En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

04.

L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette

05.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

06.

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

07.

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

02.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

03.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Forte augmentation
Impact du coronavirus : le chômage atteint en France son plus haut niveau depuis 1996
il y a 19 min 54 sec
pépite vidéo > Santé
Assurance maladie
Brigades Covid-19 : les enquêteurs ont débuté leur mission pour retracer les cas contacts
il y a 1 heure 18 min
décryptage > Politique
Remaniement

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

il y a 2 heures 47 min
décryptage > International
Relations internationales

Coronavirus : deux leçons géopolitiques majeures

il y a 3 heures 13 min
décryptage > France
Elle est toujours vivante

Vous avez aimé la "France périphérique" de Christophe Guilluy. Raymond Depardon, le plus grand photographe français vivant, l’a mise en image

il y a 3 heures 45 min
décryptage > Europe
Prix de la pandémie

750 milliards d’euros pour la relance européenne : attention à ne pas oublier les PME

il y a 4 heures 9 min
décryptage > High-tech
Censure par algorithme

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

il y a 5 heures 38 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Angela Merkel va réussir la fin de son mandat en déboulonnant les dogmes politiques auxquels les Allemands étaient si attachés

il y a 6 heures 7 min
pépites > Politique
Campagne des municipales
Agnès Buzyn regrette le terme de "mascarade" et confirme sa volonté de ne "pas laisser à Anne Hidalgo les pleins pouvoirs" à Paris
il y a 17 heures 45 sec
pépites > High-tech
Outil numérique
Assemblée nationale : les députés votent en faveur de l'application de traçage StopCovid
il y a 18 heures 49 min
light > Science
Sage décision
Le premier lancement habité de SpaceX a été reporté à samedi en raison du mauvais temps
il y a 46 min 21 sec
pépites > Politique
Disparition
Claude Goasguen, député LR de Paris, est mort d'un arrêt cardiaque après avoir été atteint par le Covid-19
il y a 2 heures 7 min
décryptage > International
Tensions

Pourquoi Trump s’en prend à l’OMS ?

il y a 3 heures
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette
il y a 3 heures 37 min
décryptage > Défense
"Opération dignité"

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

il y a 3 heures 58 min
décryptage > Société
Vertige de l'amour

Si la Covid-19 a congelé votre libido, vous n’êtes pas le seul

il y a 4 heures 43 min
décryptage > Politique
Baudruche ?

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

il y a 5 heures 55 min
décryptage > Société
Boom du complotisme

Après l’économie en 2008, la science prend une claque dans l’opinion en 2020 : quel avenir pour la connaissance ?

il y a 6 heures 17 min
light > Politique
Bras de fer avec Twitter
Donald Trump menace de "fermer" les réseaux sociaux après le signalement de ses tweets
il y a 18 heures 56 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Autre qu’on adorait" de Catherine Cusset : superbe graine de Prix

il y a 20 heures 8 min
© Pixabay
C’est en Asie que les stratégies de développement se sont le plus appuyées sur l’industrie, et c’est là que la pauvreté a le plus diminué.
© Pixabay
C’est en Asie que les stratégies de développement se sont le plus appuyées sur l’industrie, et c’est là que la pauvreté a le plus diminué.
Modèle de développement

La mondialisation mauvaise pour les pauvres des pays pauvres ? Cette étude grandeur nature a la réponse

Publié le 21 octobre 2016
L'une des principales conséquences de la mondialisation, souvent décriée, est la délocalisation des usines vers les pays en développement afin de réduire les coûts de production. Une récente étude menée par deux économistes anglo-saxons en Ethiopie a voulu montrer les effets de ces emplois manufacturiers à bas salaires issus de ces délocalisations sur le niveau de vie et la santé des travailleurs, mais également sur l'économie en général.
Jean-Marc Siroën est économiste. Il enseigne actuellement à l’université Paris Dauphine et est professeur au sein du département Master Sciences des Organisations. Il est spécialiste d’économie internationale. Il participe également au programme de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Siroën
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Siroën est économiste. Il enseigne actuellement à l’université Paris Dauphine et est professeur au sein du département Master Sciences des Organisations. Il est spécialiste d’économie internationale. Il participe également au programme de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'une des principales conséquences de la mondialisation, souvent décriée, est la délocalisation des usines vers les pays en développement afin de réduire les coûts de production. Une récente étude menée par deux économistes anglo-saxons en Ethiopie a voulu montrer les effets de ces emplois manufacturiers à bas salaires issus de ces délocalisations sur le niveau de vie et la santé des travailleurs, mais également sur l'économie en général.

Atlantico : Les économistes Chris Blattman (Université de Chicago) et Stefan Dercon (Université d'Oxford) ont réalisé une étude sur treize mois en Ethiopie (voir ici), demandant à cinq entreprises d'embaucher des personnes réparties en trois groupes distincts constitués aléatoirement, afin de mesurer les effets des emplois manufacturiers à bas salaires sur le niveau de vie et la santé des travailleurs, mais également sur l'économie des pays en développement. En l'état actuel, que sait-on sur ces effets ? 

Jean-Marc Siroën : Certains pays ont pu se développer grâce à leurs matières premières agricoles, minérales ou énergétiques. Ils ont bénéficié de la hausse de leurs prix dans les années 2000, mais doivent affronter aujourd’hui les conséquences de leur baisse. Beaucoup de pays asiatiques, le Japon d’abord, les dragons ensuite, puis la Chine, et plus récemment le Bangladesh, le Vietnam ou l’Inde, ont adopté un modèle de développement fondé sur l’industrialisation mais à partir d’un niveau de productivité faible, reflété dans des salaires très bas. Cette stratégie a permis d’absorber une main d’œuvre sous-employée et souvent miséreuse, dans les villes mais surtout dans les campagnes, et d’accroître la productivité agricole. Au fur et à mesure que ces excédents se résorbaient et que la productivité s’améliorait, les salaires ont augmenté ce qui exige d’ailleurs une reconversion des industries à bas salaires. La Chine est parvenue à ce stade alors que les pays africains, comme l’Ethiopie, en sont encore à leur phase initiale, où la compétitivité de l’industrie ne peut être acquise qu’à partir de coûts salariaux extrêmement bas, peut-être trop il est vrai, par rapport à la productivité. 

L'étude conclut que les emplois manufacturiers à bas salaires n'ont pas d'effets bénéfiques notables sur le niveau de vie des travailleurs. Pour quelles raisons ?

Ce résultat est moins inattendu qu’il n’y parait. Les individus se dirigent vers les activités qui leur assurent le moins mauvais niveau de vie. Si l’industrie verse des revenus supérieurs à d’autres activités, les individus se dirigent massivement vers ces emplois ce qui provoque la baisse des salaires et la hausse des revenus alternatifs. Certes, cet arbitrage fonctionne plus ou moins bien, mieux en milieu urbain que dans les campagnes où les alternatives sont plus restreintes. Il aurait d’ailleurs été intéressant de comparer le niveau de vie des ouvriers à celui des employés agricoles. La méthode "aléatoire" de Blattman et Dercon, aujourd’hui très prisée des économistes, ne permet pas d’extrapoler un contrefactuel pertinent qui nous dirait si la situation des individus aujourd’hui employés dans l’industrie aurait été meilleure si l’Ethiopie n’avait pas d’industrie. Dans ce cas, on peut supposer que l’excédent de main d’œuvre qui en découlerait conduirait plutôt à des salaires et des niveaux de vie plus bas dans l’ensemble de l’économie. 

Outre les effets de ces emplois manufacturiers à bas salaires sur le niveau de vie, l'étude a également mesuré leurs effets sur la santé des travailleurs. Il en ressort notamment que travailler dans le secteur manufacturier augmente les risques sanitaires de 28%. Dans quelle mesure est-il possible de réduire les risques sanitaires liés à ces emplois manufacturiers mis en évidence par l'étude ? Que penser de l'avis de certains économistes qui affirment que la régulation de ces emplois, relativement à ce risque sanitaire, risque d'entraîner des coûts opérationnels additionnels, et ainsi de limiter les opportunités d'embauche ?

D’une manière générale, et pas seulement dans les pays en développement, l’industrie nuit davantage à la santé que les emplois de bureau, et même dans les pays industriels l’espérance de vie des ouvriers est plus faible que celle des bureaucrates. Rappelons-nous du scandale de l’amiante ! Mais dans un pays comme l’Ethiopie, il convient plutôt de comparer la situation sanitaire de l’industrie à celle des secteurs agricoles (près de la moitié du Pib) et miniers. Le résultat n’est pas acquis. Il est vrai que les pays en développement, et pas seulement dans l’industrie, peuvent se livrer à un "dumping" sanitaire car la sécurité a un coût que les firmes cherchent à réduire à un niveau qu’on doit considérer comme inacceptable. D’autant plus qu’il s’agit d’une vision à court terme car, sur le long terme, l’amélioration de la productivité implique des travailleurs en bonne santé et rassurés sur leurs conditions de travail. La concurrence internationale peut inciter à une course vers le bas qui doit être contrée par des normes internationales, des labellisations crédibles, l’action de la société civile notamment sur les firmes multinationales qui sont souvent les employeurs. On peut regretter que les traités commerciaux négligent souvent cet aspect.  

Malgré le manque d'attractivité de ces emplois manufacturiers en termes de salaires et de santé, pourquoi l'étude ne préconise-t-elle pas, en conclusion, une limitation de ce type d'emplois ? Qu'apportent-ils réellement à l'économie d'un pays en développement ? Sont-ils réellement créateurs de richesses ?

Je ne crois pas qu’il y ait un manque d’attractivité des emplois manufacturiers. Pour schématiser, disons que tout se passe comme si le dernier ouvrier embauché recevait un salaire (et un emploi relativement sûr et stable) qui lui donne une satisfaction équivalente à celle que lui procurerait un emploi alternatif (s’il existe !). Mais pour tous les ouvriers qui l’ont précédé, l’emploi industriel est préféré…. 

Les auteurs reconnaissent les limites de leur étude et de la méthode utilisée. Ce n’est pas parce que les salaires industriels n’améliorent pas le niveau de vie par rapport à une occupation alternative que ce niveau de vie se maintiendrait sans industrie ! Tout ce que l’on sait sur le développement confirme que c’est par l’industrialisation, éventuellement associée aux services qui lui sont liés, que les pays peuvent améliorer le niveau de vie de leur population. C’est en Asie que les stratégies de développement se sont le plus appuyées sur l’industrie, et c’est là que la pauvreté a le plus diminué.

Certes, l’industrialisation des pays en développement accélère la désindustrialisation des pays avancés, mais ce constat ne doit pas nous conduire à tenter de les convaincre que l’industrie n’est pas une bonne chose pour eux !

Pour quelles raisons les personnes dans les pays en développement continuent à accepter ce type d'emplois en dépit de leur faible impact sur les salaires et des risques sanitaires associés ? Quelles mesures seraient à mettre en oeuvre pour aider les personnes acceptant ces emplois manufacturiers à bas salaires par dépit ou nécessité, alors qu'elles voudraient et pourraient occuper d'autres postes, notamment dans le secteur des services, ou bien développer leur propre entreprise ?

Mais je ne crois pas que pour la population considérée, il existe une alternative meilleure, sauf à démontrer l’existence de travail forcé (ce qui peut être le cas dans certains pays) ! Les services eux-mêmes sont très largement induits par l’industrie. Certes, l’entrepreneuriat est un facteur de dynamisme qui doit être favorisé. Il n’est pas sûr, néanmoins, qu’à l’exception, peut-être, de son créateur – si on en croit l’étude – les employés de cette nouvelle entreprise améliorent leur situation, d’autant plus qu’elle a toutes les chances de se situer dans le secteur informel encore moins régulé que le secteur industriel formel.

Parmi les trois groupes du panel constitué au hasard par Chris Blattman et Stefan Dercon, l'un d'entre eux s'est vu attribuer une somme d'argent, ainsi que 5 jours de formation, en vue, pour les participants, de créer leur propre entreprise. C'est au sein de ce groupe que les effets les plus bénéfiques sur la hausse des revenus ont été observés. Doit-on en conclure que les pays en développement ont intérêt, pour augmenter le niveau de vie de leur population, de favoriser l'entrepreneuriat au détriment du secteur industriel/manufacturier ? 

Sûrement pas au détriment, mais certainement en complément. Les entreprises qui seraient créées auront d’ailleurs toutes les chances d’avoir l’industrie comme client : transport, maintenance, services informatiques, etc. Brider l’industrie, c’est bloquer le développement de l'entrepreneuriat.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

04.

L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette

05.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

06.

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

07.

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

02.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

03.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
john mac lane
- 17/10/2016 - 17:18
Des profs analysent des études bidonnées de profs....
Pour avoir des subventions et des élèves l'année suivante, chaque prof doit produire des articles dans le sens misérabiliste qui plait à son université sur la base d'études qui tiennent sur le dos d'un paquet de riz....Overdose de ces articles de profs qui se regardent le nombril et vous font des articles sur la base d'articles d'autre profs fussent ils de Chicago, qui ne servent qu'a obtenir des élève l'année suivant et pour bien montrer que les futurs enseignements seront donné dans le sens misérabiliste qui plait aux recruteurs de Paris Dauphine....Un simple séjour en réel en Ethiopie vous démontrerait le ridicule de ces études faites au doigt mouillé qui doivent entrer dans le misérabilisme d'objectif.