En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

05.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

06.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 5 heures 41 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 6 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 12 heures 16 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 14 heures 54 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 15 heures 19 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 15 heures 42 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 16 heures 38 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 18 heures 48 sec
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 19 heures 27 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 20 heures 32 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 5 heures 55 min
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 10 heures 35 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 13 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 14 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 15 heures 27 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 16 heures 3 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 17 heures 42 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 18 heures 28 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 19 heures 57 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 20 heures 49 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Ces terroristes arrivés en France via le flux des migrants syriens ou comment les attentats de Paris sont venus renforcer le "syndrome du cheval de Troie"

Publié le 09 octobre 2016
Jérôme Fourquet analyse comment les opinions publiques européennes réagissent à l’arrivée de migrants sur les côtes méditerranéennes. Comment comprendre les différences d’attitudes concernant l’accueil des migrants et le fait que certains pays, dont la France, se montrent particulièrement réticents alors même que le nombre des migrants arrivant sur son territoire est faible ? Quelles ont été les conséquences électorales ? Comment cette problématique s’imbrique-t-elle avec celle de la menace terroriste et du rapport à l’islam ? Extrait de "Accueil ou submersion", de Jérôme Fourquet, aux éditions de l'Aube 2/2
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet analyse comment les opinions publiques européennes réagissent à l’arrivée de migrants sur les côtes méditerranéennes. Comment comprendre les différences d’attitudes concernant l’accueil des migrants et le fait que certains pays, dont la France, se montrent particulièrement réticents alors même que le nombre des migrants arrivant sur son territoire est faible ? Quelles ont été les conséquences électorales ? Comment cette problématique s’imbrique-t-elle avec celle de la menace terroriste et du rapport à l’islam ? Extrait de "Accueil ou submersion", de Jérôme Fourquet, aux éditions de l'Aube 2/2

Déjà en septembre 2015, l’ampleur des mouvements de population à l’œuvre et le fait que bon nombre de migrants soient originaires de zones où est implanté Daech ren daient plausible l’hypothèse selon laquelle des terroristes potentiels gagneraient l’Europe en se mêlant aux migrants. 64 % des Allemands, 69 % des Français et une proportion encore plus importante d’Italiens (79 %) approuvaient cette hypothèse. Le fait que l’Italie ait été exposée précocement à l’arrivée de très nombreux migrants ayant transité par une Libye, à la fois proche mais aussi foyer djihadiste, a sans doute renforcé cette appréhension. Comme le montre le graphique suivant, en France et en Allemagne, ce sont les attentats de Paris qui ont crédibilisé cette hypothèse.

La découverte de passeports syriens sur deux kamikazes du stade de France en a constitué la preuve matérielle, tout comme ensuite l’identification et l’arrestation dans différents pays européens (France, Belgique, Allemagne, Espagne et Autriche) de membres de filières djihadistes s’étant introduits en Europe à l’occasion de la crise des migrants. L’adhésion à l’idée d’une telle infiltration grimpera subitement à 83 % en France au lendemain des attentats (dans un sondage réalisé le 16 novembre) et se stabilisera ensuite à 80 % dans cette enquête. Un mouvement similaire a sans doute eu lieu outre-Rhin, dans la mesure où l’essentiel de la hausse a été enregistré entre octobre (68 %) et mars (79 %), et non pas entre septembre et octobre. En Italie, l’impact a été moindre (de 79 % à 84 %) mais, comme on l’a vu, la crainte de ce scénario était déjà très présente dans la péninsule dès septembre 2015.

L’implication dans les attentats de Paris et de Bruxelles de plusieurs terroristes (européens, syriens ou irakiens) ayant gagné l’Europe depuis la Syrie en se mêlant aux flux de réfugiés viendra objectiver et donc valider une crainte qui était déjà très répandue. Les grilles de lecture les plus noires seront ainsi confortées, alimentant une vision pessimiste et tragique de l’histoire. Les tenants de cette vision du monde apparaîtront alors comme ayant été particulièrement lucides, quand d’autres, par aveuglement ou par naïveté, n’auront pas voulu regarder la vérité en face, voire l’auraient masquée. Ainsi, en septembre 2015, quand Christian Estrosi ou Marine Le Pen insistaient régulièrement sur le risque d’infiltration terroriste parmi les migrants, la plupart des responsables politiques, mais aussi le ministère de l’Intérieur et de nombreux journalistes dénonçaient « le fantasme de l’infiltration terroriste », pour reprendre le titre d’un article publié sur le site de France Inter le 14 septembre 2015. L’implication de terroristes ayant emprunté la route des Balkans viendra prendre totalement à contre-pied les tenants de cette ligne, à tel point, par exemple, que le 15 novembre 2015, le titre de l’article précédemment cité sera discrètement changé en "Des terroristes parmi les migrants" ? . L’analyse frontiste s’en trouvera à l’inverse validée par les faits et cela lui conférera, aux yeux d’une part importante de la population, la capacité de saisir le sens de l’histoire en marche, avantage particulièrement recherché dans une période aussi troublée.

Devant ses électeurs et sympathisants, le FN peut également revendiquer la justesse de son diagnostic dès le début des Printemps arabes, qui ont permis et provoqué le développement de la crise migratoire. Au printemps 2011, les principaux dirigeants politiques français se sont félicités des révolutions arabes, ont affiché un vrai optimisme sur l’issue de ces mouvements, et Nicolas Sarkozy est même allé beaucoup plus loin en lançant une opération militaire en Libye pour soutenir les forces rebelles et aider à la chute de Kadhafi. Dans ce climat très bienveillant, Marine Le Pen s’est distinguée très tôt en adoptant, comme à propos des risques d’infiltration de terroristes, une posture très Realpolitik, en soulignant les graves menaces que pourraient potentiellement receler ces révolutions, tant en matière de prise de pouvoir par les islamistes que d’explosion des flux migratoires. Jouant sur une symbolique très forte, elle se rendit ainsi en mars 2011 sur l’île de Lampedusa.

Non seulement Marine Le Pen a pu passer pour une lanceuse d’alerte, dont la lucidité serait reconnue rétrospectivement au gré de la montée en puissance du djihadisme et de la crise des migrants. Mais elle est également apparue comme étant en phase avec une majorité de la population française qui ne communie plus depuis longtemps avec une vision optimiste de l’histoire et de l’actualité, partagée, jusqu’il y a peu, par la plupart des élites politiques et médiatiques. Ainsi, dès le début des Printemps arabes et avant même que les arrivées de migrants sur les côtes italiennes ne deviennent massives du fait de l’effondrement des régimes tunisien et libyen, nos compatriotes redoutaient déjà cette perspective. Selon un sondage Ifop réalisé pour Dimanche Ouest-France en février 2011 (soit quelques semaines après les premiers troubles), 81 % des Français jugeaient probable l’«  augmentation du nombre d’immigrés originaires de ces pays en direction de l’Europe ». Et, interrogés plus globalement sur leur ressenti à l’égard des révolutions qui se déroulaient sous leurs yeux dans les pays arabes, 49  % déclaraient éprouver «  plutôt de la crainte  » contre 40  % « plutôt de l’espoir » et 11 % « plutôt de l’indifférence ». Marine Le Pen se trouvait donc en phase avec une majorité relative sur ce sujet, tandis que le discours dominant dans le reste de la classe politique et les médias n’était partagé que par une minorité. On retrouvait de surcroît sur cette question un net clivage sociologique, comme le montre le graphique suivant.

L’augmentation exponentielle des flux migratoires en provenance des rives sud de la Méditerranée et la déstabilisation de la Libye, de la Syrie et du Yémen sont venus d’une part corroborer ces craintes initiales existant dans une large partie de la société, et d’autre part valider « historiquement » ou « par les faits » le diagnostic formulé par Marine Le Pen dès le début de ce mouvement. Interrogée par exemple le 8 janvier 2013 sur l’influence grandissante des islamistes dans différents pays arabes, la leader du FN aura alors beau jeu d’enfoncer le clou et de rappeler la justesse de son analyse : « Nous avions prévu que ces révolutions, qui étaient au départ des révolutions sociales, allaient être récupérées par les fondamentalistes islamiques et qu’au printemps arabe succéderait l’hiver islamiste. »

Extrait de Accueil ou submersion, de Jérôme Fourquet, publié aux éditions de l'Aube, octobre 2016. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

05.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

06.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 10/10/2016 - 02:15
"Le syndrome du cheval de Troie"??????
Comme si c'était les européens qui étaient malades et manifestaient un syndrome névrotique!!!! Non, les plus malades sont ces sondeurs et journaleux gauchistes qui font de l'inversion du sens des mots et de l'inversion des valeurs un dogme appris par coeur et régurgité sans ménagement...une vraie puanteur!
Marie-E
- 09/10/2016 - 13:06
une seule remarque très désabusée
nous sommes vraiment mal barrés.