début de programme présidentiel. Et quel début, puisqu’il propose de transformer complètement le fonctionnement du système social ! D’une part, il veut en modifier le financement en remplaçant les cotisations assises sur le travail salarié par l’impôt.

Dans ce cas-là, la gestion ne serait plus paritaire et confiée aux syndicats, mais à l’Etat.

Ce n’est pas une réforme, c’est une révolution.

L’idée n’est pas nouvelle, mais elle est tellement dérangeante qu’elle n’avait jamais été sérieusement portée par un responsable politique.

Cette idée s’appuie sur trois évolutions, trois constats.

1) Le système de protection sociale français a été mis en place il y a 70 ans, après la Seconde Guerre mondiale, par le général de Gaulle qui en avait fait le socle d’unification sociale et politique du pays. Depuis, toutes les conditions de fonctionnement du système économique ont changé. La base de financement s’est rétrécie parce que le travail salarié, qui sert à calculer et à payer les cotisations, est devenu fragile. D’autres statuts, d’autres formes d’exercice du travail se sont multipliés, faisant reculer le salariat.

2) Alors que le financement est devenu plus difficile, le coût de la protection sociale a explosé. Le coût de la formation, le coût du chômage, le coût des couvertures santé, le coût des retraites. Tout a explosé sous la pression démographique et l’allongement de l’espérance de vie, sous la pression de la concurrence internationale qui a délocalisé des pans entiers de la production industrielle.

3) Le mode de gestion fondé sur le paritarisme a fait la part (trop) belle aux appareils syndicaux qui sont aujourd’hui de moins en moins représentatifs. Les différentes branches de la protection sociale (santé, retraite, famille, emploi) servent aussi à financer les appareils syndicaux, qu’ils soient salariés ou syndicaux. Dans ces conditions, la structure de fonctionnement n’est pas la mieux placée pour initier des changements propres à améliorer la performance globale. L’objectif des partenaires sociaux est de protéger le statu quo.

Le diagnostic rendu public par Emmanuel Macron est ultra simple. Le système de protection sociale a été construit pour satisfaire des objectifs de solidarité, avec un système de financement qui répondait à une logique d’assurance. Les dépenses étaient mutualisées avec les coûts assez bien maîtrisés.

Le système a fonctionné pendant un demi-siècle, mais depuis 20 ans, il accumule les dettes. Le coût de la santé, de la retraite, du chômage sont supérieurs aux recettes de cotisations qu’on ne peut augmenter sauf à mettre en risque la compétitivité des entreprises.

La prescription Macron coule de source. Si l'on veut conserver un système de protection sociale fondé sur la solidarité, il faut le sortir de sa logique assurancielle pour le doter d'un financement public, donc l’impôt. Ce qui implique d’en changer le mode de gestion et d’abandonner le paritarisme.

Cette première proposition d'Emmanuel Macron est évidemment explosive sur le plan politique. Parce qu’elle correspond certes à une nécessité, mais personne dans le système n'a intérêt à le transformer. Il représente des masses financières tellement importantes (l’équivalent du budget de l’Etat), avec les pouvoirs qui vont avec. La montagne paraît infranchissable.

Le pari est insensé mais s’il pouvait seulement faire bouger la campagne présidentielle, et obliger les candidats de droite comme de gauche à dépasser l’expertise-comptable dans laquelle ils s’enferment, il aurait au moins servi à quelque chose. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

05.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
GP13
- 21/10/2016 - 14:08
Vers la fin d'un soviet à la française ?
Le monopole de la représentation des français, dans les institutions de protection sociale, avait été confiée aux syndicats, tant ouvriers que patronaux, à la libération, époque de popularité de Staline.
Macron oublie CSG et RDS et surtout les ordonnances Juppé qui ont laissé perdurer le soviet, tout en réduisant ses pouvoirs.
Substituer l’État au soviet ne résout pas la question de la nécessaire démocratisation de notre protection sociale et notamment de la sécurité sociale. Macron devrait améliorer une proposition qui se caractérise d'abord par son excessive simplicité.....
vangog
- 20/10/2016 - 22:46
Du pur délire Macron!
En France, les recettes de l'IR= 74 milliards d'euros payés par 45,6% des foyers fiscaux.
Coût de la protection sociale= 670 milliards payés à 64% par les cotisants (le reste par l'impôt), soit 429 milliards de cotisations par an...transférer la charge des cotisations sociales aux con-tribuables reviendrait à multiplier par dix leurs impôts...Macron part d'une idée juste: les syndicats gauchistes sont incapables de gérer convenablement le système paritaire, mais il en tire une conclusion absurde: multiplier par dix les impôts de ceux qui en paient. Non! Ce système parviendrait, certes à relancer la consommation ( ce qui plairait à Rothschild et Goldmann-Sachs, financiers des multinationales), mais assécherait rapidement les con-tribuables français...la solution était beaucoup plus simple: retirer la gestion paritaire aux syndicats gauchistes et la rendre à l'état, au titre de ses missions régaliennes.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 20/10/2016 - 17:24
Comment faire des économies sans en faire...
Gestion paritaire = tu l'as dans le derrière...gestion par l'état = t'es pas dans le c.ca...... Après ces vieilles maximes bien de chez nous, il faut reconnaître que souvent les deux se cumulent puisque les syndicats ne se mettant pas d'accord, c'est l'état qui décide.........sauf que petit micron oublie de dire que se sont toujours les mêmes qui paieront : les 40% de cons qui paient des impôts...