En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

03.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

06.

Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours

07.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 34 min 24 sec
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 2 heures 12 min
décryptage > Religion
Tribune

Combattre l’hydre islamiste, oui. Mais aussi l’auto-censure des débats publics

il y a 2 heures 38 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 3 heures 23 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 3 heures 43 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 17 heures 55 min
pépites > International
Changement de discours
Opération militaire turque en Syrie : la Chine appelle Ankara à mettre un terme à son intervention contre les kurdes syriens
il y a 19 heures 9 min
pépites > Economie
Taxes
Bruno Le Maire se dit favorable à l’instauration d'une taxe européenne sur les carburants des avions et bateaux
il y a 20 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Rouge" de John Logan, mise en scène par Jérémie Lippmann : Ceci n’est pas un texte

il y a 21 heures 51 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 1 heure 44 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 2 heures 52 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 3 heures 36 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 3 heures 49 min
light > Insolite
Surprise !
Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours
il y a 18 heures 31 min
light > Santé
En pleine forme
Le nouveau doyen des Français a 110 ans
il y a 19 heures 49 min
pépites > Europe
At last!
Brexit : Paris dit espérer un accord dès "ce soir"
il y a 20 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint : l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 22 heures 5 min
© Pixabay
© Pixabay
Paroles, paroles, paroles

Quand le gouvernement veut baisser les impôts alors que les prélèvements obligatoires vont rester stables...ou quand la rhétorique hollandienne dépasse la fiction

Publié le 23 septembre 2016
Le 20 septembre, Michel Sapin présentait le budget prévu pour l'année 2017. Après les annonces de baisses d'impôts, le gouvernement souligne que les prélèvements obligatoires resteront stables.
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 20 septembre, Michel Sapin présentait le budget prévu pour l'année 2017. Après les annonces de baisses d'impôts, le gouvernement souligne que les prélèvements obligatoires resteront stables.

Atlantico : Suite aux déclarations de Michel Sapin, en ce 20 septembre, les prélèvements obligatoires français, pour l'année 2017 ; resteront au même niveau que pour l'année 2016, à 44.5% du PIB. En quoi cette déclaration peut-elle venir heurter la rhétorique de "baisse d'impôts" déployée par le gouvernement au cours de cette rentrée ?

Jean-Yves Archer : En matière budgétaire, le Gouvernement ne manque pas d'être actif du fait des promesses et engagements présidentiels : sur l'impôt sur le revenu, sur le coût accru du pacte de sécurité issu de la menace terroriste hélas mensuellement confirmée.

Certains chiffrages évaluent à près de 10 milliards le coût total du dérapage budgétaire. Dans les rangs des sénateurs socialistes, on évoque un peu plus de six milliards. Dès lors, on ne peut être que fort surpris par l'affirmation ministérielle, répétée à de nombreuses reprises, selon laquelle le taux de prélèvements obligatoires resterait stable à hauteur de 44,5% du PIB. Il y a un vrai hiatus entre la dynamique des flux budgétaires récents et cette affirmation qui parait d'autant plus péremptoire et hasardeuse que les baisses des dépenses publiques programmées ne semblent pas devoir être tenues.

Nous savons tous que la baisse de 50 milliards sur 3 ans ne sera pas honorée. On voit mal, dans ce contexte politico-social, comment 5 à 8 milliards additionnels de baisse pourrait se matérialiser. La réalité est simple à décrire même si elle est peu " rose " pour le contribuable. D'un côté, le Gouvernement agit " sur toutes les ficelles pour différer les dépenses " (Jacques Attali sur LCI, interview d'Yves Calvi). D'un autre côté, le Gouvernement continue de nier l'impact du tassement de la croissance et persiste à annoncer que la France parviendra à 1,5% en 2016 en se gardant bien de nous dire, de nous expliciter, le poids tendanciel de la dépense publique dans le PIB. On a quand même le droit de préférer un pays qui vend des locomotives à Belfort plutôt que des commandes publiques de gaz lacrymogènes !

En clair, il y a croissance et croissance et il faut se garder d'une lecture trop rapide de ce paramètre fondamental.

Depuis deux ans et demi, le Gouvernement agite le hochet des baisses d'impôts pour tenter de gommer le dérapage des comptes publics que le taux global d'endettement révèle.

Alors qu'en août dernier, Manuel Valls avait pu indiquer que la gauche européenne devait se faire entendre davantage sur "l'assouplissement des règles du Pacte de stabilité", c'est à dire sur le respect de la règle des 3%, Michel Sapin a pu indiquer que le déficit serait de 2.7% pour l'année 2017. Faut-il mettre en doute les chiffres avancés par le ministère ? Existe-t-il certaines zones d'ombre concernant les chiffres avancés ?

Les chiffres avancés en matière de déficit ne passeront pas le crible de l'avenir. Dans deux ans (délai de certification des comptes nationaux), il est patent que le pays ne sera pas en-deçà des 3%. Une publication (cette semaine) de l'UNEDIC rapporte que le nombre de chômeurs à indemniser repartira à la hausse en 2017 par rapport à celui de 2016. Il faut hélas être lucide et convenir que la reprise a été timide et est désormais fortement en question. Même les instituts crédibles prévoient une croissance allemande ralentie d'ici à la fin de l'année. Dès lors, la pression sur les dépenses publiques (budgétaires et sociales) n'est pas dans une configuration molle.

Ce qui est certain, c'est que la formation d'origine mathématique du Secrétaire d'État Christian Eckert lui est bien utile pour examiner les charges qui peuvent être imputées en engagements hors bilan (pour un total cumulé par toutes les majorités de 3250 milliards d'euros) et ainsi sorties du déficit au sens de Maastricht. On peut saluer l'équipe de virtuoses sans omettre que demain sera difficile pour la nouvelle équipe présidentielle. Par-delà sa couleur et ses options fondamentales.

Plus Globalement, est-il possible de dresser un bilan de l'action budgétaire du gouvernement, entre promesses de campagnes et respect des règles européennes relatives aux déficits ?

Comme pourrait le répéter Daniel Cohn-Bendit ou le député Charles-Amédée de Courson, le Président Hollande, en 2012, a voulu jouer " au bon élève " (sic) en essayant de redresser le cap des finances publiques et d'approcher le chiffre des 3% de déficit.

Pour y parvenir, il a massivement utilisé la matraque fiscale et a sous-estimé la théorie du multiplicateur : autrement dit, l'impact réel de ces hausses d'impôt sur la croissance et sur la confiance des agents économiques.

Nous connaissons par cœur les déclarations ubuesques de Jean-Marc Ayrault sur l'avenir économique de notre pays. La promesse de campagne d'aligner la fiscalité de l'épargne sur celle du travail a découragé bien des épargnants et induit un sérieux exil fiscal. Parallèlement, comme le démontre parfois avec justesse Arnaud Montebourg, cette purge a accéléré la désindustrialisation de notre pays.

Une chose est simple autant que certaine : la dette représente désormais près de 100% du PIB (ce qui n'est pas un indicateur de bonne gestion quinquennale) et lorsque les taux ne manqueront pas de remonter, la France aura à se tourner encore davantage vers ses contribuables ou revisiter son dialogue avec Bruxelles. Dans les deux hypothèses, le quinquennat budgétaire de François Hollande sera bel et bien un panier d'oursins. Les virtuoses ne sont pas vertueux dans le cas présent....

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

03.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

06.

Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours

07.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 21/09/2016 - 12:45
Sans compter les mines éparses creusées par
ces jihadistes de la dépense publique ( majoritairement en faveur des étrangers et clandestins...): la dette de 50 milliards de la SNCF creusée par le socialiste Guillaume Pepy, les amendes dues à Bruxelles au tire des soutiens financiers aux entreprises des copains socialistes, les différés de remboursement aux collectivités locales etc...ces gouvernements PS n'ont pas profité de la conjoncture favorable, c'est le moins qu'on puisse dire...
essentimo
- 21/09/2016 - 09:52
2017 ?
ils ne seront plus là et ils peuvent dire n'importe quoi !
lexxis
- 21/09/2016 - 09:22
MATHEUX MAIS PAS COMPTABLE!
S'il est prof de maths, Eckert n 'a rien d'un comptable, comme le prouvent toutes les contorsions et tous les tours de passe-passe auxquels il s'est plié sans vergogne pour faire croire aux Français que tout allait bien. Il y a dans la comptabilité une approche déontologique qui visiblement fait ici défaut.