En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

06.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

07.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 2 heures 49 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 3 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 4 heures 14 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 6 heures 24 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 7 heures 9 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 8 heures 38 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 9 heures 10 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 10 heures 17 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 10 heures 41 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 11 heures 10 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 3 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 4 heures 16 sec
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 4 heures 56 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 6 heures 57 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 8 heures 27 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 8 heures 39 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 10 heures 12 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 10 heures 28 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 10 heures 48 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 11 heures 15 min
© Reuters
© Reuters
"De vous à moi"

Alain Juppé, son livre et sa campagne : une discrétion subie ou assumée ?

Publié le 09 septembre 2016
Alors que son livre sort aujourd’hui en libraire, le maire de Bordeaux n'arrive pas à se hisser au devant de la scène médiatique. L'ouvrage est loin de faire le "buzz" comme celui de Nicolas Sarkozy fin août. Comment expliquer que le favori des sondages ne suscite toujours pas l’enthousiasme ?
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que son livre sort aujourd’hui en libraire, le maire de Bordeaux n'arrive pas à se hisser au devant de la scène médiatique. L'ouvrage est loin de faire le "buzz" comme celui de Nicolas Sarkozy fin août. Comment expliquer que le favori des sondages ne suscite toujours pas l’enthousiasme ?

Atlantico : Alain Juppé se trouve depuis quelques jours dans une situation compliquée, mi-défensive, mi-assumée. Comment analysez-vous cette stratégie ?

Christelle Bertrand : Pour l'instant, Alain Juppé jouait sur du velours. Nicolas Sarkozy, prisonnier à la tête du parti, ne pouvait, officiellement, faire campagne, le maire de Bordeaux était donc seul à occuper les estrades, sillonner la France et sortir des livres. Depuis la déclaration de candidature de l'ancien chef de l’État, les choses sont différentes car ce dernier a l'art de saturer l'espace. Alain Juppé avait prévu ce trou d'air, il s'est volontairement mis en retrait quelque temps. Il sait aussi qu'il va être difficile de challenger Nicolas Sarkozy sur son terrain, il ne souhaite pas essayer. Il veut garder son style à lui car il pense que c'est un atout. L'un de ses conseillers m’expliquait récemment : "la solidité d'Alain Juppé sera son atout majeur". D'autre part, il tient à maîtriser le temps et répète souvent que son objectif est de gagner les quatre tours qui le séparent de l’Élysée et pas uniquement le premier tour de la primaire. Enfin, il est persuadé qu’il lui suffit de laisser Nicolas Sarkozy agir pour gagner des voix, il pense que le rejet dont est l'objet l'ancien Président est l'un de ses atouts majeurs. Il semble vouloir se contenter d'être le réceptacle de l'anti-sarkozisme comme Hollande l'a été en 2012, sans espérer être porté par une vague d'enthousiasme.

Alain Juppé sort un livre aujourd'hui dont presque personne ne parle. Comment peut-on expliquer cet échec alors qu'il reste assez haut dans les sondages ?

Justement parce qu'Alain Juppé n'arrive toujours pas à susciter l'adhésion et encore moins l’enthousiasme. Il n'y a pas une envie d'Alain Juppé en France mais seulement le désir d'une partie des Français de ne retrouver ni Hollande ni Sarkozy à l’Élysée et encore moins Marine Le Pen. Alain Juppé apparaît seulement comme une alternative. C'est d'autant plus vrai qu'il n'a pas encore fait de véritables propositions. Il faut aussi reconnaître que la sortie du livre coïncide avec le grand discours de rentrée de François Hollande, il a donc été éclipsé par cette intervention qui se voulait le lancement de la pré-campagne du président de la République. Doit-on y voir une coïncidence ? Pas forcément tant le locataire de l’Élysée craint de devoir affronter le maire de Bordeaux qui est sur les mêmes thématiques que lui. François Hollande tente toujours, tant que faire se peut, d'écarter Alain Juppé du débat afin d'installer Nicolas Sarkozy comme son adversaire naturel. Enfin, pour être juste, il faut ajouter que le livre de Nicolas Sarkozy a fait le buzz parce qu'il y annonçait sa candidature. Ce n'est pas le cas d'Alain Juppé.

Comment expliquez-vous qu'Alain Juppé n'arrive toujours pas à amener les autres candidats sur ses terrains de prédilections à lui ?

Parce qu'il ne propose pas grand-chose. Pour l'instant, les Français n'ont qu'une vague idée de son programme. Les choses vont s'éclaircir rapidement. Le 13 à Strasbourg, il prononcera un grand discours sur l'identité heureuse qui devrait poser des jalons plus précis. Ensuite, il y a une question de style : Alain Juppé refuse de faire campagne à coup de petites phrases et de propositions choc. Il souhaite, de cette manière, incarner l'exact inverse du style Sarkozy. L'envers de la médaille, c'est qu'il est plus difficile de capter l'attention des médias et donc d'imposer ses thématiques. Mais, une fois encore, son équipe avait prévu tout ça. Jean-Pierre Raffarin m'expliquait avant l'été : "ça ne sert à rien de se battre contre Nicolas Sarkozy, c’est lui qui imposera le timing et les thématiques, on le sait". Pour Alain Juppé et son équipe, l'important est de savoir apporter des réponses alternatives aux propositions extrêmement clivantes de Nicolas Sarkozy. De savoir parler à tous ceux qui ne veulent plus de la radicalité de l'ancien chef de l’État.

C’est un livre très personnel, or cette manière de se livrer n'est pas vraiment dans les habitudes d'Alain Juppé. L'exercice ne risque-t-il pas de s'avérer contre-productif ?

Très personnel, c'est ainsi que l'éditeur le vend, mais Alain Juppé ne livre pas non plus de grands secrets et le ton reste très compassé. Il n'y a qu'à lire cet extrait : "Mont-de-Marsan est une petite ville qui peut être humide l'hiver et souvent caniculaire l'été. Hors saison, elle est tranquille, certains la diraient même léthargique. On oublie qu'elle sait aussi s'enflammer, à l'occasion d'un match de rugby, d'une corrida, ou à l'approche des fêtes de la Madeleine. J'y ai passé une enfance heureuse, entre deux sœurs, un frère, une mère omniprésente et exigeante et un père plus discret, parce que plus réservé. On était plutôt terrien du côté maternel, avec des forêts à exploiter et des métairies à gérer. Plutôt ouvrier du côté paternel". Rien à voir avec le ton très allant, très énergique, de Nicolas Sarkozy qui, en particulier dans le livre qu'il a sorti au mois janvier, semble se confier au lecteur. Dans son ouvrage, Alain Juppé raconte sa vie plus qu'il ne se confie. Il n'est pas dans la séduction comme l'ancien chef de l’État et assume ce style même s'il tente d'être plus chaleureux. Il a du mal. Mais François Hollande avait le même handicap en 2012. Il existe de nombreux points communs entre les deux hommes. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clint
- 10/09/2016 - 15:47
Le 2ème tour des primaires sera décisif
Au 1er tour des primaires on "s'amusera" à voter pour celle / celui que l'on aimerait bien voir comme président. Au 2ème tour on votera beaucoup pour celui qui a le plus de chance de battre le FN, ou d'éviter d'avoir un 2ème tour des présidentielles la gauche (au sens très large) contre le FN ! Et c'est pour ça que Juppé a toutes ses chances !
vauban
- 10/09/2016 - 08:48
Le probleme maje
EnFrance c est l islam et l immigration appauvrissante

Réglons d abord ce probleme et celui de l immigration non contrôlée
A l évidence Juppé ne souhaite pas S y mettre préférant soumission et compromission avec les "autorités "musulmanes
S il était aussi brillant que l on a pu le prétendre il saisirait les véritables inquiétudes de la France profonde ENA ENA quand tu nous tiens!
A M A
- 09/09/2016 - 17:18
Parmi les candidats à la
Parmi les candidats à la fonction suprême, lesquels sont capables de faire face avec efficacité à la crise engendrée par l'islamisme. C'est bien de cela dont il s'agit principalement et non pas de traiter des difficultés socio-financières inhérentes à la structure de l'administration française.
Il faut un charmeur doublé d'un méchant. Ne conviendrait pas à la situation un matamore fracassant, la mollesse d'un moraliste , un frère prêcheur, un rêveur idéaliste , un jeune chérubin, etc...ll s'agit de terroriser les terroristes et d'amadouer les droits-de-l'hommistes. Il est urgent de prendre conscience de la situation réelle pour choisir celui qui y sera le plus adapté et qui n'aggravera pas les choses.