En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

07.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > International
Attractivité

Shanghai remplace Londres comme ville la plus connectée au reste du monde : l’Asie a-t-elle définitivement supplanté l’Occident avec le Covid ?

il y a 16 min 46 sec
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 16 heures 47 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 17 heures 46 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 18 heures 26 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 20 heures 50 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 22 heures 5 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 22 heures 38 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 22 heures 55 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 23 heures 7 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 23 heures 22 min
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 15 heures 59 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 17 heures 7 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 18 heures 6 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 20 heures 38 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 21 heures 18 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 22 heures 27 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 22 heures 47 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 23 heures 6 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 23 heures 12 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 23 heures 32 min
Atlantico Business

Et Macron lâcha sa première bombe de "présidentiable" : retirer aux syndicats la gestion de la protection sociale pour la confier à l’Etat

Publié le 20 octobre 2016
L'ancien patron de Bercy a dévoilé une première ambition : transformer le système de gestion et de financement de la protection sociale. Ce n’est pas une réforme, c’est une révolution.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ancien patron de Bercy a dévoilé une première ambition : transformer le système de gestion et de financement de la protection sociale. Ce n’est pas une réforme, c’est une révolution.

Emmanuel Macron ne veut pas se contenter de réformes comptables ou d’ajustements pour faire repartir le système économique français. Il considère que le système a besoin d’une transformation radicale, à commencer par la protection sociale.

Lors de son troisième meeting qu’il a tenu à Montpellier cette semaine et qui devait achever une séquence de diagnostic du pays, il a dévoilé un début de programme présidentiel. Et quel début, puisqu’il propose de transformer complètement le fonctionnement du système social ! D’une part, il veut en modifier le financement en remplaçant les cotisations assises sur le travail salarié par l’impôt.

Dans ce cas-là, la gestion ne serait plus paritaire et confiée aux syndicats, mais à l’Etat.

Ce n’est pas une réforme, c’est une révolution.

L’idée n’est pas nouvelle, mais elle est tellement dérangeante qu’elle n’avait jamais été sérieusement portée par un responsable politique.

Cette idée s’appuie sur trois évolutions, trois constats.

1) Le système de protection sociale français a été mis en place il y a 70 ans, après la Seconde Guerre mondiale, par le général de Gaulle qui en avait fait le socle d’unification sociale et politique du pays. Depuis, toutes les conditions de fonctionnement du système économique ont changé. La base de financement s’est rétrécie parce que le travail salarié, qui sert à calculer et à payer les cotisations, est devenu fragile. D’autres statuts, d’autres formes d’exercice du travail se sont multipliés, faisant reculer le salariat.

2) Alors que le financement est devenu plus difficile, le coût de la protection sociale a explosé. Le coût de la formation, le coût du chômage, le coût des couvertures santé, le coût des retraites. Tout a explosé sous la pression démographique et l’allongement de l’espérance de vie, sous la pression de la concurrence internationale qui a délocalisé des pans entiers de la production industrielle.

3) Le mode de gestion fondé sur le paritarisme a fait la part (trop) belle aux appareils syndicaux qui sont aujourd’hui de moins en moins représentatifs. Les différentes branches de la protection sociale (santé, retraite, famille, emploi) servent aussi à financer les appareils syndicaux, qu’ils soient salariés ou syndicaux. Dans ces conditions, la structure de fonctionnement n’est pas la mieux placée pour initier des changements propres à améliorer la performance globale. L’objectif des partenaires sociaux est de protéger le statu quo.

Le diagnostic rendu public par Emmanuel Macron est ultra simple. Le système de protection sociale a été construit pour satisfaire des objectifs de solidarité, avec un système de financement qui répondait à une logique d’assurance. Les dépenses étaient mutualisées avec les coûts assez bien maîtrisés.

Le système a fonctionné pendant un demi-siècle, mais depuis 20 ans, il accumule les dettes. Le coût de la santé, de la retraite, du chômage sont supérieurs aux recettes de cotisations qu’on ne peut augmenter sauf à mettre en risque la compétitivité des entreprises.

La prescription Macron coule de source. Si l'on veut conserver un système de protection sociale fondé sur la solidarité, il faut le sortir de sa logique assurancielle pour le doter d'un financement public, donc l’impôt. Ce qui implique d’en changer le mode de gestion et d’abandonner le paritarisme.

Cette première proposition d'Emmanuel Macron est évidemment explosive sur le plan politique. Parce qu’elle correspond certes à une nécessité, mais personne dans le système n'a intérêt à le transformer. Il représente des masses financières tellement importantes (l’équivalent du budget de l’Etat), avec les pouvoirs qui vont avec. La montagne paraît infranchissable.

Le pari est insensé mais s’il pouvait seulement faire bouger la campagne présidentielle, et obliger les candidats de droite comme de gauche à dépasser l’expertise-comptable dans laquelle ils s’enferment, il aurait au moins servi à quelque chose. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
GP13
- 21/10/2016 - 14:08
Vers la fin d'un soviet à la française ?
Le monopole de la représentation des français, dans les institutions de protection sociale, avait été confiée aux syndicats, tant ouvriers que patronaux, à la libération, époque de popularité de Staline.
Macron oublie CSG et RDS et surtout les ordonnances Juppé qui ont laissé perdurer le soviet, tout en réduisant ses pouvoirs.
Substituer l’État au soviet ne résout pas la question de la nécessaire démocratisation de notre protection sociale et notamment de la sécurité sociale. Macron devrait améliorer une proposition qui se caractérise d'abord par son excessive simplicité.....
vangog
- 20/10/2016 - 22:46
Du pur délire Macron!
En France, les recettes de l'IR= 74 milliards d'euros payés par 45,6% des foyers fiscaux.
Coût de la protection sociale= 670 milliards payés à 64% par les cotisants (le reste par l'impôt), soit 429 milliards de cotisations par an...transférer la charge des cotisations sociales aux con-tribuables reviendrait à multiplier par dix leurs impôts...Macron part d'une idée juste: les syndicats gauchistes sont incapables de gérer convenablement le système paritaire, mais il en tire une conclusion absurde: multiplier par dix les impôts de ceux qui en paient. Non! Ce système parviendrait, certes à relancer la consommation ( ce qui plairait à Rothschild et Goldmann-Sachs, financiers des multinationales), mais assécherait rapidement les con-tribuables français...la solution était beaucoup plus simple: retirer la gestion paritaire aux syndicats gauchistes et la rendre à l'état, au titre de ses missions régaliennes.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 20/10/2016 - 17:24
Comment faire des économies sans en faire...
Gestion paritaire = tu l'as dans le derrière...gestion par l'état = t'es pas dans le c.ca...... Après ces vieilles maximes bien de chez nous, il faut reconnaître que souvent les deux se cumulent puisque les syndicats ne se mettant pas d'accord, c'est l'état qui décide.........sauf que petit micron oublie de dire que se sont toujours les mêmes qui paieront : les 40% de cons qui paient des impôts...