En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 1 min 24 sec
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 1 heure 11 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 2 heures 32 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 4 heures 56 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 7 heures 8 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 8 heures 13 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 9 heures 14 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 9 heures 54 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 10 heures 25 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 11 heures 46 min
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 25 min 57 sec
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 1 heure 55 min
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 3 heures 13 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 5 heures 33 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 7 heures 42 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 8 heures 39 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 9 heures 42 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 10 heures 4 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 11 heures 5 min
décryptage > International
Exemple taïwanais

Taïwan : les leçons médicales et politiques d’une stratégie réussie face au Coronavirus

il y a 12 heures 4 min
© Reuters
© Reuters
Au-delà des chiffres

Quand Marisol Touraine se réjouit de la réduction du déficit de la sécurité sociale en oubliant que ses causes n'ont rien de réjouissant

Publié le 06 septembre 2016
Alors que Marisol Touraine a affirmé ce dimanche que le déficit du régime général de la Sécurité sociale s'établirait à moins de 5 milliards d'euros pour l'année 2016, la présentation très optimiste de ce chiffre masque cependant des facteurs explicatifs rarement exposés.
Nicole Delépine ancienne responsable de l'unité de cancérologie pédiatrique de l'hôpital universitaire Raymond Poincaré à Garches( APHP ). Fille de l'un des fondateurs de la Sécurité Sociale, elle a récemment publié La face cachée des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Médecin généraliste spécialisé dans la réalisation d'echodopplers et patron de l’AFIRM (Alliance pour le financement de la retraite des médecins)
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicole Delépine
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicole Delépine ancienne responsable de l'unité de cancérologie pédiatrique de l'hôpital universitaire Raymond Poincaré à Garches( APHP ). Fille de l'un des fondateurs de la Sécurité Sociale, elle a récemment publié La face cachée des...
Voir la bio
Alain Choux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Médecin généraliste spécialisé dans la réalisation d'echodopplers et patron de l’AFIRM (Alliance pour le financement de la retraite des médecins)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que Marisol Touraine a affirmé ce dimanche que le déficit du régime général de la Sécurité sociale s'établirait à moins de 5 milliards d'euros pour l'année 2016, la présentation très optimiste de ce chiffre masque cependant des facteurs explicatifs rarement exposés.

Atlantico : Ce dimanche, la ministre de la Santé Marisol Touraine a déclaré que le déficit du régime générale de la Sécurité social serait encore plus faible que prévu en juin, aux alentours de 5 milliards d'euros pour l'année 2016. Dans un contexte d'assainissement budgétaire, la nouvelle semble réjouir tout le monde. Pourtant peut-on véritablement parler d'amélioration de la situation financière de la Sécu aujourd'hui ?

Alain Choux : Il est très facile de faire passer les derniers jours de 2015 en 2016 ce qui génère une baisse du déficit que l'on retrouvera en 2016 ou 2017... L'élection présidentielle est proche. Aujourd'hui, tant au niveau des libéraux que de l'hôpital il existe une baisse significative de la fréquentation des établissements de soins d'au moins 10%, à laquelle il faut additionner la baisse de la nomenclature de 5% par an depuis 5 ans (valeur des examens), et l'extension des déserts médicaux. C'est très préoccupant car du fait de la baisse du pouvoir d'achat il faut faire un choix cornélien: "bouffer" ou se soigner, manifestement les patients choisissent la première hypothèse. De plus la profession n'attire plus de jeunes et la tranche d'âge 60-68 ans encore importante diminue son activité en attendant la retraite, donc génère des listes d'attentes. Lors d'une diminution des revenus le renouvellement du matériel au sens large, l'emploi etc... se réduit à une peau de chagrin et bien entendu avec du vieux matériel la qualité des soins n'est plus au rendez-vous, mais il n'existe pas d'autre choix.

Nicole Délépine : Il conviendrait peut-être de dire simplement que cela va un peu moins mal et encore par des artifices comptables. Le solde négatif de 9.8 milliards d’euros pour 2015 du régime général est un déficit c’est-à-dire une insuffisance des recettes (cotisations sociales+ quelques taxes) par rapport aux dépenses (surtout l’hospitalisation publique et les frais de médicaments). Ce déficit augmentera d’autant la dette sociale (déficits cumulés des organismes de Sécurité sociale) qui représentait 161 milliards d’euros au 31 décembre 2014 selon les comptes nationaux publiés par l’Insee. Quel ménage se féliciterait de l’augmentation de ses dettes ? D’autant que cette dette sociale, comme les autres dettes de la nation, est financée par des emprunts auprès de banques privées dont les intérêts sont payés par l’impôt sur le revenu et les CSG et CRDS. Cette dette montre les inconvénients de "la baisse des charges sociales" et l’urgence de faire des économies sur le fonctionnement sans toucher aux soins qui devraient représenter la priorité.

On ne pourra vraiment dire que ça va mieux que lorsque l’équilibre sera atteint et stabilisé et associé à une qualité de soins correcte. Le ministère prétend que c’est possible pour 2021, mais les promesses n’engagent que ceux qui y croient encore…Il resterait alors à rembourser les dettes qui continuent de s’accumuler.. Néanmoins cette diminution de la vitesse de creusement du déficit n’est pas une surprise puisqu’elle était déjà annoncée dans le rapport de la cour des comptes de septembre 2015.

On peut supposer que le désengagement de fait de la sécurité sociale dans de nombreux secteurs de la santé, comme les médicaments dits de confort, les transports en ambulance, le remboursement de séances de kinésithérapie, etc. intervient dans cette diminution très relative de l’aggravation (on a encore dépensé plus que l’année précédente mais l’augmentation a été moins forte que précédemment) des dépenses de santé. Ce désengagement s’est effectué par un report de ces remboursements sur les mutuelles devenues obligatoires pour tous. Ce nouveau prélèvement obligatoire, créé par le ministère (antérieurement facultatif) ne sert à rembourser ses adhérents obligés que pour à peu près la moitié de ce qu’ils paient, le reste revenant aux actionnaires, aux publicistes, et à l’état qui prélève un impôt de plus (taxe sur les mutuelles) . La part des soins restant à payer par familles va ainsi continuer à augmenter comme beaucoup de cotisants ont dû le constater en janvier 2016 (de 30 à 40 euros par mois il y a 5 ans ils atteignent souvent 100 à 200 euros maintenant et protègent souvent moins). Tel est le miracle de la loi de santé qui a permis ce transfert discret des charges de la sécurité sociale universelle sur les assurances privées qui réserveront rapidement les soins à ceux qui pourront payer.

Que peut-on déduire d'un tel résultat sur la qualité des soins ? Est-il possible de considérer que la qualité de la prestation médicale souffre de cette situation ?

Alain Choux : Au moins 6.5 millions de chômeurs officiels et probablement 7 à 800 000 occultés, ce qui implique moins de cotisations versées par les employés et les employeurs ce qui remet en question l'optimisme du pouvoir qui manifestement n'est pas dans le vrai. Selon la Cour des comptes le déficit de 2002 à 2012 a augmenté de 14.5 milliards par an soit 145 milliards supplémentaires de déficit en 10 ans et le chômage était moindre.

Nicole Délépine : La volonté de diminuer les coûts de la santé supportés par la collectivité obsède nos gouvernants depuis les années 90 et ils ont progressivement de loi en loi tenté de transformer l’hôpital en entreprise et de réduire au maximum le revenu des médecins libéraux (le tarif d’une consultation de généraliste est plus de deux fois inférieure à la moyenne européenne). Le management financier a conduit à diminuer les personnels tant médicaux que paramédicaux et à inculquer une culture de rendement économique au personnel atteignant un summum avec la tarification à l’activité qui a entrainé une inflation des actes laissant de côté l’aspect humain du soin non chiffrable. "Tout ce qui ne se compte pas, ne compte pas". La fermeture de nombreuses structures hospitalières publiques ou privées, de milliers de lits de psychiatrie ou de petites maternités, de fusions acquisitions de cliniques et services, d’hôpitaux de proximité présentées comme mesures d’économies par les ministres successifs depuis plus de trente ans en singulièrement à partir des ordonnances Juppé de 1996, n’ont fait que détruire les soins donnés aux patients tant en qualité technique et humaine qu’en accessibilité.

Toute personne qui fréquentait les services hospitaliers d’urgence il y a 20 ans et qui s’y aventure aujourd’hui peut le constater. A cette époque, le décès d’un malade dans un couloir après plus de 6 heures d’attente sans soins, comme cela vient de se répéter ce mois-ci, aurait entraîné au moins la démission du directeur de l’établissement et peut être des sanctions personnelles. Aujourd’hui la seule sanction probable est de voir son nom cité par un journal local.

Cette baisse de la qualité des soins, que les urgentistes en particulier rappellent vainement au ministre depuis plusieurs années, a d’ailleurs été objectivée par le classement international qui nous plaçait au 1er rang des systèmes de santé en 2000 (OMS) et qui nous a rétrogradé au 8 ième rang du classement Bloomberg en 2014 malgré une dépense de santé par rapport au PIB qui reste dans les premiers rangs mondiaux. A quoi sert cet argent ?

Il ne faut cependant pas croire que cette descente dramatique de la qualité des soins tant en urgence que dans les services de médecine, de chirurgie ou d’obstétrique partout sur l’hexagone, tant dans les grands centres hospitalo-universitaires que dans les hôpitaux de Province soit due seulement à l’asphyxie financière. Elle est au moins autant due à la gestion bureaucratique totalitaire de la santé qui utilise le harcèlement moral comme méthode de gestion courante des effectifs et décourage les médecins actifs, entrainant au passage un nombre de suicides jamais atteint dans cette profession deux fois et demi supérieur à la population générale et des démissions nombreuses des hôpitaux publics (plus de 57 chirurgiens des hôpitaux de Paris ont démissionné récemment). Le suicide du PR Meignen professeur à l’hôpital Pompidou, le supposé vaisseau –amiral de l’assistance publique hôpitaux de Paris le 17 décembre 2015, le jour du vote de la loi de santé est à cet égard symbolique de même que l’absence de conclusions du naufrage du management par la terreur à l’image d’Orange en son temps.

La dernière loi santé qui méprise les médecins au point de ne les mentionner que 40 fois en 40000 signes dans la version de mars 2015 du projet de loi en témoigne. Le décret de mars 2016 sur la gouvernance de l’hôpital fait mine de redonner du pouvoir à la gente médicale par rapport au directeur. De fait le président de la commission médicale d’établissement est chargé de nommer les chefs de service et d’unité sans concertation réelle avec les autres médecins. Ce décret aggrave encore le système autoritaire de l’organisation hospitalière en nommant un chef (capo ?) médecin à la tête de ses collègues et en lui donnant le pouvoir de nommer les chefs de pôle. Qui peut croire que cela va calmer les conflits nés du manque de moyens et des harcèlements administratifs contre

lesquels chacun essaie de se défendre parfois en écrasant les collègues. La profession médicale et singulièrement la fonction de chef de service exige des décisions individuelles responsables et une grande autonomie. Et la ministre va encore se lamenter sur le manque de médecins bien formés dans les hôpitaux en prétendant que le goût du lucre est la seule motivation des médecins qui s’enfuient du camp de concentration dans lequel elle rêve de les enfermer pour partir à l’étranger.

La branche maladie de la Sécurité Sociale reste la plus difficile à stabiliser, avec un déficit net de près de 7,5 milliards aujourd'hui, soit environ les trois quarts du déficit global. Qu'est-ce qui explique ce surcoût ? Quelle sont les causes principales du déficit français ?

Alain Choux : Déjà en 1970, la Sécu était en déficit alors qu'elle ne payait que les retraites, les accidents du travail et les 100% et la médecine balbutiait. Pour moi ainsi que pour beaucoup d'autres le maintient de la Sécu qui n'a jamais été réformée depuis son origine sauf déremboursement et augmentation des cotisations pérennise la dette et accroît le chômage et dans avenir proche nous ne pourrons plus payer la dette et les cotisations sociales, mais il faut se rassurer les mutuelles sont là depuis longtemps et prêtes à prendre le relais avec une médecine de riches et des autres qui ne pourront payer qu'une mutuelle de bas de gamme et c'est déjà en route grâce aux "hommes de gauche"...

Nicole Délépine : La cour des comptes rappelle avec raison à chaque rapport que c’est sur les dépenses qu’il faut faire porter les efforts. Mais ce n’est pas aux soins qu’il faut s’attaquer comme on le fait depuis 20 ans en dé-remboursant les médicaments anciens les moins couteux en prétendant qu’ils ne servent à rien (mais alors pourquoi donc leur a-t-on donné une AMM) ou en limitant le nombre d’actes qu’une infirmière ou un kinésithérapeute ont le droit de faire, ou en interdisant les transports en ambulance lorsqu’ils sont justifiés. Il faut "dégraisser le mammouth" bureaucratique de gestion de la santé avec 20 agences et X observatoires dont au moins la moitié n’a pas de nécessité évidente (au moins 2 milliards d’économie possible) sauf d’offrir des postes de sinécures hors cadre aux anciens serviteurs des présidents et ministres passés. Il faut supprimer les actions de santé inefficaces (vaccinations, dépistage organisé du cancer du sein, plan cancer etc.) et les campagnes de publicité mensongère qui les supportent (encore 2,5 milliards d’économie)… Il faut aussi supprimer la liste en sus établie par le ministère (médicaments dits innovants à prix exorbitants payés directement par la sécurité sociale en dehors du financement normal (près de trois milliards d’euros annuels). Il importe enfin et surtout de complètement revoir la politique actuelle de fixation des prix des médicaments qui résulte de la connivence entre les entreprises, les experts et le ministère étroitement liés par des intérêts de tout ordre, soigneusement dissimulés grâce aux décrets d’application promulgués par Marisol Touraine en 2013 qui ont défiguré la loi Bertrand de 2011. Une économie annuelle de dix milliards d’euros sur les seuls médicaments serait possible ainsi que le démontrent S. Rader, M. Rivasi et M-E Bertella-Geffroy dans leur livre Le racket des laboratoires pharmaceutiques et leur "opération mains propres pour la santé"... L’application immédiate de ces mesures rendrait les comptes de la sécurité sociale excédentaires et permettrait d’alléger le fardeau de la dette sociale et de diminuer un peu les prélèvements obligatoires qui écrasent la populaton active. Mais il faudrait pour cela un courage que nos gouvernants n’ont guère montré jusqu’ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 06/09/2016 - 20:25
Encore des foutaises qui
Encore des foutaises qui occultent les vrais problèmes: 1/ les médecins sont déjà quasiment tous fonctionnaires puisque leurs revenus émanent de la sécu.....2/ il est faux de dire que les urgences sont surchargées, pour les avoir observées de près elles ne manquent pas de personnel, mais de sérieux...3/ Il faudra aussi m'expliquer comment les assurances privées européennes (anglaises ou allemandes) remboursent mieux les frais médicaux que le RSI, avec des cotisations moins élevées...problème de gestion uniquement! Alors vivement qu'il soit mis fin au monopole de la secu pour pouvoir choisir librement son organisme de sécu privé, il n'y aura plus de déficit, et le cout sera moindre pour les cotisants......Alors, bien sûr ceux qui ne cotiseront pas....devront-être pris en charge par notre état providence, si généreux avec le pognon des autres.
excalibur2016
- 06/09/2016 - 16:04
Le deficit est en nette amélioration ?
Tiens tiens comme c'est bizarre que cela soit annoncé avec force et fracas......a 8 mois de la presidentielle !!
Il n'y aurait pas comme une tentative d'enfumage ?
vangog
- 06/09/2016 - 16:00
Inversion de la courbe de creusement du déficit...
10 milliards de déficit en 2015, 161 milliards de déficit cumulé, qui entraînera l'aggravation de la seule chose que savent faire les gauchistes: le découragement de l'offre de soins...ah c'est certain! Lorsqu'il n'y aura plus de soins, il n'y aura plus de déficit...rien que les les 161 milliards de dettes sociales UMPS à rembourser...mais avec quoi? Car il n'y aura plus d'activité, et donc, plus de cotisations...le désert des tartares gauchistes! Sans fin...