En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

07.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 2 heures 48 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 5 heures 30 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 7 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 8 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 8 heures 57 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 9 heures 55 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 52 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 12 heures 5 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 12 heures 38 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 13 heures 10 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 5 heures 10 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 6 heures 16 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 8 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 8 heures 47 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 9 heures 9 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 10 heures 20 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 11 heures 45 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 12 heures 36 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 12 heures 57 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 13 heures 43 min
© REUTERS/Adrees Latif
© REUTERS/Adrees Latif
Question d'image

Bill et Hillary Clinton, deux démocrates mari et femme et qui incarnent pourtant des produits politiques très différents pour les Américains

Publié le 16 septembre 2016
Image de froideur pour l'une, de proximité pour l'autre : telle est la principale différence de perception que font les électeurs américains entre Hillary et Bill Clinton. Une situation qui empêche Hillary Clinton de creuser l'écart avec Donald Trump dans les sondages et qui s'explique par le fonctionnement même du couple depuis ses débuts en politique.
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Image de froideur pour l'une, de proximité pour l'autre : telle est la principale différence de perception que font les électeurs américains entre Hillary et Bill Clinton. Une situation qui empêche Hillary Clinton de creuser l'écart avec Donald Trump dans les sondages et qui s'explique par le fonctionnement même du couple depuis ses débuts en politique.

Atlantico : Affaire Monica Lewinsky pour l'un, scandale des emails et dossier Benghazi pour l'autre : les deux membres du couple Clinton ont tous deux été impliqués dans des scandales ayant marqué la vie politique américaine. Pourquoi les conséquences n'ont-elles pas été les mêmes pour l'un et pour l'autre ?

Jean-Eric Branaa : Il est indéniable que l’attitude du public face aux scandales qu’ont traversé les époux Clinton a été très différente pour l’un et pour l’autre. Toutefois, il faut relever que la nature des scandales n’a pas du tout été la même : dans le cas du mari, il s’agissait d’une affaire sexuelle, qui s’est développée dans un contexte d’hystérie à propos de ces questions-là : en 1987, Gary Hart, dont le Miami Herald avait révélé l’aventure d’un soir avec un jeune mannequin, avait été obligé de renoncer à la course à la Maison Blanche. Clarence Thomas, un juge de la Cour Suprême, était au cœur d’un autre scandale en 1991. Celui touchant Bill Clinton a déclenché les passions car on touchait au sommet de l’Etat. Mais rapidement, c’est le mensonge devant un grand jury et sous serment, puis devant les caméras, les yeux dans les yeux avec le peuple, que l’on a reproché à Bill Clinton. Toutefois, ces reproches n’ont pas tenu bien longtemps et la confession, comme les regrets exprimés publiquement, ont suffi pour apporter le pardon au président : un sondage a révélé que 75% des Américains n’étaient pas favorables à la procédure de destitution. Al Gore, qui a voulu ensuite s’éloigner de l’image de Bill Clinton, n’a pas compris que le peuple a tous les droits : même celui de pardonner. Et c’est ce qu’il a fait. Peut-être parce que le déchaînement de passion avait été trop exagéré et que cela suffisait ainsi.

Pour Hillary, c’est plus confus. Son image est abîmée depuis tellement longtemps ! Même dans cette affaire du Monicagate, où elle a tout de même été la première victime, on a trouvé le moyen de lui reprocher son attitude, ou même de rester auprès de son mari. En réalité, c’est son implication aux côtés de Bill qu’elle paye à répétition. Pendant sa campagne, en 1992, Bill Clinton proposait d’en avoir "deux pour le prix d’un". Le slogan était drôle mais il a été catastrophique pour Hillary : elle n’a jamais été élue et s’est toujours un peu trop impliquée dans la vie publique : c’est un reproche qui a détruit en grande partie son image. Lorsqu’elle a enfin été élue, au poste de sénatrice de l’Etat de New York, c’était déjà trop tard.

La fin de présidence Clinton a-t-elle constitué un tournant dans la perception des électeurs vis-à-vis des candidats/élus démocrates à la fonction présidentielle ?

La fin de la présidence Clinton a été conforme au reste de sa présidence. Après le scandale de l’affaire Lewinsky, il lui restait encore deux ans à effectuer. Clinton est resté populaire tout au long de ses deux mandats, atteignant un taux de popularité très élevé puisque 65% des Américains déclarèrent approuver son action à la fin de son mandat, une cote jamais atteinte depuis Eisenhower. On lui a reconnu un talent certain pour la politique, mais il a surtout bénéficié d’une période économique particulièrement florissante. D’ailleurs, sous Clinton, les Etats-Unis ont enregistré un surplus budgétaire pour la première fois depuis 1969, dans le budget de 1998. Ce bon résultat a été à nouveau atteint les années suivantes (en 1999, 2000, et 2001).

En revanche, le Monicagate a changé la politique américaine et la perception des électeurs vis-à-vis des démocrates. Le plus étonnant est que l’Amérique, aussi puritaine soit-elle, n’a jamais lâché son président. Mis à part les conservateurs, avec qui il va y avoir une fracture profonde. Depuis cette date, on enregistre une vraie polarisation de la vie politique et, pour les plus extrêmes d’entre eux, démocrate rime désormais avec démon.

Comment expliquer l'un des principaux paradoxes d'Hillary Clinton, qui est qu'elle a longtemps été accusée d'occuper des fonctions politiques sans avoir été élue tout en étant accusée, surtout ces derniers mois dans le cadre de la campagne, d'être la candidate "establishment" ? 

Tout cela remonte à l’époque où Bill était gouverneur de l’Arkansas, quand Hillary a pris en charge le dossier de l’éducation. Mais c’est surtout l’accession à la présidence qui a marqué les choses dans du marbre : le journal Vanity Fair a alors décrit Hillary comme une femme qui contrôlait tout dans la sphère proche de son mari, faisant trembler les conseillers et tout l’entourage du président. Sous le titre "ce que veut Hillary", il était écrit que "la personne la plus controversée de l’année électorale est Hillary Clinton, une femme qui n’a pourtant jamais participé à aucune élection". On lui reprochait surtout, à ce moment-là, d’avoir reçu de son mari la responsabilité de porter l’épineuse réforme de la santé, sur laquelle elle échouera, face à l’opposition d’un Congrès qui refusait sa mainmise sur un dossier aussi important alors qu’elle n’avait aucune légitimité dans les urnes. Paradoxalement, c’est justement parce qu’elle a toujours été très active autour de Bill que les Américains voient en elle quelqu’un qui a toujours été là.

Dans quelle mesure le fait qu'Hillary soit une femme peut-il expliquer son impopularité par rapport à son mari ?

Le sexisme a très certainement été un facteur très fort pour expliquer les différences du passé. Aujourd’hui, on peut en douter. L’Amérique a su se transformer au cours des dernières années, en ne laissant pas passer le train de la révolution des mœurs. Les femmes sont la dernière catégorie à être restée sur le côté et, qu’elles soient blanches, noires, hispaniques, asiatiques ou indiennes, demandent aujourd’hui un rééquilibrage qui devient urgent. "C’est mal et c’est embarrassant", a même exprimé Barack Obama en évoquant le retard qui a été pris. Les quelques réticences qui se sont exprimées avec une tentative de décourager un vote motivé par le genre ont lamentablement échoué pendant les primaires, faisant passer ceux qui les utilisaient pour des ringards. Donald Trump a prudemment abandonné l’argument lui aussi.

Hillary pourrait-elle utiliser pleinement la popularité de Bill au cours des prochains jours avant l'élection présidentielle afin de creuser davantage l'écart avec Donald Trump ? Serait-ce une stratégie payante ? 

C’est effectivement une possibilité qui a été évoquée. Dès ce mardi, c’est lui qui assurera le backoffice en se rendant à un meeting à Las Vegas, et aux diverses manifestations prévues dans la région auprès des donateurs potentiels. Ce n’est pas un grand risque car sa popularité est toujours très forte auprès des électeurs démocrates. En revanche, il ne faudrait pas que cela dure trop car le camp Trump va sauter sur l’occasion pour crier encore plus fort son inquiétude que la candidate ne soit pas suffisamment forte et valide pour assurer sa présidence en pleine capacité de ses moyens. Ce n’est donc qu’une solution de remplacement très temporaire et le gain dans la campagne sera nul.

Le couple Clinton a toujours été présenté, notamment par Bill, comme un binôme en politique. Quelle place pourrait-il occuper en cas de victoire d'Hillary ? 

Hillary Clinton a déjà abordé cette question à plusieurs reprises : aucune. En réalité, il sera un conseiller très utile auprès d’une présidente qui n’hésitera pas à s’appuyer sur son expérience et sa grande connaissance de la fonction. Un atout qu’elle ne met pourtant pas en avant : ce ne sera pas lui l’élu, cette fois-ci, et il ne s’agit pas de retomber à nouveau dans les mêmes travers que ceux que le couple a connus dans le passé. Surtout que personne ne peut assurer que le rejet serait cette fois-ci sur Bill : c’est peut-être encore une fois Hillary qui pourrait en pâtir et ne pas être élue au final. Prudence est mère de sureté.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

07.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires