En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

03.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

04.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 16 min 37 sec
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 29 min 25 sec
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 58 min 39 sec
décryptage > Politique
LREM

Islamisme : Emmanuel Macron peut-il faire changer la peur de camp sans changer... sa majorité ?

il y a 1 heure 33 min
décryptage > Santé
Armes contre le virus

Plaidoyer pour une régulation de la lutte contre la Covid-19

il y a 2 heures 27 min
décryptage > France
Professeur décapité

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Apple, LVMH et Airbus restent les trois entreprises préférées des jeunes diplômés qui s’inquiètent cependant des risques sur l’emploi

il y a 3 heures 1 min
pépites > Terrorisme
Sécurité
Seine-Saint-Denis : le ministre de l'Intérieur a annoncé lundi soir la fermeture prochaine de la mosquée de Pantin
il y a 3 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 16 heures 45 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 17 heures 52 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 23 min 13 sec
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 58 min 13 sec
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 1 heure 20 min
pépites > Terrorisme
Hommage
Samuel Paty recevra la Légion d'honneur posthume et sera fait Commandeur des palmes académiques annonce le ministre de l'Education
il y a 2 heures 3 min
décryptage > France
Lutter sans renier ses principes

La démocratie face au piège du traitement de ses ennemis (islamistes) : petites munitions intellectuelles pour résister aux sophistes

il y a 2 heures 45 min
décryptage > France
Ecœurant

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

il y a 2 heures 59 min
décryptage > Education
Dévoiement

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

il y a 3 heures 6 min
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 16 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 17 heures 2 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 18 heures 42 min
© Reuters
Si les femmes préfèrent être encadrées par des hommes au niveau professionnel, c'est parce qu'une femme occupant un poste à responsabilité à tendance à donner plus de travail à ses subalternes, par crainte d’être jugée moins efficace qu’un homme.
© Reuters
Si les femmes préfèrent être encadrées par des hommes au niveau professionnel, c'est parce qu'une femme occupant un poste à responsabilité à tendance à donner plus de travail à ses subalternes, par crainte d’être jugée moins efficace qu’un homme.
Sir ! Yes, Sir !

Pan sur la parité : l’étude qui montre que les femmes préfèrent généralement des supérieurs de sexe masculin

Publié le 12 octobre 2016
Une nouvelle étude de l'université Winsconsin-Oshkoh démontre que les femmes actives sont plus satisfaites de leur travail lorsque leur chef est un homme. Explications.
Francine Emschwiller
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francine Emschwiller est psychologue clinicienne, membre du Réseau Souffrance & Travail. Avant d’être psychologue, Francine Emschwiller était Directrice Financière. Au croisement de ces deux axes, travail et construction mentale, cette experte du...
Voir la bio
Bruno Seguin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Seguin est thérapeute conjugal et familial. Il exerce dans un cabinet à Toulouse centre (31) et à Cahors (46). Ancien consultant en management auprès de grands groupes de distribution, il s’est spécialisé dans la gestion des conflits au sein des...
Voir la bio
Laure Parcelier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laure Parcelier est psychologue, spécialisée dans la gestion des émotions.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une nouvelle étude de l'université Winsconsin-Oshkoh démontre que les femmes actives sont plus satisfaites de leur travail lorsque leur chef est un homme. Explications.
  • Une femme occupant un poste à responsabilité à tendance à donner plus de travail à ses subalternes, par crainte d’être jugée moins efficace qu’un homme au même poste.
  • Les femmes ayant un supérieur hiérarchique de sexe féminin s’y identifient plus facilement et se projettent plus sur le poste, ce qui les pousse à moins se satisfaire de la fonction qu’elles occupent.
  • L’individu masculin ou féminin le vit mieux quand un ordre vient d’une figure d’autorité paternelle intégrée depuis l’enfance.
     

Atlantico : Selon une étude de l'université Winsconsin-Oshkoh publiée dans le journal Labour Economics (voir ici), les femmes actives sont plus satisfaites de leur travail quand leur chef est un homme que lorsqu'il s'agit d'une femme. Comment a été menée l'étude et que nous apprend-elle exactement ? Constate-t-on le même phénomène en France ?

Francine Emschwiller : Cette nouvelle étude démontre que le taux d'insatisfaction des femmes américaines par rapport à leur travail passe 3,7 à 6,9% quand leur chef est une femme. 

En France, je pense que les rapports hiérarchiques entre les femmes au travail sont plus nuancés que ceux décrits dans l'enquête de l'université Winsconsin-Oshkoh, car la société française de 2016 s'est habituée à voir des femmes accéder à des postes à responsabilité, et ne culpabilise plus une mère qui travaille, contrairement à d’autres pays (Etats-Unis, Allemagne, Espagne, Italie), où une femme qui travaille reste une mauvaise mère. Les femmes françaises maintiennent un taux de natalité élevé et retournent au travail quelques semaines après la naissance de leur enfant, surtout pour les plus diplômées d'entre elles. 

Pourquoi les femmes se sentent-elles plus satisfaites de leur travail lorsque leur chef est un homme ?

Bruno Seguin : L'insatisfaction au travail peut revêtir des causes multiples (ambiance, salaire, tâches à accomplir...). Mais je pense que si les femmes préfèrent être encadrées par les hommes au niveau professionnel, c'est principalement parce qu'une femme occupant un poste à responsabilité à tendance à donner plus de travail à ses subalternes, par crainte d’être jugée moins efficace qu’un homme au même poste.

    Francine Emschwiller : On peut émettre l’hypothèse qu’une femme s’identifie plus facilement à une autre femme qu’à un homme. Dès lors, les femmes ayant un supérieur hiérarchique de sexe féminin s’y identifient plus facilement et se projettent plus sur le poste, ce qui les pousse à moins se satisfaire de la fonction qu’elles occupent, via des mécanismes de comparaisons qui ne sont pas forcément agréables (pourquoi a-t-elle mieux réussi que moi alors qu'on avait les mêmes cartes en main dès le départ ? Est-ce que je suis nulle ? etc...), et qui n'ont pas lieu d'être quand il s'agit d'un homme (à qui l'on peut imputer sa réussite professionnelle au fait qu'il n'a pas eu à gérer une grossesse, qu'il a moins à s'occuper des enfants ou des tâches ménagères, ect...).  

    Laure Parcelier : Je ne sais pas si les femmes se sentent moins satisfaites de leur travail lorsque leur supérieur hiérarchique est une femme, ou s'il retourne plutôt du fait qu'un supérieur du sexe opposé leur pose moins de problèmes quand il s'agit d’appliquer ou de faire ce que l’on leur demande. Cela vient à mon sens d’une socialisation qui accorde dès l’enfance à l’homme plus d’autorité et de pouvoir. De ce fait, l’individu masculin ou féminin le vit sans doute mieux quand un ordre vient d’une figure d’autorité intégrée depuis l’enfance.

    Que révèle cette étude sur la place actuelle des femmes actives dans la vie professionnelle, que ce soit au niveau des chefs comme aux niveaux des employés ?

    Bruno Seguin : Cette étude révèle surtout que la parité, en dehors du secteur tertiaire, est encore un concept qui a du mal à s'installer dans la réalité économique. L'homme est toujours associé à une meilleure efficacité dans la gestion des affaires, et, inconsciemment, à la figure parternelle qui se doit de donner des cadres, contrairement à la figure maternelle. 

    Le fait que les femmes se sentent plus satisfaites de leur travail lorsque leur chef est un homme est-il un problème dont il faut se préoccuper selon vous ? 

    Bruno Seguin : Oui, bien sûr, surtout qu'il ne s'agit pas d'une question spécifique au monde du travail. L'éducation, l'enseignement et les représentations culturelles véhiculent encore l'image d'une femme française soumise, occupant des rôles subalternes. N'oublions pas que les hommes français en couple ne s'occupent toujours pas plus de 30% des tâches ménagères ; au rythme actuel, il faudra encore plusieurs décennies pour arriver à une vraie parité dans notre pays.

    Quelles solutions sont envisageables pour que les femmes soient plus satisfaites de leur travail lorsque leur chef est une femme ?

    Bruno Seguin : Réussir à atteindre un poste à responsabilité ne devrait plus être envisagé comme une victoire ou une revanche sur le genre masculin, mais perçu comme une évolution normale basée sur les compétences. Lorsque cette vision des choses aura intégré le monde professionnel, les femmes n'auront alors plus de comptes à rendre à qui que se soit. 

    Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
    Commentaires (1)
    Ecrire un commentaire
    Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
    Abonnez-vous
    «Vos abonnements garantissent notre indépendance»
    Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
    Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
    *Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
    vangog
    - 12/10/2016 - 20:32
    Manque totale de lucidité!
    Décidément, le conditionnement reçu dans les écoles de la pensée unique ne permet pas d'avoir une vision claire et lucide...l'autorité est naturellement et génétiquement ( et non pas "socialement" comme écrit celle qui est tombée dans une marmite de terranoviste...) plus l'apanage des hommes que des femmes. Et le management nécessite de la clairvoyance et de l'autorité, mâtinée d'une certaine dose de patience (qui est plus naturellement, génétiquement l'apanage des femmes...). Voila pourquoi le management et les postes à responsabilité réussissent mieux aux hommes qu'aux femmes. Si ces analystes s'étaient débarrassés des stéréotypes de leur enseignement uniforme, et avaient réalisé une étude concrète sur les résultats en management des hommes et des femmes, plutôt que tenter péniblement de régurgiter leur bouillie apprise par cœur, ils comprendrairnt alors que l'influence génétique est primordiale dans les caractères masculins liés à l'autorité et au management...d'ailleurs, dès qu'il s'agit d'assurer l'autorité concrètement, les femmes se défaussent le plus souvent ( et le plus génétiquement) sur les hommes, car leur courage se situe ailleurs...Wouah! Wouah!